IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon bloque FLoC, le nouveau système de tracking publicitaire de Google,
Et cela pourrait porter un coup dur au système censé remplacer les cookies publicitaires sur Chrome

Le , par Stéphane le calme

176PARTAGES

10  0 
Quelle que soit la bonne volonté dont Google pourrait avoir montré ces dernières années, par exemple en combattant les abus de publicité et le pistage systémique des utilisateurs, ses efforts ont été remis en cause avec la solution que l’entreprise a proposée. L'apprentissage fédéré des cohortes ou FLoC est présenté comme une meilleure stratégie qui protège la vie privée des gens tout en offrant aux annonceurs quelque chose dont ils peuvent profiter. Les défenseurs de la vie privée, cependant, sonnent l'alarme sur ce qu'ils considèrent comme une technologie encore pire et les éditeurs de navigateurs basés sur Chromium comme Brave et Vivaldi s'engagent à lutter contre FLoC sous toutes ses formes.

En quelques mots, FLoC échange le suivi des utilisateurs individuels et le fingerprinting contre une identification de groupe (cohorte) basée sur des historiques de navigation similaires des membres de ce groupe. FLoC place essentiellement les personnes dans des groupes basés sur des comportements de navigation similaires, ce qui signifie que seuls des « identifiants de cohorte » et non des identifiants d'utilisateurs individuels sont utilisés pour les cibler. L'historique Web et les entrées pour l'algorithme sont conservés sur le navigateur, le navigateur exposant uniquement une « cohorte » contenant des milliers de personnes.

Cependant, de nombreux défenseurs de la protection de la vie privée n'en sont pas convaincus et considèrent FLoC comme une solution encore pire que le problème qu'il tente de résoudre. En plus de violer potentiellement des lois comme le RGPD, les critiques soulignent également que FLoC collecte davantage de données privées sous la forme d'historique de navigation, ce que même les cookies de suivi ne font pas. Bien que des identités individuelles uniques puissent être cachées derrière des cohortes, les données détenues par l'historique de navigation peuvent toujours être considérées comme quelque chose de privé, en particulier lorsqu'il sera facile de développer des profils pour les membres de ce groupe.

FLoC de Google n'est, bien sûr, applicable qu'à son propre navigateur Chrome, mais il a apparemment également des traces dans le moteur open source Chromium utilisé par Brave, Vivaldi, Microsoft Edge et de nombreux autres navigateurs plus petits. Pour cette raison, Brave et Vivaldi ont publié des articles plutôt cinglants sur FLoC et ont promis de le bloquer sous n'importe quelle forme. Brave bloquera également l'interaction FLoC pour les utilisateurs de Chrome visitant son site Web.

Le remplacement par Google des cookies de suivi tiers fait déjà l'objet d'un examen juridique, en particulier en ce qui concerne son potentiel d'abus anticoncurrentiel. Lorsque Chrome bloque complètement ces cookies, les annonceurs et les sites peuvent être contraints de passer à FLoC et à la plateforme publicitaire de Google pour continuer à vivre des publicités sur les navigateurs Chrome. Brave, cependant, souligne que FLoC peut en fait être nocif, même pour les sites et les annonceurs, car son système favorisera les grandes entités qui peuvent détourner le public des acteurs de niche ou de plus petite taille.


Enregistrement GIF Google Chrome, montrant comment la navigation vers le site Web de la National Security Agency (nsa.gov) déclenche l'affichage d'un nouvel ID de cohorte FLoC dans la console des outils de développement du navigateur Chrome.

Amazon bloque la méthode controversée de suivi et de ciblage sans cookie de Google

La plupart des propriétés d'Amazon, notamment Amazon.com, WholeFoods.com et Zappos.com, empêchent au système de suivi FLoC de Google (ou Federated Learning of Cohorts) de collecter des données précieuses reflétant les produits recherchés dans le vaste univers du commerce électronique d'Amazon, selon le code du site Web analysé par des experts en technologie.

Alors que le système de Google collecte des données sur les voyages des internautes sur le Web pour savoir dans quelles catégories les placer, la décision d'Amazon sous le radar pourrait être un coup dur pour la mission de Google de guider l'avenir du suivi des publicités numériques après la mort des cookies sur Chrome.

« Cette décision est en corrélation directe avec la tentative de Google de fournir une alternative au cookie tiers », a déclaré Amanda Martin, vice-présidente des partenariats d'entreprise à l'agence numérique Goodway Group.

Selon les technologues qui ont étudié le code source des sites Amazon, la grande enseigne de distribution a ajouté du code à ses propriétés numériques pour empêcher FLoC de suivre les visiteurs à l'aide du navigateur Chrome de Google. Par exemple, alors qu'au début de la semaine, WholeFoods.com et Woot.com n'avaient pas inclus de code pour bloquer le FLoC, jeudi, ils ont constaté que ces sites comportaient un code indiquant au système de Google de ne pas inclure les activités de leurs visiteurs pour informer les cohortes ou attribuer des identifiants. Mais le blocage d'Amazon semble dispersé. Alors qu'un des technologues a vu ces deux sites bloquer FLoC, un autre ne l'a pas remarqué et a déclaré que le déploiement d'Amazon pourrait être évident sur différents serveurs dans différentes parties du pays.

Cependant, il existe une mise en garde concernant le blocage du FLoC sur les pages Whole Foods. Alors que d'autres domaines appartenant à Amazon mentionnés ici qui bloquent FLoC le font en utilisant l'approche recommandée par Google consistant à envoyer un en-tête de réponse à partir de pages HTML, le blocage de Whole Foods utilise une tactique qui envoie un en-tête de désinscription à partir des demandes d'analyse Amazon. Un technologue, qui a demandé à ne pas être nommé sur le sujet, a noté que la distinction est remarquable, car l'approche qu'Amazon a mise en œuvre pour la plupart des sites utilise la technique recommandée par Google, « connue pour être efficace à 100% » selon le technologue, et pourtant l'approche utilisée pour bloquer FLoC sur les pages Whole Foods ne l'utilise pas. Il émet l'hypothèse d'un oubli ou d'un choix délibéré de la part d'Amazon, peut-être comme un test quelconque.

Google affirme que FLoC est destiné à protéger la vie privée des personnes, car il utilise l'apprentissage automatique pour les regrouper en fonction des pages Web qu'ils ont consultées plutôt que de les suivre au niveau individuel. À l'heure actuelle, le système est dans une phase pilote, rassemblant des données indiquant les sites Web, le contenu et les produits qui intéressent les gens.

Pourquoi Amazon bloque FLoC

Bien qu'il puisse sembler évident qu'Amazon veuille mettre un terme à toute initiative de Google, l'entreprise a de nombreuses raisons d'entraver le succès de FLoC.

Premièrement, Amazon veut protéger sa propriété intellectuelle – les données précieuses dont il dispose qui montrent quels produits les gens recherchent, examinent et achètent en ligne. Avec un afflux d'acheteurs qui devrait affluer sur le site lors de ses Prime Days les 21 et 22 juin, il est maintenant temps de mettre en place une clôture électrique empêchant Google de se nourrir de ces précieuses données. Déjà, les entreprises et agences de technologie publicitaire collectent et analysent les données d'identification FLoC dans l'espoir d'améliorer les capacités de ciblage et d'identification. En termes simples, il n'est pas dans l'intérêt d'Amazon de laisser des étrangers comme Google ou d'autres entreprises de technologie publicitaire profiter de ses précieuses données sur les acheteurs.

Sans les visiteurs d'Amazon dans le lot des données collectées, FLoC de Google pourrait être désavantagé, a déclaré un responsable d'agence sous couvert d'anonymat. Si Amazon avait choisi de ne pas bloquer FLoC, la société aurait pu aider Google en permettant « des résultats considérablement améliorés de certains FLoC d'achat sur le marché », a déclaré l'exécutif. Déjà, les affirmations de Google concernant les performances de la méthode ont fait l'objet d'un examen minutieux.

La décision d'Amazon est une « énorme restriction » sur la collecte de données sur les acheteurs de Google, a déclaré l'un des technologues qui ont analysé le code source des sites d'Amazon. « Ce que vous recherchez sur Amazon représente qui vous êtes », a-t-il déclaré.

De plus, le blocage du FLoC est une décision concurrentielle. Amazon a ses propres aspirations pour récupérer davantage de dollars publicitaires que Google contrôle en vendant des publicités numériques en dehors des propriétés d'Amazon. Alors que l'activité Demand Side Platform (DSP) d'Amazon décolle, la société prévoit de lancer un identifiant pour le suivi et la mesure des publicités vendues via le DSP et par les éditeurs via la division des services aux éditeurs d'Amazon. «

Cependant, tout en empêchant FLoC de devenir une alternative privilégiée au suivi des cookies tiers pourrait aider Amazon, la société perd certaines informations qui pourraient lui être utiles en bloquant FLoC. Comme d'autres éditeurs empêchant la méthode de suivi, Amazon ne sera pas en mesure d'intercepter les indices fournis par les ID FLoC qui donnent une fenêtre sur le comportement des internautes. On peut soutenir que ces informations ont une valeur limitée pour Amazon compte tenu de la mine d'informations sur les acheteurs connectés dont elle dispose.

Lorsque l’on sait qu’Amazon concentre plus de 5 millions de vendeurs sur sa plateforme, il semble difficile aujourd’hui pour une marque de parvenir à sortir du lot. C’est pourquoi il est important d’accroître sa visibilité et de renouveler sa clientèle. Avec la plateforme Amazon DSP, il est désormais possible de développer sa notoriété, tout en restant cohérent avec sa stratégie full-funnel. La DSP (Demand Side Platform) d’Amazon est un système permettant de concentrer sur une même plateforme, différents tarifs et produits de plusieurs réseaux distincts. Ce centre de contrôle permet l’automatisation et l’optimisation du ciblage pour vos achats de supports et de formats d’espaces publicitaires. Un annonceur peut acheter des publicités ou des vidéos vendues en « programmatique ». Elles sont mises en ligne sur les espaces exploités par Amazon, mais pas uniquement.

Voir aussi :

Vivaldi, Brave, DuckDuckGo et l'EFF se rebiffent contre FLoC, le nouveau projet de tracking publicitaire de Google

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Waikiki
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/06/2021 à 22:46
Pour laisser aux gens le temps nécessaire pour l'oublier afin de l'abandonner définitivement discrètement ?
1  0 
Avatar de Christian_B
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 19/08/2021 à 2:09
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Que pensez-vous d'une approche orientée sur la thématique des sites visités ?
Si je ne me trompe, cette approche ne fournirait pas aux annonceurs des informations d'identification significatives sur les utilisateurs, mais ça ne veut pas dire que Google lui ne les possèderait pas, à toutes fins utiles (pour lui).
Mais surtout, cela ne changerait rien au contrôle quasi-exclusif imposé par Google.
Ce qui l'intéresse de toute façon, c'est d'être en situation de quasi-hégémonie en tenant les deux bouts de la chaîne, le navigateur sans cookie tiers et la publicité ciblée par lui pour pouvoir prendre un droit de péage incontournable.

De toute façon le problème est plus profond et ancien. C'est l'internet basé sur une publicité qui pollue les pages. Imagine-t-on un film avec une pub toutes les 2 mn ou en permanence dans un coin, ou un roman avec une pub à chaque page ?
Et la solution de type abonnement (ex : youtube, encore Google) n'en est pas une sauf pour certains sites au contenu éditorial original, car elle est encore une captation, n'étant viable que si les internautes acceptent d'aller toujours sur le même site, pour un service aussi large que les videos par exemple.

L'idéal serait que l'internaute qui ne veut pas de publicité paye une petite contribution à chaque visite d'un site, sans être inscrit et selon des règles connues et raisonnables visant à couvrir les frais du site et non à faire des montagnes de dollars.
Mais comme internet n'est pas conçu comme ça et que ce n'est pas l'intérêt des gros profiteurs, je rêve ...
1  1