IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le régulateur antitrust de l'UE s'inquiète des pratiques d'exclusivité des assistants vocaux,
Google, Amazon et Apple pourraient faire face à une enquête antitrust

Le , par Bill Fassinou

200PARTAGES

5  0 
Malgré le nombre de violations de données à l'actif des assistants vocaux Siri d'Apple, Alexa d'Amazon et Google Assistant, leur part de marché n'a pas du tout baissé. Au contraire, les données d'analyse du marché montrent que cela a même augmenté. Le régulateur antitrust de l'UE a indiqué mercredi qu'il s'inquiète de ce pouvoir de marché et pourrait ouvrir une enquête bientôt pour dissiper ses craintes. L'organisme enquêtera sur certaines pratiques d'exclusivité et de vente liées aux assistants vocaux. Apple, Google et Amazon pourraient être condamnés à payer plusieurs millions d'euros d'amende.

Alexa, Siri et Google Assistant dominent actuellement le marché des assistants vocaux. Microsoft a réalisé en 2019 une enquête sur les assistants vocaux pour révéler ce que les gens utilisent réellement. Alors que Cortana, l'assistant créé par Microsoft, se trouvait en quatrième position avec seulement 19 % de parts de marché, Google Assistant et Siri sont parvenus à s'emparer de 36 % chacun, et Alexa de 25 %. Selon de nouvelles données du marché, ces chiffres ont bien évolué depuis, laissant Cortana encore plus derrière. Cependant, la popularité de Siri, Alexa et Google Assistant pourrait être liée à des pratiques antitrust.



C'est une situation qui préoccupe les régulateurs antitrust de l'UE. En effet, par le biais d'une enquête d'un an sur les assistants vocaux comme Alexa et Siri et d'autres appareils connectés à Internet, l'UE a récolté plus de 200 réponses d'entreprises exprimant leurs préoccupations quant à d'éventuelles pratiques anticoncurrentielles. La Commission européenne a ouvert des enquêtes similaires par le passé dans des secteurs tels que le commerce électronique, les produits pharmaceutiques, les services financiers et l'énergie, qui ont finalement abouti à des poursuites contre des entreprises et à de lourdes amendes.

« Lorsque nous avons lancé cette enquête sectorielle, nous étions préoccupés par le risque d'émergence de "gatekeepers" dans ce secteur », a déclaré la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager dans un communiqué. « D'après les premiers résultats publiés aujourd'hui, il semble que de nombreux acteurs du secteur partagent nos préoccupations », a-t-elle ajouté. La commissaire a expliqué que leurs préoccupations concernent certaines pratiques d'exclusivité et de vente liée liées aux assistants vocaux et la position des intermédiaires entre les utilisateurs et les appareils intelligents.

En plus de cela, ils se sont également inquiétés de l'accès étendu des fournisseurs d'assistants vocaux et d'appareils intelligents à de grandes quantités de données. Les inquiétudes concernent en outre le manque d'interopérabilité entre les appareils, les technologies propriétaires faisant office de normes de facto. La Commission a indiqué mercredi que les conclusions de l'enquête feraient l'objet d'une consultation publique de 12 semaines, qui se terminera le 1er septembre, et qu'un rapport final serait présenté au cours du premier semestre de 2022. Amazon a déclaré que la concurrence était intense sur le marché de la maison intelligente.

Apple et Google n'ont pas encore commenté le sujet. Dans la communauté, l'on juge les préoccupations de la Commission européenne fondées. En effet, les enceintes connectées, notamment les assistants vocaux sont de plus en plus populaires sur le marché européen. En avril 2019, l'International Data Corporation (IDC) a rapporté que les livraisons d'enceintes intelligentes ont atteint un total record de 7,5 millions d'unités en Europe au 4T18. Le cabinet a écrit qu’en 2018, le marché de la maison intelligente en Europe atteignait près de 33 millions d'unités, soit une croissance annuelle de 15,1 %.

Parallèlement à la montée en puissance des enceintes connectées sur le marché européen, et les autres marchés, les violations de données liées aux assistants vocaux ont également considérablement augmenté. L'une des plus connues est l'écoute des enregistrements de Siri orchestrée par Apple pendant la dernière décennie. Il n’en fait pas mention au sein de ses conditions d’utilisateur, mais il confie les enregistrements vocaux de son assistant Siri à des prestataires qui effectuent des analyses de contenu qui, d’après lui, aident à améliorer le service. La pratique a été révélée en juillet 2019 par The Guardian.

La firme a dû présenter publiquement ses excuses pour avoir laissé des sous-traitants écouter les commandes que les utilisateurs donnent à Siri. Elle a ensuite promis de remédier à cette pratique, qui selon elle, servait à améliorer la qualité de Siri. La société a également déclaré qu'elle ne conserverait plus les enregistrements audio des interactions des utilisateurs avec Siri. Toutefois, environ un an plus tard, un autre rapport l'accusait de continuer à enregistrer les conversations entendues par Siri malgré sa promesse d'arrêter. Apple était cette fois-ci accusé par un de ses anciens sous-traitants.

En 2019 toujours, Geoffrey Fowler, chroniqueur technologique chez The Washington Post, a écrit qu'Alexa d'Amazon espionnait les utilisateurs. Même si Google, Apple et Amazon estiment qu'ils le font dans le but d'améliorer le service, des rapports dénoncent toujours une collecte abusive des données et leur exposition à des accès non restreints. En août 2020, un rapport a révélé que les haut-parleurs intelligents de Google écoutent, en plus des commandes vocales, tout autre bruit ambiant. La firme de Mountain View a déclaré que cela lui permettait de mettre en place de nouvelles fonctionnalités pour la sécurité domestique.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la popularité des enceintes connectées ?
Amazon, Apple et Google peuvent-ils réellement arrêter d'enregistrer les données collectées par leurs assistants ?

Voir aussi

IDC : les livraisons d'enceintes intelligentes ont atteint un total record de 7,5 millions d'unités en Europe au 4T18

Siri enregistre les bagarres, les échanges avec les médecins, les ébats sexuels et des prestataires d'Apple écoutent

Apple continue d'enregistrer les conversations entendues par Siri malgré sa promesse d'arrêter, d'après l'un de ses anciens sous-traitants qui s'insurge contre le manque de réaction des autorités

Alexa vous a espionné tout ce temps, selon Geoffrey Fowler, mais toutes les données sauvegardées ne serviraient qu'à rendre l'IA plus intelligente

Les haut-parleurs intelligents de Google écouteraient, en plus des commandes vocales, tout autre bruit ambiant, ce serait pour de nouvelles fonctionnalités pour la sécurité domestique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !