IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le gigantesque campus de Google à San Jose obtient l'approbation de la ville,
Il sera construit comme un quartier Google avec des espaces résidentiels et publics

Le , par Bill Fassinou

93PARTAGES

6  0 
Google démarrera dans les prochaines années la construction d'un nouveau campus dans la ville de San Jose. Les autorités de San Jose, en Californie, ont approuvé fin mai le projet de Google de construire un immense campus de plusieurs millions de dollars au cœur de la ville. Le géant de la technologie développera des centaines de mètres carrés de terrain sur le bord ouest du centre-ville de San Jose, qui fera l'objet d'une amélioration des infrastructures estimée à 1 milliard de dollars. Les documents du projet indiquent que Google sera propriétaire de l'ensemble du terrain, mais la majeure partie du projet sera affectée à des espaces résidentiels et publics.

Après plus de trois ans de négociations, les autorités de San Jose ont approuvé le mois passé le projet de Google concernant un campus tentaculaire dans le centre-ville, avec des milliers de nouveaux logements, des millions de mètres carrés d'espace de bureaux et un accord d'intérêt général de 200 millions de dollars. Il s'agirait du premier projet du genre dans la ville. « Le projet crée l'avenir de San Jose dans lequel je veux vivre, surtout après avoir surmonté une énorme méfiance à l'égard du gouvernement et des grandes entreprises technologiques », a déclaré le maire de San Jose, Sam Liccardo.



Selon les milieux d'affaires, les syndicats et les groupes communautaires, cet accord pourrait marquer un changement dans la politique de développement de la région de la baie, notamment parce que San Jose, longtemps éclipsée par sa voisine San Francisco, cherche à se remettre de la pandémie en créant des espaces publics plus actifs à proximité des transports en commun. Le personnel du conseil municipal a indiqué que le projet comprendra notamment des parcs, des places et des espaces verts, de nouveaux sentiers pédestres et cyclables et des vitrines commerciales.

Le campus devrait être érigé près de la gare centrale de San Jose, à Diridon Station. Le plan de Google comprend 4 000 nouveaux logements, un peu plus de 650 321 mètres carrés d'espace de bureaux, 60 702 mètres carrés de parcs et 46 451 mètres carrés d'espaces commerciaux et autres espaces. Dans le cadre d'un accord communautaire approuvé plus tôt cette année, le développeur d'Android aurait également accepté de créer un fonds de stabilisation communautaire de 155 millions de dollars pour la formation professionnelle, les sans-abri et les logements abordables.



C'est sans précédent pour un campus technologique de la région de la baie – et un contraste avec des sociétés comme Amazon et Tesla, qui ont parfois demandé aux gouvernements de réduire leurs coûts pour attirer les entreprises – ainsi qu'avec des promoteurs d'autres secteurs où les concessions communautaires ne sont pas la norme. « La ville de San Jose a maintenant devant elle un accord de développement qui reflète les besoins des gens ordinaires », a déclaré Maria Noel Fernandez, directrice adjointe du groupe de défense Silicon Valley Rising, soutenu par les syndicats.

« Cela va vraiment établir la norme pour le développement dans notre région, et potentiellement dans tout le pays », a-t-elle ajouté. Les bureaux devraient accueillir jusqu'à 20 000 travailleurs. Environ 1 000 des 4 000 logements seront désignés comme des logements "abordables". La directrice du développement de Google à San Jose, Alexa Aren, a décrit le projet comme étant "beaucoup moins un campus d'entreprise" et plus comme "un quartier résilient". On dirait qu'il s'agira essentiellement d'une ville Google dans laquelle les employés pourront vivre et travailler.



Avant que la pandémie du Covid-19 ne vienne bouleverser les habitudes des gens, Google aurait prévu d'accueillir jusqu'à 25 000 travailleurs dans ses nouveaux locaux de San Jose. Depuis, la société a annoncé qu'une partie de sa main-d'œuvre mondiale travaillera à distance, mais la ville espère que ce projet contribuera à dynamiser les espaces publics. « Le précédent est incroyablement important. Notre espoir est que Google soit le premier, le meilleur exemple de l'avenir des lieux de travail de la Silicon Valley », a déclaré Alex Shoor, directeur exécutif du groupe de défense des politiques publiques Catalyze SV.

La construction du nouveau campus de San Jose, qui représente le premier campus à usage mixte de Google, devrait durer entre 10 et 30 ans. Il est situé à seulement 16 km de l'autre campus géant que la société construit à Mountain View. Aren a déclaré aux médias qu'il s'agit d'un projet à long terme. « Il s'agit d'un projet à long terme. Nous ne sommes pas un promoteur qui vient pour cinq ans », a déclaré Aren.

Source : Google, Autorisation de la ville de San Jose (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Amazon dévoile les plans de la prochaine phase de réaménagement de son siège social en Virginie, avec une tour de verre tourbillonnante couverte d'arbres

Après Tesla et Hewlett Packard, Oracle quitte la Californie et déménage son siège social au Texas. L'entreprise évoque un changement qui va offrir à son personnel plus de flexibilité

Le PDG de Tesla, Elon Musk, critique la Californie, quitte l'État et s'installe au Texas, estimant que la Californie prend les innovateurs pour acquis

Télétravail : 60 % des salariés français préféreraient parler de leurs problèmes de stress et d'anxiété à un robot plutôt qu'à leur manager, selon un rapport d'Oracle

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !