IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

IBM est en passe de lancer un ordinateur quantique de 1 121 qubits d'ici 2023
L'entreprise veut se positionner comme un leader incontesté du domaine

Le , par Bill Fassinou

234PARTAGES

8  0 
IBM continue d'innover dans le domaine de l'informatique quantique et l'entreprise annonce qu'elle entend réaliser des percées au cours de cette décennie. Dans ses efforts, Big Blue a annoncé récemment qu'il prévoie de commercialiser un processeur IBM Quantum Condor de 1 121 qubits d'ici 2023, qui serait un record dans le domaine quantique. Les plans d'IBM ont été communiqués pour la première fois en septembre dernier où il prévoyait d'atteindre 127 qubits cette année et 433 qubits en 2022. L'entreprise travaillerait sur un système de réfrigération à dilution pour abriter les puces avec une densité plus élevée.

IBM prévoit une grande percée en informatique quantique

L'informatique quantique, avec l'IA, est perçue comme l'une des prochaines plus grandes révolutions de la Tech. IBM et Google sont deux des principaux acteurs du domaine, proposant déjà des services d'informatique quantique basés dans le cloud pour permettre aux entreprises de toute taille d'accéder à une grande puissance de calcul. C'est une manière pour Google et IBM de rendre la technologie grand public. Désormais, Big Blue veut prendre de l'avance sur ses concurrents et prévoit, pour cela, de déployer d'ici deux ans une puissance de calcul sans précédent dans le domaine de l'informatique quantique.



Selon Jamie Thomas, directrice générale de la stratégie et du développement d'IBM Systems, en 2023, l'entreprise devrait commercialiser un processeur quantique de 1 121 qubits d'ici 2023. « L'élément clé sur lequel nous nous sommes concentrés au cours des six derniers mois est vraiment une articulation de nos feuilles de route, donc la feuille de route autour du matériel, la feuille de route autour du logiciel, et nous avons également fait pas mal de développement d'écosystème », a déclaré Thomas cette semaine lors d'une interview dans le cadre de l'événement annuel IBM Think de l'entreprise.

Big Blue avait fait allusion à un tel processeur l'année dernière lorsqu'il présentait sa feuille de route pour ses prochains développements en informatique quantique. « Nous publions la feuille de route qui, selon nous, nous mènera des appareils bruyants à petite échelle d'aujourd'hui aux appareils à plus d'un million de qubits du futur. Notre équipe développe une suite de processeurs évolutifs, de plus en plus grands et de meilleure qualité, avec un périphérique de plus de 1000 qubits, appelé IBM Quantum Condor, qui devra être disponible en fin de 2023 », avait-il annoncé. Maintenant, il confirme ses dires.

Actuellement les puces quantiques d’IBM atteignent 65 qubits. Baptisé « Hummingbird », ce processeur succède à « Falcon » crée en 2019 et ne disposait que de 27 qubits. Cette année, l'entreprise prévoit de passer à 127 qubits (Eagle) et à 433 qubits (Osprey) en 2022. « En 2023, nous lancerons le processeur IBM Quantum Condor de 1121 qubits, intégrant les leçons tirées des processeurs précédents tout en continuant à réduire les erreurs critiques avec un nombre de qubits à deux chiffres afin de pouvoir exécuter des circuits quantiques plus longs », avait précisé IBM.

« Nous considérons Condor comme un point d'inflexion, un jalon qui marque notre capacité à implémenter la correction d'erreurs et à faire évoluer nos appareils, tout en étant suffisamment complexe pour explorer les avantages quantiques potentiels – des problèmes que nous pouvons résoudre plus efficacement sur un ordinateur quantique que sur les meilleurs supercalculateurs du monde ». Pour aboutir à ce résultat, IBM travaillerait sur un système de réfrigération à dilution pour abriter les puces avec une densité plus élevée.

Le rôle de l'open source dans le calcul des qubits quantiques

Lors de l'événement, la société a présenté Qiskit Runtime, un outil permettant aux développeurs d'utiliser plus facilement et plus rapidement les logiciels quantiques. Il permettrait de multiplier par 120 la vitesse des circuits quantiques, qui sont les éléments constitutifs des algorithmes quantiques. « À mesure que nous avançons à l'avenir, nous modifions notre modèle de programmation Qiskit pour permettre non seulement une utilisation facile par tous les types de développeurs, mais aussi pour améliorer la fidélité de l'ensemble de la machine », a déclaré Jamie Thomas.

Qiskit Runtime est un nouveau logiciel conteneurisé qui s'exécute dans IBM Cloud où il exploite le matériel classique d'IBM et la proximité des processeurs quantiques d'IBM pour accélérer les performances. IBM a procédé au lancement du logiciel mardi à l'occasion de l'événement virtuel Think. Grâce à une combinaison d'algorithmes retouchés, de systèmes de contrôle améliorés et du service quantique Qiskit Runtime, les chercheurs d'IBM ont réussi à résoudre un problème quantique 120 fois plus vite que la fois précédente où ils s'y sont essayés.

IBM cherche aussi à tirer parti d'OpenShift, fonctionnant sur une machine classique pour réaliser un "mariage" entre le traitement classique et le traitement quantique. OpenShift est un système en couches dans lequel chaque couche est étroitement liée à l'autre couche à l'aide de Kubernetes et du cluster Docker. L'architecture d'OpenShift est conçue de manière à pouvoir prendre en charge et gérer les conteneurs Docker, qui sont hébergés au-dessus de toutes les couches à l'aide de Kubernetes. Contrairement à OpenShift V2, OpenShift V3 prend en charge l'infrastructure conteneurisée.

Dans ce modèle, Docker aide à la création de conteneurs légers basés sur Linux et Kubernetes prend en charge la tâche d'orchestration et de gestion des conteneurs sur plusieurs hôtes. « Comme vous pouvez l'imaginer, cela nous donnera beaucoup de flexibilité en matière d'emplacement de cette machine classique et de la façon dont nous poursuivons l'évolution . Le grand mariage qui existe et existera entre l'informatique classique et l'informatique quantique », a conclu Jamie Thomas.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

IBM vient de résoudre ce problème d'informatique quantique 120 fois plus vite qu'auparavant et publie Qiskit Runtime, l'outil qui a permis cette accélération

IBM communique sa feuille de route pour ses prochains développements en informatique quantique, l'entreprise prévoit de créer un processeur quantique avec plus de 1000 qubits en 2023

IBM a atteint son plus grand volume quantique, passant de 32 à 64, depuis le début de l'année

IBM vise un chiffrement sûr et des outils de sécurité pour l'informatique quantique et propose Quantum Safe Cryptography pour la gestion des clés et les transactions applicatives

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !