IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook indique qu'il va ignorer l'interdiction de partage de données avec WhatsApp émise en Allemagne
Qui accompagne les nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp

Le , par Stéphane le calme

206PARTAGES

6  0 
Le commissaire de Hambourg à la protection des données et à la liberté de l'information (HmbBfDI) a émis une ordonnance interdisant à Facebook Ireland Ltd. de traiter les données personnelles de WhatsApp à ses propres fins. Cette injonction a été faite dans le cadre de la procédure d'urgence du règlement général sur la protection des données (RGPD), qui prévoit l'adoption de mesures provisoires avec une période de validité spécifiée sur le territoire, en l'occurrence l'Allemagne. Le contexte de la procédure est la demande à tous les utilisateurs de WhatsApp d'accepter les nouvelles conditions et la politique de confidentialité d'ici le 15 mai, qui confèrent à WhatsApp des pouvoirs étendus pour partager des données avec Facebook.

L'Allemagne a interdit à Facebook de collecter des données sur les utilisateurs de WhatsApp à l'intérieur de ses frontières. La commission de protection des données et de la liberté de l'information de Hambourg (HmbBfDI) affirme que les nouvelles politiques de collecte de données de l'application et les efforts acharnés de Facebook pour amener les utilisateurs à les accepter enfreignent le règlement général sur la protection des données (RGPD).

« Le commissaire à la protection des données et à la liberté d'information de Hambourg (HMBBFDI) a ouvert une procédure contre Facebook Ireland, dans le but d'émettre une ordonnance immédiatement exécutoire, dont le contenu est de ne pas collecter les données des utilisateurs de WhatsApp et de les traiter à ses propres fins. Facebook aura d'abord l'occasion de faire des commentaires lors d'une audience », a déclaré l’organisation sur son site web le 13 avril.

« Actuellement, il y a des raisons de croire que les dispositions relatives au partage des données entre WhatsApp et Facebook sont destinées à être appliquées illégalement en raison de l'absence de consentement volontaire et éclairé. Afin d'empêcher un partage de données de masse illégal et de mettre fin à une pression de consentement illégale sur des millions de personnes, une procédure administrative formelle a maintenant été lancée pour protéger les personnes concernées ».

Dans un communiqué de presse, le HmbBfDI a indiqué que les nouvelles conditions générales renouvellent formellement les pouvoirs de traitement des données et élargissent leur contenu pour l'avenir. Cela concerne, entre autres, le traitement des informations de localisation, le transfert des données de communication des utilisateurs à des sociétés tierces explicitement en référence à Facebook. Il permet également l'utilisation de données pour se connecter aux produits des entreprises Facebook. Un intérêt légitime pour le traitement des données ou pour l'échange des données concernant les mineurs est également revendiqué à tous les niveaux. En outre, l'avis précédemment existant selon lequel les messages WhatsApp ne sont pas partagés sur Facebook pour que d'autres puissent les voir a été supprimé.

L’analyse effectuée par les services allemands du HmbBfDI fait état de dispositions décrites comme « peu claires », « dispersées » dans divers documents juridiques, « difficiles à distinguer », entre ce qui est prévu au niveau européen et pour le reste du monde, « trompeuses » et présentant des « contradictions considérables ». Plus loin, il est question des conditions dans lesquelles le consentement individuel est donné : « Même après une analyse approfondie, les conséquences de l’approbation pour les utilisateurs ne sont pas claires. En outre, le consentement n’est pas donné librement, puisque WhatsApp exige l’acceptation des nouvelles dispositions comme condition pour continuer à utiliser les fonctionnalités du service ».

Johannes Caspar, le commissaire du HmbBfDI, a indiqué dans un communiqué de presse que Facebook a des antécédents d'abus de la vie privée des utilisateurs, soulignant le scandale Cambridge Analytica et la récente fuite de 500 millions d'enregistrements. De manière plus urgente, Caspar craint que les politiques publicitaires moins que transparentes de WhatsApp n'influencent les élections allemandes à venir en septembre.


« Les scandales de protection des données de ces dernières années, de Cambridge Analytica à la fuite de données récemment connue, qui a touché plus de 500 millions d'utilisateurs de Facebook, montrent l'étendue et les dangers du profilage massif », a déclaré Caspar. « Cela affecte non seulement la vie privée, mais aussi la possibilité d'utiliser des profils pour influencer les décisions des électeurs afin de manipuler les décisions démocratiques. Au vu des près de 60 millions d'utilisateurs de WhatsApp en vue des prochaines élections fédérales en Allemagne en septembre 2021, le risque est d'autant plus concret étant donné que l’opinion publique pourrait être influencée par des annonceurs de Facebook ».

Le HmbBfDI a émis une injonction d'urgence de trois mois sur la collecte de données de WhatsApp. Dans l'intervalle, il a demandé au Comité européen de la protection des données (CEPD) de se prononcer sur l'affaire au «niveau européen». Si l'EDPC constate que WhatsApp enfreint le RGPD, une interdiction plus permanente qui s'applique aux États membres, ainsi qu'à l'Allemagne, entrera probablement en vigueur jusqu'à ce que WhatsApp modifie ses politiques.

Facebook nie tout acte répréhensible. Un porte-parole a déclaré à Bloomberg que l'ordre d'urgence de la commission était basé sur un "malentendu fondamental" des termes et conditions de WhatsApp. Facebook a l'intention de déployer les nouvelles règles malgré l'interdiction.

WhatsApp va restreindre ses fonctionnalités si vous refusez le partage de données avec Facebook

Après avoir tenté de minimiser sa politique de collecte de données, Facebook a menacé de supprimer les comptes des utilisateurs s'ils n'acceptaient pas les conditions. Cependant, après de graves réactions négatives, le géant des médias sociaux a repoussé la menace, optant à la place de bombarder l'utilisateur avec des fenêtres contextuelles de consentement lancinantes. Continuer à ignorer les « rappels » entraînerait la perte progressive de fonctionnalités clés de l'application jusqu'à ce qu'elle soit pratiquement inutile. Les utilisateurs ont jusqu'au 15 mai pour accepter les nouvelles conditions.

WhatsApp a indiqué aux utilisateurs qu'ils ont jusqu'au 15 mai 2021 pour accepter les nouvelles modifications de la confidentialité, affirmant que « personne ne verra son compte supprimé ou ne perdra de fonctionnalité » en raison de la mise à jour de la politique. « Nous avons passé les derniers mois à fournir plus d'informations sur notre mise à jour aux utilisateurs du monde entier. Pendant ce temps, la majorité des personnes qui l'ont reçue ont accepté la mise à jour et WhatsApp continue de se développer », a déclaré WhatsApp dans un communiqué.

Les utilisateurs continueront à recevoir des rappels pour accepter de partager leurs données avec Facebook pendant les prochaines semaines, des rappels qui finiront par devenir persistants. « À ce moment-là, vous rencontrerez des fonctionnalités limitées sur WhatsApp jusqu'à ce que vous acceptiez les mises à jour », ajoute la société.

Comme le précise la déclaration de WhatsApp, les utilisateurs qui n'accepteront pas les mises à jour de confidentialité verront progressivement les fonctionnalités de leur compte restreintes :
  • Vous ne pourrez plus accéder à votre liste de discussion, mais vous pourrez toujours répondre aux appels téléphoniques et vidéo entrants. Si les notifications sont activées, vous pouvez appuyer dessus pour lire ou répondre à un message ou rappeler un appel téléphonique ou vidéo manqué.
  • Après quelques semaines de fonctionnalité limitée, vous ne pourrez plus recevoir d'appels entrants ou de notifications, et WhatsApp cessera d'envoyer des messages et des appels sur votre téléphone.

Ce n'est pas la première fois que Caspar se heurte à WhatsApp. En 2016, le commissaire a demandé à Facebook de cesser de collecter les données des utilisateurs de WhatsApp. Dans ce cas, Facebook a travaillé avec l'Allemagne pour aplanir les choses. Il ne semble pas que la plate-forme de médias sociaux soit disposée à coopérer cette fois.

Source : HmbBfDI

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/05/2021 à 10:47
Citation Envoyé par lvr Voir le message
Désinstaller toutes ces applications, c'est juste se couper du monde d’aujourd’hui .
Non, c'est juste se couper de TON monde!

Même les réseaux sociaux dit professionnels comme LinkedIn sont basés sur du faux... Les gens qui s'y complaisent avec des "500 contacts et plus" n'ont en réalité qu'une dizaine de vrais connaissances qu'ils voient d'ailleurs jamais puisqu'ils passent leur temps à agrandir leur réseau de fantômes.

Il est d'ailleurs très intéressant de constater sur LinkedIn que les personnes en début de carrière professionnelle s'y enregistrent en croyant aux promesses puis ferment ou abandonnent leur profil au fil de l'avancement de leur carrière. Font exception les gens qui sont toujours à la recherche d'une réussite qu'ils n'ont pas obtenu dans la vraie vie... Il suffit de suivre quelques groupes de LinkedIn pour constater qu'y participent plus que des indépendants de tous poils essayant de trouver désespérément des clients.
5  2 
Avatar de lvr
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/05/2021 à 13:53
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Non, c'est juste se couper de TON monde!
Mon monde est fait de voisins qui s'entraident via FB ("Qui a une échelle à prêter dans le quartier ?" "Moi, vous pouvez passer la prendre demain après 18h00", d'enfants dont il organiser les activités sportives ("Qui peut arbitrer cette semaine ?" "Moi je peux m'en charger" // "Je serai en retard pour la fin de l'entraînement, quelqu'un peut ramener Lucas?" ), du co-voiturage ("J'ai 3 places dans la voiture pour emmener les gamins au camps scouts cet été. Ca intéresse qui ?", d'un rang scolaire le matin ("Je peux faire jeudi", "Ok, moi je peux faire lundi", de forums d'entraide musicale ("Quelqu'un a déjà essayer de monter AudioTechnica BP4025 sur Tascam Dr100-mk3. J'ai pas mal de buzz vers les 100Hz. Vous aussi ?", de concerts ("Check out this upcoming online program in honor of Tony Conrad taking place May 27-28 via the Bemis Center -- ..." disait un gars que je suis sur FB. Et j'y serai), de découvertes littéraires et musicale, d'expositions qui s'annonce, ... (je passe les moins avouables, comme le flattage d'ego, les blagues pourries, ...)
Voilà ça c'est mon monde.
Et FB, Whatsapp, Insta, ... y jouent un rôle important.
Et pour l'heure, je perdrais beaucoup si ça disparaissait.
Tu me diras : Avant on avait pas tout ça. On faisait comment ? Je te dirai: on remonte jusqu'où ? Jusqu'avant les réseaux sociaux ? Jusqu'avant les ordinateurs, Jusqu'avant la révolution industrielle ? ...

Le passé est le passé. On va pas revenir en arrière. Aujourd'hui, les réseaux sociaux sont une réalité. Il faut viser à les améliorer, les rendre plus respectueux, moins invasif. Eduquer les jeunes et moins jeunes à leurs dérives, à leurs risques, ...

On va pas les arrêter. C'est ça que je trouve très simpliste dans ton discours. Très blanc/noir. Très, "je vis sur ma petite île et pense que mon modèle est LE modèle qui convient à tous le monde".

Ton modèle est ton modèle. Il te convient. Et tant mieux pour toi.

Mais ce n'est pas LE modèle. C'est UN modèle. Et il faut prendre en considération les besoins que cela remplit et travailler à partir de là.
4  1 
Avatar de lvr
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/05/2021 à 23:53
Citation Envoyé par Anselme45
Selon les propres chiffres de Fessebook, 60% des internautes français de la génération Z (15-24 ans) utilisent Fessebook! Il y a donc 40% d'ermites?
J'hésite: ironie ? simplisme ? caricature ? troll ?
Je fais le pari du simplisme: Donc ces 40% qui ne sont pas sur FB sont juste sur d'autres apps du même genre (Insta, Whatsapp, TikTok,...). Ils n'ont rien d'ermites. Ce sont juste un moyen de connexion, d'organisation de vie de tous les jours, ... Désinstaller toutes ces applications, c'est juste se couper du monde d’aujourd’hui .
Citation Envoyé par fredinkan Voir le message
Ca met juste du temps.
Bien sûr. Mais cela ne sera pas la préoccupation de la protection des données personnelles qui sera derrière le changement. Juste, un effet de mode.
Ce qui me gonfle, c'est que la majorité qui ne se soucie pas de la protection de ses données personnelles impose de facto à ceux qui s'en préoccupe de s'exposer.
4  3 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/05/2021 à 14:15
Bonjour,

Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Non, c'est juste se couper de TON monde!
Le covd s'est chargé de rappeller qu'on surconsomme encore plus les réseau sociaux avec le distanciel ... J’espère que les réseaux prendront "une claque" ... Toujours plus connecté et de moins en moins le temps ... un comble !

Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Même les réseaux sociaux dit professionnels comme LinkedIn sont basés sur du faux... Les gens qui s'y complaisent avec des "500 contacts et plus" n'ont en réalité qu'une dizaine de vrais connaissances qu'ils voient d'ailleurs jamais puisqu'ils passent leur temps à agrandir leur réseau de fantômes.

Il est d'ailleurs très intéressant de constater sur LinkedIn que les personnes en début de carrière professionnelle s'y enregistrent en croyant aux promesses puis ferment ou abandonnent leur profil au fil de l'avancement de leur carrière.


J'ai moi même fermé mon compte Linkedin . Chiant à gérer au bout d'un moment ... et loin d'être un parcours de santé pour postuler aux offres. C'est aussi plus simple de directement démarcher les entreprises elles mêmes .
0  0 
Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/05/2021 à 21:26
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Selon les propres chiffres de Fessebook, 60% des internautes français de la génération Z (15-24 ans) utilisent Fessebook! Il y a donc 40% d'ermites?

Attention scoop: Quand Fessebook n'existait pas, il n'y avait pas en France le 100% de la population composé d'ermites... Il parait même qu'il y avait à cette époque bénie des relations sociales qui existaient entre les gens, des relations sociales dans la vraie vie... Avec des vrais amis... Et non pas derrière son écran avec une pléthore "d'amis virtuels" que l'on a jamais croisé autrement qu'en lisant un pseudo sur le web
Apparemment, ils y a du monde qui ont oubliés que les courriels existent depuis prêt de 50 ans. J'aurais beaucoup plus de mal à vivre sans Gmail que de vivre sans FaceBook.

Si on exclus les activistes, ce truc n'es indispensable que pour peu de gens.
0  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/05/2021 à 22:52
Citation Envoyé par lvr Voir le message
C'est un brin simpliste comme raisonnement. A moins que tu vives en ermite.
Selon les propres chiffres de Fessebook, 60% des internautes français de la génération Z (15-24 ans) utilisent Fessebook! Il y a donc 40% d'ermites?

Attention scoop: Quand Fessebook n'existait pas, il n'y avait pas en France le 100% de la population composé d'ermites... Il parait même qu'il y avait à cette époque bénie des relations sociales qui existaient entre les gens, des relations sociales dans la vraie vie... Avec des vrais amis... Et non pas derrière son écran avec une pléthore "d'amis virtuels" que l'on a jamais croisé autrement qu'en lisant un pseudo sur le web
3  6