IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le FBI a identifié les participants à l'attaque du Capitole à l'aide d'un logiciel de reconnaissance faciale
De données de géolocalisation de smartphones et de publications sur les réseaux sociaux

Le , par Stéphane le calme

534PARTAGES

7  0 
Quatre mois après l'émeute du 6 janvier au Capitole des États-Unis, les agents du FBI maintiennent un rythme constant d'arrestation des personnes accusées d'avoir participé. Plus de 440 personnes ont été accusées d'avoir pris part au siège du Capitole, venant de tous les États sauf six (Mississippi, Dakota du Nord et du Sud, Rhode Island, Vermont et Wyoming). Le plus grand nombre provient du Texas, de la Pennsylvanie et de la Floride, dans cet ordre.

Les hommes sont plus nombreux que les femmes parmi les personnes arrêtées par 7 contre 1, avec une moyenne d'âge de 39 ans, selon les chiffres compilés par le programme sur l'extrémisme de l'Université George Washington à Washington, D.C. Un total de 44 sont des vétérans militaires. Plus de 60 des personnes arrêtées à ce jour font face à certaines des accusations les plus graves, d'agression d'agents de la police du Capitole des États-Unis et des services de la police métropolitaine de Washington. Les responsables ont déclaré que 140 officiers avaient été blessés lors de l'émeute.

Le rythme des arrestations est resté stable, alors que le FBI trie des centaines de milliers de comptes sur les réseaux sociaux. Dans près de 90 % des cas, les accusations ont été basées au moins en partie sur les propres comptes de médias sociaux d'une personne. Un homme de New York, Robert Chapman, s'est vanté sur l'application de rencontres Bumble d'avoir été au Capitole pendant l'émeute. La personne qu'il cherchait a informé le FBI.

Le FBI a déclaré que Reed Christensen de l'Oregon, accusé d'avoir agressé des officiers sur la terrasse inférieure ouest du Capitole, avait été identifié avec l'aide de son fils.

Les enquêteurs ont également utilisé un logiciel de reconnaissance faciale, comparant des images de caméras de surveillance et une vague de vidéos de médias sociaux et d'agences de presse avec des bases de données de photos du FBI et d'au moins une autre agence fédérale, les douanes et la protection des frontières, selon des documents judiciaires.

Ils ont également assigné à comparaître des dossiers d'entreprises fournissant des services de téléphonie mobile, permettant aux agents de savoir si le téléphone d'une personne spécifique se trouvait à l'intérieur du Capitole pendant le siège. Avec au moins 500 affaires devant être classées, toutes dans un seul tribunal fédéral à Washington, les procureurs chercheront probablement à conclure des accords de plaidoyer, dans l'espoir de réduire le nombre d'affaires en procès complet.

Dans une situation comme celle de l'émeute du Capitole, les données de géolocalisation plus précises sont importantes. Quelques mètres peuvent faire la différence entre un participant qui a commis un crime grave et un spectateur. Si certaines données de localisation sont précises à quelques mètres près, d'autres ne le sont pas. Les sociétés de localisation peuvent travailler avec des données provenant de capteurs GPS, de signaux Bluetooth et d'autres sources. La qualité dépend des paramètres du téléphone et du fait qu'il soit connecté à un réseau Wi-Fi ou à une tour de téléphonie mobile. Des questions telles que la population et la densité des bâtiments peuvent parfois jouer un rôle dans la qualité des données.

Une source a fourni au New York Times un ensemble de données, suivant les smartphones de milliers de partisans de Trump, de manifestants et de passants à Washington, D.C., le 6 janvier, alors que le rassemblement politique de Donald Trump se transformait en une violente insurrection.

« Ces données comprenaient des informations remarquables : un identifiant unique pour chaque utilisateur, lié à un smartphone. Cela a rendu encore plus facile la recherche de personnes, puisque l'identifiant prétendument anonyme pouvait être comparé avec d'autres bases de données contenant le même identifiant, ce qui nous permet de compléter en quelques secondes les vrais noms, adresses, numéros de téléphone, adresses e-mail et autres informations sur les propriétaires de smartphones ». Ces identifiants, expliquent les auteurs, sont appelés identifiants de publicité mobile, et ils permettent aux entreprises de suivre les personnes sur le web. « Ils sont censés être anonymes, et les propriétaires de smartphones peuvent les réinitialiser ou les désactiver complètement. Nos conclusions montrent que la promesse de l'anonymat est une farce », pouvait-on lire dans un article datant de février.


Un homme de l'Indiana accusé d'être un membre fondateur du groupe d'extrême droite les Oath Keepers, Jon Schaffer, a plaidé coupable d'être entré dans le Capitole alors qu'il portait un gilet tactique et était armé d'un spray anti-ours. Il a accepté de coopérer avec les enquêteurs.

Les procureurs ont déclaré lors des audiences de la Cour la semaine dernière qu'ils proposeraient bientôt des accords de plaidoyer à quatre hommes accusés d'avoir agressé des policiers. L'un d'eux, Patrick McCaughey, a été accusé d'avoir utilisé un bouclier antiémeute de la police pour pousser le policier du Capitole Daniel Hodges et pour le coincer entre le bouclier et une porte de la terrasse inférieure ouest de l'immeuble.

Dans une vidéo largement vue, Hodges semble crier de douleur. Mais lors de l'audience de la semaine dernière à Washington, le juge de district américain Trevor McFadden a déclaré que les procureurs n'avaient pas allégué que Hodges avait été blessé. Le juge a déclaré que les avocats de la défense ont cité une interview dans laquelle Hodges a déclaré qu'il criait pour signaler aux autres policiers qu'il était piégé.

« Il me semble que l'accusé essayait de se frayer un chemin à travers les officiers avec d'autres émeutiers pour entrer dans le Capitole, plutôt que d'essayer de blesser ou d'attaquer les officiers », a déclaré le juge.

Lors d'une autre audience, des avocats du gouvernement ont déclaré avoir entamé des discussions de plaidoyer avec Kevin Seefried du Delaware, qui a été photographié à l'intérieur du Capitole tenant un drapeau confédéré, et son fils, Hunter.

Le FBI a publié 353 images sur son site Web, sollicitant l'aide du public pour identifier les personnes au Capitole le 6 janvier, avec une priorité de trouver ceux qui ont attaqué des policiers. Les images 106 et 134 impliquent des attaques contre deux policiers de DC qui ont été traînés sur les marches du Capitole. L'un d'eux a été frappé avec une perche. Et l'image 300 montre une personne qui semble jeter un morceau de bois contre une fenêtre du Capitole.

Les responsables du FBI à Washington recherchent toujours l'aide publique pour identifier la personne qui a posé deux bombes artisanales au siège séparé des partis nationaux républicain et démocrate. Les appareils ont été placés la nuit avant l'émeute.

Ils n'ont pas explosé, mais les enquêteurs affirment qu'ils étaient tout à fait capables de causer des dégâts importants.

Source : FBI

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pcdwarf
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 14/06/2021 à 13:58
Qu'on aime trump ou pas, je trouve cette suspension scandaleuse.
Elle démontre que les grands acteurs du numérique ne sont pas aussi neutres qu'ils le prétendent.
3  0 
Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 14:43
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Clearview AI est une start-up qui a mis au point Clearview, une application de reconnaissance faciale. Sur son site, l'entreprise indique que c'est un nouvel outil de recherche utilisé par les organismes judiciaires pour identifier les auteurs et les victimes de crimes. « La technologie de Clearview a aidé les forces de l'ordre à traquer des centaines de criminels en général, notamment des pédophiles, des terroristes et des trafiquants sexuels ».
je me suis arrêté la. Quand on vous explique qu'il faut dix milliards de tronche pour coincer des "centaines de criminels" il faut fuir en courant. Mention spéciale pour les pédophiles et les trafiquants sexuels, qui sont pour certains tous notoirement connus. Quelle arnaque. Le truc ne va servir qu'a arrêter des écologistes et des activistes, et a des choses bien pire dans les pays moins démocratiques que les notres.

La belle affaire.

Comme l'a noté le Post, « Clearview a construit sa base de données en prenant des images à partir de réseaux sociaux et d'autres sources en ligne sans le consentement des sites Web ou des personnes photographiées. Facebook, Google, Twitter et YouTube ont exigé que l'entreprise cesse de prendre des photos de leurs sites et supprime celles qui ont été précédemment prises. Clearview a fait valoir que sa collecte de données est protégée par le premier amendement ».
C'est incroyable ce qu'il se passe dans notre dos...
3  0 
Avatar de Arya Nawel
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/06/2021 à 17:12
À l'avenir, les politiciens Libéraux qui pensent exactement comme nous seront traités mieux que tout le reste... Voila je crois que là ça se rapproche plus de la réalité 😎
3  1 
Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/06/2021 à 8:34
Il faudrait déja que facebook trait de manière égale tout le monde. C'est tres loin d'être le cas.
2  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/06/2021 à 11:52
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Créer des réseaux sociaux dédiés à la politique et à la religion . Ces 2 thématiques n'ont strictement rien à faire sur un réseau social lambda censé être orienté "loisir" .
Où as-tu vu que Facebook était un réseau orienté loisir ?
Cela n'a jamais été dans l'ambition de FB, y compris lors de sa création.

Et puis, comment comptes-tu séparer la politique de la religion de la société et de la vie quotidienne ?
Quand tu as des sujets tels que la PMA, c'est autant sociétal que politique et religieux.

De même, la plupart de nos loisirs ont également une portée politique et/ou religieuse.
Quand on participe à une reconstitution d'une bataille napoléonienne, bien évidement que c'est ludique et historique mais cela a aussi une grande signification politique.
Du coup, on communique dessus sur quel réseau ?

Même chose avec la littérature où la plupart des œuvres ont une portée philosophique, politique et religieuse.
Tolkien était un fervent catholique et on retrouve pas mal de références à la religion dans le Seigneur des Anneaux.
Si on veut communiquer sur les livres, films et jeux autour de cet univers, on le fait sur quel canal ?

A vouloir mettre chaque chose dans une case, c'est le meilleurs moyen pour ne jamais parler de rien dans son ensemble et surtout pas ensemble.

Ce que tu proposes n'est ni plus ni moins que du communautarisme.
2  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 05/10/2021 à 11:26
mr trump confond pas mal de concepts.

Personne ne l'empêche d'avoir un débat politique PUBLIC et ouvert (lui ou tout autre conservateur, d'ailleurs), en revanche il ne leur sont pas autorisés à violer des CGU d'entreprises PRIVEES auxquelles ils ont eux-même souscrits en s'inscrivant.
Libre à lui (ou tout autre) de s'exprimer sur d'autre médias, sur d'autres plateformes...

Quand à l'argument "on défavorise la prise de parole conservatrice sur ces plateformes"...
Heu, oui, et ? c'est pareil pour toutes les plateformes, on va pas demander à fox news d'être pro-démocrates ou à france soir d'être pro-sciences ou au daily star d'être pro-journalisme (ni même neutres), chacun a ses règles, ses lignes éditoriales, ses raisons économiques, bref, ses raisons de favoriser un discours plutôt qu'un autre.
Encore une fois, libre à eux d'aller sur des médias plus proches de leurs discours, voire d'en créer eux-mêmes.

Au contraire, je trouve que les réseaux sociaux ont été extrêmement tolérants avec des gens (et je ne limite pas ici la remarque à trump ni même aux républicains) qui se torchaient avec leurs règles sous couvert de politique, jusqu'à présent.

Après (j'anticipe les remarques idiotes) j'insiste sur un point : je parle ici de s'exprimer dans un média orienté avec un discours opposé et de se chouiner parce que ça marche pas bien.
Il est évident que, dans un pays démocratique, il est fondamental que chaque opinion, quel que soit le camp et aussi stupide ou extrême soit-elle, puisse être exprimée (tant que ça ne nuit pas aux droits de chacun), ne serait-ce que pour pouvoir être analysées et critiquées par le camps adverse.
3  1 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/10/2021 à 21:50
Mais Twitter préfère les Talibans à l'ex-Président des USA :
https://www.franceinter.fr/monde/afg...core-la-parole
3  1 
Avatar de tanaka59
Inactif https://www.developpez.com
Le 05/10/2021 à 23:28
Bonsoir,

Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Mais Twitter préfère les Talibans à l'ex-Président des USA :
https://www.franceinter.fr/monde/afg...core-la-parole
Mon commentaire en fera bondir plus d'un au plafond ...

Tant que des organisations politico-religieuses, comme les talibans, n'ont pas de discours de haine et j'en passe , bah on est bien emmerdé pour les jarter des Twitter et consort.

Que de dire Kim Jong Un ou du président iranien ...

Avec Trump , c'est l’hôpital que se fout de la charité ma parole.

Les agissements idéologique ne se voient pas ...
2  0 
Avatar de seedbarrett
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/01/2022 à 17:00
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
S'il y avait pas les réseaux sociaux on aurais pas en France :
- les antivax
- les climatosceptiques
- les gilets jaunes, avoir sur un barrage un rsa qui veux plus de rsa et un petit commerçant qui veux moins de charges donc des choses opposées, ca prouve que ce mouvement est débile, puisqu'en vrai le petits commerçant devrait voter pour un parti libéral anti impôts et anti charges, et le rsa pour un parti ultra socialiste qui paye les gens à ne rien faire, donc avec plus d'impôts et de charges.
- Les partis communistes avec Poutou et FI, car il ne font que diffuser des fakes news, tout est faux et stupide. En fait ces deux partis devraient être constitutionnellement interdits, vu que c'est basé sur le vol, le sabotage et les destructions, donc illégal.


Les antivax c'est aussi vieux que les vaccins, se sont des gens qui ne comprennent pas comment ça marche. Déjà à l'époque de pasteur on disait que c'était contre lé volonté de dieux, ou que les vrai mecs tombaient malade plutôt que de se prendre une piqure
Les climatoseptiques ça date des années 90, bien avant les réseau sociaux. J'ai particulièrement en tête les chemtrail, qui est une théorie du complot débile partagée à travers le monde depuis près de 30 ans. Sur le web certes, mais pas de facebook.
Les gilets jaunes voulaient tous la même chose : une meilleurs qualité de vie. Tu n'est pas sans savoir que les riches deviennent de plus en plus riche, creusant un écart avec la population. Ecart si grand qu'au bout d'un moment ça pète. Mais c'est un sujet compliqué, qui va être étudiés encore longtemps je pense. Parce qu'ils ont réussi a s'unir malgré des ambitions différentes.
Les parti de gauche ne font pas plus de fake news que les autres. Je te rappelle toutes les merdes que notre gouvernement adoré à pu raconter ? A droite, tu crois qu'ils ne partagent que la vérité ? Et niveau sabotage du pays, on a pas besoin de la gauche pour que l'UMP vende notre or, nos turbines nucléaires, ou même notre patrimoine. C'est pas du sabotage, destruction et vol ?
4  2 
Avatar de solstyce39
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/02/2022 à 22:07
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
je me suis arrêté la. Quand on vous explique qu'il faut dix milliards de tronche pour coincer des "centaines de criminels" il faut fuir en courant. Mention spéciale pour les pédophiles et les trafiquants sexuels, qui sont pour certains tous notoirement connus. Quelle arnaque. Le truc ne va servir qu'a arrêter des écologistes et des activistes, et a des choses bien pire dans les pays moins démocratiques que les notres.
oui mais là en plus y a pas moyen de fuir, les gars ils construisent leur base de données à partir de tout ce qu'ils trouvent en ignorant totalement le droit à l'image, t'ira leur faire une demande de droit à l'oubli à ceux-là ...
2  0