IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les plateformes de médias sociaux jouent un rôle central dans l'amplification de l'extrémisme domestique
Selon le directeur du FBI Christopher Wray

Le , par Stéphane le calme

241PARTAGES

15  0 
« Les médias sociaux sont devenus, à bien des égards, le principal amplificateur de l'extrémisme violent national, tout comme ils l'ont fait pour l'influence étrangère malveillante », a déclaré Wray lors d'une audience du Comité du renseignement du Sénat mercredi rapportée par le Wall Street Journal. Il a également averti que l'effet de « chambre d'écho » (dans laquelle les personnes partageant les mêmes idées donnent rarement du crédit à des arguments qui ne font pas écho aux leurs) des médias sociaux avait exacerbé le problème.

« Les mêmes choses qui attirent les gens vers elle pour de bonnes raisons sont également capables de causer toutes sortes de torts contre lesquels nous sommes chargés d'essayer de protéger le peuple américain », a indiqué Wray.

Wray a cessé de blâmer les entreprises de la Silicon Valley pour leur aide à l'extrémisme national, exhortant plutôt les Américains à «mieux comprendre les informations qu'ils lisent» et à l'aborder avec «un plus grand niveau de scepticisme perspicace».

Les commentaires de Wray sont intervenus alors que l'administration Biden relançait ses efforts pour lutter contre le terrorisme intérieur, qui a pris une plus grande urgence après que les partisans de l'ancien président Trump ont pris d'assaut le Capitole américain le 6 janvier, affirmant à tort que les élections de 2020 lui avaient été volées. Les remarques de Wray figuraient parmi les commentaires les plus stridents d'un haut responsable du renseignement américain sur la façon dont les médias sociaux alimentent le problème.

Facebook, YouTube et Twitter ont été poussés à répondre de leur rôle dans la diffusion de la désinformation au cours de l'année dernière. Le problème est devenu particulièrement important pendant la pandémie et à la suite de l'émeute meurtrière au Capitole des États-Unis en janvier. Lors d'une audience le mois dernier, les législateurs du Congrès ont demandé à Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey s'ils assumeraient la responsabilité du rôle que leurs plateformes ont joué dans l'insurrection.

Jack Dorsey de Twitter a reconnu publiquement la part de responsabilité de sa plateforme. Précisons que le représentant Mike Doyle, démocrate de Pennsylvanie, a demandé aux PDG si leurs services de médias sociaux ont contribué à la diffusion de fausses informations qui ont conduit aux événements du 6 janvier et à la planification de l'attaque. Doyle a insisté pour que les PDG répondent par "oui" ou par "non". Dorsey a été le seul dirigeant à répondre directement par l'affirmative.

Toutefois, Dorsey a pris le soin d'apporter certaines clarifications. « Oui », a-t-il dit. « Mais vous devez également prendre en considération l'écosystème plus large. Il ne s'agit pas seulement des systèmes technologiques que nous utilisons », a-t-il continué. En outre, pendant l'audition, Dorsey a tweeté « ? » avec un sondage demandant aux utilisateurs de Twitter de voter "oui" ou "non" à la question que le représentant Doyle venait de lui poser. Par la suite, la représentante démocrate Kathleen Rice a lui demandé : « M. Dorsey, qu'est-ce qui l'emporte, oui ou non, dans le sondage de votre compte Twitter ». Dorsey a répondu « le oui ».


Mark Zuckerberg a quant à lui complètement rejeté toute responsabilité quant au rôle de sa plateforme dans la diffusion de fausses informations.


Avant que les partisans de Donald Trump, alors président, ne prennent d'assaut le Capitole le 6 janvier dernier, des informations erronées sur les résultats de l'élection présidentielle avaient tourbillonné sur les sites de médias sociaux. Après l'attaque, Twitter et Facebook ont interdit à Trump de publier sur leurs plateformes, estimant que ses agissements ne respectaient pas leurs conditions d'utilisation.

Twitter a été le premier à censurer Trump après qu'il a partagé une vidéo dans laquelle il qualifiait les émeutiers de "très spéciaux" et "injustement traités", mais a hésité à retirer la vidéo du site. YouTube et Facebook ont retiré la vidéo plus tôt que Twitter. La représentante Jan Schakowsky, démocrate de l'Illinois et présidente de la sous-commission de la protection des consommateurs et du commerce de la Chambre des représentants, a déclaré que les fausses informations sur la pandémie et l'élection présidentielle du 3 novembre dernier ont entraîné la perte de vies humaines.

« Les témoins présents aujourd'hui ont démontré à maintes reprises que l'autorégulation n'a pas fonctionné. Ils doivent être tenus responsables pour avoir permis la diffusion de la désinformation », a déclaré Schakowsky. Le président de la commission de l'énergie et du commerce de la Chambre des représentants, Frank Pallone, a exprimé sa frustration à l'égard de Facebook, et a déclaré que l'entreprise amplifie la désinformation. « C'est pourquoi le Congrès doit agir », a déclaré Pallone. « Vous n'êtes pas des spectateurs, vous encouragez ces choses ».

Source : Wall Street Journal

Et vous ?

Partagez-vous l'avis du directeur du FBI qui estime que les médias sociaux ont contribué à amplifier l'extrémisme ?
Les plateformes devraient-elles être tenues pour responsables ou les utilisateurs ? Dans quelle mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/04/2021 à 20:18
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Bonsoir,

C'est vrai.

Une partie de population (souvent précaire), qui a une forte propension à consommer, milieu populaire . Est la plus exposée à " gober " des discours complotistes / infox ... Comme on dit ici dans le nord les "babaches" ou les "boubourses". Une partie de la population, plutôt naïve a qui on peut faire croire n'importe quoi. Ceux qui "croivent" en somme .

Les deux .

D'une part les discours trop "politique" et "religieux" n'ont pas leurs place Facebook et consort. Donc oui Facebook a sa part de responsabilité en ayant autorisé ces contenus ... Donc des potentiels dérives.

La population qu'on doit former, pour justement éviter qu'elle ne tombe dans le panneau. Le problème étant , que ces personnes trop naives sont le fond de commerce de certains Gafam ... (jeux, applis, data personnelles ...) . Comme cette population a une forte propension à consommer . Les gafam se servent.
Les politiciens sont les premiers à s'emparer de ces réseaux pour leurs campagnes, alors il ne faut pas qu'ils viennent pleurer si d'autres tentent de faire pareil.

C'est vrai qu'il y a pas mal de mensonges sur Facebook ou autre, mais quid de la TV? Des journaux "gratuits"? La seule différence c'est que dans un cas on a des plateformes qui permettent au peuple de partager à grande échelle, y compris pour dire des bêtises (quand ils ne sont pas censurés), là où dans un modèle traditionnel, seules les grosses entreprises et les gouvernements peuvent se le permettre, et c'est bien ça qui embête notre "ami" du FBI
2  0 
Avatar de arflam
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/04/2021 à 0:43
L’obsession de censure, n’à sans doute fait qu’empirer les choses, les groupes politiques se dispersent sur de multiples réseaux qui se specialisent, ne discutent plus.
Les algo isolationistes qui servent la vente de pub devraient être désactivés par défaut, voir interdits. Ça favoriserait le modèle par abonnement.
0  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/04/2021 à 23:19
Bonsoir,

Partagez-vous l'avis du directeur du FBI qui estime que les médias sociaux ont contribué à amplifier l'extrémisme ?
C'est vrai.

Une partie de population (souvent précaire), qui a une forte propension à consommer, milieu populaire . Est la plus exposée à " gober " des discours complotistes / infox ... Comme on dit ici dans le nord les "babaches" ou les "boubourses". Une partie de la population, plutôt naïve a qui on peut faire croire n'importe quoi. Ceux qui "croivent" en somme .

Les plateformes devraient-elles être tenues pour responsables ou les utilisateurs ? Dans quelle mesure ?
Les deux .

D'une part les discours trop "politique" et "religieux" n'ont pas leurs place Facebook et consort. Donc oui Facebook a sa part de responsabilité en ayant autorisé ces contenus ... Donc des potentiels dérives.

La population qu'on doit former, pour justement éviter qu'elle ne tombe dans le panneau. Le problème étant , que ces personnes trop naives sont le fond de commerce de certains Gafam ... (jeux, applis, data personnelles ...) . Comme cette population a une forte propension à consommer . Les gafam se servent.
0  1