IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Jack Dorsey, PDG de Twitter, admet que son site Web a contribué aux émeutes du Capitole,
Facebook, Twitter et Google relaieraient des infos toxiques qui conduisent à la dépression et au suicide

Le , par Bill Fassinou

307PARTAGES

8  0 
Les PDG de Facebook, Google et Twitter faisaient face ce jeudi 25 mars à la Chambre des représentants sur les questions relatives à la désinformation grandissante sur leur plateforme respective. Dans le cadre de son témoignage, Jack Dorsey, PDG de Twitter, a déclaré que la plateforme a joué un rôle dans la prise d'assaut du Capitole le 6 janvier dernier. Cela semble être la première reconnaissance publique par un haut responsable des médias sociaux de l'influence des plateformes sur l'émeute. Dans les prochains mois, les législateurs s'attendent à ce que ces trois plateformes prennent des mesures drastiques contre la désinformation et l'extrémisme.

Après le témoignage des PDG des GAFA l'été dernier, cette nouvelle audition était très attendue des membres de la communauté, notamment en raison des points qui ont été discutés. L'audience est axée sur le rôle des médias sociaux dans la diffusion de la désinformation et de l'extrémisme, l'insurrection du 6 janvier au Capitole des États-Unis et les fausses informations sur la pandémie. Lors de l'audition, les législateurs des deux partis ont accusé Facebook, Google et Twitter d'avoir causé des dommages hors ligne aux enfants, à la santé publique et à la démocratie.



Jack Dorsey de Twitter a reconnu publiquement la part de responsabilité de sa plateforme dans les faits qui leur sont reprochés. En effet, le représentant Mike Doyle, démocrate de Pennsylvanie, a demandé aux PDG si les services de médias sociaux ont contribué à la diffusion de fausses informations qui ont conduit aux événements du 6 janvier et à la planification de l'attaque. Doyle a insisté pour que les PDG répondent par "oui" ou par "non". Dorsey a été le seul dirigeant à répondre directement par l'affirmative. Rappelons que, selon les chiffres officiels, les troubles au Capitole le 6 janvier ont fait cinq morts, dont un policier du Capitole.

Toutefois, Dorsey a pris le soin d'apporter certaines clarifications. « Oui », a-t-il dit. « Mais vous devez également prendre en considération l'écosystème plus large. Il ne s'agit pas seulement des systèmes technologiques que nous utilisons », a-t-il continué. En outre, pendant l'audition, Dorsey a tweeté « ? » avec un sondage demandant aux utilisateurs de Twitter de voter "oui" ou "non" à la question que le représentant Doyle venait de lui poser. Par la suite, la représentante démocrate Kathleen Rice a lui demandé : « M. Dorsey, qu'est-ce qui l'emporte, oui ou non, dans le sondage de votre compte Twitter ». Dorsey a répondu « oui ».



Son sondage de jeudi après-midi a recueilli, jusqu'à la rédaction de cet article, 98 076 votes. Si Dorsey, pour ce que ça vaut, a répondu « oui » à la question de Doyle, sur Twitter, "oui" gagne par une marge de 65,4 % contre 34,6 %. Par ailleurs, outre la désinformation, les représentants ont également interrogé les dirigeants sur des sujets tels que le harcèlement, les discours de haine et l'extrémisme. Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, et Sundar Pichai, PDG de Google, n'ont pas répondu par "oui" ou "non". Pour sa part, Pichai a déclaré qu'il s'agissait d'une "question complexe".

Mark Zuckerberg a quant à lui complètement rejeté toute responsabilité quant au rôle de sa plateforme dans la diffusion de fausses informations. Tout au long de l'audition, Dorsey a aimé des tweets critiquant certains aspects de la session, notamment en demandant pourquoi les membres du Congrès prononçaient mal le nom de Pichai, et a répondu à un tweet confirmant qu'il était pieds nus pendant l'appel. De leur côté, les législateurs des deux partis tentaient de coincer les PDG en leur posant des questions auxquelles ils ne pouvaient répondre que par "oui" ou "non", les interrompant lorsqu'ils tentaient de donner des réponses plus longues.

L'attaque du Capitole et les actions des médias sociaux qui ont suivi

Avant que les partisans de Donald Trump, alors président, ne prennent d'assaut le Capitole le 6 janvier dernier, des informations erronées sur les résultats de l'élection présidentielle avaient tourbillonné sur les sites de médias sociaux. Les mensonges selon lesquels l'élection avait été volée à Trump étaient courants, tout comme les fausses théories de conspiration sur la façon dont le président Biden avait obtenu les voix nécessaires pour gagner. Après l'attaque, Twitter et Facebook ont interdit à Trump de publier sur leurs plateformes, estimant que ses agissements ne respectaient pas leurs conditions d'utilisation.



Twitter a été le premier à censurer Trump après qu'il a partagé une vidéo dans laquelle il qualifiait les émeutiers de "très spéciaux" et "injustement traités", mais a hésité à retirer la vidéo du site. YouTube et Facebook ont retiré la vidéo plus tôt que Twitter. La représentante Jan Schakowsky, démocrate de l'Illinois et présidente de la sous-commission de la protection des consommateurs et du commerce de la Chambre des représentants, a déclaré que les fausses informations sur la pandémie et l'élection présidentielle du 3 novembre dernier ont entraîné la perte de vies humaines.

« Les témoins présents aujourd'hui ont démontré à maintes reprises que l'autorégulation n'a pas fonctionné. Ils doivent être tenus responsables pour avoir permis la diffusion de la désinformation et de la mésinformation », a déclaré Schakowsky. Le président de la commission de l'énergie et du commerce de la Chambre des représentants, Frank Pallone, a exprimé sa frustration à l'égard de Facebook, et a déclaré que l'entreprise amplifie la désinformation. « C'est pourquoi le Congrès doit agir », a déclaré Pallone. « Vous n'êtes pas des spectateurs, vous encouragez ces choses ».

Entre-temps, le représentant Gus M. Bilirakis (R-Fla.), le républicain le plus haut placé dans la sous-commission de la protection des consommateurs, a déclaré qu'il avait entendu des électeurs parler du harcèlement en ligne et que la commission pouvait s'unir pour imposer des changements sur les plateformes. « Ce que je veux entendre, c'est ce que vous ferez pour ramener notre pays des marges et mettre fin aux pratiques toxiques qui poussent à la dépression, à l'isolement et au suicide », a déclaré Bilirakis. « Nos enfants sont perdus, alors que vous dites que vous allez essayer de faire mieux, comme nous l'avons déjà entendu d'innombrables fois ».

Enfin, la représentante Cathy McMorris Rodgers (R-Wash), la républicaine la plus importante de la commission de l'énergie et du commerce de la Chambre des représentants, a dit aux PDG que leurs plateformes sont sa « plus grande crainte en tant que parent ».

Et vous ?

Quel est votre avis sur le rôle des médias sociaux dans l'attaque du Capitole américain ?
La question de la désinformation ne date pas d'aujourd'hui, que suggérez-vous pour la résoudre ?
Pensez-vous que la législation (l'article 230 de la CDA) qui protège les plateformes en ligne devrait être révoquée ?

Voir aussi

Mark Zuckerberg propose des réformes limitées de la Section 230 avant son audition devant le Congrès, les entreprises ne bénéficieraient de cette loi que si elles suivent les meilleures pratiques

Les PDG des GAFA ont été auditionnés par le Congrès américain dans le cadre d'une enquête antitrust, une séance marquée par des échanges tendus entre les participants

Google admet avoir censuré le « World Socialist Web Site », l'organe en ligne fournisseur de nouvelles et d'analyses socialistes, pendant l'audition des patrons de la Tech devant le sénat américain

Amazon, Facebook, Apple, et Google ont des pouvoirs de monopoles, c'est pourquoi ils doivent être démantelés, d'après le rapport parlementaire US

Microsoft est désormais "l'adulte dans la salle" parmi les grandes technologies, déclare une députée de Seattle lors d'une audition devant le congrès portant sur les pratiques commerciales des GAFAM

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/04/2021 à 16:33
J'irais même plus loin : ils soutiennent tout ce qui leur fait du Traffic. Les émeutes du capitole ont été particulièrement juteuses en terme de Traffic. Je ne doute pas qu'un équivalent bolchévique subirait le même sort : on laisse faire parce que c'est bon pour le business.
6  1 
Avatar de Claude40
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 8:13
J’ai écrit un jour sur ce forum que les réseaux sociaux étaient « la nouvelle arme de destruction massive », et cela en a fait sourire plus d’un !
A supposer que l'entreprise ait vraiement l'intention de contrôler, même une armée de développeurs et modérateurs sera impuissante au final, car elle agira toujours après coup, avec systématiquement un ou deux temps de retard.
6  1 
Avatar de T3TR4
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 16:25
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ouais c'est vrai que les histoires de licenciements c'est pas cool.

Par contre pour le harcèlement c'est simple, tu peux bloquer, signaler, ignorer. De toute façon rien ne t'oblige à utiliser un réseau social.
Bien avant les réseaux sociaux il y avait déjà des adolescents qui se suicidaient parce qu'ils étaient harcelés, rien de neuf sous le soleil…

Non, mais ça a aidé le mouvement des gilets jaunes et ça c'est cool

Un autre truc chouette sur les réseaux sociaux, c'est que quand une personne au pouvoir s'exprime, tout le monde peut aller se foutre de sa gueule et c'est primordial dans une démocratie de critiquer le pouvoir en place, c'est presque un devoir. (c'est le jeu, les politiciens font des promesses et n'en tiennent aucune quand ils sont au pouvoir, en contrepartie le peuple se moque de ceux qui le gouvernent)

Par exemple le compte Twitter d'Emmanuel Macron publie le message : "Vacciner, vacciner, vacciner."
https://twitter.com/EmmanuelMacron/s...36062230597632
Tout le monde se fout de gueule et c'est très sain comme réaction.
Ça doit être bien de vivre avec des lunettes roses comme toi, la vie doit te sembler paisible...

J'ai vécu le harcèlement, avant même les réseaux sociaux, je connais bien, et mieux je l'ai vécu aussi pendant. Je peux t'assurer que celui là est plus insidieux, parce que tu ne sais pas d'où ça vient. Pire encore, grâce à ces réseaux sociaux, on te créé un faux profil et on te fait vivre virtuellement. La sensation d'être une marionnette entre les doigts d'autres personnes te déshumanise, et c'est ce que les réseaux font, en réalité.

Prend un cas simple : discute avec une personne dans la rue, puis discute avec une autre personne (avec le même ressenti affectif, donc prend un inconnu dans la rue pour avoir deux bases neutres) sur internet. Tu t'apercevras vite qu'à la fin de la journée, le ressenti n'est pas le même. L'un est déshumanisé, pas de visage, pas de nom, et tout aussi intéressante que soit la conversation, tu resteras sur une sorte de mysticisme cérébrale, alors qu'avec la personne dans la rue, ton coté social aura repris le dessus, et à la fin de ta journée, cette expérience sociale s'infusera en toi, justement en tant qu'expérience vécue.

Oui, la satyre est importante, ce n'est pas mon propos encore une fois, oui, le rassemblement et l'union, la conscience politique émergente (puisque disparue après 1980, peu ou proue quand les français se sont rendu compte que Mitterrand, c'était la droite de la gauche..), tout ça c'est hyper important, mais il faut impérativement faire comprendre aux gens que le virtuel, c'est pas une extension du monde. C'est un peu une sorte de multivers, un univers parallèle ou tout peut être dupliqué, et presque à l'infini (tant qu'on peut produire de l'électricité)...

En parlant d'électricité...



A gauche, tu as le monde réel et internet comme les gens le voient habituellement. C'est à dire qu'Internet est une continuité du monde et que dans l'esprit des gens, Internet ne fonctionne pas sans eux.

A droite, tu as le monde réel et internet comme il est actuellement, c'est à dire que tant qu'il y a une source d'alimentation, Internet peut vivre sans le monde réel.

Et ça, c'est un vrai problème éthique, moral et un domaine sur lequel il faut se pencher d'urgence.

Citation Envoyé par pemmore Voir le message
avaler tous les bobards possibles parce qu'un gros malin à envoyé ça sur internet et ensuite accuser internet, ces gens qui ont participé à cette émeute stupide doivent être mis en éxamen et directos la prison, fallait réfléchir avant et réaliser que c'étaient des mensonges inspirés de mr Trump du même acabit que napoléon, ,robespierre/danton, thiers, Clemenceau, Hitler, pétain et autres dictateurs élus les mains pleines de sang.
Ces 7 criminels d'état n'ont pas eu besoin de Twitter pour faire leurs sanies. Le mal parler est consécutif de l'espèce humaine, le mal entendre aussi
Vous allez me dire oui mais (l'un des 7)! Ben non, être un homme d'état n'autorise pas à sous-traiter le crime et de s'en laver les mains, alors Trump: petit bras! 8ème?
Oui, je suis d'accord avec toi, et en même temps, s'il n'y avait pas ces vecteurs-poisons, probablement que cela n'aurait jamais existé...
3  0 
Avatar de lololapile
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 21:34
Je suis bien sûr opposé à l'incitation à la violence ou à la haine. Ce qui m'inquiète beaucoup plus c'est la censure que les réseaux sociaux (Youtube par exemple) mettent en place. Si vous voulez critiquer l'action gouvernementale sur la pandémie ou livrer votre propre analyse sur les traitements anti-covid vous êtes immédiatement censurés. Je trouve cela complètement anti-démocratique et très inquiétant pour l'avenir de notre société. Nous nous acheminons progressivement vers une dictature où seul le gouvernement peut s'exprimer.
4  1 
Avatar de T3TR4
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/04/2021 à 12:51
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Sur Twitter et Facebook il y a beaucoup de modération. Des sanctions peuvent tomber facilement.
Il existe des procédures, il y a des lois qui te protègent, elles fonctionnent dans le monde réel comme sur internet.
Et d'ailleurs c'est beaucoup plus simple de prouver ce qui t'es arrivé sur internet, puisque si il y a une enquête les sites vont collaborer avec la police. (sur internet tu laisses une trace, on peut retrouver les messages)
Bon après c'est chiant, il faut peut-être trouver un avocat, faire un procès, c'est l'enfer, ça coute cher, ça prend du temps. Mais en principe il y a une justice et elle doit être capable de faire quelque chose dans ces cas là.

Il est possible de masquer les gens qui tiennent des propos qui ne nous intéressent pas. Donc il y a moyen d'éviter l'harcèlement, en ignorant. Si il y a une réponse, ça peut escalader très vite, donc il ne vaut mieux pas répondre.
Tu sais, essaie de porter plainte pour harcèlement sur internet, ou pour n'importe quoi qui s'est passé sur internet. Les plaintes n'aboutissent que très rarement. (et là encore, j'en ai posé deux, la première pour harcèlement, les flics m'ont dissuadé de poursuivre parce que le procureur était mal formé sur le sujet et que c'était finalement pas si grave parce que y'avait déjà plusieurs années, et la seconde c'était il y a quelques mois pour une usurpation d'identité, avec les preuves, communications, bref c'était vraiment facile à voir. On a pris ma déposition mais on a refusé les communications que j'ai eu avec la personne qui a usurpé mon identité alors que tout ça le prouvait.)

Les lois ne protègent rien du tout, au mieux, elles sont là pour condamner, trop tard, parce que nos magistrats ne sont pas formés à l'informatique. Ils ignorent un bon nombre de procédés techniques, par exemple, et quand on leur sert une bonne histoire, ils finissent par s'y plier.
2  0 
Avatar de byrautor
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/04/2021 à 18:29
Que faire de cet embrouillamini "d'informations" ; c'est la pagaille mentale.
2  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 01/05/2021 à 14:44
+1
..c'est pas la fonction qui définit son emploi, c'est l'inventivité du cerveau de l'utilisateur qui en détermine ses contextes et ses limites, en fonction des caractéristiques que présente l'objet. Les évolutions /corrections ont toujours au moins un cycle de retard quand il s'agit de contrer l'utilisateur.

ex : un crayon de papier c'est pour écrire ...certain l'utiliseront comme poignard, d'autres comme enrouleur à cassette (oui, je suis vieux), d'autres encore, l'utiliseront comme anti-stress dans la main.
2  0 
Avatar de Saverok
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/05/2021 à 15:28
Citation Envoyé par lololapile Voir le message
Je suis bien sûr opposé à l'incitation à la violence ou à la haine. Ce qui m'inquiète beaucoup plus c'est la censure que les réseaux sociaux (Youtube par exemple) mettent en place. Si vous voulez critiquer l'action gouvernementale sur la pandémie ou livrer votre propre analyse sur les traitements anti-covid vous êtes immédiatement censurés. Je trouve cela complètement anti-démocratique et très inquiétant pour l'avenir de notre société. Nous nous acheminons progressivement vers une dictature où seul le gouvernement peut s'exprimer.
Vu le nombre de vidéos qui circulent sur ces sujets, pas convaincu que la censure soit si virulente que ça

Ensuite, la quantité de messages / vidéos postée à le seconde est juste hallucinante.
C'est matériellement impossible d'avoir une modération humaine pour traiter 100% des posts.
Le traitement automatisé est obligatoire.
Par contre, il est d'une complexité folle car doit tenir compte du contexte, de l'argo, de la culture, etc.
Du coup, les entreprises comme Facebook, Youtube et consorts se protègent elles-mêmes car il est nettement moins préjudiciable de censurer à tord un post, qui pourra être republié après examen par un modérateur humain que de laisser un post litigieux trop longtemps.

Y a régulièrement des hurluberlus qui postent des messages du style "boire de l'eau javel guéri de"
Si Youtube tarde trop à supprimer cette vidéo et qu'un demeuré suive cette consigne et en meure...
Certes, le gus l'aura bien cherché mais la responsabilité de Youtube pourrait être engagée.
Du coup, Youtube a plutôt intérêt à muscler très fortement sa modération automatique dès que le mot Javel est présent, quitte à en à faire trop.

Et c'est la même chose avec pas mal de sujets sensibles dont la COVID, la santé en général ou encore le terrorisme.

Alors ça peut paraître absurde et salaud pour la ménagère qui donne ses tutos de nettoyage mais quand on se place du point de vue de ces plateformes, le principe de précaution se comprend plutôt bien.

Pour finir, la liberté d'expression a tjrs été relative en tout temps et tout lieu.
Va dans un club d'ultra de l'OM et chante une chanson à la gloire du PSG et tu pourras refaire un post sur ta liberté d'expression bafouée
Faut savoir choisir le lieu pour exprimer certaines choses.
C'est juste du bon sens.

Si tu tiens vraiment à t'exprimer en totale liberté, créé ton propre site que tu héberges chez toi et tu pourras alors t'automodéré.
Certes, ça sera un peu la même chose que d'aller seul au milieu du désert et d'hurler dans le vide mais au moins, y aura personne pour te limiter dans ton expression
2  0 
Avatar de T3TR4
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 15:44
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les réseaux sociaux peuvent produire du positif comme du négatif.
Le système adore ce genre d'histoire :
- Comment Internet a fait les « printemps arabes »
- A Hong Kong, « publier sur un réseau social peut désormais être considéré comme un crime »

Perso moi j'ai préféré le mouvement des gilets jaunes, qui commence par 2 randoms sur Facebook qui ont eu l'idée de mettre en évidence leur gilet de sécurité dans leur voiture pour montrer qu'ils étaient insatisfait par la politique du gouvernement.

Ce qui est triste c'est que les réseaux sont de plus en plus contrôlés, et qu'il est donc de plus en plus difficile de démarrer un gros mouvement social.
Combien de suicidés par harcèlement, combien de personnes sous pressions, combien de licenciements, combien d'arrestations politiques ou autre pour un seul printemps arabe ?

Est-ce qu'il faut nécessairement un réseau social pour une révolution et une prise de conscience politique d'un peuple ? Si oui, j'aimerai vraiment connaitre celui de la France en 1789.

Non, les réseaux sociaux ne produisent rien de bon, quand quelque chose est positif, ils en ont été le vecteur mais jamais la source. À l'inverse, s'ils n'avaient pas été là, un facteur (et non un vecteur) de harcèlement et d'injustice aurait été évité.
2  1 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 21:47
Bonsoir,

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ce qui est triste c'est que les réseaux sont de plus en plus contrôlés, et qu'il est donc de plus en plus difficile de démarrer un gros mouvement social.
Diviser pour mieux régner ? Diviser et mieux fédérer ? Cela dépendant comment on voit les choses ... La seconde est aussi vrai ... C'est le principe du fédéral.

Citation Envoyé par T3TR4 Voir le message
J'ai vécu le harcèlement, avant même les réseaux sociaux, je connais bien, et mieux je l'ai vécu aussi pendant. Je peux t'assurer que celui là est plus insidieux, parce que tu ne sais pas d'où ça vient.
Au moins 50 % de ceux qui ont grandi avec internet dans les années 1990/2000 on connu a minima , une fois un cas de harcèlement avec internet . Je n'échappe pas à la règle , j'ai déjà été confronté à ce type cas .

Citation Envoyé par T3TR4 Voir le message
Pire encore, grâce à ces réseaux sociaux, on te créé un faux profil et on te fait vivre virtuellement. La sensation d'être une marionnette entre les doigts d'autres personnes te déshumanise, et c'est ce que les réseaux font, en réalité.
Le cauchemar éveillé en somme .

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Sur Twitter et Facebook il y a beaucoup de modération. Des sanctions peuvent tomber facilement.
Il existe des procédures, il y a des lois qui te protègent, elles fonctionnent dans le monde réel comme sur internet.
Et d'ailleurs c'est beaucoup plus simple de prouver ce qui t'es arrivé sur internet, puisque si il y a une enquête les sites vont collaborer avec la police. (sur internet tu laisses une trace, on peut retrouver les messages)
Bon après c'est chiant, il faut peut-être trouver un avocat, faire un procès, c'est l'enfer, ça coute cher, ça prend du temps. Mais en principe il y a une justice et elle doit être capable de faire quelque chose dans ces cas là.

Il est possible de masquer les gens qui tiennent des propos qui ne nous intéressent pas. Donc il y a moyen d'éviter l'harcèlement, en ignorant. Si il y a une réponse, ça peut escalader très vite, donc il ne vaut mieux pas répondre.
Sur internet on peut retrouver toute trace de n'importe qui. Suffit d'avoir 2/3 infos , n'importe qui de malveillant peut lancer ses recherches et sévir ... Ou alors se "fondre" dans la masse en restant le plus discret possible, en prenant soin de ne pas trop en dire. Être évasif.
1  0