IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Red Hat suspend sa participation financière à la FSF suite au retour de Richard Stallman au conseil d'administration de la FSF
Et lui demande d'apporter des changements dans sa gouvernance

Le , par Stéphane le calme

192PARTAGES

15  0 
Suite à sa prise de position dans l'affaire Epstein, Richard Stallman a été contraint de démissionner de son poste de président du conseil d'administration, mais aussi du conseil d'administration lui-même en 2019. Moins de deux ans plus tard, Richard Stallman revient au conseil d'administration de la Free Software Foundation, fondée par lui-même en 1985. Son retour n'a pas été du goût de milliers de personnes et d'organisations de la communauté des logiciels libres et de l'open source (Open Source Initiative, Software Freedom Conservancy, Apache Software Foundation entre autres) qui ont réclamé son départ. Néanmoins, les partisans de Stallman s'organisent pour inciter la Free Software Foundation à résister à la pression. C'était sans compter sur Red Hat qui a décidé de frapper dans le porte-monnaie.

Richard Stallman a annoncé lors de l'événement virtuel LibrePlanet de la Free Software Foundation qu'il avait rejoint le conseil d'administration et n'avait pas l'intention de démissionner à nouveau. Avant la conférence, il a déclaré: « J'ai une annonce à faire. Je suis à nouveau membre du conseil d'administration de la Free Software Foundation. Nous travaillions sur une vidéo pour l'annoncer, mais cela s'est avéré difficile, aussi nous ne l'avons pas fait. Je n'ai pas l'expérience de faire ce genre de chose, donc ça n'a pas été fini, mais voici l'annonce. Certains d'entre vous seront heureux de cela, et certains pourraient être déçus, mais qui sait ? En tout cas, c'est comme ça, et je n'ai pas l'intention de démissionner une deuxième fois. »

Les personnes déçues n'ont pas tardé à le faire savoir. L'Open Source Initiative n'a pas hésité à exprimer publiquement son indignation face à ce choix. Sa position est claire : l'organisation refuse que Stallman occupe une quelconque position de leader dans tout ce qui a trait à l'open source et au logiciel libre, et ne collaborera plus avec la FSF si ces deux exigences ne sont pas satisfaites. « Pour réaliser pleinement la promesse de l'open source, l'OSI s'engage à construire un environnement inclusif où une communauté diverse de contributeurs se sent bien accueillie. Ceci n'est clairement pas possible si nous incluons ceux qui ont démontré un modèle de comportement incompatible avec ces objectifs », a-t-elle déclaré.

« Richard Stallman a récemment annoncé qu'il allait revenir au conseil d'administration de la FSF, une déclaration que la FSF n'a pas démentie. Nous pensons qu'il est inapproprié que Stallman occupe une quelconque position de leader dans la communauté du logiciel libre et open source. Si nous ne nous élevons pas contre cela, notre silence pourrait être interprété à tort comme un soutien. L'Open Source Initiative demande à la Free Software Foundation de tenir Stallman pour responsable de son comportement passé, de le retirer de la direction de l'organisation et de s'efforcer de réparer le tort qu'il a causé à tous ceux qu'il a exclus », exige l'OSI.

Selon l'OSI, cela inclut « ceux qu'il [Stallman] considère comme moins dignes, et ceux qu'il a blessés par ses paroles et ses actions ». « Nous ne participerons à aucun événement auquel participe Richard Stallman et nous ne pourrons collaborer avec la FSF tant que Stallman ne sera pas retiré de la direction de l'organisation. Les logiciels libres et open source ne seront pas accessibles à tous tant qu'il ne sera pas possible à chacun de participer en toute sécurité, et nous appelons donc nos pairs de la communauté du logiciel au sens large à se joindre à nous pour prendre ces engagements », a écrit l'OSI dans un billet sur son site Web.

Des centaines de partisans du logiciel libre et l'open source ont signé une lettre ouverte pour demander au fondateur du mouvement du Libre de rendre son tablier, mais aussi à l'ensemble du conseil d'administration de la FSF de démissionner. Parmi les signataires de la pétition, on retrouve des développeurs, contributeurs et hauts responsables d'organisations et projets des logiciels libres et de l'open source, y compris la GNOME Foundation, l'Open Source Initiative, la Software Freedom Conservancy, l'Apache Software Foundation, la Wikimedia Foundation, l'EFF... On retrouve aussi des universitaires, et même un ancien eurodéputé membre du Parti pirate suédois, en l'occurrence Amelia Andersdotter. Tous s'insurgent contre le comportement jugé indésirable de RMS, qui, selon eux, est une épine dans le pied de la communauté des logiciels libres et open source.

Plus de 2 000 personnes et organisations qui l'ont déjà signée. Tor et Mozilla se sont ajoutés à la liste ce mercredi. « Nous ne pouvons pas exiger mieux de l'Internet si nous n'exigeons pas mieux de nos dirigeants, de nos collègues et de nous-mêmes. Nous sommes avec la communauté Open Source Diversity, Outreachy et le projet Software Conservancy et nous soutenons cette pétition », a écrit Mozilla sur sa page Twitter


En demandant la démission du conseil d'administration de la FSF, les organisateurs de la pétition font référence à ces commentaires, aux plaintes pour harcèlement, aux commentaires que Stallman a faits sur les personnes atteintes du syndrome de Down, et à ses commentaires répétés sur le pronom singulier "ils", que les pétitionnaires qualifient de "transphobie mal déguisée". « Il y a eu suffisamment de tolérance envers les idées et le comportement répugnants de RMS. Nous ne pouvons pas continuer à laisser une personne ruiner le sens de notre travail », écrivent les organisateurs de la pétition.

« Nos communautés n'ont pas de place pour des personnes comme Richard M. Stallman, et nous ne continuerons pas à souffrir de son comportement, à lui donner un rôle de leader, ou à le considérer, lui et son idéologie blessante et dangereuse, comme acceptables », s'indignent-ils. Par ailleurs, notons que Stallman est l'une des nombreuses personnalités de la contre-culture technologique dont le comportement, autrefois considéré comme simplement excentrique, a depuis été largement qualifié d'abusif. Par exemple, le créateur de Linux, Linus Torvalds, s'est également retrouvé dans une situation similaire il y a quelques années.

Les partisans de Stallman s'organisent

Le retour de Stallman dans le cercle dirigeant de la FSF n'a pas provoqué que de la colère. Certains l'ont bien accueilli comme Leah Rowe est ingénieure en électronique, militante du logiciel libre et des droits des personnes transgenres britannique. Elle est notamment la fondatrice du projet de BIOS libre Libreboot : « Je suis très heureuse de voir Richard Stallman réintégré au conseil d'administration de la FSF. Cela a été annoncé aujourd'hui dans les flux de LibrePlanet. Il n'est pas président, mais il siège au conseil. FSF n'est pas pareil sans lui. Ils ont besoin de sa force et de sa passion ».

Face aux vives réactions qu'à susciter son retour, ses partisans ont entrepris de faire une lettre ouverte pour signifier leur soutien en ces termes :

« Richard M. Stallman, également connu sous le nom RMS, a été une force motrice dans le mouvement du logiciel libre pendant des décennies, avec des contributions comprenant le système d'exploitation GNU et Emacs.

« Récemment, il y a eu de viles attaques en ligne cherchant à le retirer du conseil d'administration de la FSF pour avoir exprimé ses opinions personnelles. Nous avons déjà vu cela se produire de manière organisée avec d'autres activistes et programmeurs du logiciel libre de premier plan. Nous ne resterons pas les bras croisés cette fois, lorsqu'une icône de cette communauté sera attaquée.

« La FSF est un organisme autonome capable de traiter ses membres de manière juste et impartiale et ne devrait pas céder aux pressions sociales extérieures. Nous exhortons la FSF à examiner objectivement les arguments contre RMS et à vraiment comprendre le sens de ses paroles et de ses actions.

« Historiquement, RMS a exprimé ses opinions d'une manière qui a bouleversé de nombreuses personnes. Il se concentre généralement davantage sur les fondements philosophiques et poursuit la vérité objective et le purisme du langage, tout en sous-accentuant les sentiments des gens sur les questions qu’il commente. Cela rend ses arguments vulnérables aux malentendus et aux fausses déclarations, ce qui, à notre avis, se produit dans la lettre ouverte appelant à sa révocation. Ses propos doivent être interprétés dans ce contexte et en tenant compte du fait que le plus souvent, il ne cherche pas à présenter les choses de manière diplomatique.

« Quoi qu'il en soit, les opinions de Stallman sur les questions pour lesquelles il est persécuté ne sont pas pertinentes pour sa capacité à diriger une communauté telle que la FSF. De plus, il a droit à ses opinions autant que n'importe qui d'autre. Les députés et sympathisants peuvent ne pas être d'accord avec ses opinions, mais doivent respecter son droit à la liberté de pensée et d'expression ».

Une note a été adressée à la FSF qui lui dit :

« La suppression de RMS nuira à l’image de la FSF et portera un coup dur à l’élan du mouvement du logiciel libre. Nous vous exhortons à réfléchir attentivement à vos actions, car ce que vous déciderez aura un impact sérieux sur l'avenir de l'industrie du logiciel.

« À la foule embusquée qui se ligue contre Richard Stallman pour des arguments raisonnables dans le débat et diverses opinions et croyances exprimées pendant des décennies en tant que personnalité publique:

« Vous n'avez aucun rôle à jouer dans le choix du leadership d'une quelconque communauté. Surtout pas via une autre attaque de foule qui ne ressemble pas de loin à un débat assez mené comme illustré par de meilleures personnes telles que Richard Stallman ».

Red Hat entre dans la danse

« Red Hat est un donateur et un contributeur de longue date de projets gérés par la Free Software Foundation (FSF), avec des centaines de contributeurs et des millions de lignes de code. Compte tenu des circonstances de la démission initiale de Richard Stallman en 2019, Red Hat a été consterné d'apprendre qu'il avait rejoint le conseil d'administration de la FSF. En conséquence, nous suspendons immédiatement tout financement Red Hat de la FSF et de tout événement organisé par la FSF. De plus, de nombreux contributeurs Red Hat nous ont dit qu'ils ne prévoyaient plus de participer à des événements dirigés ou soutenus par la FSF, et nous les soutenons.

« En 2019, nous avons appelé le conseil d'administration de la FSF à saisir l'opportunité créée par le départ de Stallman pour passer à un conseil d'administration plus diversifié et inclusif. La FSF n'a pris que des mesures limitées dans ce sens. Le retour de Richard Stallman a rouvert des blessures que nous espérions guérir lentement après son départ. Nous pensons que pour regagner la confiance de la communauté du logiciel libre dans son ensemble, la FSF devrait apporter des changements fondamentaux et durables à sa gouvernance.

« Mercredi, le conseil d'administration de la FSF s'est engagé dans une série de changements liés à la gouvernance organisationnelle et à la nomination des membres de son conseil d'administration. Cependant, nous n'avons aucune raison de croire que la dernière déclaration du conseil d'administration de la FSF signale un engagement significatif en faveur d'un changement positif. Nous sommes impatients de travailler avec la FSF et d'autres pour permettre à la FSF de redevenir une organisation de plaidoyer efficace et fiable, conformément à sa mission à but non lucratif ».

Source : Red Hat

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de onilink_
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/04/2021 à 10:15
Citation Envoyé par MetalFlower Voir le message
Se priver par la même occasion des subventions de Mozilla, Red Hat et autres.
Mais au moins ils ne se privent pas de leur liberté pour une histoire de fric.
L'inverse aurait montré que le "Free" dans leur nom n'existe pas vraiment.

Comme quoi c'est peut être pas une si mauvaise décision.
13  1 
Avatar de Jesus63
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/04/2021 à 11:47
Bonjour,

Je trouve la lettre adressée contre RMS comme étant le pamphlet le plus cliché et représentatif de l'état actuel du débat public, au moins sur le Net.

- On lui reproche de ne pas appeler le viol perpétré par Marvin Minsky un viol, car la victime serait consentante selon VICE (sic ) alors que la fin du propos est "[...] en supposant qu'elle ait été contrainte par Epstein, il aurait eu toutes les raisons de lui dire de cacher [son consentement] à la plupart de ses associés."
- On lui reproche de nier la notion de violence lors de ce viol, car il n'y a eu aucune mention de ceci dans le rapport, RMS dénonçant l'hypocrisie du rapport qui protège Marvin en omettant cette notion.
- On lui reproche de justifier la pédopornographie car il mentionne que certains mineurs sont consentants à avoir des rapports sexuels; C'est faux, tout simplement, il mentionne le fait que certains articles infantilisent les adolescents (Dans le cas présent agés de 16 ans) lorsqu'il s'agit de méfaits sexuels, et que ces "enfants" sont exploités par leur propre conditions de vie. Ils sont esclaves de leurs conditions et sont contraints à vendre leur corps par nécessité. Le choix venant d'eux, il est difficile de définir un non-consentement, puisque l'intéressé qui prospecte est l'"enfant" et non le client.
- On lui reproche plusieurs fois exactement la même chose ci-dessus.
- On lui reproche de comparer la loi US et Soudanaise sur le viol, disant que le caractère variant de la loi en fait un mauvais outil de droit. Rappel de la loi US : "Le "viol" inclue les relations sexuelles volontaires avec des personnes âgées de moins de N ans (où N varie)." ce qui ne correspond pas du out à la réelle définition d'un viol.
- On lui reproche d'avoir déclaré "J'aurais aimé qu'une femme attirante me 'maltraite' de cette façon quand j'avais 14 ans" à propos d'une affaire concernant une relation entre une enseignante et un élève de 14 ans, alors que son coeur de propos lors de la déclaration reste que le non-consentement n'a jamais été avéré et que l'"enfant" de 14 ans à participé à ceci à 4 reprises auparavant sans encombres apparentes.
Aussi, son propos est tronqué pour ne garder que la partie polémique puisque suivi de "I would have learned many important things and had a much happier life.". Mais bon c'est une première, aucun média n'a jamais tronqué la partie non-polémique d'un de ses propos pour faire du clic.
- On lui reproche de légitimer la possession de pornographie infantile, à propos des mangas animés de ce type; Propos détourné et extrapolé par la partie accusation sur des photos d'enfants réelles. Le problème ici est que je pourrais très bien déposer des fichiers compromettants sur les stockages de mes "ennemis" afin de les accuser de pédopornographie et de ruiner leur vie. La présomption d'innocence est violée ici, ironiquement.
- On lui reproche de justifier la pédophilie encore une fois, bien qu'il n'ait jamais dit grand chose pour. Un aparté qu'il a fait des années plus tard est interprété comme une excuse par la lettre ouverte.
- On l'accuse de "transphobie mal déguisée" lorsqu'il laisse une note de pied-de-page sur l'utilisation du pronom "They" pour la dénomination de personnes.

Bref, je ne vais pas le défendre sur chaque point, mais je pense que le tribunal social populaire d'Internet est encore en train de s'acharner sur un bouc émissaire sans avoir de réelles revendications. Beaucoup de ces propos sont tirés sur blog personnel de Stallman, et parfois ces propos datent de + de 5 ans. Ce n'est pas une époque révolue, mais cette mode de tenir pour responsable sur des propos hors-contexte après plus de 5 ans est assez malsaine. Elle satisfait le besoin de justice karmique à des personnes en recherche de validation morale.
En conclusion; Si aucun d'efforts étaient déployés sur de vraies affaires comme justement celle d'Epstein, ou Harvey Weinstein, nous serions probablement d'accords. Mais ici, ça ne ressemble qu'à de l'acharnement gratuit, faussement constructif et surtout douteux, car cela ressemble beaucoup plus à un coup monté par des personnes ayant réellement un intérêt à faire tomber Stallman, que d'une vraie justice légitime. Un bien triste monde.
12  0 
Avatar de tome_x
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 17:50
J'ai du mal à voir ce que RMS a fait de mal dans l'histoire.

Il dit sur son blog qu'Epstein est un violeur en série et qu'il devrait être emprisonné.

D'après ce qu'on lui reproche :
https://rms-open-letter.github.io/appendix

§2
Il est écrit que RMS a dit que la victime était consentante.
En effet il a bien dit « but the most plausible scenario is that she presented herself to him as entirely willing » (mais le scénario le plus plausible est qu'elle se présente à lui comme tout à fait consentante)
Mais si on lit la phrase suivante : « Assuming she was being coerced by Epstein, he would have had every reason to tell her to conceal that from most of his associates » (En supposant qu'elle était contrainte par Epstein, il aurait eu toutes les raisons de lui dire de cacher cela à la plupart de ses associés.) Et bien on voit que RMS n'a jamais dit que la victime était consentante, mais qu'elle était contrainte d'avoir l'air consentante.

§3
Il dit qu'il n'est pas d'accord avec « the dishonest law that labels sex with adolescents as ‘rape’ even if they are willing. » (la loi malhonnête qui qualifie les relations sexuelles avec des adolescents de «viol» même s’ils le consentent.). Il dit qu'il n'est pas d'accord sur le fait qu'on parle de « viol » dans ce cas car le mot viol intègre justement le manque de consentement.

§4
RMS est accusé de soutenir les relations sexuelles entre un adulte et un enfant si ils sont tous deux consentants, mais mince on ajouté une note vers le blog de RMS où il dit qu'il a changé d'avis. Mais bon on garde ça quand même.
Il est aussi dit que RMS pense que la création de contenu pédophile est un crime, mais pas la possession.

§5
Il y est dit que RMS est en faveur d'un avortement si l'enfant sera atteint de trisomie 21, afin de lui éviter les problèmes médicaux et handicapants (Donc pour éviter de faire souffrir quelqu'un).
Il dit aussi que « Lorsque des enfants trisomiques naissent, c'est une situation différente. Ce sont des êtres humains et je pense qu'ils méritent les meilleurs soins possibles.  » (When children with Down's syndrome are born, that's a different situation. They are human beings and I think they deserve the best possible care. )

§6
Accusé de transphobe car il pense que le pronom « they » est utilisé pour le pluriel et qu'il peut porter à confusion dans les phrases. Il préconise plutôt « per » de person.

Peut on m'éclairer sur toute la controverse ?
11  0 
Avatar de commandantFred
Membre actif https://www.developpez.com
Le 29/03/2021 à 20:13
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Apparemment il suffit de se connecter à son compte github en cliquant "Sign in" (pour créer un compte c'est "Sign up".
Ensuite il faut cliquer sur le bouton "New pull request" il est de couleur verte, en haut à droite.
...
C'est ce que je fais depuis hier soir mais mon id n'apparait pas dans la liste. J'ai cherché une commande "commit" mais non...

Github, c'est pas ma tasse de thé. Quand je programmais 24/7 , ça n'existait pas. Maintenant, ça ne me sert à rien.

Stallman est un grand mec. Sa bataille était juridique. Sa position est nécessaire. Je rappelle que les deux "victimes" de viol de J Assange ont donné des interview dans la presse où elles ont expliqué qu'elles étaient parfaitement consentantes. Mais la loi suédoise nomme viol ce qui était en fait, une histoire de préservatif.
Beaucoup plus tard, les charges ont été abandonnées, entretemps, J Assange s'était caché dans une ambassade d'où il n'est pas sorti pour répondre des accusations afin d'échapper à une extradition probable vers les usa où il risquait la peine de mort pour avoir divulgué des infos secret défense.

C'est ce refus de se présenter au procureur suédois qui lui est reproché aujourd'hui. Plus personne ne parle de "viol". C'était juste un prétexte bidon.

Prétexte bidon pour Stallman aussi qui permet aux éditeurs de se débarrasser d'un adversaire redoutable au "tout propriétaire"

Le caractère sexuel du prétexte soulève des tabous et des réserves qui permettent de faire n'importe quoi. Tuer le logiciel libre est un vieux rêve de GAFAM qui leur permettrait de multiplier leur prix par 10.

Je ne comprends pas comment on peut accepter d'utiliser ce genre d'accusation pour décrédibilser un adversaire. Ceux qui le font devraient être poursuivis.
12  1 
Avatar de Jeff_67
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 10:48
Red Hat n'est pas citée par la FSF dans la liste des donateurs en 2020. La société semble avoir fait des dons en 2019 et 2018, mais pas en 2017 et 2016.

Les pages dons de la FSF ont au moins le mérite de montrer l'état des forces politiques en présence. Google a fait des dons conséquents à la FSF jusqu'en 2016. 2016, c'est justement l'année où RMS a critiqué le faux libre qui inclut des surcouches propriétaires. Bizarrement, Google n'est plus citée dans la liste des donateurs les années suivantes.

Toujours est-il qu'il faut se méfier de ces fondations américaines dont la survie dépend du bon vouloir de leurs donateurs. Si autant d'organisations ont promptement réagi contre le retour de RMS à la FSF, c'est peut-être aussi pour ne pas contrarier leurs généreux mécènes.
13  3 
Avatar de redbullch
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 19/04/2021 à 10:09
Quand un sujet est autant divisible, je trouve qu'être neutre permet d'éviter les conflits internes. Après j'ai peut-être un biais qui me fait aimer la neutralité
9  0 
Avatar de der§en
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 13/04/2021 à 9:08
Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, j'en connais quelques "monstres" en développement, et force est de reconnaitre que eux aussi, ils sont un peu (beaucoup) en manque de capacités sociales, et si tu fais abstraction de cela, c'est des amis sincères et fiable...

Et pour revenir a RMS, il y a eu un vote, et la majorité a voté pour qu'il revienne, le reste, c'est a chacun de se positionner face a cela....
8  1 
Avatar de Jeff_67
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/04/2021 à 8:05
C'est pire que les Feux de l'Amour cette histoire !

Au moins RMS est un personnage clivant qui oblige ses interlocuteurs à sortir du bois. Pas mal d'anciens membres des conseils d'administration des fondations qui gèrent les logiciels libres travaillent désormais chez un GAFAM. Il existe une certaine perméabilité entre ces deux mondes.

Or défendre RMS ou s'abstenir équivaut à se griller auprès des GAFAM, et doucher ses espoirs d'y être embauché. Voilà pourquoi beaucoup ont promptement réagi suite à son retour à la FSF.
6  0 
Avatar de valtena
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/03/2021 à 11:20
Citation Envoyé par MetalFlower Voir le message

Ton avis, tu n'es pas obligé de l'exposer sur la place publique. De plus, si tu veux avoir des avis particuliers sans que ça puisse te nuire tu ne prends pas un post qui t'expose. Autrement, tu peux t'attendre à ce que tes avis choquent certaines personnes et qu'elles souhaitent s'éloigner de toi (ou t’éloigner d'eux mais ça revient au même). Bref les gens qui se plaignent du tollé que ça provoque en plaignant Stallman sont vraiment très naïf. Cela a toujours été vrai d'autant plus sur les sujets clivants. La liberté d'expression ce n'est pas à sens unique. Si tu dis quelque chose, les gens ont le droit d'avoir un avis contraire et te le faire savoir.
Effectivement, quand j'expose une idée, que ce soit à contre courant de la pensée majoritaire ou dans son sens, je m'attends à ce que des gens ne soient pas d'accord. Je m'attends à ce que gens attaquent l'idée. C'est d'ailleurs ce genre de confrontation qui fait progresser les pensées. Mais par contre, je n'admets pas que des gens fasse des attaques ad nomine. Dire que les propos de Stallman sont inadmissible pour la raison Y, c'est l'attaque de l'idée et c'est normal. Ne pas vouloir travailler avec quelqu'un si tu as le choix, c'est de la préférence personnelle et c'est normal.

Par contre demander une démission, c'est une attaque ad nomine. C'est de la justice populaire et c'est dangereux. Dangereux car:

- le tribunal populaire attend rarement de savoir si les faits reprochés sont véridiques.
- le tribunal populaire te condamne plusieurs fois pour le même fait contrairement au tribunal de justice qui a pour principe une faute == 1 seule peine.
- on empêche des avis de s'exprimer par peur de représailles. Comment peut-être sûr de suivre le meilleure chemin si tous les avis n'ont pas été entendu ? C'est une remise en question de la démocratie.

Ne pas faire la distinction entre les deux, c'est la mort des débats.
8  3 
Avatar de Jesus63
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 29/03/2021 à 13:11
Bonjour,

Je trouve ça parfaitement scandaleux :
- Le retour de Stallman a la tête de la FSF, après deux ans d'absence. Le retour est nécessairement politique, c'est une bonne chose d'avoir un contrepouvoir aux GAFAMs, pourvu qu'il soit toujours un contrepouvoir.
- L'acharnement médiatique sur Stallman malgré les maintes preuves réfutant ses propos "polémiques", alors que lesdites preuves sont disponibles depuis deux ans déjà. Le pire étant que des commentaires surfent sur ces seules accalmies pour attaquer Stallman.
- Le dédouanement de l'accusation à dire attaquer la position de Stallman, alors qu'il s'agit bien d'une attaque personnelle. (Attribution de propos grossiers et invalides, puis déduction d'un comportement inadéquat). D'ailleurs, les seuls propos qui lui sont reprochés sont des conversations privées volées, qui n'ont donc pas plus de légitimité que les propos eux-mêmes aux regards de la loi française.

Je suis déçu:
- De la communauté Open Source d'entraîner une reaction aussi violente (On parlait de démission forcée le 25/03) pour une action seulement impertinente. On dirait un "tribunal Twitter", une justice par la foule.
- De la réactivité des communautés extrêmement rapide pour un problème aussi minime, contrairement à d'autres combats bien plus importants en parallèle avec un temps de réponse virtuellement illimité.
- Du manque de respect envers Stallman de certains développeurs. Il y a une grosse différence entre critique réfléchie et accabler quelqu'un, la première étant la reconnaissance des acquis pour chaque parti.

Bref, c'est décidément une semaine que je n'aurais bien aimé ne jamais voir pour les deux côtés, et ça me conforte malheureusement dans l'idée de m'écarter des débats publics pour ne pas être sanctionné à cause d'un malentendu, ou d'un propos hors contexte.
8  3