IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les États-Unis accusent John McAfee de fraude dans le domaine des cryptomonnaies
Qu'il aurait perpétrée en utilisant la technique de pump-and-dump

Le , par Bill Fassinou

229PARTAGES

8  0 
Des procureurs fédéraux américains ont accusé vendredi à Manhattan John McAfee, fondateur de la société de logiciels antivirus qui porte son nom, et son associé Jimmy Watson d'avoir orchestré un système frauduleux pour soutirer des millions de dollars à des investisseurs en devises numériques. McAfee et son associé se seraient en effet livrés à un vieux système de "pump-and-dump". Pour cela, le couple aurait utilisé le compte Twitter populaire de McAfee pour vanter diverses cryptomonnaies par des déclarations fausses et trompeuses afin de dissimuler leurs véritables motifs d'intérêt personnel.

En prison en Espagne, McAfee est accusé de fraude par les États-Unis

Vendredi, le département de la Justice américaine (DOJ) a accusé McAfee de fraude et de complot de blanchiment d'argent. À travers un système frauduleux qu'ils ont créé, lui et ses complices auraient réussi à soutirer plus de 13 millions de dollars à des investisseurs. « McAfee et Watson ont exploité une plateforme de médias sociaux largement utilisée et l'enthousiasme des investisseurs sur le marché émergent des cryptomonnaies pour gagner des millions de dollars grâce à des mensonges et des tromperies », a déclaré la procureure américaine Audrey Strauss dans un communiqué vendredi.



John McAfee

« Les accusés auraient utilisé le compte Twitter personnel de McAfee afin de publier des messages à des centaines de milliers de ses abonnés, vantant diverses cryptomonnaies par des déclarations fausses et trompeuses afin de dissimuler leurs véritables motifs d'intérêt personnel », a-t-elle ajouté. En outre, la "Commodity Futures Trading Commission" (CFTC) a porté plainte au civil concernant le prétendu système de pump-dumping. McAfee et Watson sont également poursuivis au civil par la Securities and Exchange Commission (SEC), qui a accusé McAfee en octobre dernier d'avoir dissimulé plus de 23,1 millions de dollars en plébiscitant des cryptomonnaies sur Twitter.

« Comme il est allégué, McAfee et Watson ont utilisé les médias sociaux pour perpétrer un vieux système de pump-and-dump qui leur a rapporté près de deux millions de dollars. En outre, ils auraient utilisé la même plateforme de médias sociaux pour promouvoir la vente de jetons numériques au nom d'émetteurs d'ICO sans divulguer aux investisseurs les indemnités qu'ils recevaient pour vendre ces titres au nom de ces émetteurs. Lorsqu'on se livre à une activité illégale, le simple fait de trouver de nouvelles façons d'exécuter de vieux tours ne produit pas des résultats différents », a déclaré le directeur adjoint du FBI William Sweeney.

Pour rappel, McAfee, 74 ans, a démissionné en 1994 de la société d'antivirus qu'il avait fondée sept ans auparavant. En 2013, il a quand même créé une vidéo parodique profane expliquant comment les utilisateurs peuvent désinstaller le logiciel. McAfee a fait l'objet d'une frénésie médiatique en 2012 lorsqu'il a fui son domicile au Belize après que la police l'avait recherché pour l'interroger sur la mort d'un voisin. Ils ont finalement déclaré qu'il n'était pas un suspect. Cependant, courant 2019, il a été condamné à payer 25 millions de dollars de dommages et intérêts dans le cadre de ce meurtre.

S'il vient d'être inculpé aux États-Unis pour fraude, McAfee est actuellement détenu en Espagne, où il fait face à des accusations pénales distinctes d'évasion fiscale. Dans les affaires de cryptomonnaies, les autorités ont déclaré que McAfee avait vendu des actifs tels que Verge, Reddcoin et Dogecoin via des tweets tels que "Pièce du jour" ou "Pièce de la semaine" entre décembre 2017 et février 2018. Elles ont déclaré que McAfee se présentait comme un expert de la cybersécurité et de la cryptomonnaie par ses tweets, ses discours et son rôle de PDG d'une société de cryptomonnaies cotée en bourse.

Ces dernières l'ont aussi accusé d'avoir dit à ses abonnés qu'il n'avait aucun intérêt dans ces devises numériques, alors même qu'il vantait la façon dont elles "vont changer le monde". En somme, McAfee et Watson sont accusés de conspiration de fraude sur les matières premières et les valeurs mobilières, de conspiration de fraude électronique, de fraude électronique, de conspiration de fraude par racolage et de conspiration de blanchiment d'argent. Watson a été arrêté jeudi au Texas et comparaîtra devant un juge vendredi prochain.

Comment McAfee et ses associés ont trompé le public selon le DOJ

Selon la justice américaine, au cours de la période allant de décembre 2017 à octobre 2018 environ, McAfee et Watson, ainsi que d'autres associés, ont perpétré deux systèmes frauduleux relatifs à la promotion auprès des investisseurs de cryptomonnaies qualifiées de marchandises ou de titres en vertu de la loi fédérale. Le premier système impliquait une pratique frauduleuse appelée "scalping", parfois appelée "pump-and-dump". Ce système de "scalping" consistait généralement en ce qui suit.

Tout d'abord, McAfee, Watson et d'autres associés ont acheté de grandes quantités d'altcoins de cryptomonnaies cotés en bourse, qui étaient qualifiés de marchandises ou de titres, à des prix de marché peu élevés. Selon le DOJ, c'était prévu que McAfee allait les cautionner publiquement via son compte officiel Twitter largement suivi. Deuxièmement, après ces achats, McAfee a publié des tweets d'approbation faux et trompeurs via son compte Twitter, recommandant ces altcoins aux membres du public investisseur afin de gonfler artificiellement (ou de "gonfler" leurs prix de marché.

Le DOJ avance que McAfee l'a fait sans révéler qu'il possédait de grandes quantités des altcoins promus, même s’il avait donné de fausses assurances qu'il divulguerait ces informations dans divers tweets et déclarations publiques. Troisièmement, McAfee, Watson et leurs associés auraient ensuite vendu (ou "déversé" leurs positions d'investissement respectives dans les altcoins promus pour les augmentations temporaires, mais significatives des prix du marché à court terme que les tweets trompeurs de McAfee ont généralement générées, souvent pour des profits importants.

De décembre 2017 à janvier 2018 environ, McAfee, Watson et leurs associés auraient collectivement réalisé plus de 2 millions de dollars de profits illicites grâce à leurs activités de scalping d'altcoins, tandis que la valeur à long terme des altcoins recommandés achetés par les investisseurs a considérablement diminué un an après les tweets promotionnels. Selon le DOJ, de décembre 2017 à octobre 2018 environ, McAfee, Watson et leurs associés se sont engagés dans divers efforts visant à liquider en monnaie américaine les produits des actifs numériques issus de leurs activités de scalping.

En ce qui concerne le second système de fraude, McAfee, Watson et leurs associés ont également utilisé le compte Twitter officiel de McAfee pour annoncer publiquement des événements de collecte de fonds appelés ICO (initial coin offerings) dans le cadre desquels des startups ("émetteurs ICO" ont émis et vendu des jetons numériques remplissant les conditions requises pour être considérées comme des titres au public investisseur. McAfee et son équipe faisaient cela sans divulguer et, en fait, dissimuler que les émetteurs d'ICO les compensaient pour les tweets promotionnels avec une partie substantielle des fonds collectés auprès des investisseurs.

Selon le communiqué du DOJ, la CFTC l'avait publiquement mis en garde, mais McAfee et Watson savaient aussi que les lois fédérales sur les valeurs mobilières les obligeaient à divulguer toute compensation versée par les émetteurs d'ICO pour avoir vendu des offres de valeurs mobilières qualifiées d'ICO. Entre le 20 décembre 2017 environ et le 10 février 2018 environ, McAfee, Watson et leurs associés auraient gagné collectivement plus de 11 millions de dollars en compensation qu'ils n'ont pas divulguée et ont pris des mesures pour le cacher aux investisseurs.

McAfee aurait fait des déclarations fausses et trompeuses et des omissions pour cacher ces accords aux investisseurs. Par ailleurs, de décembre 2017 environ à octobre 2018 environ, McAfee, Watson et leurs associés se seraient lancés dans divers efforts pour liquider en dollars américains le produit des actifs numériques de leurs activités de vente d'ICO.

Sources : Communiqué du DOJ, Plainte du DOJ (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Google répond au DOJ, qui l'accuse de protéger illégalement son monopole, en décrivant son procès comme « profondément vicié qui ne ferait rien pour aider les consommateurs »

Le DOJ accuse un employé de Zoom d'avoir aidé la Chine à fermer des réunions Zoom aux USA et ailleurs sur une foule de sujets religieux et politiques qui dérangeaient le Parti Communiste

Marché du Bitcoin : le DOJ s'inquiète et ouvre une enquête criminelle contre certaines pratiques illégales comme la fraude

La Cour suprême des USA est appelée par le DoJ à se prononcer sur la question de l'accès aux données stockées à l'étranger

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !