IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le bitcoin pourrait soit devenir la devise préférée pour le commerce international, soit faire face à une "implosion spéculative",
Selon Citi

Le , par Bill Fassinou

445PARTAGES

6  0 
Le coût du bitcoin a entamé une montée sans précédent depuis le début du second semestre 2020 et a atteint en février 2021 une capitalisation boursière de mille milliards de dollars. Même si sa valeur a baissé légèrement depuis cet exploit, la monnaie numérique continue de nourrir les débats dans le monde de la finance. Selon une analyse du groupe financier Citi, le bitcoin est à un "point de basculement" et l'année 2021 serait une année décisive pour la cryptomonnaie. Citi estime en effet que le bitcoin pourrait soit devenir la devise préférée pour le commerce international, soit faire face à une "implosion spéculative".

Le bitcoin pourrait-il bientôt devenir la monnaie du commerce international ?

Citigroup Inc., opérant sous le nom Citi, est une entreprise financière basée à New York. Le groupe est issu de la fusion de Citicorp avec Travelers Group en avril 1998. Même si la valeur du bitcoin continue d'être très volatile, de grandes organisations ont commencé à l'adopter. Tesla a déclaré le mois passé avoir investi plus d'un milliard de dollars dans le bitcoin et Mastercard et BNY Mellon prévoient d'accepter la cryptomonnaie comme moyen de paiement. Ainsi, la confiance vis-à-vis de la cryptomonnaie s'accroît, car de grands groupes industriels et financiers ont commencé ou prévoient de l'adopter.



Outre Tesla, Mastercard et BNY Mellon, qui ont déjà témoigné leurs intentions vis-à-vis du bitcoin, Goldman Sachs aurait redémarré son bureau de négociation de devises numériques et devrait commencer par négocier des contrats à terme sur le bitcoin et des contrats à terme non livrables pour ses clients dès la semaine prochaine. De même, Citi explique que les récentes performances du bitcoin s'expliquent par l'implication croissante des investisseurs institutionnels au cours des dernières années, contrastant avec l'importance accordée aux investisseurs particuliers pendant la majeure partie de la dernière décennie.

« Le bitcoin a commencé à devenir si important qu'il crée sans doute sa propre demande, alors que les sociétés et les institutions commencent à faire des incursions dans un domaine qu'elles n'auraient pas touché quelques mois auparavant », a déclaré le mois dernier Jim Reid, stratégiste de recherche à la Deutsche Bank, lorsque le coût du bitcoin passait la barre des 50 000 dollars « Ironiquement, il est en train de devenir une classe d'actifs crédible pour beaucoup en se ralliant à tant de choses récemment et en obtenant un soutien institutionnel croissant ».

En raison de la frénésie autour de la plus populaire des cryptomonnaies et des remous qu'elle suscite dans le monde de la finance, Citi a déclaré lundi que le bitcoin était à un "point de basculement". « Il existe une foule de risques et d'obstacles qui entravent le progrès du bitcoin », ont déclaré les analystes de Citi. « Mais la mise en relation de ces obstacles potentiels avec les opportunités permet de conclure que le bitcoin est à un point de basculement », ont-ils ajouté. La banque d'investissement pense en effet que le bitcoin pourrait être au début d'une "transformation massive" dans le courant dominant.

Si certains investisseurs pensent que la volatilité du bitcoin constitue un obstacle à sa généralisation en tant que moyen de paiement, Citi voit la chose sous deux angles. Il pense que le bitcoin pourrait soit devenir la devise préférée pour le commerce international, soit faire face à une "implosion spéculative". « Si les entreprises et les particuliers accèdent, via des portefeuilles numériques, à l'argent liquide numérique prévu par la banque centrale et aux "stablecoins", la portée mondiale, la traçabilité et le potentiel de paiements rapides du bitcoin lui permettraient d'être "idéalement positionnée" pour devenir la monnaie préférée du commerce international », a déclaré Citi.

Cependant, pour l'instant, l'actif numérique est peu réglementé et est très peu utilisé pour le commerce dans les grandes économies. De plus, entravé par une forte volatilité, il est actuellement sujet à des transactions relativement coûteuses. Toutefois, certains disent qu'il aurait gagné en popularité sur certains marchés émergents, comme le Nigeria, au cours de l'année dernière. Lundi, le procureur général de New York, Letitia James, a averti les investisseurs de faire preuve d'une "extrême prudence lorsqu'ils investissent dans des monnaies virtuelles".

Par ailleurs, Citi a déclaré qu'une transformation aussi spectaculaire vers la monnaie de facto pour le commerce mondial, un statut actuellement détenu par le dollar américain, dépendrait des changements apportés au marché du bitcoin pour permettre une participation institutionnelle plus large et une surveillance plus étroite des régulateurs financiers.

bitcoin comme monnaie du commerce international : quel serait l'impact énergétique ?

En dehors de la volatilité et des défis susmentionnés auxquels le bitcoin est actuellement confronté, un autre grand défi qu'il pose est l'énergie nécessaire au minage des jetons. L'énergie utilisée par les mineurs afin de produire les unités du bitcoin est en constante évolution depuis la création de la monnaie numérique. Un rapport publié dernièrement sur le sujet estime que, si l'on considère le réseau le bitcoin comme un pays, alors il consomme plus d'énergie électrique par an que l'Argentine toute entière. C’est l’une des conclusions du rapport publié par le Centre pour la finance alternative de l’université de Cambridge.



Elle fait suite à une autre estimation de la consommation d’énergie du réseau support de la célèbre cryptomonnaie à hauteur de 1 % de celle du monde entier. En cela, le bitcoin est déjà considéré comme un gouffre énergétique. En effet, la consommation d’énergie du réseau bitcoin n’est pas un bogue. Elle est liée au mécanisme d’émission des jetons. Dans le jargon de la cryptomonnaie, le processus prend le nom de minage. Le principal problème qui découle de cette méthode de validation des transactions est sa lourdeur de fonctionnement.

La preuve de travail, qui demande un consensus global de chaque nœud sur la blockchain, requiert une quantité d’énergie considérable. Cet algorithme demande à chaque nœud de résoudre un puzzle cryptographique. Ce puzzle est résolu par les mineurs qui entrent dans une sorte de compétition de laquelle le gagnant ressort avec une récompense en bitcoins. Cette récompense lui est accordée lorsqu’il trouve le hash qui permettra la création d’un nouveau bloc. Mais trouver ce hash devient de plus en plus compliqué et nécessite l’usage d’un nombre chaque fois plus élevé de machines.

C’est la raison pour laquelle certains construisent des fermes de minage, d’où les publications qui s’enchaînent et qui font état d’importantes consommations du « pays bitcoin ». À ce jour, il consomme 121,36 TWh par an, selon l’analyse de l’université de Cambridge. Cette consommation devrait être revue à la hausse à l’avenir quand on prend en compte le fait qu’une augmentation du prix de la cryptomonnaie entraîne une augmentation de l’énergie nécessaire pour le minage. De même, les émissions de gaz à effet de serre dues au fonctionnement du réseau bitcoin iront croissant.

Et si le bitcoin était une escroquerie, c'est-à-dire une pyramide de Ponzi mieux élaboré ? Eh bien ! C'est ce que pense le développeur Haskell Stephen Diehl, auteur de "What I Wish I Knew When Learning Haskell". Il estime que le bitcoin est une pyramide de Ponzi postmoderne et « qu'il n'a aucune manifestation dans le monde réel et ne produit rien ». Il a déclaré que l'achat d'un bitcoin, c'est comme acheter une entrée dans une base de données comptable une collection de bits extrêmement coûteuse. Selon lui, le bitcoin n'a pas d'actifs, de revenus, de clients, de trésorerie ou de dividendes.

« La valeur actuelle nette du bitcoin est nulle et ne peut jamais être différente de zéro. Cette valeur provient uniquement d’une forme de spéculation récursive, une illusion selon laquelle davantage de victimes viendront à spéculer dans la spéculation, perpétuant ainsi l’escroquerie et faisant monter la “valeur “ spéculée plus haut. C'est un contrat à terme avec un sous-jacent sur la crédulité humaine, un pari qu'il y aura plus d'imbéciles à l'avenir pour payer les imbéciles actuels. Einstein a dit un jour : “Deux choses sont infinies : l'univers et la stupidité humaine ; et je ne suis pas sûr pour ce qui concerne l'univers“ et dans l'étrange monde à l'envers d'aujourd'hui, vous pouvez désormais investir dans la thèse d'Einstein et cela s'appelle bitcoin », a analysé Stephen Diehl.

Source : Rapport de Citi (PDF)

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que le bitcoin puisse devenir la monnaie du commerce international ?
Que pensez-vous des défis inhérents au bitcoin : volatilité, manque de réglementation, incertitude quant à son créateur et aux grands détenteurs ?

Voir aussi

Le bitcoin atteint une capitalisation boursière de 1000 milliards de dollars, alors que le coût de la cryptomonnaie continue de grimper

Des mots de passe perdus privent des millionnaires du bitcoin de leur fortune, environ 140 milliards de dollars en bitcoins seraient dans des portefeuilles perdus ou bloqués

bitcoin est un schéma de Ponzi postmoderne pour le développeur Stephen Diehl, qui rappelle « qu'il n'a aucune manifestation dans le monde réel et ne produit rien »

Le bitcoin consomme plus d'énergie électrique par an que l'Argentine tout entière, suggère une analyse de l'université de Cambridge. Peut-il faire oublier cette tare en s'imposant comme monnaie ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de 10_GOTO_10
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/03/2021 à 20:21
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Tout a été dit, et tellement de fois que ça ne sert à rien de le redire, je pense que ceux qui ne veulent pas entendre n'entendent rien. Le seul fait de parler de "pyramide de Ponzi" prouve que certains n'ont pas compris le principe d'un Ponzi.

Je préciserais juste un point de vocabulaire, parce que c'est un argument qui m'énerve à chaque fois :

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
La valeur actuelle nette du Bitcoin est nulle et ne peut jamais être différente de zéro.
Lorsqu'on échange deux trucs qui ont une valeur intrinsèque, un kilo de patates contre deux salades par exemple, on appelle ça du troc. Donc ne pas avoir de valeur (sous-entendu intrinsèque) est la définition même d'une monnaie. Un billet de 100 euros n'est qu'un bout de papier et de l'encre. Un bitcoin c'est pareil. Par contre il faut faire la différence entre la valeur intrinsèque et la valeur nominale, c'est à dire la valeur des biens qu'on peut acheter avec (100 euros pour le billet, 40000 euros actuellement pour un bitcoin). Faire la confusion entre les deux ne peut amener qu'à des conclusions fausses, c'est ce que font régulièrement les journalistes, et même certains économistes. Des gens trop intelligents pour que ce ne soit pas autre chose que de la pure mauvaise foi.
5  1 
Avatar de Jeff_67
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 03/03/2021 à 9:18
Je n'aime pas le bitcoin. Néanmoins je préfère que les spéculateurs misent sur le bitcoin que sur les cours de bourse. Si le bitcoin s'effondre un jour, rien en valeur ne sera perdu. A contrario, la fluctuation des cours boursiers a un impact sur l'économie réelle si bien que des gens risquent de perdre leur emploi.
3  0 
Avatar de 23JFK
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 02/03/2021 à 18:54
Et une pièce de monnaie peut soit tomber côté pile, soit tomber côté face.
2  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/03/2021 à 19:50
Le bitcoin pourrait soit devenir la devise préférée pour le commerce international
L'année 2021 va être un grand cru! Je crois que l'on a droit à la "perle de la conn..." dès le 2 mars!

Comment est-ce qu'une monnaie qui est limitée pourrait devenir la devise d'un système financier dont le principe premier est l'inflation?

Par définition, la masse monétaire du système capitaliste est en croissance dans le temps et par définition, le bitcoin est une masse monétaire limitée!

Y-a-t-il quelqu'un qui voit où est le problème?
2  1 
Avatar de sebleridon
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 12:59
je comprends vraiment pas tout à l'économie, mais il me semble qu'à chaque crise , le système économique a été sauvé par une réinjection de monnaie par les banques centrales (ce qui encourage d'ailleurs à rejouer et mène à la crise suivante)... quel serait l'équivalent dans le monde bitcoin ?
0  0 
Avatar de Trocmuch
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 13:39
"Lorsqu'on échange deux trucs qui ont une valeur intrinsèque, un kilo de patates contre deux salades par exemple, on appelle ça du troc. Donc ne pas avoir de valeur (sous-entendu intrinsèque) est la définition même d'une monnaie. Un billet de 100 euros n'est qu'un bout de papier et de l'encre. Un bitcoin c'est pareil. Par contre il faut faire la différence entre la valeur intrinsèque et la valeur nominale, c'est à dire la valeur des biens qu'on peut acheter avec (100 euros pour le billet, 40000 euros actuellement pour un bitcoin). Faire la confusion entre les deux ne peut amener qu'à des conclusions fausses, c'est ce que font régulièrement les journalistes, et même certains économistes. Des gens trop intelligents pour que ce ne soit pas autre chose que de la pure mauvaise foi. "

Un euro est un contrat entre un consommateur désargenté et un propriétaire d'un bien qui souhaite attendre un peu avant de le consommer.
Le consommateur dit à l'épargnant ' donne moi le produit dont tu disposes et je te promets que demain je te le rendrai.
Un euro vaut donc ce que vaut la promesse reçue en échange d'un bien.
Comme tous les euros sont mélangés dans la même bassine, un euro 'vaut' ce que vaut la somme des promesses divisée par le nombre d'euros émis.
Un euro est un droit, sanctionné par une autorité politique, de retirer un bien proposé sur un marché contre remise de cet euros/créance.

Un bitcoin est effectivement un livre comptable informatique qui va enregistrer les évènements de sa propre vie ou plus exactement la liste chronologique des ses propriétaires successifs.
Un mineur a créé un bitcoin. Le livre est vide.
Monsieur X achète ce bitcoin au mineur. Ce bitcoin inscrit sur son livre :' A compter d'aujourd'hui j'appartiens maintenant à Monsieur X'
Monsieur X vend 50 % de son bitcoin à Monsieur Y. Ce bitcoin inscrit maintenant sur son livre : A compter de ce jour j'appartiens à 50 % à Monsieur Y. Je reste appartenir à 50 % à Monsieur X.

Il n'y a dans tout cela aucune notion de valeur, seulement de propriété d'un produit informatique. Un bitcoin est donc totalement déconnecté du monde réel. Sa valeur réside uniquement dans l'envie de sa détention.
Le prix d'achat des 50 % de Monsieur X peut être totalement différent du prix d'achat des 50 % détenus par Monsieur Y.

C'est effectivement un peu (très) fou que de débourser 50000 € pour obtenir que son nom soit inscrit dans un document informatique sauf à penser que le monde est fou et que l'on trouvera sûrement encore plus fou que soi.

Il semble que le bitcoin voudrait être l'or de l'époque moderne.
En effet, détenir de l'or monétaire ne sert à rien mais reste un désir bien ancré car chacun pense que ce désir est le désir de tous.

Pour le devenir le bitcoin a encore un long chemin à parcourir et il a une tare congénitale. En vieillissant il grossit et devient de plus en plus vorace en énergie.
On peut enterrer son or au fond de son jardin. Aucun coût de conservation.
Si l'on supprime l'énergie au bitcoin : il meurt. Son coût de conservation est important, croissant, et deviendra prohibitif.

Le bitcoin: Une belle utopie.
1  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 16:00
les monnaies sont déjà numériques. En 2004 quand je bossais en bancaire, on avait déjà 98% de l'argent stocker sous forme d'octets. Faire la promotion de la monnaie numérique, c'est tenter de gagner la première guerre mondiale contre les Allemands.

Pour le reste, le scenario est intéressant. Mais les états ont-ils encore les moyens de stopper le bitcoin? Je pose la question, je n'ai pas la réponse.
0  0 
Avatar de palnap
Membre averti https://www.developpez.com
Le 02/03/2021 à 20:41
Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Un billet de 100 euros n'est qu'un bout de papier et de l'encre. Un bitcoin c'est pareil. Par contre il faut faire la différence entre la valeur intrinsèque et la valeur nominale, c'est à dire la valeur des biens qu'on peut acheter avec
Du coup si l'on suit ta logique la valeur intrinsèque d'un billet serait son coup de fabrication ? Donc celui d'un bitcoin serait son coût énergétique de minage, ce qui va taper au bas mot à 10/20K$. C'est probablement son juste prix car lors des précédentes explosions de bulle, sa valeur nominale tendait vers son coût de minage.
1  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 03/03/2021 à 10:57
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Néanmoins je préfère que les spéculateurs misent sur le bitcoin que sur les cours de bourse.
C'est vrai que le bitcoin n'est pas l'actif le plus dangereux, sa chute n'entrainerait pas de réaction en chaine, puisqu'en principe les états et les banques ne doivent pas en posséder beaucoup.
Un krach du bitcoin serait moins grave que ça :
Krach boursier de 2001-2002
Le Krach boursier de 2000-2002, qualifié aussi de « krach boursier rampant », a été marqué par les faillites ou sauvetages in extremis de grandes sociétés comme Enron, Worldcom, Vivendi ou France Télécom.

Au-delà de l’éclatement de la bulle Internet, le krach a touché les entreprises qui étaient soupçonnées de pratiques comptables opaques et de surendettement, dans tous les secteurs. En France, le CAC 40 perd 21,9 % en 2001 et 33,75 % en 2002, alors que les années 1999 et 2000 avaient vu un afflux très important d'argent dans les Sicav boursières. Démarré dès avril 2000, le Krach boursier a duré trois ans. D'un record historique le 4 septembre 2000 à 6 944,77 points, le CAC 40 est tombé à 2 401,15 points le 12 mars 2003.
Ou ça :
Crise bancaire et financière de l'automne 2008
La crise bancaire et financière de la fin de l'été 2008, aussi connue comme la crise estivale de 2008, est la seconde phase de la crise financière mondiale de 2007-2008, après la crise des subprimes de l'été 2007 et le temps fort de la crise économique mondiale des années 2007-2012. Notons pourtant que des signes avant-coureurs s'étaient déjà manifestés dès février 2007 (donc avant l'été) puisque la banque HSBC avait lancé dès le 8 février un "profit warning" qu'elle justifiait par l'accroissement sensible de ses provisions pour créances douteuses sur le marché immobilier nord-américain.
Le bitcoin n'est une goute d'eau dans un océan.
Apparemment le cours bouge beaucoup, j'ai l'impression de mal lire la courbe, on dirait que le 01 mars il valait 45 000$ et qu'à l'instant il vaut 51 000$.
Je crois qu'il est passé de 51 000$ à 45 000$ entre le 25 et le 26 février.
1  2 
Avatar de jmnicolas
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/03/2021 à 15:22
Citation Envoyé par 10_GOTO_10 Voir le message
Tout a été dit, et tellement de fois que ça ne sert à rien de le redire, je pense que ceux qui ne veulent pas entendre n'entendent rien. Le seul fait de parler de "pyramide de Ponzi" prouve que certains n'ont pas compris le principe d'un Ponzi.
Le problème du Bitcoin c'est que ça fait de l'ombre aux états. Dès que les gens vont se ruer dessus pour échapper à l'hyper inflation ou la faillite de l'Euro et / ou du Dollar alors le Bitcoin sera interdit et sa valeur descendra en flèche, peut être même jusqu'à 0.

Je ne crois pas une seule seconde que les USA, l'Europe ou la Chine laisserons leurs citoyens échapper à leurs systèmes bancaires qu'on peut taxer, surveiller et surtout dont on peut empêcher la fuite de capitaux.

Pour moi le Bitcoin est un "idiot utile" qui va favoriser l'acceptation des monnaies numériques par les peuples. Et quand ils se verront appliquer des taux négatifs, que chacune transaction sera taxée etc ils en viendront à regretter le temps du bon vieux cash.
1  2