IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

WhatsApp explique ce qui se passera si vous n'acceptez pas les nouvelles conditions d'utilisation le 15 mai.
L'accès aux fonctionnalités sera étriqué, rendant l'application quasiment inutilisable

Le , par Stéphane le calme

357PARTAGES

12  0 
Le 6 janvier, WhatsApp, le service de messagerie appartenant à Facebook, a alerté les utilisateurs d'une mise à jour de ses conditions de service et de sa politique de confidentialité qui devrait entrer en vigueur le 8 février 2021.

Les « mises à jour clés » concernent la manière dont WhatsApp traite les données des utilisateurs, « comment les entreprises peuvent utiliser les services hébergés par Facebook pour stocker et gérer leurs discussions WhatsApp » et « comment nous nous associons à Facebook pour offrir des intégrations dans les produits de l'entreprise Facebook ».

Les modifications obligatoires permettent à WhatsApp de partager plus de données utilisateur avec d'autres sociétés Facebook, y compris les informations d'enregistrement de compte, les numéros de téléphone, les données de transaction, les informations relatives au service, les interactions sur la plateforme, les informations sur les appareils mobiles, l'adresse IP et d'autres données collectées : « à l'heure actuelle, WhatsApp partage certaines catégories d'informations avec des entités Facebook. Les informations que nous partageons avec les autres entités Facebook incluent les informations d'enregistrement de votre compte (comme votre numéro de téléphone), les données de transactions, des informations liées à des services, des informations sur la façon dont vous interagissez avec d'autres, y compris des entreprises, lorsque vous utilisez nos Services, les informations sur votre appareil mobile, votre adresse IP, et peuvent inclure d'autres informations identifiées dans la section de la Politique de confidentialité titrée "Informations que nous recueillons", ou obtenues après vous en avoir averti(e) ou sur la base de votre consentement ».

Seulement, suite à la montée en puissance des applications de messagerie Telegram et Signal, née de l'inquiétude du public, WhatsApp a tenté dans un premier temps de dissiper les craintes : « Nous voulons répondre à certaines rumeurs en vous assurant à 100 % que nous continuons à protéger vos messages privés avec un chiffrement de bout en bout », a déclaré la société.

« Nous voulons être clairs sur le fait que la mise à jour de la politique n'affecte en aucune façon la confidentialité de vos messages avec vos amis ou votre famille. Au lieu de cela, cette mise à jour inclut des modifications liées à la messagerie d'une entreprise sur WhatsApp, qui est facultative, et offre une transparence supplémentaire sur ce que nous recueillons et sur la façon dont nous utilisons des données » a ajouté WhatsApp dans une FAQ sur son site Web.

Mais cela n'a pas ralenti le courant de migration. Aussi, WhatsApp a procédé à un ajournement de sa politique :

« Grâce à de nombreuses personnes, nous comprenons la confusion qui règne autour de la récente mise à jour. Beaucoup d’informations erronées ont circulé, ce qui a créé de l’inquiétude. Nous souhaitons aider chacun à comprendre nos principes et les faits.

« L’application WhatsApp a été conçue sur une idée simple : ce que vous partagez avec vos amis et votre famille reste entre vous et eux. Cela signifie que nous protégerons toujours vos conversations personnelles grâce au chiffrement de bout en bout, pour que ni WhatsApp ni Facebook ne puissent voir vos messages privés. C’est la raison pour laquelle nous ne conservons pas les historiques des destinataires des messages ou des appels. Nous ne pouvons pas non plus voir votre localisation partagée, et nous ne partageons pas vos contacts avec Facebook.

« Rien de tout cela n’a changé avec les récentes mises à jour. Plus précisément, cette mise à jour comprend de nouvelles options pour les personnes souhaitant envoyer un message à une entreprise sur WhatsApp, et elle fournit également plus de transparence sur la manière dont nous recueillons et utilisons les données. Bien que tout le monde n’effectue pas ses achats auprès d’une entreprise sur WhatsApp tous les jours, nous pensons que de plus en plus d’utilisateurs vont choisir de le faire à l’avenir. Il est donc important que chacun puisse avoir la possibilité de connaître et d’utiliser ces services. Cette mise à jour ne sert pas à augmenter notre capacité de partage des données avec Facebook.

« Nous avons décidé de reculer la date à laquelle il sera demandé aux utilisateurs de consulter et d’accepter les conditions. Personne ne verra son compte suspendu ou supprimé le 8 février. Nous allons également surveiller de près les informations erronées qui circulent autour des travaux sur la confidentialité et la sécurité sur WhatsApp. Nous nous tournerons ensuite progressivement vers les utilisateurs afin qu’ils puissent consulter la politique de confidentialité à leur propre rythme avant que de nouvelles options pour les professionnels ne soient disponibles le 15 mai.

« WhatsApp a été un pionnier du chiffrement de bout en bout pour les utilisateurs à travers le monde et notre engagement envers cette technologie de sécurité reste et restera inchangé. Merci à toutes celles et à tous ceux qui nous ont contactés, et à toutes celles et tous ceux qui ont permis d’évoquer des faits et de faire cesser les rumeurs. Nous continuerons de tout mettre en œuvre pour que WhatsApp reste le meilleur moyen de communiquer de manière privée ».


Des informations supplémentaires concernant la mise à jour

La semaine dernière, dans un billet de blog, WhatsApp est revenu à la charge. Tout en rappelant qu’elle était dans l’incapacité de consulter les messages ou d’écouter les conversations de ces utilisateurs à cause du chiffrement de bout en bout, l’application de messagerie rappelait également qu’elle afficherait dans les prochaines semaines une nouvelle notification expliquant mieux aux utilisateurs les modifications apportées à sa nouvelle politique de confidentialité :

« Aujourd'hui, nous allons partager la version actualisée de nos plans concernant la façon dont nous demanderons aux utilisateurs de WhatsApp de passer en revue nos conditions d'utilisation et notre politique de confidentialité. Nous avons découvert une grande quantité de désinformations concernant cette mise à jour et continuons de tout mettre en œuvre pour dissiper toute confusion possible.

« Pour rappel, nous créons actuellement de nouveaux moyens de discuter avec des entreprises ou d'acheter leurs produits sur WhatsApp, dont l'utilisation reste entièrement facultative. Les messages personnels seront toujours chiffrés de bout en bout. Ainsi, WhatsApp ne peut ni les lire ni les écouter.

« Nous avons réfléchi à ce que nous aurions pu faire différemment en rapport à cette situation. Nous souhaitons que chacun ait connaissance de notre historique de défense du chiffrement de bout en bout, et conscience de notre engagement envers la protection de la confidentialité et de la sécurité de nos utilisateurs. Nous utilisons désormais notre fonctionnalité Statut pour partager nos valeurs et mises à jour directement au sein de WhatsApp. Nous ferons encore plus à l'avenir pour nous assurer de faire entendre notre voix de façon claire.

« Au cours des semaines à venir, nous afficherons une bannière dans WhatsApp fournissant plus d'informations. Les utilisateurs pourront lire ces informations à leur propre rythme. Nous avons également ajouté davantage d'informations pour essayer de répondre aux préoccupations qui nous parviennent. À terme, nous commencerons à rappeler aux utilisateurs la nécessité de passer en revue et d'accepter ces mises à jour pour pouvoir continuer à utiliser WhatsApp.

« Nous pensons également qu'il est important que tous puissent savoir de quelle façon il nous est possible de fournir WhatsApp gratuitement. Chaque jour, des millions de personnes démarrent une discussion WhatsApp avec une entreprise en raison de la plus grande commodité que l’application offre par rapport à un appel téléphonique ou un échange d'e-mails. C'est aux entreprises que nous facturons l'offre d'un service client sur WhatsApp, pas aux personnes. Certaines fonctionnalités d'achat impliquent Facebook, afin que les entreprises puissent gérer leur inventaire à travers les applications. Nous affichons plus d'informations à ce sujet directement au sein de WhatsApp afin que les utilisateurs puissent choisir s'ils souhaitent engager la conversation avec une entreprise ou non.

« En cette période, nous comprenons que certaines personnes se renseignent sur d'autres applications pour étudier ce qu'elles ont à offrir. Nous nous sommes aperçus que certains de nos concurrents prétendaient ne pas pouvoir voir les messages de leurs utilisateurs ; si une application ne propose pas le chiffrement de bout en bout par défaut, cela signifie que vos messages sont visibles. D'autres applications affirment être supérieures parce qu'elles ont accès à encore moins d'informations que WhatsApp. Nous estimons que les personnes sont à la recherche d'applications à la fois fiables et sûres, même si cela nécessite que WhatsApp dispose de certaines données en quantité limitée. Nous tenons à mesurer avec une grande attention la portée des décisions que nous prenons, et nous continuerons de développer de nouvelles façons d'honorer ces responsabilités avec toujours moins d'informations, et non toujours plus.

« Nous sommes profondément reconnaissants envers toutes les personnes nous ayant aidés à répondre à ces préoccupations, et nous restons disponibles pour répondre à toute question. Nous avons continué de travailler à de nombreux développement pour 2021 et sommes impatients d'en partager plus avec vous au cours des semaines et mois à venir ».

Qu'est-ce qui va se passer si vous refusez les nouvelles règles ?

WhatsApp répond à cette question dans une FAQ :

« Afin de vous donner suffisamment de temps pour passer en revue les modifications à votre propre rythme, nous avons reporté leur date d'entrée en vigueur au 15 mai. Si vous ne les acceptez pas d'ici à l'échéance, WhatsApp ne supprimera pas votre compte. Cependant, vous n'aurez qu'un accès limité aux fonctionnalités de WhatsApp jusqu'à ce que vous les acceptiez. Pendant une courte période, vous pourrez recevoir des appels et des notifications, mais vous ne pourrez pas lire ou envoyer de messages depuis l'application.

Vous disposez des options suivantes :
  • Vous pourrez toujours accepter les mises à jour après le 15 mai. Notre politique relative aux utilisateurs inactifs s'appliquera.
  • Jusqu'au 15 mai, vous pouvez exporter votre historique des discussions sur Android ou iPhone et télécharger un rapport de votre compte. Si vous souhaitez supprimer votre compte sur Android, iPhone ou KaiOS, nous espérons que vous reconsidérerez votre décision. Nous ne sommes pas en mesure d'annuler cette opération, car elle efface l'historique de vos messages, vous supprime de tous vos groupes WhatsApp et supprime vos sauvegardes WhatsApp.
  • Si vous avez besoin d'aide pour télécharger un rapport de votre compte ou supprimer un compte, vous pouvez nous contacter ».

Dans un courriel que WhatsApp a envoyé à l'un de ses partenaires, l'entreprise sous l'égide de Facebook en dit un peu plus sur sa stratégie. À partir du 15 mai prochain, WhatsApp invitera à nouveau les derniers « résistants » à accepter ses nouvelles règles. S’ils refusent toujours de s’y soumettre, ils pourront continuer de recevoir des appels et des notifications pendant encore quelques semaines, mais ne seront plus en mesure d’envoyer des messages ou d’émettre des appels.

L’application de messagerie explique par ailleurs que les comptes seront automatiquement supprimés de sa plateforme, au-delà de 120 jours d’inactivité :

« Dans un souci de sécurité, pour limiter la rétention des données et pour protéger la vie privée de nos utilisateurs, les comptes WhatsApp sont généralement supprimés après 120 jours d’inactivité. Par inactivité, nous entendons l’absence de connexion à WhatsApp.

« Une connexion Internet est nécessaire pour qu’un compte soit actif. Si un utilisateur ouvre WhatsApp sur son appareil sans avoir de connexion Internet, le compte est considéré comme inactif.

« Le contenu stocké localement sur l’appareil de l’utilisateur avant la supprimer du compte y restera jusqu’à la suppression de WhatsApp de l’appareil. Lorsqu’un utilisateur se réinscrit sur WhatsApp avec le même appareil, le contenu stocké localement réapparaît. »

Source : WhatsApp (1, 2, 3)

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 14/04/2021 à 10:31
Citation Envoyé par Bruno Voir le message

Imaginez-vous d'autres pays ou d'autres régulateurs emboîter le pas à l'agence allemande ?
Ce serait bien en fait. Les GAFAM ont des pratiques très agressives. Ce serait normal de voir des réactions de la population un peu partout dans le monde.

Citation Envoyé par Bruno Voir le message

Que pensez-vous de la procédure d'urgence lancée contre WhatsApp ?
Je pense que c'est une bonne idée. Je me tâte à lancer une procédure GDPR me concernant après le 15 mai, car n'importe quelle personne qui m'aura comme contact sur son téléphone et qui utilise Whatsapp me remontera dans Facebook avec mon nom et prénom, ce que je refuse, surtout quand on voit comme Facebook ne se préoccupe pas des failles permettant des fuites de données (cf. la fuite de 533 millions de comptes, en accès libre sur Internet pour qui sait utiliser un moteur de recherche).

Citation Envoyé par Bruno Voir le message

Réussira-t-elle à faire reculer le géant de la messagerie ?
Aucune idée. Ils continueront très certainement à collecter des données de manière illégale, à travers les conversations par exemple. Leur argument de chiffré de bout-en-bout, on sait que c'est du flan.
8  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/05/2021 à 15:55
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Et bien voilà une raison supplémentaire de jeter à la poubelle les 2 applications!
Le problème, c'est pas de dégager ces applis... c'est d'inciter la liste de contacts à le faire aussi.
7  0 
Avatar de scandinave
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 23/02/2021 à 17:40
Facebook se contrefout bien du contenu des messages. Que madame michou souhaite un joyeux anniversaire à sa fille, il s'en tape. Ils le savent déjà probablement. Par contre, à qui vous envoyez des messages, à quelle fréquence, depuis où, bref en gros, toute ce que nous appelons les metadata, ça ils les collectent allègrement pour les croisés avec les données récupérer sur d'autres canaux.

Facebook joue sur les mots en disant qu'ils n'accèdent pas au message, en sachant pertinemment que la plupart des gens ne savent pas quels recoupements les metadata peuvent permettre. Et encore, il faut faire confiance à Facebook sur le chiffrement. Contrairement à signal ou message,
Il me semble que les clés de chiffrement sont stockées chez Facebook et pas sur le téléphone.

De toute manière, sans faire du complotisme ou se casser la tête, il faut être naïf pour penser qu'une entreprise capitalise, dont le business modèle est de vendre des informations privées à des annonceurs de publicité, va dépenser des millions/ans pour maintenir une application en état de marche gratuitement. Le débat s'arrête la pour moi.
5  0 
Avatar de kain_tn
Membre expert https://www.developpez.com
Le 14/04/2021 à 16:41
Citation Envoyé par QSdF53OKrj34 Voir le message
Kain_tn serais-tu dispo pour une petite discussion sur un chat au sujet de la procédure GDPR si tu as creusé le sujet ?
(Je suis intéressé, si d'autres le sont aussi ...)
Je ne l'ai pas encore fait, mais dans ce cas je mettrai directement les informations dans le post, à disposition de tous

Je pensais passer par ce lien, mais j'ai besoin de temps pour bien relire les prochaines CGU de Whatsapp pour remplir la plainte.

EDIT: sinon, si on est nombreux à vouloir se plaindre, on peut peut-être contacter NOYB: une société Autrichienne qui était à l'origine des premières plaintes GDPR collectives, envers Whatsapp et d'autres.
Surtout que dans une plainte individuelle, il semblerait que la société contactée (ici Whatsapp) puisse exiger des pièces d'identité suite à la plainte, ce qui est un comble quand on sait justement que le but c'est de ne pas leur communiquer nos données directement
En France il y a aussi la Quadrature du Net qu'on peut contacter, pour essayer une action groupée.
4  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/05/2021 à 10:42
Et bien voilà une raison supplémentaire de jeter à la poubelle les 2 applications!

Vous aurez une vie plus harmonieuse et vous pourrez même lever les yeux de l'écran de votre smartphone quand vous traversez une route... Et soyons fou, peut-être gagner une grande partie de votre journée passé à lire et commenter des info inutiles!

Pour information: En Allemagne, en France et en Grande-Bretagne, le temps passé sur les smartphones avant la pandémie variait entre 2,6 et 3,1 heures par jour. Aux USA, plus de 4 heures. En Indonésie, il culmine à 5,2 heures par jour…
4  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/05/2021 à 10:47
Citation Envoyé par lvr Voir le message
Désinstaller toutes ces applications, c'est juste se couper du monde d’aujourd’hui .
Non, c'est juste se couper de TON monde!

Même les réseaux sociaux dit professionnels comme LinkedIn sont basés sur du faux... Les gens qui s'y complaisent avec des "500 contacts et plus" n'ont en réalité qu'une dizaine de vrais connaissances qu'ils voient d'ailleurs jamais puisqu'ils passent leur temps à agrandir leur réseau de fantômes.

Il est d'ailleurs très intéressant de constater sur LinkedIn que les personnes en début de carrière professionnelle s'y enregistrent en croyant aux promesses puis ferment ou abandonnent leur profil au fil de l'avancement de leur carrière. Font exception les gens qui sont toujours à la recherche d'une réussite qu'ils n'ont pas obtenu dans la vraie vie... Il suffit de suivre quelques groupes de LinkedIn pour constater qu'y participent plus que des indépendants de tous poils essayant de trouver désespérément des clients.
5  2 
Avatar de lvr
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/05/2021 à 13:53
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Non, c'est juste se couper de TON monde!
Mon monde est fait de voisins qui s'entraident via FB ("Qui a une échelle à prêter dans le quartier ?" "Moi, vous pouvez passer la prendre demain après 18h00", d'enfants dont il organiser les activités sportives ("Qui peut arbitrer cette semaine ?" "Moi je peux m'en charger" // "Je serai en retard pour la fin de l'entraînement, quelqu'un peut ramener Lucas?" ), du co-voiturage ("J'ai 3 places dans la voiture pour emmener les gamins au camps scouts cet été. Ca intéresse qui ?", d'un rang scolaire le matin ("Je peux faire jeudi", "Ok, moi je peux faire lundi", de forums d'entraide musicale ("Quelqu'un a déjà essayer de monter AudioTechnica BP4025 sur Tascam Dr100-mk3. J'ai pas mal de buzz vers les 100Hz. Vous aussi ?", de concerts ("Check out this upcoming online program in honor of Tony Conrad taking place May 27-28 via the Bemis Center -- ..." disait un gars que je suis sur FB. Et j'y serai), de découvertes littéraires et musicale, d'expositions qui s'annonce, ... (je passe les moins avouables, comme le flattage d'ego, les blagues pourries, ...)
Voilà ça c'est mon monde.
Et FB, Whatsapp, Insta, ... y jouent un rôle important.
Et pour l'heure, je perdrais beaucoup si ça disparaissait.
Tu me diras : Avant on avait pas tout ça. On faisait comment ? Je te dirai: on remonte jusqu'où ? Jusqu'avant les réseaux sociaux ? Jusqu'avant les ordinateurs, Jusqu'avant la révolution industrielle ? ...

Le passé est le passé. On va pas revenir en arrière. Aujourd'hui, les réseaux sociaux sont une réalité. Il faut viser à les améliorer, les rendre plus respectueux, moins invasif. Eduquer les jeunes et moins jeunes à leurs dérives, à leurs risques, ...

On va pas les arrêter. C'est ça que je trouve très simpliste dans ton discours. Très blanc/noir. Très, "je vis sur ma petite île et pense que mon modèle est LE modèle qui convient à tous le monde".

Ton modèle est ton modèle. Il te convient. Et tant mieux pour toi.

Mais ce n'est pas LE modèle. C'est UN modèle. Et il faut prendre en considération les besoins que cela remplit et travailler à partir de là.
4  1 
Avatar de QSdF53OKrj34
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 14/04/2021 à 15:41
Kain_tn serais-tu dispo pour une petite discussion sur un chat au sujet de la procédure GDPR si tu as creusé le sujet ?
(Je suis intéressé, si d'autres le sont aussi ...)
2  0 
Avatar de QSdF53OKrj34
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 14/04/2021 à 16:46
Top, merci.
2  0 
Avatar de air-dex
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/02/2021 à 19:51
Petit à petit l'oiseau fait son nid. Il reste encore un petit peu moins de 3 mois et je ne serai pas étonné de les voir définitivement faire marche arrière d'ici là avec leurs nouvelles conditions.

Citation Envoyé par scandinave Voir le message
en sachant pertinemment que la plupart des gens ne savent pas quels recoupements les metadata peuvent permettre.
L'un des recoupements les plus étonnants à mes yeux reste la version Facebook de être de la jaquette, que l'on pourrait résumer par "liker des posts de Lady Gaga". Car oui, pour Facebook t'es homosexuel (pour rester poli) si tu likes les posts de Lady Gaga à plus de 90%. Vous avez adoré les préjugés sur les fans de Mylène Farmer en France ? Vous allez adorer ceux de Facebook sur les fans de Lady Gaga ?

Si le plus fieffé des hétéros savait ce que Facebook fait quand il regarde un contenu de Lady Gaga...
1  0