IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook bloque toutes les actualités en Australie
Suite à un projet de loi qui l'obligerait à payer les sites d'informations australiens lorsque des extraits sont relayés sur sa plateforme

Le , par Stéphane le calme

406PARTAGES

4  0 
En vertu d'un projet de loi sur les médias en Australie, Facebook et Google seraient tenus de négocier « de bonne foi » avec les sites d'information australiens pour obtenir des licences pour l'extrait de contenu et le lien vers ce contenu, ce qu'ils font actuellement gratuitement. Les règles de non-discrimination exigeraient que Google et Facebook traitent les sites de la même manière. Si les négociations échouaient, les différends seraient réglés par un arbitrage où chaque partie mettrait une offre sur la table et une partie neutre déciderait quelle offre est la plus raisonnable.

En bref, Facebook et Google seront tenus de payer les sites d'informations australiens lorsqu'ils leur envoient du trafic. Les grandes enseignes de l'internet ne sont pas autorisées à tenter d'éviter de payer la facture en évitant par exemple de référencer les sites d'informations (pour le cas de Google).

En réponse à ce nouveau projet de loi concernant la négociation avec les médias, Facebook empêchera les éditeurs et les personnes en Australie de partager ou de visionner du contenu d’actualité australien et international.

Facebook estime que le projet de loi comprend fondamentalement mal la relation entre sa plateforme et les éditeurs qui l'utilisent pour partager du contenu d'actualité. Dans un billet, William Easton, Managing Director, Facebook Australia & New Zealand précise que « Cela nous a laissé face à un choix difficile : tenter de se conformer à une loi qui ignore les réalités de cette relation, ou arrêter d'autoriser le contenu d'actualité sur nos services en Australie. Le cœur lourd, nous choisissons ce dernier ».

Parlant du contexte des discussions autour du projet de loi, il avance que :

« Cette discussion s'est concentrée sur les entreprises technologiques américaines et sur la manière dont elles tirent parti du contenu des actualités sur leurs services. Nous comprenons que beaucoup se demanderont pourquoi les plateformes peuvent répondre différemment. La réponse est que nos plateformes ont des relations fondamentalement différentes avec les actualités. La recherche Google est inextricablement liée aux actualités et les éditeurs ne fournissent pas volontairement leur contenu. D'autre part, les éditeurs choisissent volontiers de publier des actualités sur Facebook, car cela leur permet de vendre plus d'abonnements, d'élargir leur audience et d'augmenter leurs revenus publicitaires.

« En fait, et comme nous l'avons clairement indiqué au gouvernement australien pendant de nombreux mois, l'échange de valeur entre Facebook et les éditeurs fonctionne en faveur des éditeurs - ce qui est l'inverse de ce que la législation obligerait l'arbitre à assumer. L'année dernière, Facebook a généré environ 5,1 milliards de références gratuites à des éditeurs australiens d'une valeur estimée à 407 millions de dollars australiens ».

Il n’a pas manqué de souligner que le partage des actualités représente une infime partie du trafic de Facebook, par conséquent le gain commercial est minime :

« Pour Facebook, le gain commercial des actualités est minime. Les actualités représentent moins de 4 % du contenu que les internautes voient dans leur fil d'actualité. Le journalisme est important pour une société démocratique, c'est pourquoi nous construisons des outils dédiés et gratuits pour aider les agences de presse du monde entier à innover leur contenu pour le public en ligne ».

Et d’indiquer que l’entreprise a, « malgré tout », travaillé avec le gouvernement pour trouver une solution qui « reconnaît les réalités du fonctionnement de nos services », regrettant l’établissement d’un projet de loi qui « cherche à pénaliser Facebook pour le contenu qu’il n’a pas pris ou demandé » :

« Au cours des trois dernières années, nous avons travaillé avec le gouvernement australien pour trouver une solution qui reconnaît les réalités du fonctionnement de nos services. Nous travaillons depuis longtemps à des règles qui encourageraient l'innovation et la collaboration entre les plateformes numériques et les organes de presse. Malheureusement, ce projet de loi ne fait pas cela. Au lieu de cela, il cherche à pénaliser Facebook pour le contenu qu'il n'a pas pris ou demandé.

« Nous étions prêts à lancer Facebook News en Australie et à augmenter considérablement nos investissements auprès des éditeurs locaux, mais nous n'étions prêts à le faire qu'avec les bonnes règles en place. Cette législation crée un précédent où le gouvernement décide qui conclut ces accords sur le contenu des actualités et, en fin de compte, combien la partie qui reçoit déjà de la valeur du service gratuit est payée. Nous allons maintenant donner la priorité aux investissements dans d'autres pays, dans le cadre de nos plans d'investissement dans de nouveaux programmes et expériences de nouvelles de licence ».


Dans son message, il voudrait clairement faire comprendre que Facebook est loin d’être la seule entité inquiétée par ce processus :

« D'autres ont également soulevé des inquiétudes. Des experts et analystes indépendants du monde entier ont constamment souligné les problèmes liés à la législation proposée. Bien que le gouvernement ait apporté certains changements, le projet de loi ne comprend fondamentalement pas le fonctionnement de nos services ».

Et ce serait à contrecœur que Facebook décide de bannir les liens d’actualités de sa plateforme dans le pays :

« Malheureusement, cela signifie que les personnes et les agences de presse en Australie sont désormais interdites de publier des liens d'actualités et de partager ou de consulter du contenu d'actualités australiennes et internationales sur Facebook. À l'échelle mondiale, la publication et le partage de liens d'actualités provenant d'éditeurs australiens sont également limités. Pour ce faire, nous utilisons une combinaison de technologies pour restreindre le contenu des actualités et nous aurons des processus pour examiner tout contenu qui a été supprimé par inadvertance ».

Pour les éditeurs australiens, cela signifie:
  • Qu’ils ne peuvent pas partager ou publier du contenu sur les pages Facebook
  • Que les administrateurs pourront toujours accéder à d'autres fonctionnalités depuis leur page Facebook, y compris les aperçus de la page et Creator Studio.
  • Facebook continue de fournir un accès à tous les autres services Facebook standard, y compris les outils de données et CrowdTangle.

Pour les éditeurs internationaux, cela signifie:
  • Qu’ils peuvent continuer à publier des actualités sur Facebook, mais les liens et les publications ne peuvent pas être consultés ou partagés par le public australien.

Pour la communauté Facebook australienne, cela signifie:
  • Qu’ils ne peuvent pas afficher ou partager du contenu d'actualités australiennes ou internationales sur Facebook ou du contenu des pages d'actualités australiennes et internationales.

Pour la communauté Facebook internationale, cela signifie:
  • Qu’ils ne peuvent pas afficher ou partager le contenu des actualités australiennes sur Facebook ou le contenu des pages d'actualités australiennes.

« Les modifications affectant le contenu des actualités ne changeront pas autrement les produits et services de Facebook en Australie. Nous voulons assurer aux millions d'Australiens qui utilisent Facebook pour se connecter avec leurs amis et leur famille, développer leurs entreprises et rejoindre des groupes pour aider à soutenir leurs communautés locales, que ces services ne changeront pas.

« Nous reconnaissons qu’il est important de connecter les gens à des informations faisant autorité et nous continuerons à promouvoir des centres d’information dédiés comme le Centre d’information COVID-19, qui relie les Australiens aux informations pertinentes sur la santé. Notre engagement à supprimer les informations erronées nuisibles et à fournir un accès à des informations crédibles et opportunes ne changera pas. Nous restons attachés à notre programme de vérification des faits par des tiers avec l'Agence France-Presse et Australian Associated Press et continuerons d'investir pour soutenir leur important travail.

« Notre engagement mondial à investir dans des informations de qualité n'a pas non plus changé. Nous reconnaissons que les informations jouent un rôle essentiel dans la société et la démocratie, c'est pourquoi nous avons récemment étendu Facebook News à des centaines de publications au Royaume-Uni.

« Nous espérons qu'à l'avenir le gouvernement australien reconnaîtra la valeur que nous apportons déjà et travaillera avec nous pour renforcer, plutôt que limiter, nos partenariats avec les éditeurs ».

Le mois dernier, Google a menacé de fermer son moteur de recherche australien pour ne pas être obligé à payer pour les sites d'information. Mais depuis, la grande enseigne de la recherche semble avoir assoupli sa position. Elle a récemment signé un accord avec des éditeurs français pour que leurs articles figurent dans les résultats de recherche. Et plus récemment, elle a commencé à signer des accords avec des éditeurs australiens, y compris un accord avec News Corp., qui a été fondé par l'Australien Rupert Murdoch et possède un certain nombre de journaux australiens.

Source : Facebook

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de JP CASSOU
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/02/2021 à 9:04
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Bonhomme, on va mettre en ligne et gratuitement ton travail, et tu ne toucheras rien sur son utilisation, t'es OK ?
Dans ce cas, on demande à Google de rémunérer les groupes de presse. Par conséquent, il est normal que ceux-ci mettent leur contenu gratuitement en ligne.

Et le modèle de ne rien toucher sur l'utilisation de nos propres articles existe déjà avec ELSEVIER et consorts, qui vivent du travail des autres, en faisant payer aussi les auteurs des articles.
0  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/02/2021 à 22:19
Et le modèle de ne rien toucher sur l'utilisation de nos propres articles existe déjà avec ELSEVIER et consorts, qui vivent du travail des autres, en faisant payer aussi les auteurs des articles.
@JP CASSOU
Et les "organes" de presse qui ne font que relayer les articles des Agences de presse et qui pourtant ce clame de la presse libre et indépendante, on les classes où ?
Je n'est pas de connaissances approfondie sur le fonctionnement de la presse Australienne, mais en France l'accord entre Google et la presse n'est pas très reluisant quand on sais que 3/4 des thèmes/articles abordés par cette dernière ne sont que des articles fournie par l'AFP ou autre Agence.
Si au moins les articles étaient tous de qualités et présentaient une vrai plus value, ça pourrait ce justifier, mais demander à sont pays de faire pression sur les GAFAM pour leur extorquer de l'argent pour qu'ils aient le droit de faire ce qu'eux même font avec les Agences de presse, c'est ridicule.
Le pire c'est que Facebook ou Google, ne peuvent même pas refuser ou dire OK, nous allons donc créer notre propre organe de presse et ne plus relayer vos informations.
C'te méthode d'escroc .
0  0 
Avatar de JP CASSOU
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/02/2021 à 23:39
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Bonhomme, on va mettre en ligne et gratuitement ton travail, et tu ne toucheras rien sur son utilisation, t'es OK ?
Dans ce cas de figure, les organes de presse seront financés par Google (et par les Etats + la pub). En contrepartie, on demande aux organes de presse de mettre gratuitement en ligne les articles concernés
0  0