IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Microsoft exhorte les États-Unis et l'UE à suivre l'Australie en introduisant des règles qui obligent les entreprises technologiques
à partager leurs revenus avec les organes de presse

Le , par Stéphane le calme

235PARTAGES

9  0 
Microsoft appelle les États-Unis et l'UE à suivre l'Australie en introduisant des règles qui obligent les entreprises technologiques à partager leurs revenus avec les organes de presse et à soutenir le journalisme. La société, qui s'est opposée à Facebook et Google en soutenant la proposition, soutient qu'il est nécessaire d'imposer une telle redevance pour créer des conditions de concurrence équitables entre les grandes entreprises technologiques et les organisations de médias indépendantes.

La proposition de l’Australie oblige les grandes entreprises technologiques non seulement à payer une redevance pour le contenu d’actualité qu’elles utilisent ou auquel elles sont liées, mais qu’elles acceptent de participer à un arbitrage pour déterminer ces frais. En réponse, Facebook et Google ont menacé de retirer des services du pays, tandis que Microsoft a pris le contre-pied : se montrer en faveur du projet de loi pour promouvoir Bing, qui compte actuellement moins d'une recherche sur 20 en Australie, comme alternative.

Dans un billet de blog, Brad Smith, responsable des affaires juridiques de Microsoft, a déclaré qu'il estimait que la règle australienne « méritait une considération sérieuse, y compris aux États-Unis » :

« Au début du XXIe siècle, Internet a érodé le secteur de l'information, car des dotcoms comme Craigslist ont perturbé les revenus publicitaires, les agrégateurs d'actualités ont attiré les lecteurs et les moteurs de recherche et les géants des médias sociaux ont dévoré les deux. De nombreux autres facteurs sont à l'œuvre et il existe un besoin urgent d'innovation dans le secteur de l'information. Mais une chose est claire : Internet et les médias sociaux n'ont pas été gentils avec la presse libre.

« Alors que quelques-uns des plus gros journaux ont résisté à la tempête, la plupart des médias ont été durement touchés. Depuis 2000, les revenus des salles de rédaction aux États-Unis ont chuté de 70 % et l'emploi a été réduit de moitié. Plus de 2000 journaux ont été entièrement fermés. Dans de nombreux endroits, les nouvelles locales ont été décimées. Les déserts d'actualités (des communautés sans journal local du tout) se sont répandus à travers le pays, avec des effets terribles. Comme un citoyen l'a dit avec émotion à propos de sa ville de Floride qui n'avait plus de journal : "Après des années sans voix locale forte, notre communauté ne se connaît pas".

« La démocratie a toujours commencé au niveau local. Aujourd'hui, beaucoup trop de communautés locales doivent entretenir la démocratie sans quatrième pouvoir.

Qu'est-ce qui a remplacé les actualités locales ? Comme l'a rapporté Pew Research le mois dernier, "Environ la moitié des adultes américains (53%) disent qu'ils reçoivent des informations des médias sociaux 'souvent' ou 'parfois'." Une partie de ce qui nourrit l'intérêt pour les sites de médias sociaux - et les moteurs de recherche également - est la capacité de faire défiler et de voir les titres générés par les médias traditionnels.

« Comme nous le savons d'après notre propre expérience avec le service de recherche Bing de Microsoft, l'accès à une couverture d'actualités fraîche, large et approfondie est essentiel pour maintenir un engagement fort des utilisateurs. Cela signifie que le contenu d'actualités génère une valeur indirecte significative pour les sites de recherche et de médias sociaux - jusqu'à 4,7 milliards de dollars par an pour Google, selon une étude récente - même si les gens ne cliquent souvent pas sur l'histoire originale. Cela signifie que les agences de presse ne sont pas rémunérées même si tout ce trafic alimente des plateformes qui sont devenues des gardiens technologiques rentables sur lesquels les entreprises doivent faire de la publicité pour atteindre les consommateurs.

« La solution nécessitera probablement plusieurs correctifs. Cependant, une partie d'une prescription innovante a émergé de l'autre bout du monde. En Australie, le Premier ministre Scott Morrison a fait avancer la législation pendant deux ans pour corriger le déséquilibre concurrentiel entre le secteur de la technologie et une presse indépendante. Les idées sont simples. Les propriétés technologiques dominantes telles que Facebook et Google devront investir dans la transparence, notamment en expliquant comment elles affichent le contenu des actualités.

« Plus important encore, la législation corrigera le déséquilibre économique entre la technologie et le journalisme en imposant des négociations entre ces gardiens de la technologie et les agences de presse indépendantes. L'objectif est de fournir aux agences de presse une compensation pour les avantages tirés par les gardiens de la technologie de l'inclusion de contenu d'actualité sur leurs plateformes.

« C’est une idée que certains gouvernements ont poursuivie dans certaines parties de l’Europe, mais avec un succès limité. La raison en est qu’il est difficile de négocier avec une entité en situation de monopole. Avec seulement une ou deux baleines d’un côté de la table d’une nation et des dizaines ou des centaines de vairons de l’autre, le résultat est souvent une négociation longue et coûteuse ».


Plus loin, il a évoqué la réaction de Facebook et de Google face à la progression de ce projet de loi, ne manquant pas de signaler au passage le revirement de Google lorsque Microsoft a dit que Bing ferait une alternative au moteur de recherche :

« La réaction de Facebook et de Google a été dramatique - et c'est là que nous, chez Microsoft, sommes entrés en scène. Facebook a déclaré publiquement que si le parlement adoptait la nouvelle loi, il allait empêcher les utilisateurs australiens de partager des informations sur ses plateformes Facebook et Instagram. Google est allé encore plus loin, déclarant à plusieurs reprises que, si le projet de loi devenait loi, il retirerait entièrement son service de recherche du pays. Les Australiens avaient l'habitude d'aller sur la page de recherche de Google pour saisir une requête, sous la barre de recherche, ils ont trouvé un lien vers une vidéo expliquant que, s'ils voulaient continuer à utiliser le service, leur gouvernement devrait reculer.

« Chez Microsoft, nous avons commencé 2020 en énumérant nos priorités politiques et en déclarant que "la technologie doit donner un coup de pouce au secteur de l'information". En octobre, nous avons lancé une nouvelle initiative visant à investir et à soutenir les actualités locales et, via Microsoft News, nous avons partagé une grande partie des revenus avec les éditeurs d'actualités. Dans la recherche de meilleures idées, la menace de Google de boycotter un pays tout entier a retenu notre attention.

« Satya Nadella et moi avons contacté le Premier ministre Morrison. C'était l'occasion de combiner bonnes affaires et bonne cause et, comme nous l'avons expliqué, même si Google voulait quitter l'Australie, nous resterions.

« Le service de recherche Bing de Microsoft détient moins de 5% de part de marché en Australie, nettement inférieure à la part de marché de 15 à 20 % que nous détenons sur les recherches sur PC et mobiles aux États-Unis et la part de 10 à 15 % que nous détenons au Canada et au Royaume-Uni. Avec une perspective réaliste de gagner une part d'utilisation, nous sommes convaincus que nous pouvons créer le service que les Australiens veulent et dont ils ont besoin. Et, contrairement à Google, si nous pouvons nous développer, nous sommes prêts à souscrire aux obligations de la nouvelle loi, y compris le partage des revenus comme proposé avec les agences de presse. La clé serait de créer un marché plus concurrentiel, ce que le gouvernement peut faciliter. Mais, comme nous l'avons clairement indiqué, nous sommes à l'aise avec un service de recherche de haute qualité avec des marges économiques inférieures à celles de Google et avec des rendements plus économiques pour la presse.

« Notre approbation de l’approche de l’Australie a eu un impact immédiat. Dans les 24 heures, Google était au téléphone avec le Premier ministre, disant qu'ils ne voulaient pas vraiment quitter le pays après tout. Et le lien sur la page de recherche de Google avec sa menace de partir ? Il a disparu du jour au lendemain.

« Apparemment, la concurrence fait une différence.

« Mais pas encore assez. Google continue de lutter contre la proposition de l'Australie et utilise des tactiques difficiles avec les éditeurs d'informations eux-mêmes. Immédiatement après sa volte-face avec le Premier ministre, Google a envoyé un nouveau lot de propositions privées aux éditeurs de nouvelles qui ont conditionné une offre de payer plus d'argent à des "dispositions explicites permettant à Google de mettre fin à tout accord conclu si le règlement proposé par le gouvernement sur les médias numériques est non révisé". »

Smith a déclaré que le changement de gouvernement américain pourrait être une chance pour Washington de changer de position :

« Facebook et Google ont persuadé l'administration Trump de s'opposer à la proposition australienne. Cependant, alors que les États-Unis font le bilan des événements du 6 janvier [l'attaque du Capitole à Washington], il est temps d'élargir la fenêtre.

« La question ultime est de savoir quelles valeurs nous voulons que le secteur de la technologie et le journalisme indépendant servent. Oui, la proposition de l’Australie réduira le déséquilibre de négociation qui favorise actuellement les gardiens de la technologie et contribuera à accroître les possibilités de journalisme indépendant. Mais c'est une question déterminante de notre temps qui est au cœur de nos libertés démocratiques ».

Le soutien de Microsoft aux propositions est cependant rare dans le secteur de la technologie. Sir Tim Berners-Lee, le père du WWW, a déclaré le mois dernier que les plans de l'Australie « porteraient atteinte au principe fondamental de la possibilité de créer des liens librement sur le Web ». « Si ce précédent était suivi ailleurs, cela pourrait rendre le Web inutilisable dans le monde », a-t-il déclaré à une enquête du Sénat australien sur le projet de loi. « J'exhorte donc respectueusement le comité à supprimer ce mécanisme du code. »

Source : Microsoft

Et vous ?

Que pensez-vous de ce projet de loi ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/02/2021 à 13:01
Bonjour,

Citation Envoyé par cduigou Voir le message
A quel titre ? Dans quel but ?
C'est une manœuvre politique pour avoir dans la poche , le centre, la gauche et la droite modérée ... Facebook , Twitter et Google sont sous le feu des critiques, par certains partis plus ancrés à l’extrême droite et / ou "populistes" .

Les dérives modératrices arbitraires et automatiques, qui masque l'inaction de Facebook et Twitter a réellement modérer les contenus correctement ... Des PME, commerçants et particuliers font les frais de ces "automates" quotidiennement. Les médias et les GAFAM eux même font tout pour ne pas communiquer dessus ... C'est un sujet sensible.

Encore une fois tout est question de bien "pensance" et de "bien scéance" vu que les médias sont plutôt orientés à gauche ou au centre ...
3  0 
Avatar de Kulvar
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/02/2021 à 14:18
Je rappelle que le projet de loi Australien c'est "On vous oblige à faire quelque chose, et on vous oblige à verser des sous quand vous le faites".

Soit c'est obligatoire et gratuit, soit c'est optionnel et payant, mais pas obligatoire et payant.
3  0 
Avatar de JP CASSOU
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/02/2021 à 9:04
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Bonhomme, on va mettre en ligne et gratuitement ton travail, et tu ne toucheras rien sur son utilisation, t'es OK ?
Dans ce cas, on demande à Google de rémunérer les groupes de presse. Par conséquent, il est normal que ceux-ci mettent leur contenu gratuitement en ligne.

Et le modèle de ne rien toucher sur l'utilisation de nos propres articles existe déjà avec ELSEVIER et consorts, qui vivent du travail des autres, en faisant payer aussi les auteurs des articles.
0  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/02/2021 à 22:19
Et le modèle de ne rien toucher sur l'utilisation de nos propres articles existe déjà avec ELSEVIER et consorts, qui vivent du travail des autres, en faisant payer aussi les auteurs des articles.
@JP CASSOU
Et les "organes" de presse qui ne font que relayer les articles des Agences de presse et qui pourtant ce clame de la presse libre et indépendante, on les classes où ?
Je n'est pas de connaissances approfondie sur le fonctionnement de la presse Australienne, mais en France l'accord entre Google et la presse n'est pas très reluisant quand on sais que 3/4 des thèmes/articles abordés par cette dernière ne sont que des articles fournie par l'AFP ou autre Agence.
Si au moins les articles étaient tous de qualités et présentaient une vrai plus value, ça pourrait ce justifier, mais demander à sont pays de faire pression sur les GAFAM pour leur extorquer de l'argent pour qu'ils aient le droit de faire ce qu'eux même font avec les Agences de presse, c'est ridicule.
Le pire c'est que Facebook ou Google, ne peuvent même pas refuser ou dire OK, nous allons donc créer notre propre organe de presse et ne plus relayer vos informations.
C'te méthode d'escroc .
0  0 
Avatar de JP CASSOU
Membre averti https://www.developpez.com
Le 25/02/2021 à 23:39
Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
Bonhomme, on va mettre en ligne et gratuitement ton travail, et tu ne toucheras rien sur son utilisation, t'es OK ?
Dans ce cas de figure, les organes de presse seront financés par Google (et par les Etats + la pub). En contrepartie, on demande aux organes de presse de mettre gratuitement en ligne les articles concernés
0  0 
Avatar de cduigou
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 14/02/2021 à 9:41
Microsoft exhorte les États-Unis et l'UE à suivre l'Australie en introduisant des règles qui obligent les entreprises technologiques
à partager leurs revenus avec les organes de presse.
--------------------------------------------------------------

Ben voyons ! pour mieux les contrôler sans doute...
Microsoft (par l'intermédiaire de la fondation Bill Gates) a déjà subventionné le journal "Le Monde" à hauteur de 4 millions de dollars. A quel titre ? Dans quel but ?
0  2