IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La candidate de Biden au poste de secrétaire au Commerce ne voit « aucune raison » d'enlever Huawei
De la liste des entreprises chinoises sanctionnées par l'administration Trump

Le , par Stéphane le calme

159PARTAGES

6  0 
En 2019, le président Donald Trump a publié un décret qui place Huawei sur une liste noire, une décision qui a contraint les entreprises américaines à ne plus faire affaire avec le géant chinois des télécoms, à moins d'avoir une autorisation officielle. Le décret interdisait également l’achat ou l’utilisation de toute technologie de communication produite par des entités contrôlées par « un adversaire étranger » et susceptible de créer un « risque de sabotage indu » des systèmes de communication américains ou des «effets catastrophiques» sur l’infrastructure américaine. L'objectif officiel était de neutraliser la capacité de Beijing à compromettre les réseaux sans fil et les systèmes informatiques américains de la prochaine génération.

« Moi, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d'Amérique, constate que les adversaires étrangers créent et exploitent de plus en plus de vulnérabilités dans les technologies et les services de l'information et de la communication, qui stockent et communiquent de grandes quantités d'informations sensibles, facilitent l'économie numérique et soutiennent infrastructures critiques et services d’urgence essentiels, afin de mener des actions malveillantes fondées sur le numérique, y compris l’espionnage économique et industriel contre les États-Unis et leur population.

« Je conclus en outre que l’acquisition ou l’utilisation sans restriction aux États-Unis de technologies ou de services de l’information et de la communication conçus, développés, fabriqués ou fournis par des personnes détenues par, contrôlées ou soumises à la juridiction ou à la direction d’adversaires étrangers, accroissant la capacité des adversaires étrangers à créer et exploiter des vulnérabilités dans les technologies ou les services d’information et de communication, avec des effets potentiellement catastrophiques, constituent ainsi une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis ».

Et la sanction devrait se poursuivre avec l’administration Biden. En effet, la candidate du président Joe Biden au poste de secrétaire au Commerce, Gina Raimondo, a déclaré qu'elle ne connaissait « aucune raison » pour laquelle Huawei Technologies Co. et d'autres entreprises chinoises ne devraient pas rester sur une liste de commerce restreint.

Raimondo, dans des questions écrites des républicains du Sénat, a été interrogé sur la société, ainsi que sur Semiconductor Manufacturing International Corp., Hangzhou Hikvision Digital Technology Co. et d'autres. Ces entreprises figurent sur une liste qui oblige les entreprises américaines à obtenir des licences gouvernementales si elles veulent vendre la technologie et la propriété intellectuelle américaines aux entreprises.

« Je comprends que les parties sont placées sur la liste des entités et la liste des utilisateurs finaux militaires en général parce qu'elles présentent un risque pour la sécurité nationale des États-Unis ou les intérêts de politique étrangère », a déclaré Raimondo, le gouverneur démocrate du Rhode Island. « Je n'ai actuellement aucune raison de croire que les entités figurant sur ces listes ne devraient pas y figurer. Si cela est confirmé, j'attends avec impatience un exposé sur ces entités et d'autres sujets de préoccupation. »

Raimondo, interrogée sur le problème lors de son audience de confirmation au Sénat le 26 janvier, ne s'est pas spécifiquement engagée à maintenir Huawei sur la liste. Cela a incité plusieurs républicains de la Chambre à demander à leurs homologues du Sénat de retarder sa confirmation. Le Comité sénatorial du commerce, des sciences et des transports a voté 21 contre 3 mercredi pour faire avancer sa nomination.

Interrogé sur les remarques de Raimondo, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a réaffirmé l'opposition du pays aux restrictions de sécurité américaines sur ses entreprises. « Nous vous exhortons à mettre fin à cette oppression gratuite contre les entreprises chinoises », a déclaré le porte-parole Wang Wenbin lors d'un point de presse régulier jeudi à Pékin.

Toujours dans les réponses écrites, Raimondo a déclaré qu'elle et le secrétaire d'État Antony Blinken convenaient d'utiliser les outils du gouvernement américain pour prendre des mesures contre l'importation de produits fabriqués avec le travail forcé dans le Xinjiang, la région du nord-ouest où Blinken avait précédemment déclaré que la politique de la Chine envers sa minorité musulmane était équivalente à un génocide.


Mi-janvier 2021, avant que Joe Biden ne prête serment, l'administration Trump a informé les fournisseurs de Huawei, y compris le fabricant de puces Intel, qu'elle révoquait certaines licences de vente à l'entreprise chinoise et avait l'intention de rejeter des dizaines d'autres applications pour fournir l'entreprise de télécommunications, ont déclaré à Reuters des personnes proches du dossier.

Dans un e-mail vu par Reuters documentant les actions, l'Association de l'industrie des semi-conducteurs a déclaré que le département du commerce avait émis « l'intention de refuser un nombre important de demandes de licence d'exportation vers Huawei et de révoquer au moins une licence précédemment délivrée ». Des sources proches de la situation, qui ont parlé sous couvert d'anonymat, ont déclaré qu'il y avait eu plus d'une révocation. L'une des sources a déclaré que huit licences avaient été retirées à quatre entreprises.

Le fabricant japonais de puces de mémoire flash Kioxia Corp a vu au moins une licence révoquée, selon deux des sources. La société, anciennement connue sous le nom de Toshiba Memory Corp, a déclaré qu'elle ne « divulgue pas les détails commerciaux concernant des produits ou des clients spécifiques ».

Dans le courrier électronique, l’association des semi-conducteurs a déclaré que les actions portaient sur un « large éventail » de produits dans l’industrie des semi-conducteurs et a demandé aux entreprises si elles avaient reçu des notifications. L'e-mail notait que les entreprises attendaient « plusieurs mois » pour les décisions d'octroi de licences, et étant donné le temps qu'il restait à l’administration actuelle en place, gérer les refus de licence allait être compliqué. Les entreprises qui ont reçu les avis « d'intention de refus » ont 20 jours pour répondre, et le Département du commerce a 45 jours pour les informer de tout changement dans une décision ou celle-ci devient définitive. Les entreprises auraient alors 45 jours supplémentaires pour faire appel.

Avant cette dernière action du gouvernement Trump, quelque 150 licences étaient en attente pour 120 milliards de dollars de biens et de technologies, qui avaient été retardées parce que diverses agences américaines ne pouvaient pas s'entendre sur la question de savoir si elles devraient être accordées, a déclaré une personne proche du dossier. 280 milliards de dollars supplémentaires de demandes de licence pour des biens et des technologies pour Huawei n'ont toujours pas été traités, a déclaré la source, mais sont désormais plus susceptibles d'être refusés.

Intel Corp a reçu des licences des autorités américaines pour continuer à fournir certains produits à Huawei Technologies, a déclaré un porte-parole d'Intel en septembre de l'année dernière. Une règle d'août prévoyait que les produits dotés de capacités 5G seraient probablement rejetés, mais que les ventes de technologies moins sophistiquées seraient décidées au cas par cas.

Les États-Unis ont pris les dernières décisions au cours d'une demi-douzaine de réunions à partir du 4 janvier avec de hauts responsables des départements du commerce, de l'État, de la défense et de l'énergie, a indiqué la source. Les responsables ont élaboré des directives détaillées sur les technologies capables de 5G, puis ont appliqué cette norme, a ajouté la personne.

Source : Gina Raimondo

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Itachiaurion
Membre averti https://www.developpez.com
Le 08/02/2021 à 12:32
Citation Envoyé par Apocalyps Voir le message
Tout cela pour éviter la surveillance du méchant chinois communiste ...

Bon ... et pour les GAFAM's, ont fait quoi, parce que contrairement à HUAWEI, ils sont sponsorisé par l’État. A quand la loi pour protéger ses concitoyens ?

Utilisons cette décision pour faire stopper Cisco, Netgear, Google, Microsoft & co. Ils font pareil que HUAWEI (voir pire)
C'est connu que contrairement au USA la chine ne met pas le nez dans ses entreprises, elles peuvent agir en toute indépendance sans craindre de représailles si jamais ils critique le gouvernement en place ou tout mouvement assimilé comme tel. Je suis d'accord sur le fait que les Gafam et les USA ne sont pas des enfants de cœurs les entreprises chinoises ne sont pas meilleur sur ce point que les entreprises américaines, quand on descend en dessous de zéros c'est inutile de comparer qui est le "moins pire". La question qui mettre à la place des américains et des chinois? On a des entreprises européennes mais rien ne garantit que ce sera meilleur sur ce plan malheureusement et en plus elles semble accuser un certain retard sur la technologie.

Je n'aurais rien contre l'usage de "champions" européens mais les gouvernements semble pressés pour la 5G, alors qu'on pourrais donner un coup de pieds à l'installation de la fibre mais apparemment ça fait moins vendeur.
8  2 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/02/2021 à 16:10
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
et si la chine bloque certaine entreprises français en chine, la france criera au scandale.....
Je te rassure, la chine bloque TOUTES les entreprises française en chine. Si tu veux faire affaire en Chine, tu n'as qu'une seule solution : une join venture 50/50 avec un collaborateur chinois.
5  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/02/2021 à 9:04
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
et si la chine bloque certaine entreprises français en chine, la france criera au scandale.....
En effet comme cela a été dit, la Chine bloque déjà la France. Il est extrèment difficile de faire des affaires sur le marché nationnal Chinois. Il faut être sponsorisé par une entreprise Chinoise et celle-ci doit détenir au moins 51% de tes parts de ta sociétés. Il y a un protectionnisme énorme en Chine, pas pour rien que des sociétés comme Alibaba s'en sortent vainqueurs avec un marché assuré sur son propre marché.

En Europe, on devrait faire de même. Demander à ce que Nokia par exemple sponsorise Huawei si celle-ci veut s'installer en Europe
5  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 05/02/2021 à 21:14
Les USA ont ouvert la boîte de Pandore avec leur guerre commerciale contre la Chine. Un chien qui a mordu, mordra. Rien ne dit que l'Union Européenne ne sera pas spéfiquement visée dans un futur proche.
3  0 
Avatar de marc.collin
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/02/2021 à 2:44
et si la chine bloque certaine entreprises français en chine, la france criera au scandale.....
2  0 
Avatar de Apocalyps
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 08/02/2021 à 11:13
Tout cela pour éviter la surveillance du méchant chinois communiste ...

Bon ... et pour les GAFAM's, ont fait quoi, parce que contrairement à HUAWEI, ils sont sponsorisé par l’État. A quand la loi pour protéger ses concitoyens ?

Utilisons cette décision pour faire stopper Cisco, Netgear, Google, Microsoft & co. Ils font pareil que HUAWEI (voir pire)
2  0 
Avatar de pemmore
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2021 à 10:37
l'état n'a strictement rien fait pour protéger ce type d'industrie qui créait pourtant des dizaines de milliers d'emplois en province alors que des industries du passé comme les hauts fourneaux,les fonderies, les centrales à charbon ont touché des subventions déguisées conséquentes sans que ça les empêche de fermer.
Peut être que renvoyer dans leurs foyers des femmes travaillant dans des métiers un peu méprisables ne craignaient pas de grosses manifestations , on sépare difficilement en France l'idée de l'électronique vs game boy, jouets, et la "grosse" mécanique, truc de mecs sans avenir, dans la mythologie "zolacienne", chaque président se sentait un Lantier revenant noir du taf.
A Angers, ville qui aurait du devenir la silicon valley européenne à la grande époque en remplacement des usines Bessoneaux (cordages en chanvre > arrivée du nylon) ça occupait plus de 3000 personnes, et Machines Bull n'avait strictement aucune inquiétude face à IBM le monstre de l'époque, tout l'environnement tournait autour, arts et métiers, classes balbutiantes d'informatique, lycées orientés électronique, et même l'AFPA avait une des 3 formations sur la France.
Pire quand Bull a coulé, presque tout ces excellents informaticiens formés in situ, ont essaimé dans le monde entier.
Et maintenant qu'on s'inquiète de notre indépendance dans ces métiers c'est le désert.
Bull vivote, la ville d'Angers s'est tournée avec l'INRA dans les métiers du vivant et ça marche plutôt bien.
1  0 
Avatar de Christian_B
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/02/2021 à 13:03
En dehors du fait souvent évoqué qu'il n'y a pas de raison de préférer être espionné par les E-U que par la Chine (si c'était vérifié concernant les équipements 5G), je ne trouve pas convaincant de considérer la 5G comme "un enjeu majeur de sécurité nationale". Jusqu'à preuve du contraire, la bande passante de la 5G sera surtout utile (à qui ?) pour transmettre des images de caméras, notamment de vidéo-surveillance Et peut-être de "sonnettes intelligentes" accompagnées de caméras

Pour ce qui est de la VR, est-ce qu'on imagine que les gens vont se promener dans la rue avec des lunettes VR comme dans certains récits de SF échevelée ? c'est juste du marquetingue (terme à proposer à la Commission d'enrichissement de la langue française).
A supposer que la VR à distance se développe, ce sera plutôt dans des lieux raccordés sur le réseau en fibres optiques.

La "sécurité nationale" c'est plutôt la sécurité des investissements de ceux qui essaieront de vendre largement la 5G notamment à des gogos.

Par ailleurs il semble que les émissions de la 5G seront directionnelle (orientées automatiquement vers les appareil qui l'utilisent). Ce qui est relativement rassurant pour ceux qui ne tiendront pas absolument à s'y exposer en utilisant la 5G.
Reste à savoir quelle est l'efficacité (la répartition spatiale de l'émission) du procédé et ce qui se passe tout près de l'antenne, disons si votre tête de lit est contre un mur derrière une façade comportant une antenne 5G
1  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 16/02/2021 à 16:23
Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
il y a une différence entre bloqué et 50/50
Mouais.... tu arrives avec tes produits, ta R&D, tes procédés de fabrication, ta base de clientèle, ton investissement initial et le chinois arrive avec... sa nationalité.
Pire, avec l'espionnage industriel, quand bien même tu n'ouvrirai pas de fililale en Chine, ils ne se priveront pas de te copier entièrement, la "collaboration" apparaissant comme un moindre mal.

Perso, j'appelle ça du racket, mais ça n'engage que moi.
1  0 
Avatar de phil995511
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 06/02/2021 à 15:04
Un truc marrant est que VIA Technologies qui possède une licence pour fabriquer des CPU x86, c'est maqué avec le groupe chinois Zhaoxin pour fabriquer des CPU's à technologie Intel en Chine, sans que cela ne pose le moindre problème, semble-t-il, a l'administration US...
0  0