IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Avec 19,68 millions de dollars, Facebook a été l'entreprise technologique qui a le plus dépensé en lobbying en 2020 aux USA.
ByteDance, le propriétaire de TikTok, a déboursé 2,58 millions de dollars

Le , par Stéphane le calme

200PARTAGES

9  0 
Le lobbying est une stratégie menée par un groupe d'intérêt, groupe de pression et groupe d'influence, appartenant à un même secteur d'activité professionnelle et cherchant à défendre ses propres intérêts auprès des décideurs politiques. Son action est souvent discrète et indirecte contrairement à une manifestation initiée par une organisation syndicale. Elle s'appuie sur une bonne connaissance des circuits décisionnels et sur la constitution de vastes réseaux. En exerçant une pression et en jouant de leur influence sur les décideurs, les lobbyistes visent ainsi à influencer la mise en place de législations, réglementations et normes économiques, à leur avantage.

Le but d'un lobby est donc de convertir entre autres des responsables politiques à la cause de leur client. Pour cela, la méthode principale est théoriquement l'argumentation persuasive : prouver au politicien qu'il est important pour le bien commun d'infléchir sa politique dans le sens voulu par le groupe de pression.

2020, l'année durant laquelle les enquêtes relatives au pouvoir des grandes entreprises technologiques est devenu un thème majeur au sein du gouvernement fédéral, a vu les cinq principaux acteurs dépenser des millions de dollars pour faire pression sur le Congrès sur des questions allant de l'intégrité électorale à l'immigration.

Les entreprises de technologie ont divulgué leurs dépenses de lobbying pour le quatrième trimestre de 2020, révélant de grandes fluctuations des dépenses de 2019 à 2020. Ensemble, cependant, les cinq grandes entreprises de technologie (Amazon, Apple, Facebook, Google et Microsoft) ont dépensé un peu moins en 2020 (une baisse de 1,8 %) par rapport à l'année précédente où elles ont déboursé 61,09 millions de dollars.

En 2020, toutes ces entreprises, à l'exception de Microsoft, ont vu leurs activités examinées par le House Judiciary subcommittee on antitrust, qui a conclu que chacune détenait un pouvoir de monopole. Facebook et Google ont tous deux été l'objet de nouvelles poursuites antitrust de la part des autorités nationales et fédérales et Amazon et Apple l'objet d'une enquête de la part des agences fédérales. Pendant ce temps, les élections et la pandémie ont mis au premier plan d'autres questions sur les pratiques des entreprises technologiques, notamment la manière dont elles modèrent le contenu, affichent des publicités et protègent la vie privée des utilisateurs.


Pour toute l'année 2020, Facebook a dépensé plus que toute autre entreprise Big Tech à 19,68 millions de dollars. Le numéro un des réseaux sociaux a augmenté ses dépenses de lobbying de 17,8 % par rapport à 2019, année où la Federal Trade Commission et 48 procureurs généraux des États et territoires ont déposé des plaintes antitrust contre l'entreprise.


Au quatrième trimestre, Facebook a fait du lobbying sur des questions telles que la réforme du droit d'auteur, l'intégrité électorale, la politique de contenu, l'immigration et les politiques fiscales internationales.

Parmi ses pairs, Amazon s'est retrouvé en seconde position en 2020 avec 17,86 millions de dollars dépensés, en hausse de 10,7 % par rapport à l'année précédente. Au quatrième trimestre, Amazon a fait du lobbying sur des questions telles que le haut débit, la propriété intellectuelle, la réforme postale, les soins de santé et la loi sur la justice dans les services de police.

Google a notamment dépensé 36,2 % de moins en lobbying en 2020 par rapport à 2019, pour un total de 7,53 millions de dollars. Google avait déjà réduit ses dépenses de lobbying de plus de 44 % entre 2018 et 2019 en délocalisant plusieurs cabinets de lobbying externes.

Au quatrième trimestre de 2020, Google a engagé le Congrès sur des sujets tels que la réglementation de la publicité en ligne, la confidentialité numérique des étudiants, la recherche des contacts en cas de pandémie et le droit de la concurrence.

Le propriétaire de TikTok, ByteDance, une société chinoise, a notamment augmenté ses dépenses en 2020 alors que l'administration Trump tentait de l'empêcher d'exploiter l'application aux États-Unis et de l'amener à vendre TikTok à un nouveau propriétaire, soulignant des problèmes de sécurité présumés avec la maison mère de la société basée en Chine. Le statut de cet effort est toujours en attente d'une action en justice, mais il est possible que l'administration Biden adopte une approche différente avec l'entreprise.

ByteDance, qui s'est inscrit pour faire du lobbying en 2019 et a dépensé moins de 300 000 $ cette année-là, a dépensé 2,58 millions de dollars en 2020 pour ses efforts, ce qui représente une augmentation de 855,6 %. Il a fait pression sur des questions telles qu'un projet de loi destiné à interdire TikTok aux appareils appartenant au gouvernement, à la modération du contenu et au commerce au quatrième trimestre.

Lyft a également augmenté ses dépenses de lobbying de manière significative à 2,19 millions de dollars en 2020, soit une augmentation de 135,5 % par rapport à l'année précédente. La société faisait partie d'une coalition comprenant Uber et DoorDash faisant du lobbying pour faire adopter la Proposition 22 en Californie, ce qui leur permettrait de continuer à embaucher des chauffeurs en tant que travailleurs indépendants plutôt que comme employés, dépensant des millions de dollars uniquement pour cet effort de l'État. La mesure a finalement été adoptée.

Au niveau fédéral, Lyft a concentré ses efforts au quatrième trimestre sur des questions similaires, selon son dossier public, y compris « l'avenir du travail et des avantages transférables », les problèmes de déclaration de revenus pour les entrepreneurs indépendants et la classification des travaux.

Uber a également fait du lobbying sur des questions telles que « le travail flexible », ainsi que sur des questions liées au vaccin Covid-19, selon son dossier public pour le quatrième trimestre. Mais il a en fait dépensé un peu moins en lobbying fédéral cette année par rapport à 2019 à 2,33 millions de dollars, soit une baisse de 1,3 %.

Une augmentation des dépenses en lobbying des GAFAM en Europe

Les grandes entreprises technologiques font de plus en plus de lobbying en Europe, un signe clair de la puissance croissante du secteur. L'augmentation des dépenses de lobbying reflète également l'importance des principales batailles politiques à venir. Pourtant, le manque de transparence reste un problème.

Selon l'ONG Corporate Europe, Google, Amazon, Microsoft, Facebook et Apple sont parmi les plus gros dépensiers en lobby des entreprises à Bruxelles. Ces entreprises auraient dépensé récemment plus de 21 millions d'euros pour faire pression sur l'UE. Cette frénésie de dépenses de lobbying est un signe avant-coureur de batailles de lobbying à venir liées à la technologie dans l'UE qui pourraient façonner l'avenir de l'industrie.

Les entreprises technologiques ont des liens étroits avec divers groupes de réflexion (des organisations qui peuvent influencer les nouvelles réglementations en publiant des études et des exposés de position et en organisant des forums de discussion) mais ces liens ne sont souvent pas du tout clairs. C'est un problème, car cela permet aux entreprises de donner l'impression que leurs intérêts sont soutenus par des défenseurs apparemment indépendants, ce qui leur permet d'influencer plus facilement la conversation politique dans leur propre intérêt. D'un autre côté, cette situation rend plus difficile l'examen de la manière dont ces grandes entreprises exercent leur influence.

Les recherches de l'ONG montrent que ces deux entités (les entreprises technologiques et les groupes de réflexion) préfèrent garder leurs liens secrets.


Les cinq grandes entreprises de la Silicon Valley (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, souvent appelées «GAFAM») sont toutes parmi les plus dépensières en lobbying à Bruxelles. Google a les dépenses de lobby les plus élevées avec un budget de lobby d'au moins 8 millions d'euros, suivi de Microsoft avec 5 millions d'euros. En fait, les seules entreprises non technologiques actuellement dans le top 5 des dépenses individuelles du lobby des entreprises sont le géant pétrolier Shell et le poids lourd pharmaceutique Bayer, qui ont tous deux dépensé plus de 4,29 millions d'euros et sont arrivés en troisième et quatrième place, juste devant Facebook à la cinquième place avec 4,25 millions d'euros. Apple et Amazon sont dans le top 30, respectivement à la 16e (avec plus de 2 millions d'euros) et 23e place (avec plus de 1,75 million d'euros).

Les cinq entreprises technologiques font également partie des 15 premières entreprises qui ont pris part à des réunions avec des représentants de haut niveau de la Commission européenne depuis que les journaux sont devenus disponibles en novembre 2014. Une fois de plus, Google arrive en tête de liste avec 254 réunions. Facebook et Microsoft suivent en troisième et quatrième places avec respectivement 155 et 141 rencontres. Lorsque l'ONG parcourt la liste de toutes les entités enregistrées, un seul acteur a plus de réunions que Google : l'association des employeurs, BusinessEurope, dont Google est membre.

Au total, Google, Microsoft, Facebook, Apple et Amazon ont dépensé 21 millions d'euros pour faire du lobbying. L'ONG a mis ces données en relief avec l'industrie automobile : les sept plus grands constructeurs automobiles européens - Volkswagen, Daimler, BMW, Renault, Ford, Fiat Chrysler et Peugeot - ont déboursé un total de 7,9 millions d'euros en lobbying en 2019, soit moins de la moitié de ce que les grandes entreprises technologiques ont dépensé.

Source : données sur Facebook, données sur Microsoft, données sur Amazon, rapport de transparence Google

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de ces statistiques ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !