IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Comme Oracle et Hewlett Packard, de plus en plus d'entreprises technologiques quittent la la Silicon Valley.
Certains observateurs expliquent les motivations de cet "exode technologique"

Le , par Stéphane le calme

256PARTAGES

10  0 
Le maire de Miami, Francis Suarez, a répondu à de nombreuses demandes de la part de hauts dirigeants du monde de la technologie qui ont contacté ces dernières semaines (du PDG de Tesla Elon Musk au PDG de Twitter Jack Dorsey). Il aurait également rencontré l'ancien PDG de Google Eric Schmidt et le président de Palantir, Peter Thiel, entre autres.

Que propose-t-il de plus que la Silicon Valley ? Le maire tente de les convaincre que Miami promet un environnement plus propice aux affaires.

« Il n'y a pas de sauce secrète autre que mon compte Twitter », a déclaré Suarez. « Il ne fait aucun doute qu'une grande partie de la raison pour laquelle ils déménagent est qu'ils estiment qu'il existe un environnement inhospitalier pour la réglementation et la fiscalité. »

Mardi, Miami va tenter de répondre à ces entreprises de la Silicon Valley en nommant son premier directeur de la technologie. Suarez a déclaré que le nouveau CTO « fournira des services de conciergerie » comme la rationalisation des procédures bureaucratiques pour les entreprises de haute technologie lorsqu'elles viendront à Miami.

« Il y a une attitude qui a été exprimée par certains dirigeants qui dit : "Nous ne voulons pas de vous et nous n'avons pas besoin de vous " », a déclaré Suarez, faisant allusion à la façon dont les chefs d'entreprise disent se sentir traités dans la Silicon Valley. « C'est le contraire de l’attitude consistant à demander "Comment puis-je aider ? Comment puis-je développer cet écosystème? " »


Les villes qui suscitent l'intérêt

Alors que la Silicon Valley ne cesse en aucun cas d'être le centre de l'industrie technologique aux USA, une migration indéniable est en cours pour une partie de l'élite de la Silicon Valley vers des villes comme Miami : le co-fondateur de Reddit, Alexis Ohanian, a quitté San Francisco en 2017. Un an plus tard , Shervin Pishevar, un investisseur en capital-risque, a acheté une maison à Miami Beach en 2018. Fin 2020, Jonathan Oringer, qui a fondé Shutterstock et est devenu un investisseur, a déménagé à Miami, tout comme d'autres capital-risqueurs notables, dont Keith Rabois et David Blumberg.

Ce n’est pas seulement Miami qui vit cette migration. Le mois dernier, Oracle, la grande enseigne technologique, a annoncé le déménagement de son siège social de Redwood City, en Californie, à Austin, au Texas. « Oracle met en œuvre une politique de lieu de travail des employés plus flexible et a changé son siège social de Redwood City, en Californie, à Austin, au Texas. Nous pensons que ces changements positionnent le mieux Oracle pour la croissance et offrent à notre personnel plus de flexibilité quant à l'endroit et la manière dont ils travaillent. En fonction de leur rôle, cela signifie que bon nombre de nos employés peuvent choisir l'emplacement de leur bureau et continuer à travailler à domicile à temps partiel ou tout le temps. En outre, nous continuerons à prendre en charge les principaux hubs d'Oracle dans le monde, y compris ceux situés aux États-Unis tels que Redwood City, Austin, Santa Monica, Seattle, Denver, Orlando et Burlington, entre autres, et nous prévoyons d'ajouter d'autres sites plus tard. En mettant en œuvre une approche plus moderne du travail, nous espérons améliorer encore la qualité de vie et la qualité de production de nos employés »

Parmi les autres mouvements de ce type, citons Palantir, qui a emménagé son siège social à Denver, tandis que Musk a déclaré le mois dernier qu'il s'était déplacé à Austin, estimant que la Californie prend les innovateurs pour acquis. Hewlett Packard Enterprise a également annoncé le mois dernier qu'elle déménageait son siège social de San Jose, en Californie, en faveur d'une banlieue de Houston.

Le porte-parole de Hewlett Packard Enterprise, Adam Bauer, a assuré que les considérations fiscales n’avaient pas « motivé » la décision de transférer la société au Texas et que « la réinstallation des membres de l’équipe de la région de la Baie de San Francisco dans des rôles identifiés comme éligibles est entièrement volontaire ». « Nous avons pris la décision de déménager notre siège social dans la région de Houston en réponse aux besoins de l'entreprise, aux opportunités de réduction des coûts à long terme et aux préférences des membres de l'équipe quant à l'avenir du travail », a-t-il précisé.

C'est suffisamment important pour que, bien que la région de la baie de San Francisco continue de gagner des travailleurs en technologie, le taux d'augmentation est en baisse de plus de 35 % selon les données autodéclarées suivies par LinkedIn. Les experts qui suivent cette migration prévoient que ces chiffres pourraient augmenter.

« Il y a un mini-exode d'entreprises technologiques qui quittent la vallée, et je pense que cela va s'accélérer en 2021 », a déclaré Dan Ives, analyste financier chez Wedbush Securities.

Mais les raisons pour lesquelles de nombreuses entreprises déménagent sont plus complexes que les gens ne le pensent. Les experts fiscaux affirment que les entreprises ne déménagent pas nécessairement leur siège social pour des incitations fiscales. En fait, cela peut être un jeu à long terme pour les aider à payer relativement moins les travailleurs là où le coût de la vie est plus bas.

Les entreprises peuvent également chercher à échapper ou à atténuer les effets des lois existantes ou futures spécifiques aux États et aux municipalités dans un État politiquement libéral comme la Californie.


Des travailleurs qui coûtent moins chers

Les experts en droit fiscal affirment que des entreprises comme Oracle, qui a longtemps eu des bureaux auxiliaires dans de nombreuses villes américaines, y compris Miami et Austin, doivent toujours payer les mêmes taxes quel que soit leur lieu de résidence.

« Du point de vue de la fiscalité des entreprises, quitter la Californie ne change pas la facture fiscale », a écrit Gabriel Zucman, professeur d'économie et fiscaliste à l'Université de Californie à Berkeley.

Mais les experts en fiscalité soupçonnent qu'Oracle et ses pairs pourraient progressivement éliminer les employés mieux payés en Californie au profit des employés moins bien payés au Texas. Ces entreprises peuvent également faciliter l'octroi d'augmentations à leurs employés parce qu'ils vivent dans un endroit où le coût de la vie est moins élevé.

« Même si de nombreuses entreprises disent qu'elles peuvent laisser les gens travailler de n'importe où, la plupart disent que nous n'allons pas réduire les salaires, mais nous allons ralentir le taux d'augmentation des salaires », a déclaré Brian Kropp, analyste, avec la société de gestion de services informatiques Gartner.

Kropp a déclaré qu'il s'était entretenu avec des représentants de haut niveau de plusieurs « sociétés de type Fortune 200 » qui envisagent de déménager leur siège social. En bref, le transfert d'employés de la Californie au Texas pourrait représenter des économies à long terme sur les coûts de l'entreprise, ce qui signifie des paiements plus importants pour les dirigeants de ces entreprises.

« L'effet composé se traduit par une marge de 3 ou 5 % qui se transforme directement en profit », a déclaré Kropp.

Darien Shanske, professeur de droit à l'Université de Californie à Davis et expert en fiscalité étatique et locale, a déclaré qu'en déménageant dans des villes comme Austin ou Miami, les entreprises continueront de profiter de « l'agglomération », l'idée économique que lorsque les entreprises et l'activité économique sont physiquement regroupées, les entreprises peuvent s'y développer plus facilement.

« La Californie a tout gâché, mais pas à cause de la politique fiscale, plutôt de son problème de plusieurs décennies de ne pas produire suffisamment de logements », a-t-il déclaré. « C'est probablement moins cher et plus facile à construire à Austin ».


Des menaces juridiques

Certaines entreprises ont également exprimé leur inquiétude face au nombre croissant de lois spécifiques aux États ciblant les personnes et les entreprises riches, a déclaré Kropp.

À titre d'exemple, il a évoqué la loi historique de 2018 de la Californie qui oblige les entreprises dont les principaux bureaux de direction sont situés en Californie à avoir au moins une directrice au sein de leur conseil d'administration. À la fin de 2021, les entreprises comptant au moins six directeurs doivent avoir au moins trois directrices (dans le cas d'Oracle, avant même de se déplacer vers l'est, l’entreprise s'y conformait déjà: dans son rapport annuel de juin, la société comptait 15 directeurs, dont quatre sont des femmes).

Outre les lois des États imposant une représentation plus prononcée des femmes, d'autres observateurs de l'industrie ont souligné les premiers efforts de la Californie et de New York pour imposer un impôt sur la fortune.

L'année dernière, le projet de loi 2088 de l'Assemblée de la Californie visait à imposer une nouvelle taxe de 0,4 % aux personnes détenant plus de 30 millions de dollars de richesse et qui s’appliquerait aussi à ceux qui avaient quitté la Californie au cours de la décennie précédente (projet qui a été rejeté lors de la session législative). À présent, un projet de loi connexe vise à augmenter l’impôt sur le revenu des particuliers qui gagnent plus d’un million de dollars par an et aussi aux entreprises afin de collecter des milliards de dollars pour répondre aux besoins de la population sans abri de l’État.

Déjà, des villes comme San Francisco, sur les traces de Portland, dans l'Oregon, ont imposé de nouvelles taxes aux grandes entreprises qui paient des salaires élevés à leurs PDG, quel que soit le siège social.

L'attrait de Miami

Miami semble répondre à bon nombre de ces préoccupations des entreprises. Philippe Houdard, PDG et co-fondateur de Pipeline Workspaces, un espace de travail partagé, a déclaré qu'au cours des dernières semaines, la scène commerciale et technologique de Miami a explosé. En fait, il est devenu tellement inondé d'entreprises technologiques curieuses qu'un groupe local de WhatsApp appelé « Miami Tech Life » a atteint sa capacité de 256 personnes.

« Je n'ai jamais rien vu de proche de ce qui se passe actuellement », a-t-il déclaré. « Ce sont surtout des gens de Californie, beaucoup de San Francisco, L.A. et New York. »

Mais Suarez, le maire, s’attend à ce que les appels continuent d’arriver, notant que la perspective de Miami est façonnée par l’héritage de la révolution cubaine, dont le régime autoritaire a chassé tant de personnes de l’île il y a des décennies.

Sources : législature californienne (1, 2), bureaux d'Oracle, California Secretary of State, déclarations d'Oracle à l'organisme fédéral de contrôle des marchés, données de LinkedIn sur les migrations des travailleurs de la Tech

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de cryptonyx
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/01/2021 à 17:48
On notera que Miami est aussi très proche des paradis fiscaux des caraïbes, mais ce n'est sans doute qu'une coïncidence...
1  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2021 à 13:29
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

« Je n'ai jamais rien vu de proche de ce qui se passe actuellement », a-t-il déclaré. « Ce sont surtout des gens de Californie, beaucoup de San Francisco, L.A. et New York. »
Ils quittent des villes/états démocrates pour chercher de l'herbe plus verte chez des républicains.
Si la tendance se confirme, Biden proposera probablement de renflouer les caisses de ces villes/états avec l'argent fédéral. Là ca sentira le roussi paracerque ce sont très majoritairement les Etats démocrates qui sont endettés (10/13 démocrates pour les plus endettés, 10/10 républicains pour les moins endettés):

https://www.forbes.com/sites/andrewd...h=885fe0178a3a

Cette exode amplifierait encore plus le phénomène, surtout pour la Californie.
1  1