IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Il a fallu trois ans à Apple pour couper ses liens avec un fournisseur qui faisait travailler des mineurs.
Apple évite de couper les liens avec les contrevenants, car cela nuirait à ses activités

Le , par Stéphane le calme

249PARTAGES

11  0 
Il y a sept ans, Apple a découvert que parmi les employés d'une usine en Chine qui fabriquait la plupart des ports informatiques utilisés dans ses MacBook, il y avait deux jeunes de 15 ans. Apple a indiqué au fabricant, Suyin Electronics, que les deux entreprises n’allaient pas continuer à faire des affaires tant que Suyin n'aurait pas amélioré le filtrage des employés pour s'assurer qu'aucune personne de moins de 16 ans ne soit embauchée.

Suyin s'est engagé à le faire, mais un audit effectué par Apple trois mois plus tard a révélé trois autres travailleurs mineurs, dont un jeune de 14 ans. Apple, qui a promis de ne plus faire des affaires avec les fournisseurs qui ont fait appel à plusieurs reprises des travailleurs mineurs, a cessé de donner à Suyin de nouveaux contrats en raison des violations. Mais il a fallu plus de trois ans pour qu'Apple coupe complètement ses liens avec Suyin, qui a continué à fabriquer des ports HDMI, USB et autres pour les anciens MacBook dans le cadre de contrats précédents. Une personne proche de Suyin, dont le siège est à Taiwan, a déclaré que l'entreprise n'avait pas intentionnellement embauché de mineurs et qu'elle avait réussi les audits d'Apple ces dernières années.

Apple ne fait plus affaire avec Suyin. Mais l'épisode précédemment non rapporté, tiré de documents examinés par le Washington Post et d'entretiens avec des personnes qui ont une connaissance directe des relations d'Apple avec Suyin, est un exemple frappant des dilemmes auxquels Apple est confronté pour remplir ses promesses de ne pas faire affaire avec des fabricants qui violent les lois du travail. Un observateur estime que « cela démontre la fine ligne sur laquelle Apple doit marcher pour trouver un équilibre entre la nécessité de maximiser les profits et l’espoir d’accorder la priorité à de bonnes conditions de travail pour ses propres employés et ses fournisseurs ».

Les mauvaises conditions de travail chez les fournisseurs Apple en Chine et en Inde sont devenues un problème qui a fait couler de l'encre ces dernières semaines. Le mois dernier, les travailleurs de Wistron, une usine d'assemblage d'iPhone en Inde, se sont révoltés. Ils ont indiqué ne pas avoir été payés pendant quatre mois, mais également qu'avant, une partie de leur salaire avait été retenue.


La semaine dernière, selon une nouvelle allégation, l'un des plus anciens et des plus connus fournisseurs de verre pour iPhone aurait recours au travail forcé des Ouïghours. Amazon et Tesla s'approvisionneraient également en pièces détachées auprès de ce fournisseur chinois. Le Tech Transparency Project (TTP) a trouvé des documents détaillant comment Lens Technology, le fournisseur en question, utilise des milliers de travailleurs ouïghours de la région à prédominance musulmane du Xinjiang dans ses usines.

Lens Technology est l'une des cinq entreprises au moins liées à la chaîne d'approvisionnement d'Apple qui ont déjà été citées dans des allégations de travail forcé dans la région du Xinjiang, selon des groupes de défense des droits de l'homme. Les rapports sur la nouvelle affaire de travail forcé des Ouïghours décrivent Lens Technology comme un partenaire majeur et de longue date d'Apple, dont l'histoire remonte aux "premiers jours" de la production de l'iPhone.

Le Washington Le Post a rapporté plus tôt qu'Apple faisait du lobbying pour affaiblir la législation visant à arrêter l'utilisation de cette main-d'œuvre par les entreprises américaines.

Li Qiang, fondateur du groupe d'activistes basé à New York China Labor Watch, qui enquête régulièrement sur la chaîne d'approvisionnement d'Apple, a déclaré que les récents incidents ne le surprenaient pas, car Apple ne va généralement pas au-delà des normes minimales fixées par les autorités locales lorsqu'est contrôlée sa chaîne d'approvisionnement pour les abus des travailleurs. « Apple est une société redevable aux actionnaires et à la recherche de profits. Chaque centime pour eux est important », a-t-il déclaré.

Peu d'alternatives

Apple a déclaré dans ses rapports sur la responsabilité des fournisseurs accessibles au public, qui se penchent sur sa conformité avec les politiques du travail, de l'environnement et de la sécurité, qu'elle a une tolérance zéro pour l'utilisation du travail forcé et des mineurs et que les fournisseurs qui font appel aux travailleurs temporaires et contractuels doivent respecter les lois en vigueur. Les fournisseurs doivent payer tous les salaires et avantages sociaux requis par les lois locales et ne peuvent pas obliger les employés de moins de 18 ans à faire des heures supplémentaires ou du travail de nuit. Si Apple constate des violations du code de conduite de ses fournisseurs, ses fournisseurs doivent généralement les corriger dans les 90 jours.

Mais l'application de la sanction suprême d'Apple (couper ses liens immédiatement avec les fournisseurs qui enfreignent systématiquement ces règles) semble problématique : de toute évidence, il n'y a pas beaucoup de fabricants alternatifs qui peuvent facilement prendre le relais. Les nouveaux fournisseurs peuvent mettre des années à respecter les normes rigoureuses d'Apple en matière de qualité et de volume. Dans le cas de Suyin, l’équipe d’approvisionnement d’Apple était réticente à transférer brusquement les commandes vers d’autres fournisseurs, car cela aurait engendré des retards et des coûts plus élevés, a déclaré un ancien employé.

Lors d'entretiens, 10 anciens membres de l'équipe de responsabilité des fournisseurs d'Apple (l'unité chargée de surveiller les partenaires de fabrication pour s'assurer qu'elles ne commettent pas de violations des règles du travail, de l'environnement et de la sécurité) ont affirmé qu'Apple avait évité (ou retardé) de couper les liens avec les contrevenants, car cela nuirait à ses activités. Par exemple, ont déclaré les anciens membres de l'équipe, Apple a continué à travailler avec certains fournisseurs qui ont refusé de mettre en œuvre des suggestions de sécurité ou qui ont systématiquement violé les lois du travail.


Apple a pris publiquement des mesures contre deux fournisseurs ces derniers mois. Après les émeutes de Wistron, Apple a déclaré à l'entreprise qu'elle ne serait pas qualifiée pour fabriquer le prochain iPhone tant qu'elle n'aurait pas appliqué les actions correctives. Apple a pris des mesures similaires en novembre contre un autre fabricant d'iPhone, Pegatron, après avoir découvert que des employés falsifiaient des documents pour mal classer les étudiants travailleurs afin qu'ils puissent travailler de nuit ou faire des heures supplémentaires et, dans certains cas, effectuer un travail sans rapport avec leurs cursus. Apple divulgue rarement des problèmes avec des fournisseurs individuels, mais l'a fait après que la couverture médiatique a révélé ces incidents.

Apple a déjà eu des problèmes avec Pegatron. Partenaire de longue date de fabrication d'Apple avec les usines d'assemblage d'iPhone et d'iPad en Chine, Pegatron a été critiqué par des militants syndicaux et des médias pour abus de travailleurs en 2013 et 2014. Certaines des violations présumées comprenaient la falsification de documents pour dissimuler les heures supplémentaires des travailleurs, ce qui, selon Apple, est un motif pour mettre fin à ses contrats, notamment parce que la situation a été répétée.

Mettre fin à tous les contrats avec Pegatron serait coûteux et pourrait entraîner des retards de production. Apple a longtemps utilisé sa relation avec Pegatron comme levier pour négocier des frais moins élevés avec son plus grand fabricant, Foxconn Technology, selon plusieurs anciens employés d'Apple et une présentation interne d'Apple décrivant la stratégie. Étant donné que les fournisseurs ont généralement jusqu'à 90 jours pour résoudre les problèmes, Pegatron (comme Wistron) devrait se qualifier pour fabriquer le prochain iPhone au moment où la production de masse commencera en juillet.

Apple a déclaré dans un communiqué avoir « les normes les plus strictes de l'industrie pour garantir que les travailleurs de notre chaîne d'approvisionnement sont traités avec dignité et respect. Notre travail avec les fournisseurs commence bien avant le processus de production pour identifier les problèmes potentiels, les résoudre avec des actions correctives durables et nous assurer qu'ils acceptent de respecter nos normes. Nous surveillons de près les fournisseurs avec lesquels nous travaillons et si des problèmes surviennent, nous agissons rapidement pour nous assurer qu'ils sont traités et résolus ou nous mettons fin à la relation, ce que nous avons fait à plusieurs reprises ».

Et d'ajouter que l'année dernière, 9 % des « nouveaux fournisseurs que nous avons évalués n'ont eu aucun contrat avec Apple ».

Le moindre centime compte

Apple est l’une des sociétés les plus précieuses au monde, avec une capitalisation boursière de 2,3 billions de dollars, à la fois en raison de l’attrait de ses produits et en raison de son obsession de dépenser au minimum dans la production. Son approche de la fabrication lui garantit des marges bénéficiaires parmi les plus élevées du secteur de l'électronique grand public. Cependant, cette même volonté implacable a signifié que les droits des travailleurs ont parfois été relégués au second plan par rapport au résultat final, ont déclaré les ex-employés.

Bien qu'Apple déclare qu'il n'hésitera pas à couper les liens avec des fournisseurs, plusieurs anciens employés d'Apple affirment que l'application de cette mesure est rare. Entre 2007 et 2020, Apple n'a supprimé que 22 usines de fabrication de sa chaîne d'approvisionnement, selon ses rapports sur la responsabilité des fournisseurs. Ce chiffre représente environ 1% des quelque 2000 emplacements où les fournisseurs Apple travaillent sur ses produits, selon les données internes d'Apple. Certains fournisseurs ont plusieurs emplacements.

« Notre objectif est de travailler main dans la main avec les fournisseurs pour améliorer leurs systèmes de gestion, plutôt que de simplement les retirer de notre chaîne d'approvisionnement sans corriger les problèmes que nous avons découverts », a déclaré Apple dans son dernier rapport sur la responsabilité des fournisseurs. « Dans le cas où un fournisseur ne souhaite pas ou ne peut pas améliorer ses opérations pour répondre à nos exigences, il risque d'être retiré de notre chaîne d'approvisionnement. »

L’un des facteurs qui contribuent au faible nombre de suppressions est que l’équipe de responsabilité des fournisseurs d’Apple ne peut pas bannir unilatéralement un fournisseur, car l’équipe relève en fin de compte du chef des opérations. Il peut faire des recommandations, mais les responsables de la fabrication et des achats prennent la décision finale, ont déclaré d'anciens membres de l'équipe de responsabilité des fournisseurs d'Apple.

La taille de la chaîne d’approvisionnement d’Apple rend également difficile la surveillance des violations du droit du travail, de l’environnement et de la sécurité. D'anciens employés d'Apple ont déclaré que les audits d'usine, comme celui qui a découvert les travailleurs mineurs de Suyin, ne sont pas totalement efficaces pour détecter les infractions. D'autre part, Apple avise souvent les fournisseurs des audits à venir des mois à l'avance (les audits surprises sont donc minoritaires). Apple a déclaré dans son dernier rapport sur la responsabilité des fournisseurs qu'il avait interrogé plus de 52 000 travailleurs de la chaîne d'approvisionnement en 2019. Cependant, par le biais de ses sous-traitants, Apple est indirectement responsable d'employer entre 1,4 million et 1,8 million de travailleurs en Chine chaque année, selon le Washington Post.

Un autre problème est que les fournisseurs sont peu incités à résoudre les problèmes que les employés des achats d'Apple, qui visitent les usines plus souvent que les auditeurs, ont signalés, selon d'anciens employés d'Apple.

Les employés chargés des achats sont principalement évalués en fonction de leur capacité à faire baisser le prix des composants. « Lors de vos évaluations de performances, vous étiez censé indiquer combien d'argent vous avez aidé Apple à économiser. Vous ne pouvez pas signaler que vous avez sauvé Apple d'un œil au beurre noir dans les relations publiques », a déclaré un ancien employé de longue date des achats d'Apple, faisant référence à la partie auto-évaluation des évaluations du personnel.

Sun Hye Lee, professeur adjoint à l'Université de Loughborough au Royaume-Uni qui a écrit sur les défis de responsabilité des fournisseurs d'Apple, a déclaré que la réticence d'Apple à imposer des sanctions sévères aux fournisseurs permet à ces fournisseurs de répéter facilement leurs violations. « Cela donne le message aux autres fournisseurs qu'Apple ne nous quittera pas pour toujours, donc nous devons simplement suivre ses directives pendant un certain temps et ensuite nous pourrons revenir à ce que nous faisions auparavant », a-t-elle déclaré.

Une entreprise qui n'est pas disposée à changer

L’expérience d’Apple avec Biel Crystal, l’un des deux principaux fournisseurs d’écrans en verre pour iPhone, illustre certains de ces défis. En 2013, Students and Scholars Against Corporate Misbehavior, un groupe d'activistes basé à Hong Kong également connu sous le nom de Sacom, a accusé Biel d'avoir un taux élevé de blessures de travailleurs, mais aussi d'autres violations du travail dans sa principale usine de Huizhou, en Chine.

L’équipe de responsabilité des fournisseurs d’Apple a enquêté sur Biel et confirmé certaines des allégations, selon un rapport interne de ses conclusions. « Un nombre important de blessures liées au travail était associé à des risques mécaniques », tandis que « les propriétés de danger des produits chimiques existants utilisés n'étaient pas bien comprises », indique le rapport. « La culture de l'environnement, de la santé et de la sécurité à Biel est faible à tous les niveaux de direction », ont ajouté les auteurs du rapport.

L'équipe a demandé à Biel de mener à bien plus de deux douzaines de mesures correctives dans les 90 jours, notamment en offrant une meilleure formation, en améliorant la surveillance de la sécurité et la communication avec les travailleurs, et en mettant en place de nouvelles procédures de sécurité pour la manipulation des produits chimiques et l'utilisation des machines, selon le rapport. Mais un an plus tard, Biel n’avait toujours pas achevé la plupart des tâches, selon un ancien employé d’Apple connaissant directement le dossier de responsabilité des fournisseurs de Biel.


Cela aurait probablement engendré plus de coûts pour le fournisseur, a déclaré cet ancien employé. Plusieurs membres de l’équipe de responsabilité des fournisseurs d’Apple ont recommandé qu’Apple trouve des alternatives à Biel, car elle n’était pas disposée à apporter des modifications. Mais Apple a continué à faire appel à Biel.

Deux autres anciens employés d'Apple, qui étaient tous deux des cadres supérieurs impliqués dans la chaîne d'approvisionnement de l'entreprise, ont déclaré qu'il y avait des tensions constantes entre l'équipe de responsabilité des fournisseurs et les employés des achats au sujet de l'évaluation des pratiques de travail de Biel.

Le problème était que la suppression de Biel aurait laissé Apple dépendant de son autre fournisseur d'écrans en verre pour iPhone, Lens Technology. Mais Apple, comme de nombreuses entreprises, essaie d'éviter de compter sur un fournisseur unique pour un composant, car cela peut rendre plus difficile la négociation des prix ou rendre l'entreprise vulnérable aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement si quelque chose venait à arriver au fournisseur. Par exemple, Apple a fait jouer Biel et Lens l'un contre l'autre pour obtenir le prix le moins cher pour les écrans en verre, selon trois anciens employés d'Apple familiers avec les deux fournisseurs.

Au cours des années suivantes, Biel a pris des mesures pour améliorer les conditions. Par exemple, à la mi-2016, Biel a éliminé les odeurs nauséabondes en rénovant une opération de polissage du verre et a installé son premier système de traitement pour réduire les émissions de composés organiques volatils, selon un e-mail interne d'Apple.

Pourtant, les militants ont estimé que Biel n’avait pas fait assez. En 2016, la Sacom a publié un rapport de suivi sur Biel, concluant à l'absence d'amélioration des conditions de travail. Trois anciens employés d'Apple ayant une connaissance directe du dossier de responsabilité des fournisseurs de Bienne ont déclaré que les audits d'Apple n'avaient trouvé que de légères améliorations des conditions de travail à Biel entre 2014 et 2016.

Cette année-là, les dirigeants de Biel ont déclaré aux employés d'Apple qu'investir dans de meilleures conditions de travail n'en valait pas la peine. À la mi-2016, un membre de l'équipe de responsabilité des fournisseurs d'Apple a rendu visite à l'usine de Biel après que les dirigeants de Biel aient cessé de répondre à l'équipe, selon un e-mail interne d'Apple documentant la visite. Au cours de la visite, un dirigeant de Biel a expliqué que sa direction pensait initialement qu'investir dans ce domaine entraînerait davantage de commandes et de meilleures offres d'Apple. Mais après que Biel ait apporté quelques améliorations, elle n’a pas obtenu d’activité supplémentaire et a même perdu certaines commandes au profit de Lens. Biel avait perdu la motivation de faire des investissements supplémentaires dans les meilleures conditions de travail, a déclaré le dirigeant à l'employé d'Apple.

Apple travaille toujours avec Biel, qui est désormais son premier fournisseur mondial d'écrans en verre pour smartphones.

Sources : Apple, SACOM, SACOM (rapport de suivi), Washington Post

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aspartame
Membre averti https://www.developpez.com
Le 04/01/2021 à 16:24
en 3 ans , ils ont peut-être eu le temps de devenir majeur ...
1  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/01/2021 à 13:43
Il a fallu trois ans à Apple pour couper ses liens avec un fournisseur chinois qui faisait travailler des mineurs
Je complète le titre

...et en trouver un autre encore moins cher et inconnu du grand public
1  0 
Avatar de lvr
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/01/2021 à 12:14
Comme je le disais ici :
Citation Envoyé par lvr Voir le message
Et pourquoi tout ça ?
Parce que nous voulons toujours plus, toujours tout et pour pas cher.
Parce qu'il y a des actionnaires toujours plus avides de bénéfices.
Personne ne veut que le prix du travail propre, d'une consommation écologique soit intégré dans le prix de son smartphone.
Parce que nous ne pourrions plus changer de smartphone tous les 2 ans.
Parce que nos jeux boursiers ne nous rapporteraient plus rien du tout.

Ces rapports vont continuer à tomber les uns après les autres. Et nous allons continuer à fermer les yeux.
Sauf quelques hurluberlus qui achèteront des Fairphones. Et quelle est la part de marché de Fairphone ? je ne trouve pas les chiffres, mais ça doit pas être bien haut. Pourquoi ? Parce que trop cher.
il n'y a aucune raison que cela change. Nous n'en avons pas vraiment envie. Un peu de "clean-labour-washing", un peu d'indignation, et tout sera oublié.
Ici on s'acharne sur Apple. Peut-être parce que ce sont les champions du "clean-labour-washing"/greenwahing/... Mais les autres font-ils mieux ?
0  1