IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les entreprises fuient la Californie, car les lois commerciales de l'État seraient devenues trop contraignantes
Et les conditions de vie des populations laissent à désirer

Le , par Bill Fassinou

609PARTAGES

7  0 
L'année 2020 a connu une vague de déménagement d'entreprises de la Californie vers d'autres États des États-Unis, en particulier au cours du dernier trimestre. Tesla Oracle, Hewlett Packard et plusieurs autres ont désormais déplacé leur siège social vers d'autres États qu'ils jugent plus accueillants. La Silicon Valley est à ce jour le principal et le plus grand centre technologique du monde. Mais, si cette vague de déménagement devait continuer au cours de cette année, elle risque de perdre rapidement ce titre au profit d'autres États du pays, comme le Texas.

Les entreprises se sentent contrariées et tournent le dos à la Silicon Valley

La Silicon Valley, une région située au sud de la baie de San Francisco en Californie, a vu naître et grandir les plus grands noms de l'industrie technologique mondiale. Depuis plusieurs décennies, elle accueille de nombreuses startups et entreprises multinationales de technologies, dont Apple, Facebook et Google font partie des plus connues. Elle représente également le site d'institutions technologiques centrées autour de l'université de Stanford, à Palo Alto. En outre, elle abrite le musée de l'Histoire de l'Ordinateur et le Ames Research Center de la NASA, ainsi que le Tech Museum of Innovation qui se trouve à San José.

La Californie a su créer le plus grand environnement d'innovation jamais observé, devenant ainsi le plus grand pôle technologique au monde. Cependant, les analystes pensent que la Californie perdra cette notoriété si les législateurs de cette région continuent à contrarier les entreprises. Ces dernières années, tout porte à croire que l'État s'est engagé dans une politique qui porte atteinte au développement des entreprises et à l'innovation elle-même. Cela a eu pour effet de déclencher un exode sans précédent d'entreprises prospères vers d'autres régions qu'elles jugent plus paisibles et propices à l'innovation.



Il y a peu, la société Hewlett Packard Enterprise a annoncé son départ pour Houston. Oracle Corp. a déclaré qu'elle allait décamper pour Austin. Palantir Technologies, Charles Schwab et McKesson Corp. partent aussi s'installer ailleurs. Un avatar de l'ère de l'information, notamment Elon Musk en a eu assez. Il pense que les régulateurs sont devenus "complaisants" et "autoritaires" à l'égard des entreprises technologiques de classe mondiale de l'État. Tôt en décembre, il a annoncé s'être installé au Texas, après avoir annoncé en mai que Tesla allait déplacer son siège et ses futurs programmes au Texas ou au Nevada.

Selon les analystes, il n'a pas tort, il a raison. Le secteur des hautes technologies de la Silicon Valley fait l'envie du monde entier depuis des décennies, mais son succès n'a rien d'inévitable. Comme de nombreuses villes l'ont constaté ces dernières années, la construction de telles agglomérations est extrêmement difficile, tant sur le plan de l'art que de la science. Des impôts peu élevés, une réglementation modeste, des infrastructures solides et de bons systèmes éducatifs sont autant d'atouts, mais ne suffisent pas toujours. De plus, une fois gaspillé, un tel dynamisme ne peut pas facilement être ranimé.

Parlant de son déménagement au Texas, Musk a déclaré que la Californie considérait les innovateurs comme acquis avec des réglementations strictes qui freinent les possibilités de croissance et a suggéré que la Silicon Valley pourrait perdre de son importance dans le monde de la technologie. « Vous avez une forêt de séquoias et les petits arbres ne peuvent pas pousser. La Californie gagne depuis longtemps, et je pense qu'ils tiennent cela pour acquis. Je pense que nous verrons une certaine réduction de l'influence de la Silicon Valley », a-t-il déclaré au Wall Street Journal le mois dernier.

Ajouté à cela, il y a les conditions de vie sans cesse dégradantes des Californiens. En 2020, au sein de l'État, il y a eu de graves incendies de forêt, des coupures de courant et l'aggravation de l'épidémie de coronavirus. En gros, l'année n'a pas été très bonne pour la Californie, qui perd désormais ses entreprises les plus influentes au profit d'autres États.

La Californie accusée de pratiquer une politique nuisible aux entreprises

Ces dernières années, San Francisco a semblé supplier les entreprises de partir. En plus des échecs familiers de la gouvernance (sans-abrisme généralisé, transit inadéquat, montée en flèche des crimes contre la propriété), elle a également imposé des obstacles plus idiosyncrasiques. Loin d'accueillir l'expérimentation, il a cherché à saper ou à supprimer les services de location à domicile, les applications de livraison de nourriture, les entreprises de covoiturage, les entreprises de scooters électriques, la technologie de reconnaissance faciale, les robots de livraison et bien d'autres choses encore.

Un projet de loi adopté en 2019 (l'Assembly Bill 5 - AB5), apparemment destiné à protéger les travailleurs de l'économie à la tâche (gig economy), a menacé de défaire les modèles économiques de certaines des plus grandes entreprises technologiques de l'État, dont Uber et Liyft, jusqu'à ce que les électeurs leur accordent un sursis lors d'un référendum en novembre. Avant ça, au cours de l'été 2020, le PDG d'Uber, Dara Khosrowshahi, et celui de Lyft, Logan Green, avaient menacé de fermer temporairement leur service respectif en Californie si l'AB5) devait être maintenue.

En outre, la Californie a tenté d'interdire les cafétérias d'entreprise, un avantage majeur de l'industrie technologique, en se fondant sur la théorie, pas si sûre, que cela protégerait les restaurants locaux. Elle a créé un "Bureau des technologies émergentes" qui n'autorisera l'essai de nouveaux produits que s'ils sont considérés, par un bureaucrate de la ville, comme un "bien commun net". D'après les critiques de l'industrie, « quels que soient les mérites d'une telle ingérence, il ne s'agit guère d'une formule permettant une inventivité rapide et sans limites ».

De même, une nouvelle loi sur la protection de la vie privée a imposé d'énormes charges de mise en conformité, qui s'élèvent à 1,8 % de la production de l'État en 2018, tout en ne conférant pratiquement aucun avantage aux consommateurs. L'État pratique également un taux d'imposition des sociétés de 8,8 % des plus élevés du pays et a le taux d'imposition sur le revenu le plus élevé des États-Unis, soit 13,3 %. Mais ce n'est pas la première fois qu'une telle chose arrive. La ville de New York a été le premier centre financier du monde pendant de nombreuses années.

Elle est aussi devenue de plus en plus le siège d'une communauté technologique florissante. Cependant, un mélange similaire de mauvais choix politiques, d'impôts élevés, de bureaucratie inutile, de criminalité croissante et d'hostilité occasionnelle pure et simple (comme dans le cas de l'opposition insensée au projet de siège social d'Amazon) a poussé les deux industries vers des climats plus amicaux ces dernières années. Une telle négligence est d'autant plus dommageable, car de tels pôles accélèrent la circulation des idées, concentrent les travailleurs qualifiés et créent de nouveaux réseaux productifs.

Ils sont susceptibles de stimuler les investissements, la création d'entreprises, l'innovation, les salaires et la croissance. Et leurs bénéfices sont largement partagés : selon une estimation, chaque nouvel emploi technologique crée cinq emplois supplémentaires dans d'autres industries, soit un effet multiplicateur environ trois fois plus important que pour l'industrie manufacturière. Sans parler des produits immensément populaires qui en résultent.

La concurrence agressive du Texas qui attire davantage d'entreprises

Pour l'instant, il est peu probable que la région de la baie de San Francisco ait perdu sa notoriété de centre technologique de pointe du pays et du monde. Après tout, elle abrite toujours certaines des entreprises les plus précieuses du monde (Google, Apple, Facebook, Intel, etc.), attire une part importante des investissements en capital-risque et reste un incubateur inégalé pour les jeunes pousses. En outre, les prévisions concernant une possible disparition de la Silicon Valley se sont révélées fausses pendant des décennies. Mais si elle ne peut pas disparaître, elle peut perdre sa place de choix dans le monde IT.

Des analystes estiment en effet qu'aucun État ne peut contrarier ses entreprises de manière aussi extravagante et s'attendre à ce qu'elles restent sur place pour toujours. Comme tous les Californiens le savent, la voie ouverte est trop invitante. L'exode des entreprises qui a commencé depuis semble s'accélérer et la Californie devrait arranger les choses au risque de voir la vague de déménagement s'accentuer. D'autres États, principalement le Texas, rival de longue date de la Californie, semblent faire tout le contraire de ce que font les législateurs californiens.



Ainsi, depuis quelques années maintenant, la Californie, avec ses coûts de logement élevés, ses incendies de forêt et ses réglementations commerciales strictes, perd des résidents au profit d'autres États, le Texas étant la destination la plus populaire. Selon les chiffres du recensement, sur plus de 653 000 personnes qui ont quitté la Californie l'année dernière, environ 82 000 sont allées au Texas, plus que dans tout autre État. En dehors d'Elon Musk, de nombreux autres cadres et investisseurs en capital-risque se sont installés au Texas. Cela leur permettra par exemple d'économiser des milliards de dollars en impôts sur le revenu.

En fait, le Texas ne perçoit pas d'impôt sur le revenu des personnes physiques, contrairement à la Californie qui a le taux d'imposition le plus élevé du pays. « Si une équipe gagne depuis trop longtemps, elle a tendance à être un peu complaisante, un peu habilitée et ensuite elle ne gagne plus le championnat. La Californie gagne depuis trop longtemps », a déclaré Musk à propos de la Californie en décembre au Wall Street Journal. Il estime en effet que si les choses continuent ainsi, la Californie perdra tous ses atouts et tous ses innovateurs d'ici quelques décennies.

La même chose risque-t-elle d'arriver en France ? En effet, le gouvernement français cherche à encadrer davantage le secteur technologique, en particulier à apporter plus de réglementation dans les impôts payés par les entreprises technologiques. Il y a par exemple la « taxe Gafa » qui, selon Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a déjà rapporté à la France 350 millions d'euros. Pour l'économiste, le débat des taxes sur le numérique en Europe est plus pertinent que jamais, mais cela ne risque-t-il pas d'encourager les entreprises à partir ou faire payer cette taxe aux consommateurs ?

Amazon France l'a déjà fait. Le détaillant a en effet répercuté la « taxe Gafa » sur ses tarifs aux entreprises françaises, quelques mois après son adoption définitive. Il a tout simplement déclaré qu'il n'est pas disposé à payer un supplément d'impôt et a décidé que sa part sera payée par les petites et moyennes entreprises françaises qui utilisent sa plateforme de vente en ligne pour écouler leurs produits. En outre, cette taxe est actuellement source de discussions tendues entre la Maison Blanche et l'Élysée, car les États-Unis jugent qu'elle est illégitime. Le pays menace même de contre-attaquer avec plus d'impôts sur les exportations françaises.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
La France risque-t-elle de faire fuir les entreprises IT ?

Voir aussi

Elon Musk menace de déplacer le quartier général de Tesla de la Californie après la pandémie et porte plainte au comté d'Almeda pour avoir maintenu ses usines fermées

Le PDG d'Uber déclare que son service va probablement fermer temporairement en Californie. Lyft menace aussi de quitter l'État si l'Assembly Bill 5 (AB5) devait être maintenu

Le PDG de Tesla, Elon Musk, critique la Californie, quitte l'État et s'installe au Texas, estimant que la Californie prend les innovateurs pour acquis

Amazon France répercute la « taxe Gafa » sur ses tarifs aux entreprises françaises, comme il l'avait annoncé il y a quelques mois

Les États-Unis jugent la taxe GAFA française « extrêmement discriminatoire » et menacent la France d'une riposte

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/01/2021 à 22:09
Pour résumer, on a donc des sociétés qui ont toutes supporté les Démocrates pour battre les Républicains lors des élections à la présidence américaine trahir l'état démocrate de Californie pour fuir vers l'état républicain du Texas!

Cela doit être cela que l'on nomme... Fidélité!
8  0 
Avatar de Mrsky
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 01/01/2021 à 20:07
L'État pratique également un taux d'imposition des sociétés de 8,8 % des plus élevés du pays et a le taux d'imposition sur le revenu le plus élevé des États-Unis, soit 13,3 %.


Je comprend que les mecs fassent une syncope arrivés en Europe et surtout en France.
6  0 
Avatar de stardeath
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 01/01/2021 à 23:32
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
La France risque-t-elle de faire fuir les entreprises IT ?
c'est toujours la même histoire, le pognon que file l'état pour la santé, l'éducation, l'infrastructure, etc. il faut bien qu'il vienne de quelques parts.
si les particuliers et les entreprises ne veulent plus payer ces impôts, va falloir comprendre que l'état ne filera plus rien en retour.
aux usa ça se traduit par le fait que c'est les étudiants qui en partie prennent des risques pour payer leurs études, que les bas salaires, de par exemple la restauration, ne peuvent s'offrir un système de santé décent et j'en passe.

ça serait bien qu'un jour on s'en rende compte et qu'on réagisse (ou pas vu la tournure que ça prend en france), mais ça sera trop tard pour défendre un certaine solidarité (j'aimerais juste ne pas être au milieu de la transition, parce que payer sans rien avoir en retour, ça risque de me les briser ... et je me fais pas d'illusion, j'ai l'impression que ça commence à être le cas).
5  0 
Avatar de lsbkf
Membre actif https://www.developpez.com
Le 02/01/2021 à 13:53
Oh non les pauvres petits choux, ils vont juste être milliardaires dans une société épanouie au lieu d'être multi-milliardaires avec deux fois plus de yachts dans leur plage privée !!
2  0 
Avatar de phil995511
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 03/01/2021 à 12:57
Ce sont ces entreprises qui mettent à mal la Californie et sa population, en essayant de ne pas y payer d'impôts, etc... pas l'inverse !! Ces entreprises ont poussé socialement la Californie au bord du gouffre.

Les gens avec une formation supérieure tel des enseignants, personnel hospitalier, etc, n'arrivent plus à s'y loger en raison de prix de la vie courante qui y ont flambés.

L'envers du décors est que si certaines sociétés y ont trouvé la prospérité, les locaux eux n'arrivent plus à s'en sortir...
3  1 
Avatar de JefGDev
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/01/2021 à 9:47
Il faut se rappeler que la vie est devenue quasiment impossible pour le commun des mortels dans toute la Silicon Valley et dans les alentours de San Francisco (même au nord) du fait d'une inflation immobilière galopante. Ils sont partagés entre les ultra riches et les sans abris, dont certains sont pourtant employés, mais qui ne peuvent se loger dans les environs. La paupérisation des personnes est amplifiée par les petits boulots de certaines des ex start-ups devenus des géants.

Par ailleurs, les ambitions des sociétés comme Uber et Lyft qui veulent faire leurs tests en plein trafic ne sont pas vu d'un bon œil par la population, qui aimerait bien qu'ils se calment.

Et la déréglementation qui a fait loi jusqu'à aujourd'hui montre bien ses travers (dérèglement climatique, ...). Il faut se rappeler que la Californie a toujours (malgré tout) été l'état américain avec les lois anti pollution les plus restrictives.

Les lois de la Californie tentent depuis toujours de protéger leurs citoyens, mais ont toujours eu du mal face à de très puissants lobbys. Ce sont ces lobbys qui continuent de la menacer, en quittant l'état. Mais la Californie a les meilleures universités (avec le Massachusetts), un cadre de vie vraiment sympa. Vivre au Texas, c'est autre chose.
2  0 
Avatar de gros_rougeot
Membre actif https://www.developpez.com
Le 15/03/2021 à 9:35
450 cas de covid pour 10000 employés soit 4.5%. Combien de cas pour 10000 habitants ne travaillant pas dans l'usine ?
2  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/03/2021 à 9:59
D'après les avis glanés en ligne, Tesla offre des salaires en-dessous du marché, avec des horaires à rallonge et un turn-over important. Méfions-nous donc de la hype autour de cette entreprise et de son fondateur.
2  0 
Avatar de redcurve
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/01/2021 à 11:43
Citation Envoyé par Mrsky Voir le message


Je comprend que les mecs fassent une syncope arrivés en Europe et surtout en France.
ça peut vite monter à 60% en fait, 13.3% c'est juste le truc de base
1  0 
Avatar de marc.collin
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/01/2021 à 17:50
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
c'est toujours la même histoire, le pognon que file l'état pour la santé, l'éducation, l'infrastructure, etc. il faut bien qu'il vienne de quelques parts.
si les particuliers et les entreprises ne veulent plus payer ces impôts, va falloir comprendre que l'état ne filera plus rien en retour.
aux usa ça se traduit par le fait que c'est les étudiants qui en partie prennent des risques pour payer leurs études, que les bas salaires, de par exemple la restauration, ne peuvent s'offrir un système de santé décent et j'en passe.

ça serait bien qu'un jour on s'en rende compte et qu'on réagisse (ou pas vu la tournure que ça prend en france), mais ça sera trop tard pour défendre un certaine solidarité (j'aimerais juste ne pas être au milieu de la transition, parce que payer sans rien avoir en retour, ça risque de me les briser ... et je me fais pas d'illusion, j'ai l'impression que ça commence à être le cas).
je crois que les populations sont juste dégouté que les grandes entreprises se font subventionné par les impôts de la population, que ces entreprises au final ne paie souvent peu ou pas d'impôt et qu'au final ils mettent beaucoup d'argent dans les paradis fiscaux.... le tout sans que les états fassent grand chose pour contrer cela.....
2  1