IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le DOJ accuse un employé de Zoom d'avoir aidé la Chine à fermer des réunions Zoom aux USA et ailleurs
Sur une foule de sujets religieux et politiques qui dérangeaient le Parti Communiste

Le , par Stéphane le calme

458PARTAGES

6  0 
Un dirigeant de Zoom basé en Chine aurait été chargé de coordonner avec le gouvernement chinois la fermeture des réunions Zoom aux États-Unis et ailleurs sur une foule de sujets religieux et politiques, y compris la commémoration du 31e anniversaire du massacre de la place Tiananmen.

Xinjiang Jin, également connu sous le nom de Julien Jin, a travaillé à la demande du ministère chinois de la Sécurité publique, selon une plainte déposée au tribunal du district Est de New York vendredi. Le ministère de la Justice a déclaré qu'il était accusé de « complot en vue de commettre un harcèlement interétatique et une conspiration illégale en vue de transférer un moyen d'identification » alors qu'il travaillait comme « agent de liaison principal de Zoom avec les services de police et de renseignement de la RPC (République Populaire de Chine) ». Jin, qui était basé en Chine, est recherché par le FBI, bien qu'il soit peu probable qu'il soit envoyé aux États-Unis s'il venait à être reconnu coupable, cependant, il encourt jusqu'à 10 ans de prison.


« Il a régulièrement répondu aux demandes d’informations du gouvernement de la RPC et de mettre fin aux réunions vidéo organisées sur la plateforme de communication vidéo de la société 1 [Zoom]», a déclaré le ministère de la Justice. « Les tâches de Jin incluaient la fourniture d’informations au gouvernement de la RPC sur les utilisateurs et les réunions de la société 1, et dans certains cas, il a fourni des informations - telles que les adresses IP, les noms et les adresses électroniques - des utilisateurs situés en dehors de la RPC. Jin était également chargé de surveiller de manière proactive la plateforme de communication vidéo de la société 1 quant à ce que le gouvernement de la RPC considère comme des réunions " illégales" qui sont des discussions de sujets politiques et religieux inacceptables pour le Parti communiste chinois ».

Le ministère de la Justice a ajouté « qu’entre janvier 2019 et aujourd'hui, Jin et d'autres ont conspiré pour utiliser les systèmes de la société 1 aux États-Unis pour censurer le discours politique et religieux d'individus situés aux États-Unis et dans le monde, suivant les directives de responsables du gouvernement de la RPC » et que « Jin et d'autres ont mis fin à au moins quatre réunions vidéo organisées sur les réseaux de la société 1 pour commémorer le trente et unième anniversaire du massacre de la place Tiananmen, dont la plupart ont été organisées et auxquelles ont participé des utilisateurs basés aux États-Unis, comme les dissidents qui avaient participé et survécu aux manifestations de 1989. »

Les manifestations de la place Tiananmen ont eu lieu à Pékin et dans toute la Chine en 1989. Ils étaient environ un million (opposants au régime et étudiants) qui ont appelé le Parti communiste au pouvoir à lutter contre la corruption et l'inflation tout en exigeant la démocratie et les libertés d'expression et de presse. Le gouvernement chinois a déclaré l’application de la loi martiale et des dizaines de milliers de soldats ont tué des milliers de personnes lors d'une répression, selon des journalistes et des diplomates. La discussion sur la répression est fortement réprimée en Chine.

« Aucune entreprise ayant des intérêts commerciaux importants en Chine n'est à l'abri du pouvoir coercitif du Parti communiste chinois », a déclaré le procureur général adjoint à la sécurité nationale John Demers. « Le Parti communiste chinois utilisera ceux qui sont à sa portée pour saper l'arbre de la liberté, étouffant la liberté d'expression en Chine, aux États-Unis et ailleurs sur la répression du peuple chinois par le Parti. »

« Zoom se consacre à l'échange libre et ouvert d'idées et soutient l'engagement du gouvernement américain à protéger les intérêts américains de l'influence étrangère... Nous avons également mené une enquête interne approfondie », a déclaré un porte-parole de Zoom, ajoutant « qu’à ce stade de notre enquête, et à l'exception des données utilisateur de moins de dix utilisateurs individuels, nous ne pensons pas que cet ancien employé ou tout autre employé de Zoom ait fourni au gouvernement chinois des données d'utilisateurs non basés en Chine » et que « Nous avons mis fin à l'emploi de cette personne pour avoir enfreint les politiques de l'entreprise ».


Le directeur du FBI, Christopher Wray, a déclaré : « Le FBI reste déterminé à protéger l'exercice de la liberté d'expression pour tous les Américains » et que « la liberté a été directement violée par les activités pernicieuses des services de renseignement de la Chine communiste, à l'appui d'un régime qui ne reflète ni ne soutient nos valeurs démocratiques. »

Le ministère de la Justice a noté que «  les co-conspirateurs de Jin ont créé de faux comptes de messagerie électronique et des comptes de la société 1 au nom d'autres personnes, y compris des dissidents politiques de la RPC, pour fabriquer des preuves que les hôtes et les participants […] soutenaient des organisations terroristes, incitaient à la violence, ou distribuant de la pornographie juvénile » et « Jin a utilisé les plaintes comme preuve pour persuader les dirigeants de la société 1 basés aux États-Unis de mettre fin aux réunions et de suspendre ou de résilier les comptes utilisateurs. » Le gouvernement chinois a également « profité des informations fournies par Jin pour riposter et intimider les participants résidant en RPC, ou les membres de la famille basés en RPC des participants à la réunion », selon le DOJ.

L'agent spécial du FBI Joseph Hugdahl a aidé à rédiger la plainte de 47 pages déposée auprès du tribunal de Brooklyn, en écrivant : « Les agences de sécurité nationale et d'application de la loi du gouvernement de la RPC considèrent la dissidence politique comme une menace pour la sécurité nationale et surveillent et censurent régulièrement les discours politiques incompatibles avec les points de vue politiques approuvés par le Parti communiste chinois ».

Le ministère de la Justice « a remercié la société 1 pour sa coopération dans l’enquête gouvernementale en cours ».


La réaction de Zoom

Dans un billet, Zoom a déclaré :

En septembre 2019, le gouvernement chinois a désactivé notre service en Chine sans avertissement. À l'époque, nous étions une entreprise beaucoup plus petite au service des entreprises. La fermeture a provoqué des perturbations importantes pour bon nombre de nos clients multinationaux, qui ne pouvaient pas communiquer efficacement avec leurs employés et partenaires en Chine. Ils nous ont exhortés à prendre des mesures immédiates pour que le service reprenne.

L'arrêt a mis Zoom dans une position inconnue et inconfortable. Comme de nombreuses entreprises à croissance rapide, nous nous sommes concentrés sur la création du meilleur produit possible et la satisfaction de nos clients. Nous n'avions pas, à ce stade de notre évolution, été forcés de nous concentrer sur des préoccupations sociétales ou politiques en dehors de ce cadre de vision relativement étroit.

Alors que nous travaillions à la résolution de l'arrêt, la Chine a demandé à Zoom de confirmer qu'elle se conformerait à la loi chinoise, notamment en désignant un contact interne pour les demandes d'application de la loi et en transférant les données des utilisateurs basés en Chine hébergés aux États-Unis vers un centre de données en Chine. Dans le but de restaurer notre service, le personnel de Zoom, y compris notre PDG, a rencontré en Chine les autorités gouvernementales en octobre 2019. Nous avons décrit les mesures que nous pourrions prendre pour répondre aux raisons du gouvernement chinois pour la fermeture de notre service. C'est le « plan de rectification » que le ministère de la Justice a cité dans sa plainte. Le plan comprenait des mesures pour se conformer aux exigences réelles d'identification et de localisation des données applicables en Chine, de manière à pouvoir être auditées et vérifiées, ainsi que la création d'une entité juridique en Chine pour répondre aux exigences légales et réglementaires locales de la Chine. Le plan fait également référence à des mesures que nous n'avons pas mises en œuvre, telles que la collaboration avec un partenaire chinois local pour développer une technologie qui analyserait le contenu des réunions organisées en Chine pour identifier et signaler les activités illégales et mettre fin aux réunions qui enfreignent la loi chinoise. Le plan contient également des informations sur les mesures prises précédemment par Zoom pour adhérer à la loi chinoise, notamment la fermeture de certains types de réunions politiques, religieuses et sexuellement explicites. Le but du plan de rectification était de restaurer notre service et le gouvernement chinois a finalement débloqué Zoom le 17 novembre 2019.

En octobre 2019, Zoom a nommé le désormais ancien employé pour servir de contact gouvernemental en Chine. Le travail de cet ancien employé consistait à répondre aux demandes du gouvernement chinois de résiliation de compte, de résiliation de réunion et de données utilisateur. Bien que le DOJ n’ait pas partagé avec nous ses allégations factuelles avant la publication de la plainte, nous avons appris au cours de notre enquête que cet ancien employé avait enfreint les politiques de Zoom en tentant, entre autres, de contourner certains contrôles d’accès internes. Nous avons mis fin à l’emploi de cette personne. Nous avons également placé d'autres employés en congé administratif en attendant la fin de notre enquête.

Pendant le temps où cette personne était employée par Zoom, elle a pris des mesures qui ont abouti à la fin de plusieurs réunions en souvenir de la place Tiananmen et de réunions impliquant des activités religieuses et / ou politiques, dont certaines étaient organisées par des utilisateurs non basés en Chine. Nous avons résilié les comptes hôtes associés à certaines de ces réunions. Nous avons appris au cours de notre enquête que cet ancien employé partageait ou dirigeait également le partage d'une quantité limitée de données d'utilisateurs individuels avec les autorités chinoises. À ce stade de notre enquête, et à l'exception des données utilisateur pour moins de dix utilisateurs individuels, nous ne pensons pas que cet ancien employé ou tout autre employé de Zoom ait fourni au gouvernement chinois des données d'utilisateurs non basés en Chine. L'ancien employé a également potentiellement partagé des informations sur une réunion pour un souvenir de la place Tiananmen. Rien n'indique que des données d'entreprise aient été partagées avec le gouvernement chinois.

Bien que la plainte allègue que l'ancien employé a obtenu un compte Zoom et des identifiants d'utilisateur associés à la région du Xinjiang en Chine, notre enquête montre que ces données ont été anonymisées et, pour le moment, nous n'avons aucune raison de croire qu'elles ont été partagées avec le gouvernement chinois.

Zoom précise trois points qui, selon l'entreprise, sont cruciaux :
  1. Nous soutenons l’engagement du gouvernement américain à protéger les intérêts américains de l’influence étrangère. Comme le note le DOJ, Zoom a pleinement coopéré avec eux dans ce dossier. Nous avons également mené une enquête interne approfondie et nous avons licencié pour avoir enfreint les politiques de l'entreprise, l'ancien employé basé en Chine accusé dans cette affaire. Nous avons également placé d'autres employés en congé administratif en attendant la fin de notre enquête.
  2. Nous nous consacrons à l'échange libre et ouvert d'idées. Comme le DOJ l'indique clairement, chaque entreprise américaine, y compris Zoom et nos pairs du secteur, est confrontée à des défis lorsqu'elle fait des affaires en Chine. Nous avons pris des mesures pour rendre nos valeurs claires. Nous avons publié notre Guide des demandes gouvernementales en juillet, par lequel nous soumettons toute demande gouvernementale à un examen attentif, en accordant la priorité à la confidentialité, à la sécurité et à la sécurité de nos utilisateurs à tout moment. Nous avons également réalisé d'énormes investissements dans notre plateforme et avons mis en œuvre des politiques et des garanties solides.
  3. Nous continuerons d'agir de manière agressive pour anticiper et combattre les défis en constante évolution en matière de sécurité des données. Nous avons lancé notre fonction de chiffrement de bout en bout aux utilisateurs gratuits et payants du monde entier. Nous avons considérablement amélioré nos contrôles d'accès internes. Nous avons également cessé la vente de services directs et en ligne en Chine et lancé des pôles d'ingénierie aux États-Unis, en Inde et à Singapour.

Une autre déclaration de Zoom en juin, mise à jour vendredi faisait valoir « qu’à l'avenir, Zoom ne permettra pas aux demandes du gouvernement chinois d'avoir un impact sur quiconque en dehors de la Chine continentale ».

Sources : ministère américain de la Justice (1, 2), Zoom (1, 2), FBI

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de la situation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/12/2020 à 19:06
Quelle lecture faites-vous de la situation ?

Un ressortissant Chinois, en Chine et qui fait ce que sont gouvernement lui demande, c'est inadmissible .

[lol]
C'est vraiment une honte et il est inadmissible que les lois national US ne soient pas retranscrite automatiquement dans tous les autres pays du monde.
Après tout les US sont les gardien / rois du monde libre non ?
[/lol]

Bien sûr, il ne s'embarrasse pas à respecter leurs propres règles chez eux comme ailleurs.
Du coup leur politique pourrait ce résumer en "Faites ce que je dit, pas ce que je fait".
3  0