IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Facebook aurait donné la priorité aux profits plutôt qu'à l'application de ses règles de protection des utilisateurs
Autorisant des comptes piratés ou des annonceurs frauduleux à diffuser des pubs

Le , par Stéphane le calme

545PARTAGES

9  0 
Une enquête sur l'activité publicitaire de Facebook publiée par BuzzFeed News jeudi a révélé avec de nouveaux détails comment la société privilégie les revenus par rapport à l'application de ses propres règles destinées à protéger les utilisateurs contre les escrocs et les hackers.

Selon BuzzFeed News, Facebook continue à autoriser sciemment (et à tirer profit) des annonceurs frauduleux et l'activité publicitaire de l'entreprise est « construite avec les mêmes contrôles laxistes et l'externalisation du travail de modération critique » qui a permis la prolifération de la désinformation, des discours haineux et du harcèlement sur sa plateforme.

Facebook emploie des milliers de sous-traitants tiers, par l'intermédiaire de sociétés comme Accenture, BCforward et Cognizant, pour examiner à la fois le contenu généré par les utilisateurs et les publicités placées sur sa plateforme afin de s'assurer qu'ils sont conformes aux politiques étendues de Facebook.

Mais un employé d'Accenture qui gère 45 critiques pour Facebook leur a demandé d'ignorer les schémas de fraude et de comptes piratés tant que « Facebook est payé » avec des méthodes de paiement légitimes afin qu'il ne soit pas obligé d'émettre des remboursements, a rapporté BuzzFeed News, ajoutant que le gestionnaire a justifié d'autoriser des hackers à diffuser des publicités via des comptes piratés parce que c'était gagnant-gagnant (plus de revenus pour Facebook et une audience plus large pour le hacker).

Un porte-parole de Facebook a déclaré à BuzzFeed News que la société investissait massivement pour empêcher les mauvaises publicités de circuler sur sa plateforme et n'était pas d'accord avec l'idée qu'elle avait profité de mauvaises publicités, mais a refusé de commenter la façon dont elle gère l'argent qu'elle gagne grâce aux publicités qui enfreignent ses règles.

« Nous avons toutes les incitations - financières et autres - pour empêcher les abus et faire de l'expérience publicitaire sur Facebook une expérience positive. Suggérer le contraire méconnaît fondamentalement notre modèle commercial et notre mission », a déclaré le porte-parole à BuzzFeed News.

Les activités publicitaires de Facebook ont généré 21,2 milliards de dollars de revenus au troisième trimestre. Mais comme BuzzFeed News et d'autres l'ont déjà rapporté, une partie de ces revenus provient d'annonceurs louches et parfois dangereux, y compris des suprémacistes blancs proviolence, des escrocs, des anti-vaxxers et des colporteurs de la désinformation COVID-19.

Facebook s'est engagé à plusieurs reprises à sévir contre les mauvais acteurs sur ses plateformes, mais des dizaines de rapports ces derniers mois ont révélé des cas où l'incapacité de Facebook à appliquer ses propres politiques de manière précise, cohérente, efficace a interrompu les progrès vers ces objectifs.

Voici quelques-unes des révélations majeures de l'enquête :
  • Facebook a interdit aux annonceurs politiques de créer de nouvelles publicités la semaine précédant les élections américaines de novembre pour éviter la désinformation. Mais avant cette date limite, il a demandé aux modérateurs de donner la priorité à la vente d'annonces plutôt que de rechercher celles qui enfreignent les règles et de réactiver les comptes qui enfreignaient ses règles chaque fois que possible, selon le rapport (Facebook a déclaré à BuzzFeed News que le changement d'orientation visait à aider les annonceurs à faire passer leur message avant l'interdiction).
  • Musical.ly, le précurseur de TikTok avait placé des publicités mettant en vedette des jeunes filles dansant de manière provocante. Mais lorsque les employés de Facebook ont fait part de leurs inquiétudes quant au fait que l'algorithme de Facebook ciblait principalement les publicités vers les hommes d'âge moyen, la société a restreint leur accès aux données sur les publicités, a laissé entendre qu'elle rejetait leurs préoccupations, car Musical.ly dépensait beaucoup et a laissé les publicités tourner sur sa plateforme pendant un an et demi, selon le rapport (Facebook a déclaré à BuzzFeed News qu'il avait créé une politique contre la suggestion d'interactions sexualisées - bien que cela n'ait jamais été annoncé en public).
  • Un examen interne de Facebook a révélé que, sur des milliers d'annonces placées par des annonceurs chinois, 30 % enfreignaient au moins l'une des politiques de Facebook, et les employés ont déclaré que la société détournait le regard même si les problèmes avec les annonceurs basés en Chine sont bien connus (Facebook a déclaré à BuzzFeed News qu'il dispose d'une équipe dédiée à « l'intégrité commerciale » en Asie et n'ignore pas les violations par les annonceurs basés en Chine).



Voici un passage sur BuzzFeed News :

« Il y a deux ans, une poignée d'employés de Facebook ont commencé à tirer la sonnette d’alarme en interne au sujet d'une série de publicités apparaissant dans leurs fils d'actualité. Achetées par une application de synchronisation labiale alors en plein essor appelée Musical.ly (maintenant connue sous le nom de TikTok) les publicités présentaient des adolescentes qui tournoyaient de manière provocante au son de la musique dans de courts clips vidéo.

« Curieux de savoir pourquoi lui et ses collègues voyaient des publicités ostensiblement destinées aux jeunes filles, un employé de Facebook, qui était également père, a fouillé le système publicitaire de l'entreprise à l'époque pour déterminer ce qui se passait. Ce qu'il a découvert n'était pas une erreur, mais que le système publicitaire de Facebook fonctionnait comme prévu. Les algorithmes du réseau social avaient optimisé les publicités pour le public qui interagissait le plus avec eux : les hommes d'âge moyen.

« Les plaintes initiales concernant les publicités, qui se sont poursuivies après l'acquisition de Musical.ly et leur transformation en TikTok, ont été rejetées. TikTok, qui aurait dépensé 1 milliard de dollars en publicité en 2018, était un partenaire commercial précieux, a déclaré un supérieur à un employé. Une autre personne au courant de la situation a déclaré à BuzzFeed News que la réponse d'un responsable Facebook aux préoccupations était de restreindre l'accès aux données sur le ciblage des publicités.

« Les publicités ont persisté pendant au moins un an et demi - longtemps après avoir été signalées publiquement sur le forum Workplace de Facebook. À la suite de la publication de cette histoire, le porte-parole de la société, Joe Osborne, a contesté cette chronologie, affirmant: "Ce n'est pas exact, nous avons appris cela pour la première fois en 2019, et non en 2017."

« "C'est tellement étrange que je n'entende que mes nièces de 8 ans parler de tiktok, mais que je vois ensuite ces publicités avec des jeunes femmes voluptueuses ciblant les hommes de plus de 35 ans", a écrit un data scientist de Facebook sur le babillard interne de l'entreprise l'année dernière. "Est-ce que nous nous assurons vraiment que Facebook ne crée pas un paradis pour les prédateurs ? ".

« La gestion par Facebook des publicités de TikTok est l'un des nombreux exemples de la folie de son système publicitaire et de la priorisation continue des revenus de l'entreprise par rapport à la sécurité de ses 3 milliards d'utilisateurs, au bien public et à l'intégrité de sa propre plateforme. Les conséquences varient : les consommateurs se voient vendre des biens qu'ils ne reçoivent jamais ou sont attirés dans des escroqueries financières ; les comptes ou les pages d'annonceurs légitimes sont piratés et utilisés pour vendre ces produits ou escroqueries inexistants ; les numéros de carte de crédit sont volés. Mais le résultat final est souvent le même : Facebook encaisse les revenus publicitaires, tandis que ses utilisateurs se font arnaquer ».

Source : BuzzFeed News

Et vous ?

Cela vous semble-t-il crédible ? Dans quelle mesure ?
Quelle lecture en faites-vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !