IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Cydia, l'un des premiers magasins d'applications pour iOS, poursuit Apple pour des raisons antitrust,
Alléguant qu'Apple aurait utilisé des moyens anticoncurrentiels pour presque le détruire

Le , par Bill Fassinou

366PARTAGES

3  0 
L'année 2020 a été une année de fortes tourmentes pour le fabricant de l'iPhone. Apple a fait l'objet de nombreuses enquêtes pour comportements anticoncurrentiels, abus de position dominante et préservation de monopole. Outre les pressions du DoJ et de certains procureurs généraux, mais aussi de certains concurrents qui pèsent sur lui, Jay Freeman, créateur de Cydia, vient de poursuivre Apple, alléguant qu'il a utilisé des moyens anticoncurrentiels pour presque détruire Cydia, ouvrant la voie à l'App Store, qui a le monopole de la distribution de logiciels sur iOS, le système d'exploitation mobile d'Apple.

Apple met à dos, les régulateurs, les développeurs et certains concurrents

Cydia est une alternative non officielle à l'App Store d'Apple développée par Jay Ryan Freeman pour les appareils "jailbreakés", dont les iPhone, iPad et iPod touch. Autrement dit, Cydia, plus connue sous le nom de Saurik, est un projet open source qui donne accès à des applications non certifiées par Apple. Ce programme est obtenu grâce au jailbreak de l'appareil. Cydia n'est pas disponible sur l'App Store d'Apple ni sur un site Web : il est installé sur votre appareil à l'aide d'un outil de "jailbreaking", tel que Pangu ou TaiG. En outre, Cydia domine le marché des installateurs pour iPhone débridé (jailbreaké).

Cydia a été lancé en 2007, avant même qu'Apple ne crée sa propre version. En plus d'être un magasin d'application pour iOS non autorisé par Apple, Cydia est l'un des plus anciens ennemis d'Apple et la plainte qu'il a déposée le jeudi contre le fabricant de l'iPhone est une nième tentative visant à forcer Apple à autoriser des alternatives à l'App Store et à freiner le pouvoir du géant de la technologie. La plainte allègue qu'Apple a utilisé des moyens anticoncurrentiels pour presque détruire Cydia, ouvrant la voie à l'App Store, qui, selon les avocats de Cydia, a le monopole de la distribution de logiciels sur iOS, le système d'exploitation mobile d'Apple.


Jay Ryan Freeman, créateur de Cydia

« Si Apple n'avait pas acquis et maintenu de manière anticoncurrentielle un monopole illégal sur la distribution des applications iOS, les utilisateurs d'aujourd'hui pourraient en fait choisir comment et où localiser et obtenir les applications iOS, et les développeurs pourraient utiliser le distributeur d'applications iOS de leur choix », allègue le procès. L'action a été déposée devant un tribunal fédéral en Californie du Nord et Cydia est représentée par "Quinn Emanuel Urquhart & Sullivan". La poursuite de Cydia n'est pas un cas isolé.

En effet, Apple fait face à une avalanche de poursuites et d'examens minutieux de la part des législateurs et des régulateurs du monde entier pour la façon dont il utilise prétendument son pouvoir pour maintenir sa position dominante sur son App Store. Epic Games, le fabricant de la franchise "Fortnite", a poursuivi Apple en août pour comportement prétendument monopolistique. La situation a conduit Epic Games, Spotify, Netflix, Kindle, Match Group, Deezer, etc., et Tile à se réunir au sein d'un groupe industriel appelé "Coalition for App Fairness" pour lutter contre le monopole d'Apple.

En outre, Apple fait l'objet d'enquêtes en Europe, sous l'impulsion du service de streaming musical Spotify et d'autres concurrents, pour comportement prétendument anticoncurrentiel. Et aux États-Unis, les législateurs ont réprimandé Apple et ses pairs dans un rapport sur le pouvoir des grandes entreprises de la Silicon Valley. Le porte-parole d'Apple, Fred Sainz, a déclaré que l'entreprise allait examiner le procès et a nié que l'entreprise soit un monopole. Il dit qu'elle est confrontée à la concurrence du système d'exploitation Android de Google, qui est utilisé par des fabricants de téléphones concurrents comme Samsung et Google lui-même.

De même, Apple affirme qu'elle doit contrôler étroitement la façon dont les logiciels sont installés sur l'iPhone pour protéger ses clients contre le téléchargement par inadvertance de virus et d'autres menaces à la sécurité et contre l'installation d'applications qui envahissent la vie privée de ses clients. De nombreuses personnes continuent toutefois de lutter pour l'arrivée d'une alternative à l'App Store sur iOS. Par exemple, en juillet, Pavel Durov, cofondateur de Telegram, a milité en faveur d'une loi pour contraindre Apple à permettre aux utilisateurs iOS de télécharger des applications via d'autres magasins que l'App Store.

Apple utilise-t-il son App Store pour copier les meilleures idées ?

L'App Store a été un énorme succès pour Apple, générant près de 15 milliards de dollars de recettes chaque année, selon les estimations des analystes. Bien que cette somme ne représente qu'une petite partie des quelque 275 milliards de dollars de recettes totales de la société, elle est devenue un important tremplin pour l'activité de services en forte croissance de la société, qui pourrait l'aider à faire face au ralentissement de la croissance des ventes d'iPhone. Apple prélève généralement sur sa plateforme une commission de 30 % des revenus réalisés par les développeurs d'applications.

Le succès de l'App Store est dû en partie à la façon dont il contrôle les logiciels sur les iPhone et les iPad. Contrairement aux ordinateurs Mac d'Apple, qui permettent aux clients d'installer des logiciels de différentes manières (via l'App Store sur Mac, d'autres magasins concurrents et directement depuis des sites Web), les logiciels de l'iPhone interdisent toutes les méthodes de distribution de logiciels sauf une : l'App Store d'Apple. Apple doit approuver chaque application disponible pour l'iPhone, et les développeurs de logiciels doivent respecter une longue liste de règles définissant exactement ce qu'une application iOS peut et ne peut pas faire.


Cependant, il n'en a pas toujours été ainsi. Jay Freeman était consultant en tant que développeur de logiciels à Santa Barbara, en Californie, lorsque l'iPhone a été lancé en 2007. Lorsqu'un collègue a acheté un iPhone à Jay Freeman, il l'a testé et a d'abord été déçu. Le téléphone manquait de fonctionnalités comme le copier-coller de texte et la possibilité d'envoyer des messages texte à plusieurs personnes à la fois. L'iPhone ne permettait pas à ses propriétaires d'installer de nouveaux logiciels, tels que des jeux ou des navigateurs Web alternatifs.

Pourtant, le potentiel de l'iPhone en tant que véritable téléphone mobile connecté à Internet a rapidement attiré l'attention des développeurs de logiciels qui ont commencé à le bricoler. L'un des amis de Freeman l'a convaincu qu'au lieu de se plaindre du manque de logiciels de l'iPhone, il devrait se mettre au travail et créer ses propres logiciels. C'est ainsi que Freeman s'est rapidement retrouvé au centre d'une grande communauté de développeurs en plein essor qui développent de nouvelles fonctionnalités sur l'iPhone.

Ces ajouts ont nécessité la suppression des barrières logicielles sur le téléphone afin que les nouvelles applications s'exécutent sur le système d'exploitation, un peu comme un ordinateur traditionnel. L'acte consistant à outrepasser les restrictions imposées par Apple sur l'iPhone de cette manière est devenu connu sous le nom de "jailbreaking" (débridage ou déverrouillage). Freeman voulait en effet rendre le débridage et l'installation de nouveaux logiciels faciles, même pour les clients ayant peu de connaissances techniques.

Cet effort a abouti à la création de Cydia, un magasin d'applications où les clients pouvaient installer des jeux et des fonctionnalités, notamment la possibilité de couper et de coller du texte. N'ayant plus peur des représailles, les développeurs d'applications ont uni leurs forces pour critiquer Apple. Freeman a déclaré que Cydia, qu'il a nommée d'après un parasite agricole qui affecte les cultures fruitières, a été un coup immédiat.

Apple a verrouillé de plus en plus le système d'exploitation de l'iPhone

En 2010, Freeman a déclaré au Washington Post que Cydia comptait 4,5 millions de personnes cherchant des applications chaque semaine. Avant ça, en 2008, Apple a sorti sa propre version, appelée simplement "The App Store". Il a également commencé par ajouter des protections supplémentaires au système d'exploitation du téléphone et par avertir ses clients que le fait de débrider leurs téléphones pouvait les exposer à des vulnérabilités de sécurité. Fred Sainz, le porte-parole d'Apple, a réitéré cet avertissement dans une déclaration jeudi.

Freeman a déclaré qu'il se souvient avoir vu des signes physiques dans les magasins de détail Apple avec de tels avertissements. Il a ajouté que les risques de sécurité dont parle Apple sont exagérés. Selon lui, de tels téléchargements sont similaires à ceux d'un PC, qui pourrait contenir des logiciels qui envahissent la vie privée d'un utilisateur ou rassemblent ses données. Et même les applications approuvées par Apple peuvent exposer les clients à des risques en matière de protection de la vie privée. « Moralement parlant, c'est votre téléphone et vous devriez pouvoir en faire ce que vous voulez », a déclaré Freeman.


« Vous devriez pouvoir décider des applications que vous y mettez, et vous devriez pouvoir décider d'où vous obtenez ces applications », a-t-il ajouté. En 2009, l'Office américain du droit d'auteur (USPTO) a établi que débridage n'était pas une activité illégale, après qu'Apple eut fait valoir qu'elle violait la loi. « La possibilité pour les gens de s'évader et d'installer leurs propres logiciels sur des appareils est importante et a permis aux gens de faire beaucoup de choses intéressantes », a déclaré Kurt Opsahl, directeur exécutif adjoint et avocat général de l'Electronic Frontier Foundation (EFF).

L'EFF est un groupe de défense des technologies à but non lucratif qui a contribué à obtenir l'exception légale pour les débridages. Kurt Opsahl a déclaré qu'avec un seul magasin d'applications pour installer des logiciels sur les iPhone, il se demande si le processus d'installation des applications est équitable. « Comment vont-ils utiliser ce pouvoir de monopole ? », a-t-il demandé. Après avoir perdu son argument devant l'Office des droits d'auteur, Apple a continué ses tentatives pour arrêter Cydia. Elle a rendu le débridage plus difficile en ajoutant des barricades supplémentaires contre l'installation de logiciels extérieurs sur le téléphone.

Dans le même temps, Apple a ajouté de nouvelles fonctionnalités qui étaient auparavant disponibles sur Cydia. Le centre de contrôle d'Apple, ses notifications à bulles et la possibilité de répondre immédiatement aux messages texte sur l'écran d'accueil sont tous issus de Cydia.

Apple est finalement sorti vainqueur de son bras de fer avec Cydia

Selon la plainte déposée par Cydia jeudi, Apple a utilisé des termes "coercitifs" pour essayer d'empêcher les clients d'Apple d'utiliser Cydia ou tout autre moyen alternatif d'installer des logiciels et a découragé les développeurs d'utiliser des services comme Cydia. Selon Freeman, les revenus de Cydia ont atteint un sommet en 2011 et 2012, lorsqu'elle a rapporté environ 10 millions de dollars. En effet, Cydia, comme Apple, a facturé aux développeurs d'Apple une commission sur les ventes. Mais en 2013, alors que l'App Store d'Apple gagnait en puissance et en importance, les affaires de Cydia ont commencé à se tarir.

Apple a également commencé à embaucher d'anciens "jailbreakers (débrideurs)" pour travailler dans son équipe de sécurité. Freeman a déclaré que certaines de ces personnes étaient ses amis. « Quand Robin des Bois est prêt à travailler pour le shérif de Nottingham parce qu'ils ont des arbalètes cool, c'est comme si on lui demandait "Qu'est-ce que tu faisais ? ;" », a-t-il dit. Il estime que débrider un iPhone est devenu si difficile que de nombreux membres de la communauté des jailbreakers ont jeté l'éponge et sont passés à autre chose, et certains ont déclaré que cette pratique était pratiquement morte.


Freeman travaille toujours dans le développement de logiciels, mais passe moins de temps sur Cydia, qui existe toujours, mais est beaucoup moins populaire qu'autrefois. Il est responsable de la technologie pour une société de logiciels de protection de la vie privée appelée Orchid et il est un élu en Californie, siégeant au conseil d'administration du district des services communautaires d'Isla Vista dans le comté de Santa Barbara. Les avocats de Freeman chez Quinn Emanuel, le même cabinet qui a représenté Samsung dans sa guerre des brevets avec Apple, affirment que le moment est enfin venu pour Cydia de s'attaquer à Apple au tribunal.

« Le climat juridique pour cette plainte a changé », a déclaré Stephen Swedlow, l'avocat principal de Cydia. Swedlow a déclaré qu'il a observé d'autres poursuites, y compris celle déposée par Epic, et il croit que Cydia pourrait être le "parfait demandeur" pour une affaire antitrust contre Apple. Il a aussi déclaré que si le procès aboutissait, Cydia viserait à concurrencer à nouveau Apple, cette fois-ci sans avoir besoin de faire du débridage. En outre, Swedlow a déposé une plainte contre Facebook la semaine dernière au nom des personnes qui utilisent le réseau social.

Enfin, Quinn Emanuel représente aussi Blix, un fabricant de logiciels de courrier électronique, dans une autre plainte contre Apple, qui a récemment été rejetée par la cour fédérale. « D'autres procès soulignent qu'Apple n'a aucun concurrent en matière de distribution d'applications iOS. Mais Cydia était ce concurrent. Et il avait des millions d'adeptes. Puis, Apple a pris des mesures anticoncurrentielles pour éliminer Cydia », a déclaré Swedlow.

Source : The Washington Post

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Pavel Durov, cofondateur de Telegram, demande une loi pour contraindre Apple à permettre aux utilisateurs iOS de télécharger des applications via d'autres magasins que l'App Store

Epic et d'autres éditeurs de contenus sur iOS estiment que la décision d'Apple de réduire sa commission est une décision calculée pour diviser les créateurs d'apps et préserver son monopole

Apple indique à la Cour qu'Epic met en danger tout le modèle économique de l'App Store avec sa demande d'injonction dans laquelle l'éditeur sollicite le retour de Fortnite sur la vitrine iOS

L'enquête antitrust du gouvernement américain et des États sur Google approche la ligne d'arrivée, le ministère de la Justice cherchant les documents finaux pour mener à bien son enquête

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de archqt
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/12/2020 à 20:10
De façon logique, on a obligé les terminaux à proposer plusieurs moteurs de recherche. Pourquoi cela ne pourrait il pas être pareil pour installer un magasin d'applications ?
3  0 
Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/12/2020 à 19:48
Quel est votre avis sur le sujet ?

Quand j'ai lu tous les "prétendument" dans l'article, j'ai rie.

"...il (Apple) utilise prétendument son pouvoir pour maintenir sa position dominante sur son App Store."

De fait, l'environnement d'Apple et monopolistique, puisqu'il n'y a en effet aucune concurrence possible sur le marché Apple.

Maintenant, ça a toujours été comme ça et ça semble normale et toléré par toutes les juridictions depuis l'invention de l'informatique, donc c'est vraiment hypocrite de venir chercher réparation maintenant qu'Apple est plein aux as.

Et puis bon, tous les fabricants ont quelque part chacun un monopole dans leurs propre domaine, merci les brevets .
En fin de compte, c'est maintenant qu'il y a de l'argent à prendre que les politiques s'en occupe, alors que ça fait des années que certaines associations se batte pour dénoncer ces situations et que les juridictions leurs transmettent majoritairement une fin de non recevoir.
1  4