IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les connexions aux services cachés du réseau Tor sont plus nombreuses dans les pays politiquement libres que dans ceux qui ne le sont pas,
D'après des chercheurs

Le , par Axel Lecomte

79PARTAGES

4  0 
Créé en 2002, The Onion Router (Tor) n'a cessé de faire parler de lui depuis sa création il y a près de vingt ans. Pour certains, ce réseau d'anonymat leur offre un service essentiel, car il contribue à protéger leur vie privée en ligne. Ces personnes affirment également que le réseau Tor leur permet de contourner la censure, notamment dans les pays politiquement libres. D'autres, en revanche, insistent sur le fait que les services de Tor protègent les actes malveillants des criminels, tels que la distribution d'images d'abus d'enfants ou encore le trafic de drogues illégales. Actuellement, malgré la polémique qui a fait rage depuis sa création ainsi que ses nombreux concurrents, Tor est devenu le plus grand réseau d'anonymat au monde.


Le lundi 30 novembre 2020, les chercheurs ont publié les résultats de leurs études qui fournissent une estimation visant à mesurer les inconvénients et les avantages potentiels de Tor. Après avoir recueilli des données à partir des nœuds d'entrée de Tor, les chercheurs ont constaté qu’au cours d'une journée moyenne, 6,7% des utilisateurs du réseau Tor sont connectés à « Onion/Hidden Services », le service caché du réseau. Comme ils l'ont indiqué, il est très probable que ces utilisateurs fassent un usage disproportionné de ce service à des fins illégales. En outre, ils affirment qu'au niveau mondial, il y a un déséquilibre entre l'utilisation bénéfique et l'utilisation malveillante de Tor. Cependant, cela dépend des conditions politiques d'un pays, puisque les connexions aux services cachés de ce réseau étaient beaucoup plus élevées dans les pays considérés comme politiquement libres par rapport aux pays non libres.

Bien que ces 6,7 % d'utilisateurs ne soient pas répartis uniformément sur le plan géographique, les chercheurs ont observé que 7,8 % d'entre eux se connectent à partir de pays politiquement libres. En revanche, seuls 4,8 % se connectent à des services cachés dans des pays considérés comme non libres politiquement.

« Le réseau d'anonymat Tor peut être utilisé à des fins licites et illicites. Nos résultats fournissent une estimation claire, quoique probabiliste, de la mesure dans laquelle les utilisateurs de Tor s'engagent dans l'une ou l'autre forme d'activité. En général, les utilisateurs de Tor dans les pays politiquement « libres » sont beaucoup plus susceptibles d'utiliser le réseau de manière probablement illicite. Une foule de questions supplémentaires subsistent, étant donné la nature anonyme de Tor et d'autres systèmes similaires tels que I2P et Freenet. Nos résultats suggèrent étroitement, cependant, que les utilisateurs de Tor dans des régimes plus répressifs « non libres » ont tendance à être beaucoup plus susceptibles de s'aventurer via le réseau Tor pour effacer le contenu Web et sont donc comparativement moins susceptibles d'être engagés dans des activités qui seraient largement considérées, mal intentionnées », peut-on lire dans un article écrit par les chercheurs.

Il est important de noter que ces estimations proviennent d'un échantillon de 1 % des nœuds d'entrée de Tor. La recherche a été menée du 31 décembre 2018 au 18 août, mais une interruption de la collecte de données a eu lieu entre le 4 mai et le 31 mai. Pour ce faire, les chercheurs ont analysé les résultats des recherches dans les annuaires et d'autres signatures de trafic. Cela leur permet de distinguer si un client utilise le réseau Tor dans le but de consulter des sites web normaux (Clear Web) ou des services anonymes (Onion/Hidden Service), plus précisément le Dark Web.

Bien que les estimations soient basées sur une multitude d'hypothèses, les chercheurs ont donc reconnu qu'elles n'étaient pas parfaites. D'autre part, les résultats peuvent être utiles à ceux qui cherchent à comparer les avantages et les inconvénients de Tor.

« Ces résultats ont un certain nombre de conséquences pour la recherche et les politiques. Premièrement, les résultats suggèrent que les technologies garantissant l'anonymat tel que Tor présentent un défi de politique publique clair et incluent un contexte politique et des composantes géographiques clairs. Ce défi politique est appelé dans la littérature le « dilemme du Dark Web ». À la racine du dilemme se trouve le soi-disant « principe du préjudice » proposé dans On Liberty de John Stuart Mill. Dans ce principe, il est moralement permis d'entreprendre toute action tant qu'elle ne cause pas de tort à quelqu'un d'autre.

Le défi du réseau d'anonymat Tor, comme le laisse entendre sa nature à double usage, est que les solutions politiques maximales promettent toutes de nuire à une partie. Le fait de laisser le réseau Tor en place et à l'abri des enquêtes policières est susceptible d'entraîner des préjudices directs et indirects résultant du système utilisé par les personnes impliquées dans l'exploitation des enfants, le commerce de drogues et la vente d'armes à feu, bien que ces préjudices soient bien sûr très importants, hétérogènes du point de vue de leurs impacts sociaux négatifs potentiels et certains, comme l'usage personnel de drogues, peuvent également avoir des coûts essentiellement individuels dans certains cas.

À l'inverse, le simple fait de travailler pour fermer Tor causerait du tort aux dissidents et aux militants des droits humains, en particulier, nos résultats suggèrent, dans des régimes plus répressifs, moins politiquement libres, où les protections technologiques sont souvent les plus nécessaires.

Nos résultats montrant la répartition inégale des utilisateurs licites et illicites probables de Tor à travers les pays suggèrent également qu'il pourrait y avoir une conflagration des politiques publiques imminente à l'horizon. Le réseau Tor, par exemple, fonctionne sur entre 6000 et 6500 nœuds de bénévoles. Bien que ces nœuds soient répartis dans un certain nombre de pays, il est plausible que nombre de ces points d'infrastructure se regroupent dans des pays démocratiques libéraux politiquement libres. De plus, le projet Tor, qui gère le code derrière le réseau, est une organisation à but non lucratif constituée aux États-Unis et fait remonter ses origines intellectuelles et une grande partie de ses ressources financières au gouvernement américain.

En d'autres termes, une grande partie de l'infrastructure physique et protocolaire du réseau d'anonymat Tor est regroupée de manière disproportionnée dans des régimes libres, en particulier aux États-Unis. Lier cette tendance à une interprétation stricte de nos résultats actuels suggère que les préjudices du réseau d'anonymat Tor se concentrent dans les pays libres hébergeant l'infrastructure de Tor et que les avantages se regroupent dans des régimes extrêmement répressifs de manière disproportionnée. », ont écrit les chercheurs.

Pour leur part, les responsables du projet Tor ont rapidement mis les choses au clair concernant ces résultats et ces hypothèses, en déclarant qu'il s'agissait d'une « hypothèse erronée ».

« Les auteurs de ce document de recherche ont choisi de classer tous les sites .onion et tout le trafic vers ces sites comme «illicite» et tout le trafic sur le « Clear Web » comme « licite ». Cette hypothèse est erronée. De nombreux sites Web, outils et services populaires utilisent les services d'oignon pour offrir à leurs utilisateurs des avantages en matière de confidentialité et de contournement de la censure. Par exemple, Facebook propose un service d'oignon. Les agences de presse mondiales, dont le New York Times, la BBC, la Deutsche Welle, Mada Masr et Buzzfeed, proposent des services d'oignon », a écrit dans un email Isabela Bagueros, directrice exécutive du projet Tor.

« Nous attendons avec impatience d'entendre les chercheurs décrire leur méthodologie plus en détail, afin que la communauté scientifique ait la possibilité d'évaluer si leur approche est précise et sure. La copie du document fourni ne décrit pas leur méthodologie, il n'y a donc aucun moyen pour le projet Tor ou d'autres chercheurs d'évaluer l'exactitude de leurs conclusions », a-t-elle conclu.

Source : Rapport

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Voir Tor, Kali Linux ou une VM sur le PC d'un enfant serait le signe qu'il est un pirate informatique, d'après des autorités, qui demandent à être prévenues pour donner de meilleures orientations
Le FBI aurait réussi à casser le service d'anonymat du réseau Tor pour arrêter Eric Marques, un magnat du darknet, qui a plaidé coupable
Tor serait financé en grande partie par des agences gouvernementales américaines, et coopérerait avec des agences du renseignement
Des chercheurs s'intéressent au Réseau anonyme Tor, ils découvrent des relais sortant compromettant la sécurité et la confidentialité du réseau
Tor, activement surveillé par la NSA, qui marquerait comme « extrémiste » ses utilisateurs et ceux de Linux Tails

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 10/12/2020 à 0:08
C'est moi ou les scientifiques de cette étude sont partis avec un sérieux biais de confirmation ?

Le raisonnement du "si vous cherchez à vous protéger, c'est que vous vous préparez à attaquer !" est d'un puéril... s'en est infantilisant.
- si j'achète un gant de maille... c'est pas pour égorger des gens, c'est parce que je fait de la cuisine avec des ustensiles dangereux ...ou que je fait de la reconstitution, ou du GN.
- si j'achète une casquette, c'est pas pour cacher mon visage pour commettre un délit... mais pour le style, me protéger du soleil, ou masquer un problème manifeste sur ma tête.
- si j'achète un gilet pare-balle, c'est pas pour faire une fusillade, c'est parce que je craints pour ma vie, ou que je côtoie régulièrement des armes à feu, et que j'ai une confiance relative en leur porteurs
- si j'achète un parachute, c'est pas pour un attentat à l'avion, mais parce que je fait du saut en chute libre, ou parce que j'ai très peur en avion ^^'
- si j'achète un préservatif, c'est pas pour violer des gens, c'est parce que je veux pouvoir faire l'amour sans être à court de protections (si besoin il y a).
...

Et la variante du "si vous n'avez rien à vous reprocher, vous n'avez rien à cacher" est d'un faux... vive l'intimité et la pudeur !!
...je ne filerait jamais mes clef de voiture, de maison, mes numéros de compte en banques, mes mots de passes, etc. à mon voisin, sous prétexte qu'il propose gratuitement de les garder pour moi et que je n'ai rien à cacher... aussi intègre soit-il !
Et c'est pareil pour l'achat d'objet dangereux ...soit on est préjugé coupable, et alors il faut un permit de port et d'usage pour tout ce qui est dangereux, soit on est présumé innocent, et alors on ne peut pas juger avant entreprise de l'acte en question. Le problème des discours liberticides actuels, c'est qu'ils appliquent le raisonnement que pour les solutions favorisant espionnage et surveillance. =,='

La seule certitude qui ressort, est la répartition géographique hétérogène de l'usage des .onion

Que pensez-vous de l'usage de TOR pour la plupart des utilisateurs ...est-ce majoritairement des personnes avec quelques connaissances minimales en réseau qui ont été sensibilisé à la problématique technique de l'anonymat ? ...ou bien est-ce plutôt des néophyte (en réseau) à qui on a juste conseiller TOR pour un meilleur anonymat ?
--> selon vous, la réponse à cette question impacte-t-elle notablement l'interprétation statistique licite / illicite de l'usage d'un .onion, si cela concerne majoritairement des technophiles sensibilisés en réseau ? (ou des personnes directement touché par la problématique ..comme des lanceurs d'alerte)
1  0