Tout savoir sur le Cloud Computing et ses différents modèles
Avec Oracle "qui est ouvert et le restera"

Le , par Katleen Erna, Expert éminent sénior
Tout savoir sur le Cloud Computing et ses différents modèles, avec Oracle

Ce 7 avril 2011, Oracle organisait son Cloud Summit annuel en plein coeur du quartier d'affaires de la Défense à Paris. Salariés de l'entreprise, décideurs informatiques et partenaires étaient tous réunis pour parler du Cloud Computing, et de ce que son utilisation peut apporter à une entreprise.

Et la journée fut riche d'enseignements à ce propos.

Un peu après 9h00, Richard Frajnd, VP pour Oracle France, a clamé haut et fort qu' "Oracle est ouvert et le restera", avant de faire un point sur les différentes thématiques qui seront abordées dans la journée.



L'homme était fier d'annoncer que les plus grandes firmes, dont Facebook, Google et Amazon ; utilisent les solutions d'Oracle pour faire du Cloud computing. Notamment avec ses "offres ouvertes" Exadata "première machine d'une nouvelle génération", et Exalogic pour lequel "tout un tas de nouvelles appliances vont arriver" : deux machines "typiques dans la mise en place de Cloud Oracle".

Puis c'est parti pour une "traversée des nuages".

Rick Schultz, VP Technology Product Marketing pour la maison mère américaine, monte sur scène et commence par expliquer qu'il n'y a pas une seule définition du Cloud, mais plusieurs en fonction des différentes personnes et de leurs attentes et perspectives respectives.

Un client déclare ainsi dans une vidéo que "le cloud offre quelque chose qui n'avait jamais existé", tandis qu'une dame déclare qu'il est "haut dans la stratosphère, aussi haut qu'est allée l'imagination des ingénieurs qui l'ont créé".



De son côté, Oracle aime retenir la définition d'une technologie qui permet un accès partagé à des ressources informatiques à plusieurs niveaux, et en souligne 5 caractéristiques essentielles :

- Le regroupement de ressources
- L'élasticité
- Self-service à la demande
- Service mesuré
- Accès à un vaste réseau

Les deux premières sont très importantes, mais pas spécifiques au Cloud. "On les utilise pour consolider les datacenters".

Les trois modèles de services sont rapidement rappelés (Saas, Paas et Iaas) ; puis du temps est pris pour tenter de faire la part des choses entre les différents modèles de déploiements.

Ils sont quatre, et le premier abordé est le Private Cloud, qui est "contrôlé, mis en place, hébergé et administré par les départements IT des entreprises eux-même". Ce type de Cloud ne peut être utilisé exclusivement que par la compagnie qui l'a installé (intranet).

Ses avantages majeurs sont une réduction des coûts (financiers, énergie), un meilleur management des charges de travail et l'agilité.

A l'opposé, il y a le Public Cloud, qui lui est hébergé et géré par un fournisseur de Cloud, en dehors de l'entreprise. Il se partage entre plusieurs utilisateurs et compagnie, puisqu'il n'est pas privé. Il est un peu plus coûteux globalement que son frère Private, mais évidemment beaucoup moins contraignant car non géré par l'entreprise.

En revanche, on peut moins le contrôler, y compris au niveau de la sécurité.



Les autres modèles, notamment le Cloud Hybride, seront évoqués plus tard dans la présentation.

Mais pour en revenir à ces deux modèles diamétralement opposés, il convient de bien savoir ce que l'on veut pour faire son choix ; et réfléchir à la meilleure compatibilité possible avec les infrastructures déjà en place (datacenters, applications, etc.).

Rick Schultz présente ensuite les résultats d'une étude réalisée il y a six mois (fin septembre 2010) en collaboration avec des users groups Oracle. "Ces résultats seraient sûrement plus élevés au niveau de l'adoption, si le sondage avait été effectué aujourd'hui", ajoute-t-il.

Dans les grandes lignes, ces chiffres démontrent ceci :

- Le Paas est émergeant
- Le Cloud publique sera toujours moins adopté que le Cloud privé
- 28,6% des sondés ont déployé un Private Cloud et 15% l'envisagent
- Les deux services Cloud privés les plus utilisés sont l'App Server as a service, et la base de donnée as a service
- Sur la globalité des entreprises interrogées, 13,8% utilisent du cloud publique et 11.2% l'envisagent

Le speaker s'attarde alors un peu sur le Paas, qui est "au coeur de la stratégie private cloud d'Oracle et très demandé par les utilisateurs". Il "augmente la flexibilité et le contrôle tandis qu'il minimise l'outillage manuel".

On entre ensuite plus en profondeur dans le catalogue Oracle, qui est riche en solutions Cloud. Déjà, dans le privé, avec des applications pour plateforme partagée, des BDD et middleware pour Paas et du hardware et des systèmes pour le Iaas. Aussi, dans le publique, les services Oracle On Demand (qui diffèrent de CRM On Demand), Oracle sur des clouds publics de tiers, etc.

Sans oublier de nombreuses technologies d'aide à l'intégration (y compris des données déjà présentes) et à la sécurisation.

Du côté de la consolidation des bases de données, la virtualisation des serveurs et le clustering sont les deux clés les plus importantes selon Oracle.

Les projecteurs se posent ensuite sur Exadata, le datacenter aux grandes capacités de stockage qui peut prendre en charge la masse de travail d'une base de données avec ses 5 terrabytes flash internes, et réaliser des compressions de données à hauteur d'un ratio de 10 fois (suivant les configurations).

Le produit connaît un bon succès et de plus en plus d'utilisateurs, dont de très grands groupes (BNP Paris, Bank of America, etc.) qui, satisfaits, témoignent de ses qualités et mettent en exergue trois points forts : l'économie d'espace, le powerusage et les facilités de maintenance.

Morceaux choisis des retours clients : "Les tâches de maintenance qui demandaient des heures se font maintenant en minutes avec Exadata V2" ; "Nous sommes passés de la génération de près de 2500 rapports par heure à 800,000 rapports par heure" ; "Nous avons remplacés 11 boîtiers par un seul boîtier Exadata" ; "Nous économisons 12% d'énergie".

Mais devant lui, il y a Exalogic, "le numéro 1 sur le marché", s'enthousiasme Rick, qui représente "le meilleur rapport qualité/prix par rapport à Java". Sous le capot, 30 serveurs, 360 coeurs, 2.8 TB de DRAM, un disque solid-state de 960 GB, 40TB de stockage disque SAS, 4TB de cache lecture et 72 GB de cache écriture ; mais aussi le serveur applicatif de référence Oracle WebLogic Server et le logiciel Exalogic. "Une combinaison de nos meilleurs hardwares et softwares", résume le présentateur.



La machine, un système logiciel et matériel intégré, est ensuite l'objet d'une démonstration sur iPad avec Exalogic Elastic, qui montre une gestion claire et simple via Oracle Cloud Enterprise Management ("pas besoin de 90 outils différents pour manager une plateforme entière", nous commente-t-on pendant la démonstration).

Enfin, Oracle conseille fortement à tous les décideurs informatiques de faire le voyage à San Francisco en octobre, pour sa grande convention annuelle Oracle Open World, où plus de 40.000 personnes seront présentes. Un évènement très riche, qui fait gagner "près de 6 mois de rendez-vous en l'espace de 3 jours".


Vous avez aimé cette actualité ? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :


 Poster une réponse

Avatar de Apocalyps Apocalyps - Membre habitué https://www.developpez.com
le 17/04/2011 à 22:00
Oracle est ouvert et le restera

[TROLL]
Elle est bonne celle là ^^ vous en avez d'autres ?
[/TROLL]

Avatar de Traroth2 Traroth2 - Expert éminent sénior https://www.developpez.com
le 18/04/2011 à 16:28
Quand on se rappelle les déclarations de Larry Elison concernant le cloud à ses débuts, il y a une certaine ironie à voir Oracle se poser maintenant en champion...
Avatar de PetBosse PetBosse - Candidat au Club https://www.developpez.com
le 20/04/2011 à 13:28
La déclaration du VP d’Oracle France Richard Frajnd « Oracle est ouvert et le restera » ressemble étrangement à celle du général Charles de Gaulle en 1967 au Québec qui était : « Vive le Québec! Vive le Québec libre! ». Nos Français sont vraiment trop généreux… ;-)
Avatar de tresorunikin tresorunikin - Membre habitué https://www.developpez.com
le 21/04/2011 à 18:05
vous avez dit "Tout Savoir sur...", pourtant y a pas de définition du terme lui-même ds l'introdutionn, ...!
heureusement qu'il y a ceci pour nous donner l'idée
Offres d'emploi IT
Responsable protection des données H/F
Safran - Ile de France - Magny-les-Hameaux (78114)
Expert décisionnel business intelligence H/F
Safran - Ile de France - Évry (91090)
Spécialiste systèmes informatiques qualité et référent procédure H/F
Safran - Ile de France - Colombes (92700)

Voir plus d'offres Voir la carte des offres IT
Contacter le responsable de la rubrique Accueil