Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Epic et d'autres éditeurs de contenus sur iOS estiment que la décision d'Apple de réduire sa commission est une décision calculée
Pour diviser les créateurs d'apps et préserver son monopole

Le , par Stéphane le calme

200PARTAGES

9  0 
L'App Store et le Google Play pratiquent un taux de commission de longue date, ils facturent automatiquement 30 % de commission sur tous les achats dans une application. Par exemple, Apple exige que les développeurs iOS utilisent son système de paiement in-app propriétaire et qu'ils versent une commission de 30 % sur les achats effectués dans une application pour débloquer une fonctionnalité ou accéder à un service supplémentaire. Dans le cadre d'un abonnement, le même taux de 30 % s’applique lors de la première année et passe à 15 % à partir de la seconde année.

Sur le Google Play, le même principe des 30 % s’applique que ce soit pour les applications payantes, les paiements intégrés ou les abonnements (pour la première année). Depuis le 1er janvier 2018, la commission de Google est passée à 15 % pour les abonnements qui sont conservés après 1 an. Avec ce système de rémunération des développeurs et des fournisseurs des plateformes, Apple a déclaré avoir versé 155 milliards de dollars aux développeurs depuis 2008, l'année où le magasin d'applications a vu le jour.

Si l’on considère qu’en janvier 2019, l’entreprise avait déclaré qu’elle avait versé 120 milliards de dollars, cela revient à dire qu’en 2019, 35 milliards de dollars ont été versés aux développeurs. À partir de là, on peut conclure qu’Apple seul a perçu environ 15 milliards de dollars pour la seule année 2019 contre 35 milliards de dollars pour l’ensemble des développeurs de la plateforme iOS. Et pour ce qui concerne les gains perçus par Google, les montants se chiffrent en milliards de dollars également.

Cependant, de plus en plus de développeurs et d'entreprises ont commencé à s'opposer à cette pratique, estimant qu'Apple n'a pas le droit de les obliger à se limiter à cela alors qu’il déclare que l’App Store est un endroit sûr pour l’innovation. Ils l’accusent de ce fait d'avoir recours à des pratiques monopolistes et anticoncurrentielles. À ce jour, Epic Games, Netflix, Kindle, Spotify, Match Group, Deezer et Tile, etc., représentent la ligne de front de ce conflit entre Apple et les développeurs iOS, regroupés en coalition pour tenter de le faire plier.

Sous pression et vivement critiqué depuis quelques mois, Apple a annoncé la création d'un nouveau programme spécial qui réduit la commission de l'App Store à 15 %. Le nouveau programme est baptisé Small Business et est dirigé à l'endroit des PME gagnant jusqu'à 1 million de dollars par an. Small Business représente l'un des changements les plus significatifs dans la manière dont les développeurs iOS gagnent de l'argent dans l'histoire du marché des applications numériques du fabricant d'iPhone. Small Business permettra également à tout développeur qui gagne moins d'un million de dollars de ventes annuelles avec toutes ses applications de bénéficier d'une réduction de 15 % sur l'App Store sur toutes les recettes des applications payantes et les achats in-app.


Spotify et Epic dénoncent une manœuvre

Cette réduction devrait s'appliquer à environ 98 % des développeurs d'applications iOS qui n'ont généré que 5 % des revenus de l'App Store l'année dernière, selon la société d'analyse Sensor Tower. Mais ceux qui ne sont pas éligibles incluent Epic, Spotify et de nombreux grands éditeurs d'applications qui ont, ces derniers mois, exprimé une inquiétude croissante quant à la façon dont Apple gère l'App Store et les règles qu'il impose aux développeurs.

Apple a présenté cette décision comme un moyen d'alléger le fardeau financier lié au fait d'être un petit développeur d'une application ou un créateur de jeux indépendants et d'aider davantage les créateurs pendant la pandémie de covid19. Mais Epic et Spotify considèrent cette décision comme un geste pour apaiser les critiques et les régulateurs tout en faisant peu pour résoudre ce que les entreprises considèrent comme des problèmes systémiques avec la structure de l'App Store et l'écosystème iOS.

Rappelons qu'Epic avait décidé d'appliquer ses propres règles en matière de paiement en proposant aux joueurs de Fortnite de procéder à des paiements via le canal d'Apple ou en passant par la propre solution de paiement d'Epic, moins onéreuse. Cette méthode faisait donc perdre la commission de 30 % d'Apple et a été le moteur de la bataille judiciaire qui oppose les deux structures.

« Il y aurait lieu de se réjouir si Apple n’avait pas pris la décision calculée de diviser les créateurs d’applications et de préserver son monopole sur les magasins et les paiements, rompant ainsi une fois de plus la promesse de traiter tous les développeurs sur un pied d’égalité », a regretté Tim Sweeney, le PDG d'Epic. « Mais les consommateurs continueront de payer des prix gonflés majorés par la taxe Apple », a-t-il continué.

Spotify a publié sa propre déclaration, qualifiant les règles de l'App Store « d'arbitraires et capricieuses », indépendamment de ce changement récent et citant des arguments antitrust contre la politique de longue date d'Apple consistant à exiger que les développeurs utilisent son propre système de paiement au lieu de l'un des leurs ou de celui d'un tiers :

« Le comportement anticoncurrentiel d'Apple menace tous les développeurs sur iOS, et cette dernière initiative démontre en outre que leurs politiques App Store sont arbitraires et capricieuses. Bien que nous trouvions que leurs frais sont excessifs et discriminatoires, la liaison par Apple de son propre système de paiement à l'App Store et les restrictions de communication qu'il utilise pour punir les développeurs qui choisissent de ne pas l'utiliser, mettent des applications comme Spotify dans une situation désavantageuse par rapport aux services concurrents. Veiller à ce que le marché reste compétitif est une tâche essentielle. Nous espérons que les régulateurs ignoreront la "vitrine" d’Apple et agiront de toute urgence pour protéger le choix des consommateurs, garantir une concurrence loyale et créer des conditions de concurrence équitables pour tous ».

Sweeney a ajouté qu'Android et iOS « doivent être totalement ouverts à la concurrence aussi bien dans les stores que dans les paiements » et qu'Apple « manipule la communauté avec un patchwork d'offres spéciales ». Epic et Spotify contestent l'argument d’Apple selon lequel ses règles s’appliquent à tous les développeurs, argument utilisé par le PDG Tim Cook lors de son témoignage devant le sous-comité antitrust de la Chambre des représentants l’été dernier. Avec sa nouvelle politique séparant les éditeurs d'applications qui gagnent moins d'un million de dollars de ceux qui en font plus, Epic et Spotify voient Apple saper davantage son argument selon lequel l'App Store est un terrain de jeu équitable et égal pour tout le monde.

Coalition for App Fairness condamne également Apple

Epic et Spotify font tous deux partie d'un groupe industriel appelé Coalition for App Fairness, formé fin septembre à la suite des poursuites d'Epic contre Apple et Google. Ce groupe comprend d'autres critiques majeurs d'Apple comme la société mère de Tinder Match Group et le fournisseur de messagerie sécurisé ProtonMail. Le nombre de membres du groupe a déjà doublé et le groupe a aussi publié une déclaration condamnant Apple pour avoir mis en œuvre un « geste symbolique » au lieu de résoudre les problèmes liés aux conditions inégales de l'App Store.

« L'annonce d'aujourd'hui ignore les failles fondamentales de l'App Store », peut-on lire sur le communiqué. Le groupe souligne les points clés ignorés par la décision d'Apple comme le fait qu'Apple exige que les développeurs utilisent son outil pour les paiements ou qu'Apple garde le contrôle des clients. « La Coalition for App Fairness plaide pour des progrès et des changements significatifs. Jusqu'à ce qu'Apple mette à jour ses politiques pour créer un écosystème équitable, les développeurs du monde entier seront au même endroit qu'ils ont toujours été. »

Match Group a publié sa propre déclaration, qualifiant le nouveau programme destiné aux petites entreprises de preuve du « comportement anticoncurrentiel et monopolistique d'Apple »:

« De quelles autres preuves du comportement anticoncurrentiel et monopolistique d’Apple avez-vous besoin ? Si un développeur tombe dans sa catégorie de "biens et services numériques" définie de manière arbitraire - une où Apple opère ou pourrait facilement opérer -, il vous bloque en vous obligeant à utiliser ses systèmes de paiement : en prenant une commission de 15 % de vos ventes et en gardant le contrôle sur vos clients. Et si vous parvenez à augmenter vos revenus de plus d'un million de dollars, ils doublent cette commission - arbitrairement - ce qui rend encore plus difficile la croissance de la startup. »

Sources : Coalition for App Fairness, Apple

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision d'Apple de réduire sa commission de moitié pour les entreprises et développeurs avec un chiffre d'affaires inférieur à un million de dollars l'année ?
Que pensez-vous de l'avis d'Epic qui pense « qu'Apple a pris la décision calculée de diviser les créateurs d’applications et de préserver son monopole sur les magasins et les paiements, rompant ainsi une fois de plus la promesse de traiter tous les développeurs sur un pied d’égalité » ?
Spotify : « Le comportement anticoncurrentiel d'Apple menace tous les développeurs sur iOS, et cette dernière initiative démontre en outre que leurs politiques App Store sont arbitraires et capricieuses. Bien que nous trouvions que leurs frais sont excessifs et discriminatoires, la liaison par Apple de son propre système de paiement à l'App Store et les restrictions de communication qu'il utilise pour punir les développeurs qui choisissent de ne pas l'utiliser, mettent des applications comme Spotify dans une situation désavantageuse par rapport aux services concurrents ». Qu'en pensez-vous ?
Coalition for App Fairness : « l'annonce d'aujourd'hui ignore les failles fondamentales de l'App Store », notamment le fait qu'Apple exige que les développeurs utilisent son outil pour les paiements ou qu'Apple garde le contrôle des clients. Partagez-vous ce point de vue ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !