Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Huawei procède à la vente de sa marque de smartphone Honor, pour tenter d'échapper aux sanctions américaines
Et s'approvisionner en composants électroniques afin de maintenir la marque en vie

Le , par Stéphane le calme

41PARTAGES

5  0 
Mardi 17 novembre, Huawei Technologies a annoncé avoir vendu sa marque de téléphone Honor à un consortium d’une trentaine d’entreprises chinoises comprenant des distributeurs, des agents et d’autres sociétés dont la survie dépend de celle de la marque. L’objectif de la manœuvre est simple : tenter d’échapper aux sanctions américaines et s’approvisionner en composants électroniques afin de maintenir la marque en vie.

Rappelons qu’en mai 2019, le président américain Donald Trump a signé un décret établissant les bases pour empêcher des entreprises de télécommunications chinoises telles que Huawei de vendre du matériel aux États-Unis, visant à neutraliser la capacité de Beijing à compromettre les réseaux sans fil et les systèmes informatiques américains de la prochaine génération. L’ordonnance interdit l’achat ou l’utilisation de toute technologie de communication produite par des entités contrôlées par « un adversaire étranger » et susceptible de créer un « risque de sabotage indu » des systèmes de communication américains ou des «effets catastrophiques» sur l’infrastructure américaine.

Le même mois, le ministère américain du Commerce a pris une mesure distincte, mais connexe, interdisant aux entreprises américaines de traiter avec Huawei et 70 affiliés en les ajoutant à la « liste d'entités » (une décision qui interdit donc à la société d’acquérir des composants et des technologies auprès de sociétés américaines sans l’approbation du gouvernement). L'administration a engagé une action similaire à l'encontre de ZTE, une autre entreprise de télécommunication chinoise, pour violation présumée des sanctions américaines sur l'Iran.

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré que le président Donald Trump avait soutenu la décision « d'empêcher que des entités sous contrôle étranger utilisent la technologie américaine de manière potentiellement préjudiciable à la sécurité nationale ou aux intérêts de la politique étrangère des États-Unis ». Huawei, qui affirme que ses produits ne représentent pas une menace pour la sécurité, a indiqué qu’il était « prêt et disposé à s’engager avec le gouvernement américain et à proposer des mesures efficaces pour assurer la sécurité des produits ».


Le consortium d’acheteurs a publié mardi un communiqué annonçant l'achat, qui se fera via une nouvelle société, Shenzhen Zhixin New Information Technology. « Cette acquisition est un investissement dicté par le marché, afin de sauver la chaîne industrielle de Honor », a indiqué le consortium. « C’est la meilleure solution pour protéger les intérêts des consommateurs, des vendeurs, des fournisseurs, des partenaires et des employés de Honor ».

Après cette vente, Huawei ne dispose plus d’aucune action et « n’est plus impliqué dans la gestion des affaires ni dans les prises de décision de la nouvelle entreprise Honor », a précisé l’entreprise dans un communiqué. La grande enseigne chinoise des télécoms affirme que sa production d’appareils grand public « est soumise à de terribles pressions » en raison de « l'indisponibilité persistante d'éléments techniques » suite aux sanctions américaines et espère que « la vente aidera les vendeurs et les fournisseurs de Honor à surmonter cette période difficile » et qu’en s’éloignant de cette activité, la marque Honor pourra à nouveau bénéficier d’approvisionnements en composants.

« Cette décision a été prise par la chaîne industrielle d'Honor pour assurer sa propre survie », a déclaré Huawei.

Le changement de propriétaire n’aura pas d’incidence sur l’orientation du développement d’Honor, selon les deux déclarations.

Aucun chiffre pour l'accord n'a été donné.

Des sources bien informées en la matière affirment que les restrictions du gouvernement américain ont contraint le deuxième plus grand fabricant de smartphones au monde, après Samsung Electronics de Corée du Sud, à se concentrer sur les smartphones haut de gamme et ses activités orientées entreprises.

Une source a déclaré mardi que le gouvernement américain n'aurait aucune raison d'appliquer des sanctions à Honor après sa séparation de Huawei.

Honor vend des smartphones via ses propres sites Web et par des détaillants tiers en Chine, où il est en concurrence avec Xiaomi Corp, Oppo et Vivo sur le marché des smartphones d’entrée et milieu de gamme. Il vend également des téléphones en Asie du Sud-Est et en Europe, et livre 70 millions d'unités par an, selon le communiqué de Huawei.

Le magasin de produits électroniques et d'appareils électroménagers Suning.com figure parmi les acheteurs, parmi lesquels plusieurs sociétés d'investissement publiques de la ville natale de Huawei, à Shenzhen.

Honor recherchera plus de partenaires d'investissement à l'avenir, avec la possibilité d'une éventuelle cotation, a déclaré la source.

Huawei a déclaré que ses smartphones haut de gamme étaient également menacés par les sanctions américaines, le responsable de son activité grand public ayant déclaré en août qu'il ne serait pas en mesure de continuer à fabriquer les puces Kirin qui alimentent ses modèles haut de gamme.

Se délester d’Honor donnera à Huawei une certaine « marge de manœuvre» du côté de l'approvisionnement pour son activité haut de gamme tout en se concentrant sur le développement de son HarmonyOS exclusif pour les smartphones », a déclaré Nicole Peng, vice-présidente de la division d’analyse du marché des dispositifs mobiles du cabinet Canalys.

La vente contribuera à soutenir la marque, tout en donnant la possibilité de pouvoir racheter Honor un jour, a déclaré Will Wong, analyste chez IDC. « Il sera plus facile pour Huawei de faire un éventuel rachat à l'avenir auprès de ce consortium, ce qui pourrait ne pas être si facile s'ils le vendent à d'autres fabricants de smartphones ou d'électronique », a-t-il déclaré.

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision d'Huawei ?
Partagez-vous l'avis selon lequel une fois qu'Huawei n'aura plus de parts dans les activités de cette marque, les sanctions américaines sur la vente de composants électroniques vont s'estomper ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/11/2020 à 8:48
cette vente prouve que les sanctions USA ont un gros impacte sur la société, le PDG avait pourtant dit qu'il allait bientôt dominer le monde...
1  4