Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un militant européen de la protection de la vie privée porte plainte contre l'IDFA, l'outil de suivi d'Apple,
Google pourrait également faire face à une plainte pareille prochainement

Le , par Bill Fassinou

143PARTAGES

6  0 
Apple utilise depuis des années un code d'identification unique (IDFA) sur ses appareils afin de permettre aux annonceurs de suivre les utilisateurs et de pouvoir diffuser des publicités personnalisées. Mais ce lundi, un groupe de personnes, dirigé par le défenseur autrichien de la vie privée Max Schrems, a déposé des plaintes contre l'IDFA auprès des autorités allemandes et espagnoles. Le groupe allègue qu'à travers son outil de suivi, Apple collecte, stocke et utilise les informations personnelles des utilisateurs sans leur consentement.

L'identifiant Apple pour les annonceurs (IDFA) et la plainte des activistes

L'IDFA, introduit en 2012, est une chaîne de chiffres et de lettres (Ex. : 7D902I08D-7846-4CA4-TE6P-83369125YFDC) attribuée aux appareils Apple tels que les iPhone, iPad et Apple TV. Il s'agit d'un code de suivi qui est automatiquement généré sur chaque iPhone lors de sa configuration. Les annonceurs utilisent l'IDFA pour identifier les utilisateurs d'iOS, d'iPadOS et de tvOS sur les applications afin de diffuser des publicités personnalisées et ciblées, de plafonner la fréquence d'exécution, de mesurer les performances des campagnes et d'attribuer les impressions et les clics aux installations des applications.

Android de Google possède aussi un identifiant mobile appelé Android Advertising ID (AAID). Il fonctionne de la même manière que l'IDFA d'Apple. Notons que les identifiants mobiles comme l'IDFA et l'AAID sont utilisés pour identifier les appareils dans les applications mobiles, et non dans les navigateurs Web. Si un utilisateur navigue avec le navigateur Safari sur son iPhone, des cookies Web seront utilisés pour l'identifier et serviront à des fins publicitaires. En plus, les identifiants mobiles sont plus persistants que les cookies Web, qui peuvent être facilement bloqués (par exemple avec un bloqueur de publicité) ou supprimés par les utilisateurs.


Les utilisateurs d'iOS et d'Android peuvent réinitialiser leurs identifiants de téléphone portable, mais cette option est souvent enfouie dans les paramètres du téléphone et de nombreux utilisateurs ne savent pas ce que sont ces identifiants, à quoi ils servent, ni même qu'il y a possibilité de les réinitialiser. Cependant, si cet outil d'Apple a toujours fait l'objet de vives critiques, c'est la première action d'envergure de ce type menée contre le groupe technologique américain en rapport avec les règles de l'Union européenne en matière de protection de la vie privée.

L'action en justice a été intentée par NOYB (My privacy is None of Your Business), un groupe de défense des droits numériques fondé par Schrems en 2017 et basé à Vienne en Autriche. NOYB a déjà mené avec succès deux procès historiques sur la protection de la vie privée contre le leader des réseaux sociaux Facebook. La plainte déposée par le groupe en Allemagne et en Espagne qualifie l'IDFA de "dangereux" et irrespectueux des directives européennes sur la protection des données, car Apple l'attribue à un utilisateur et l'utilise pour collecteur ses données personnelles sans son consentement.

« Apple place des codes comparables à un cookie dans ses téléphones sans le consentement de l'utilisateur. C'est une violation flagrante des lois de l'Union européenne sur la protection de la vie privée », a déclaré Stefano Rossetti, avocat de NOYB.

Les changements apportés par Apple à l'IDFA concernant la vie privée

Au fil des ans, Apple a apporté de nombreux changements à l'IDFA dans le cadre de son engagement permanent à rendre ses produits plus respectueux de la vie privée. Au nombre de ceux-ci, on peut citer le LAT (Limit Ad Tracking), la possibilité pour un utilisateur d'accepter d'accorder ou de refuser l'accès aux données de localisation, etc. Le LAT permet à un utilisateur d'iOS de ne pas recevoir de publicité ciblée. Lorsqu'il est activé, l'IDFA de l'utilisateur sera mis à zéro (c'est-à-dire que les chiffres et les lettres aléatoires seront remplacés par des zéros) lorsque les applications et les entreprises de publicité y accèdent.

Avant l'iOS 10, l'IDFA restait toujours utilisable même si un utilisateur avait activé le LAT, mais était accompagné d'une demande de ne pas utiliser l'IDFA. De nombreuses entreprises ont décidé de ne pas honorer cette demande, c'est pourquoi Apple a décidé de supprimer l'IDFA à partir d'iOS 10. Ensuite, Apple a proposé aux utilisateurs de choisir si une application pouvait utiliser leurs données de localisation. Avant iOS 13, les utilisateurs recevaient un message leur demandant si l'application pouvait accéder à leurs données de localisation. Les trois options étaient : toujours, jamais, et "pendant l'utilisation".

Mais cette option a été modifiée en "Autoriser pendant l'utilisation", "Autoriser une fois" et "Ne pas autoriser" dans iOS 13. Si vous vous demandez combien d'utilisateurs d'iOS ont choisi de ne pas partager leurs données de localisation, certains rapports situent le taux de refus entre 50 et 80 %. D'autres changements plus stricts ont suivi dans l'iOS 14, de nouveaux changements qui renforceront la confidentialité et la sécurité des utilisateurs. L'élément qui pourrait avoir le plus d'impact sur les entreprises de publicité et les annonceurs est le contrôle de suivi des applications et la fonction de transparence.


En bref, avant qu'une application puisse accéder à l'IDFA et la transmettre à des entreprises de technologies publicitaires, les utilisateurs devront choisir d'y adhérer. Si un utilisateur autorise le suivi, alors l'IDFA sera disponible pour l'application et pourra être transmis aux fournisseurs de technologies publicitaires et aux MMP (mobile measurement platform). S'ils refusent, l'IDFA sera alors mise à zéro, ce qui la rendra inutile pour tout type de processus publicitaire. Ces différentes mesures devraient entrer en vigueur cet automne, mais en septembre, Apple a déclaré qu'il reporterait ce projet au début de l'année prochaine.

Pour cause, de nombreuses entités, particulières et entreprises, comme Facebook par exemple, se sont plaintes du fait que ces changements pourraient détruire des pans de leurs activités. Cependant, selon la plainte de NOYB, les nouvelles règles prévues par Apple n'y changeraient rien, car elles limiteraient l'accès des tiers, mais pas celui d'Apple. Selon Counterpoint Research, un cabinet d'analyse de marché, Apple représente un smartphone sur quatre vendus en Europe. En outre, Apple a fait l'objet d'une plainte antitrust en France le mois dernier en rapport avec ses changements.

Dans la plainte, des groupes publicitaires se sont opposés aux changements prévus en matière de protection de la vie privée, affirmant qu'ils donnaient à Apple un avantage déloyal. Le groupe d'activistes a fait savoir que les revendications ont été faites au nom d'un consommateur individuel allemand et espagnol et remises à l'autorité espagnole de protection des données et à son homologue à Berlin. Il est important de noter qu'en Allemagne, contrairement à l'Espagne, chaque État fédéral a sa propre autorité de protection des données. Pour l'instant, aucune des deux autorités n'a commenté l'affaire.

Le RGPD, bien qu'il soit plus strict, aurait ralenti les progrès

Selon le groupe, le régime du RGPD lancé en 2018 comprend un mécanisme de coopération obligatoire entre les autorités nationales, ce qui ralentit les progrès. Ainsi, NOYB a déclaré que les plaintes en Allemagne et en Espagne sont fondées sur la directive de 2002 relative à la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques, qui permet aux autorités nationales d'imposer des amendes de manière autonome, afin d'éviter les longues procédures auxquelles elle a dû faire face dans le cadre de son action contre Facebook, qui était fondée sur le RGPD.

Pour finir, Rossetti a déclaré que cette nouvelle action en justice du groupe vise à établir un principe clair selon lequel "le suivi doit être l'exception et non la règle". « L’IDFA ne devrait pas seulement être restreint, mais définitivement supprimé », a-t-il déclaré. Alors que Schrems a remporté des victoires juridiques en Europe contre les pratiques de Facebook en matière de protection de la vie privée, le réseau social américain a pu adapter son modèle de publicité ciblée en ligne. Par ailleurs, des critiques estiment que cela pourrait bientôt être le tour de Google d'être confronté à une plainte typique en rapport avec l'AAID.

Source : Reuters

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Pensez-vous que l'IDFA devrait être supprimé ?

Voir aussi

L'iOS 14, le nouveau système d'exploitation mobile d'Apple, rend le suivi des personnes plus difficile pour Facebook, qui déclare que cela va décimer une partie de ses revenus publicitaires

Mozilla demande à Apple de changer l'identifiant publicitaire de chaque iPhone tous les mois et a d'ailleurs lancé une pétition en ligne

70 % des utilisateurs d'iOS et d'Android refuseront les demandes d'autorisations de suivi s'ils avaient le choix, selon une enquête. Comment cela affectera-t-il les revenus des développeurs ?

Apple va retarder l'application d'un élément de sa politique de confidentialité sur iOS 14 qui menace Facebook et le marché de la publicité mobile sur son écosystème

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/11/2020 à 19:58
Quel est votre avis sur le sujet ?
L’épuration forcé du model de marché des Smartphone, nous fait comprendre, qu’aujourd’hui, ce marché ce résume, sur un écosystème, qui ne profite qu’a 2 entités !!!!.
Haaaaa .
Il est bien loin le temps, ou le système Américain, obligé Microsoft à financer la survie de Apple !!
0  0