Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Bill Gates : « j'étais naïf chez Microsoft, je n'ai pas réalisé que le succès entraînerait un examen antitrust »,
Une réglementation des grandes entreprises IT pourrait arriver bientôt, dit-il

Le , par Bill Fassinou

118PARTAGES

8  0 
Bill Gates, le cofondateur et ancien PDG de Microsoft s’est entretenu avec CNBC cette semaine au sujet des relations tendues entre le gouvernement américain et la Big Tech, à un moment où la sous-commission judiciaire de la Chambre des représentants sur les lois antitrust a publié un rapport qui conclut que ces groupes détiennent un pouvoir monopolistique. Bill Gates a déclaré à CNBC que les règles vont quelque peu changer à propos de la possibilité d'une réglementation antitrust pour les grandes entreprises de la Tech. Selon lui, il y a de fortes chances que cette réglementation arrive.

Ces dix dernières années, les enquêtes antitrust visant la Big Tech se sont multipliées. Ces entreprises sont accusées d’user de pratiques déloyales en vue de garder leur pouvoir, mais aussi leur place de leader sur leur marché respectif. Parmi les accusateurs, on retrouve plusieurs jeunes concurrents, certains politiques et parfois même des États ou le ministère de la Justice. L’année dernière, la sous-commission judiciaire de la Chambre des représentants sur les lois antitrust a lancé une vaste enquête sur les GAFA. Elle a rendu son verdict au début du mois, avec de mauvaises conclusions pour les GAFA.

Interrogé sur la situation actuelle et l’évolution des GAFA, notamment celle de Microsoft, Bill Gates a déclaré à CNBC mercredi qu'il avait été naïf au sujet de la surveillance gouvernementale qui vient avec l'augmentation de la taille à l’époque où il dirigeait Microsoft. Gates a déclaré qu’il a été naïf lorsqu’il a ignoré de faire la lumière sur certaines choses dès le départ. « J'étais naïf chez Microsoft et je ne savais pas que notre succès attirerait l'attention du gouvernement », a déclaré Gates, faisant référence aux défis antitrust de Microsoft d'il y a plus de 20 ans.


« Et donc j’ai fait des erreurs, vous savez, en disant simplement : Hé, je ne vais jamais à Washington, D.C. Et maintenant, je ne pense pas, vous savez, que la naïveté soit au rendez-vous ». Selon ce qu’il dit, il était évident que le gouvernement allait s’en mêler, mais qu’il n’a pas su faire ce qu’il fallait. « Chaque fois que vous devenez une entreprise précieuse, affectant la façon dont les personnes communiquent et même le discours politique véhiculé par votre système et un pourcentage plus élevé de commerce, par le biais de votre système, vous allez vous attendre à beaucoup plus d'attention de la part du gouvernement », a-t-il déclaré.

Notons que Gates a démissionné de son poste de PDG de Microsoft au beau milieu de l'affaire antitrust du ministère américain de la Justice, qui accusait la société d'avoir tenté de monopoliser le marché des navigateurs Web en combinant Internet Explorer et Windows. La société a conclu un accord avec le ministère de la Justice en 2001. À l’époque, il a été remplacé par son ami Steve Ballmer, celui-là même qui avait qualifié Linux de cancer de la propriété intellectuelle. Il est resté PDG de Microsoft jusqu’en 2014, remplacé par Satya Nadella, et a depuis changé d’avis sur le noyau Linux.

Au sujet de la situation actuelle des GAFA, Bill Gates a déclaré qu’il est fort probable qu’une réglementation antitrust pour les grandes technologiques arrive bientôt. « Les règles vont quelque peu changer », a déclaré Gates, en contraste avec la possibilité d'une future réglementation. « Je dirais que les chances qu'ils fassent quelque chose sont assez élevées ». En effet, la semaine passée, la sous-commission judiciaire de la Chambre sur les lois antitrust a publié un rapport qui a conclu qu'Apple, Facebook, Google et Amazon détiennent un pouvoir monopolistique.

« Nous devons obtenir les détails », a déclaré Gates lorsqu'on l'a interrogé sur le risque qu'une réglementation de plus réduise l'innovation. « Y a-t-il une règle concernant l'acquisition ? Y a-t-il une règle sur la division des parties des entreprises, soit - pour créer une disponibilité ouverte de ces ressources ? ». En outre, à la suite de la publication du rapport la semaine dernière, Ballmer a, de son côté, recommandé lors d’un interview sur CNBC que les sociétés de la Big Tech se rendent à Washington et s'engagent de manière proactive auprès des régulateurs.

Toutefois, si cette conclusion de la sous-commission a de quoi inquiéter la Big Tech, Ballmer a aussi déclaré qu’il parierait de l'argent que le Congrès ne les démantèlerait pas. Par exemple, la sous-commission parlementaire s'est penchée sur la question de savoir si Facebook a acquis Instagram pour éliminer un concurrent. Le panel a conclu que Facebook exerce des pouvoirs monopolistiques dans le réseau social et a maintenu sa position en acquérant, copiant ou éliminant ses concurrents. La scission de ces acquisitions pourrait être une possibilité de réglementation future.

Les auteurs du rapport recommandent que le Congrès examine une série de recours potentiels. Cela inclut une séparation structurelle, qui pourrait obliger les entreprises à scinder des parties de leurs activités. Facebook pourrait par exemple être contraint de séparer opérationnellement ou de céder Instagram et WhatsApp, tous deux acquis par l'entreprise. De même, ils demandent au Congrès de considérer toute acquisition par les grandes entreprises technologiques comme anticoncurrentielle, à moins que ces dernières puissent prouver que la fusion serait dans l'intérêt du public.

Source : CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

USA : Facebook est un monopole de réseau social qui achète, copie ou élimine les concurrents, selon la Commission antitrust de la Chambre des représentants

Les PDG des GAFA ont été auditionnés par le Congrès américain dans le cadre d'une enquête antitrust, une séance marquée par des échanges tendus entre les participants

Trois législateurs chargés d'interroger les GAFA sur leurs pratiques anticoncurrentielles disposent de milliers de dollars d'actions dans ces entreprises

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de KEKE93
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 17:31
Les procès pour situation monopolistique sont des procédures très très longues.
Le procès anti-trust d'IBM avait duré de 1969 à 1982 et a généré 30 millions de pages

https://www.historyofinformation.com/detail.php?id=923

Tellement long que la situation d'IBM s'est arrangée toute seule au début des années 80, de nouveau concurrents étant venus sur le marché (Cf les PC compatibles, Oracle puis Cisco...); la cour ayant jugé qu'IBM ne méritait plus un tel procés...
IBM, prévoyant un démantellement, avait changé sa structure organisationelle de sorte qu'un démantellement ait le moins d'effet possible et est ainsi devenu un monolithe elephantesque incapable de "danser" face à la concurrence...

C'est ce qui pourrait advenir aussi aux GAFAM.
8  0 
Avatar de phil995511
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/10/2020 à 19:02
Je n'apprécie pas Micro$ pour les procès qu'ils ont intentés à l'époque contre Linux pour tenter de leur barrer la route, tout comme le fait qu'ils nous imposent leur OS à l'achat d'une machine, etc, etc.

Microsoft = hégémonie... c'est plus que certain.

Après si leur gouvernement démantèle potentiellement les entreprises US de la Hi-Tech comme on en entend parler ces derniers jours, ils vont perdre leur leadership ainsi que bien de $ au passage. Il y a donc assez peu de chances que des entreprises comme Google and Amazon and co soient réellement démantelées, sauf si ils continuent à essayer de ne pas payer leurs impôts...
1  0 
Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/10/2020 à 9:54
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Bill Gates : « j'étais naïf chez Microsoft, je n'ai pas réalisé que le succès entraînerait un examen antitrust »
Moi je n'ai pas été naïf, j'ai vite compris que cet examen ne changerait pas grand chose pour l'utilisateur final...
(ou encore pire, qu'on imposerait des mesures tellement stupides que l'utilisateur final les rejetterait, comme l'histoire de l'écran du choix de navigateur...)
0  0 
Avatar de eikofee
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 21/10/2020 à 11:42
Autant je préfère Edge et Bing à Chrome et Google, autant je trouve que c'est donnant donnant les applis Google préchargées avec la majorité des smartphones par rapport à la majorité des PCs sur le commerce préchargé avec Windows, Edge et Bing. Le plus pénible, c'est d'enlever ce préchargement: à ma connaissance, il est tout à fait possible de "dé-Microsoftiser" son PC (en installant une distribution Linux ou bien en jouant avec les registres et services de Windows) mais beaucoup moins facile de "dé-Googleiser" les smartphones Android sans faire sauter de garantie suivant les modèles, et ça c'est pas cool.

J'suis sûr Google mettrait juste un truc au premier démarrage d'Android du style "Voulez-vous installer les services Google sur votre téléphone" en spécifiant que ça donne accès au Play Store, GMail, GMaps et le reste, ils perdraient presque pas d'utilisateurs et auraient probablement moins de soucis côté anti-trust
0  0 
Avatar de phil995511
Membre averti https://www.developpez.com
Le 21/10/2020 à 13:22
Un démantèlement entraînerait forcement une perte de leadership pour les USA.

Si ils en sont pas stupides, ils ne tueront leur vache à lait... une très grosse amande semblerait bien plus censée !!
0  0 
Avatar de walfrat
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 17:28
j'étais naïf chez Microsoft, je n'ai pas réalisé que le succès entraînerait un examen antitrust
J'aurais bien aimé avoir la définition de "le succès" de notre cher ami
0  4