IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le service UK d'insolvabilité interdit à l'ancien PDG de Cambridge Analytica Alexander Nix
D'exercer les fonctions de directeur d'entreprise pendant sept ans pour comportement contraire à l'éthique

Le , par Stéphane le calme

946PARTAGES

9  0 
C’est en mars 2018 que le scandale a fait la une de la presse : le quotidien américain New York Times et britannique The Guardian ont publié des informations relatives à une campagne de manipulation orchestrée par l’entreprise Cambridge Analytica, une société spécialisée dans l’analyse de données (data mining). La source, un lanceur d’alerte canadien répondant au nom de Christopher Wylie, a été employé au sein de cette entreprise qui était à ce moment-là suspectée d’avoir exploité les données de 50 millions d’utilisateurs de Facebook à leur insu.

C’était le début d’une série de scandales qui ont éclaboussé Facebook. Le public a par exemple appris que la société Cambridge Analytica s’est servi des données personnelles d’utilisateur Facebook afin de faire du profilage sur 87 millions de personnes pour influencer le vote à la présidentielle américaine en faveur de Trump mais aussi des millions d’autres personnes pour inciter des Britanniques à voter « Oui » pour le Brexit.

Le PDG de Cambridge Analytica suspendu après un reportage en caméra cachée

D’ailleurs, dans une série de réunions filmées en caméra cachée, qui ont été diffusées sur Channel 4 News, Alexander Nix, qui était le patron de Cambridge Analytica, a confirmé le rôle joué par la société dans l’élection de Donald Trump aux États-Unis.

Ces réunions ont été filmées dans des hôtels londoniens pendant quatre mois, entre novembre 2017 et janvier 2018, par un journaliste infiltré de Channel 4 News qui s'est fait passer pour un client aisé cherchant à faire élire des candidats au Sri Lanka. En dehors d’Alexander Nix, elles ont impliqué Mark Turnbull, Managing Director Political Global pour le compte de Cambridge Analytica, et le Dr Alex Tayler, data scientist en chef de l'entreprise.

Dans une troisième partie, les cadres supérieurs de Cambridge Analytica ont parlé de :
  • l'ampleur de leur travail pivot dans la victoire électorale de Trump ;
  • comment ils évitent les enquêtes du Congrès sur leurs clients étrangers ;
  • la configuration d'organisations proxy pour diffuser des messages introuvables sur les médias sociaux ;
  • l’utilisation d'un système de messagerie secret où les messages s'autodétruisent et ne laissent aucune trace ;
  • la participation de Cambridge Analytica à la campagne d'attaques « Defeat Crooked Hilary ».

La société a affirmé que son travail avec les données et la recherche ont permis à Trump de gagner avec une marge étroite de « 40 000 voix » dans trois États assurant la victoire dans le système des collèges électoraux, malgré la perte du vote populaire de plus de 3 millions de voix.


Suite à la publication de la série de vidéos, le comité de direction de Cambridge Analytica a annoncé la suspension de son patron Alexander Nix « dans l’attente d’une enquête complète et indépendante ». Par ailleurs, l’entreprise a précisé que « De l'avis de la Commission, les récents commentaires de Nix, secrètement enregistrés par Channel 4 et d'autres allégations, ne représentent pas les valeurs ou les opérations de l'entreprise et sa suspension reflète le sérieux avec lequel nous considérons cette violation. »

Adieu Cambridge Analytica ! Bonjour à Emerdata Limited

Plus tard, en 2018 Cambridge Analytica a déclaré dans un communiqué qu’elle a déposé des demandes d'ouverture de procédures d'insolvabilité au Royaume-Uni. La Société a également annoncé qu’elle mettait immédiatement fin à toutes ses activités : « Au cours des derniers mois, Cambridge Analytica a fait l'objet de nombreuses accusations infondées et, malgré les efforts de la Société pour corriger le dossier, a été vilipendée pour des activités non seulement légales, mais largement acceptées comme une composante standard de la publicité en ligne dans les domaines politique et commercial » , a regretté l’entreprise.

Cambridge Analytica s’est donc mis en liquidation dans un contexte où elle était sous le coup d’enquêtes au Royaume-Uni (Brexit), aux États-Unis (campagne présidentielle de Trump), en Australie et également en Israël (utilisations frauduleuses de données personnelles).

Pourtant, même si Cambridge Analytica a déclaré cesser ses activités aux États-Unis et au Royaume-Uni, les têtes pensantes du groupe ont tenté de s’organiser pour reprendre ses activités sous une bannière différente.

En mai 2018, Companies House, le registraire officiel des entreprises et des organismes du Royaume-Uni, a répertorié une société active appelée Emerdata Limited, dont le siège social est situé dans les mêmes bureaux que SCL (la société mère de Cambridge Analytica) et gérée par la même direction que Cambridge Analytica. Même si à ce moment son champ d’action n'était pas décrit avec exactitude, elle était présentée comme étant une organisation de « traitement de données, d'hébergement et d'activités connexes ».

Les documents ont montré qu’Alexander Nix, l’ancien patron de Cambridge Analytica, a été démis de ses fonctions de directeur d’Emerdata le 28 mars 2018, soit une semaine après avoir été suspendu chez Cambridge Analytica et deux mois après avoir été nommé directeur d’Emerdata.

Dans le cadre de cette affaire, Facebook a accepté de payer une amende record de 5 milliards de dollars (3,9 milliards de livres sterling) aux États-Unis, ainsi qu'une amende de 500 000 livres - la plus élevée possible - au bureau du commissaire britannique à l'information.


La décision du service d'insolvabilité quant à Alexander Nix

Alexander Nix s'est vu interdire d'exercer les fonctions de directeur d'entreprise pendant sept ans pour comportement « potentiellement contraire à l'éthique » lié à sa position au centre de ce scandale mondial.

Le service d'insolvabilité a déclaré que Nix avait permis aux entreprises d'offrir des services potentiellement contraires à l'éthique, y compris « des pots-de-vin, des campagnes de désengagement des électeurs, l'obtention d'informations pour discréditer les opposants politiques et la diffusion anonyme d'informations dans des campagnes politiques ».

Alexander Nix n'a pas contesté le fait qu'il avait poussé ou permis à SCL Elections Ltd ou à des sociétés associées de se commercialiser comme offrant des services potentiellement contraires à l'éthique à des clients potentiels, un comportement « démontrant un manque de probité commerciale » selon le service d’insolvabilité. Aussi, le service a déclaré « qu'à compter du 5 octobre 2020, Alexander Nix a interdiction sur une durée de sept ans d'agir en tant qu'administrateur ou de s'impliquer directement ou indirectement, sans l'autorisation du tribunal, dans la promotion, la formation ou la gestion d'une société ».

« À la suite d'une enquête approfondie, nos conclusions étaient claires que SCL Elections avait offert à plusieurs reprises des services politiques louches à des clients potentiels pendant un certain nombre d'années », a déclaré l'enquêteur en chef du service d'insolvabilité, Mark Bruce.

« Les dirigeants d'entreprise doivent agir avec une probité commerciale et cela signifie agir honnêtement et correctement. Les actions d'Alexander Nix ne répondaient pas à la norme appropriée pour un directeur de société et sa disqualification de la gestion de sociétés à responsabilité limitée pendant une durée significative est justifiée dans l'intérêt public ».

Source : Service britannique d'insolvabilité

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision ? Privé pendant sept ans d'exercer à la tête d'une société suite au Scandale Cambridge Analytica est-ce suffisant, trop, ou pas assez selon vous ?
La décision étant prise en Angleterre, cela signifie-t-il qu'il peut être PDG dans une société hors des frontières britanniques ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sinople2000
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 7:08
mais retirez tout ça, ça rendra les gens moins cons (oui je sais sauf moi diront certains) et on en aura fini avec ces trucs débiles de réseaux sociaux
25  0 
Avatar de totozor
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 8:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Meta menace de retirer Facebook et Instagram du marché européen
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Facebook a immédiatement averti que l'arrêt des transferts de données transatlantiques pourrait avoir un impact dévastateur sur l'entreprise. La société s'appuie sur le traitement des données des utilisateurs pour fournir des publicités en ligne ciblées.
Je trouve le contraste entre ces deux phrase très intéressant.
Meta se croit suffisamment important pour que sa mise en danger soit une menace pour son environnement européen. Mais cette phrase souligne aussi sa fragilité. Il y a quelques années ils n'auraient pas parlé de l'impact, il auraient lancé un bras de fer en attendant que les politiques craquent avant eux.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Et vous ?
Cette menace est-elle crédible selon vous ?
J'ai de gros doutes, Facebook est en perte de vitesse et l'Europe est une part importante de leur marché.
Ces entreprises réfléchissent en bénéfices/risques, mettre cette menace a exécution montrerait pour moi à quel point facebook n'a plus rien à perdre et tenterait la charge du désespoir.
Je pense qu'ils n'en sont pas encore là mais me réjouis qu'ils s'en rapprochent.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Quels impacts pour les entreprises qui dépendent de Facebook pour leurs activités ?
J'ai l'impression que c'est de moins en moins le cas.
J'ai deux amis qui ont lancé leurs entreprises il y a quelques années, ils ont longtemps été extrêmement actifs sur Facebook qui était leur principal média de communication.
Avec le COVID des petites boites se sont regroupées pour mutualiser leurs communications et leur dépenses.

Je ne connais aucune entreprise dont l'activité ne dépend que de Facebook.
Par contre c'est une autre histoire pour les associations mais de celles que je connais elles ont une existence physique suffisante pour qu'à la disparition de Facebook elles se dirigent vers un autre média.
11  0 
Avatar de philouZ
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 9:33
Perso je n'ai pas de compte facebook, pas d'instagram, de tik tok...

Que meta se barre d'Europe ça ne peut faire que du bien. Autour de moi y'a pas mal de gens qui stoppent leur compte parce que ras le bol de tout ça. Si demain il n'ya plus de réseaux sociaux sur internet, les gens retrouveront une façon de vivre plus simple et seront certainement moins stressés dans leur vie de tous les jours.
10  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 9:31
Il y a un truc qu'on appelle "le retour à la ligne" bien pratique pour rendre l'écrit plus lisible et agréable.
il y a un autre truc qu'on appelle "le plan dialectique", qui permet de structurer le propos pour le rendre plus intelligible

Parce que là on vient de se prendre deux pavés dans la tronche, c'est indigeste
10  0 
Avatar de pcouas
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 6:19
Justement occupons nous de Ticktok aussi
La chine justement a fait "plier" Facebook et pas l'europe !!,
Que Facebook se retire, de tout façon Facebook est en perte d'utilisateurs !!!
10  1 
Avatar de fabverdet
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 18:18
Meta réalise presque 40% de son CA en Europe, sans compter les ventes publicitaires auprès de ses clients états-uniens pour le marché européen. Vous connaissez beaucoup de sociétés capables de faire une croix sur 40% de leur chiffre d'affaire, voire plus, par ce qu'elles ne sont pas contentes des lois en vigueur ?...
C'est un discours déjà entendu qui ne prend plus.
Si Meta se retirait du continent européen, il y aurait un choc ponctuel mais sans grande conséquence (à par pour les sociétés qui ont basé exclusivement leur business sur eux). D'autres acteurs existent déjà ou émergeront.
Même Google, bien plus indispensable que Meta ne serait pas capable de faire ça.
En revanche, Meta ne s'en remettrait pas face à ses concurrents (et ils sont nombreux et méchants...) : partent de confiance des clients, perte de valorisation en bourse, perte du positionnement de premier réseau social mondial, perte d'annonceurs... Ouille !!!

Le problème de fond, c'est la loi états-unienne, incompatible avec le RGPD. Faut pas lâcher le bout de gras ! Ils nous les brisent, ces américains ! Ils veulent travailler en Europe, ils doivent respecter les lois européennes, comme nous respectons les lois états-uniennes aux états-unis.
9  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 10:08
Meta menace de retirer Facebook et Instagram du marché européen si le groupe n'est plus autorisé à échanger les données des utilisateurs européens avec les États-Unis
La totalité, je dis bien la totalité des GAFAM est leur sociétés affiliées nous ont déjà sorti cet argument. Apparemment, elles font toutes appel au même bureau de conseil

Quand un pays se propose de réguler leur comportement, voilà qu'elles menacent de partir... Et bien partez! Les seuls qui vont y perdre quelque chose, ce sont vos propres bénéfices!

Pour rappel:

Quand la Suisse a déclaré que les travailleurs Uber n'étaient plus des indépendants mais des salariés normaux qui devaient bénéficier de charges sociales (assurance vieillesse, assurance accident, assurance chômage, etc...), Uber a menacé de quitter la Suisse.

Et bien aujourd'hui, Uber suisse ne peut faire appel plus qu'a des salariés et... Uber n'a pas quitté le marché suisse!!!

Suisse - Uber: 1 - 0

Ethique - Uber: 1 - 0

Travailleurs - Uber: 1 - 0
8  0 
Avatar de kain_tn
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/06/2022 à 11:47
Citation Envoyé par Bruno Voir le message

À votre avis, Meta serait-elle la victime dans l'affaire antitrust l'opposant à l'UE ?
Bien sûr que non. Elle est bien bonne, celle-là! Ils possèdent l'intégralité des réseaux sociaux mainstream (Facebook, Whatsapp, Instagram, ...) en dehors de Twitter, et beaucoup d'applications mobile/site webs utilisent leurs servicent et leur envoient de l'information sur les utilisateurs (comme pour Google, d'ailleurs). Et par dessus le marché, ils viennent nous inonder de publicité plus ou moins déguisée pour leur métavers à travers différents canaux de communication et à différentes entreprises... La victime? Vraiment?

Citation Envoyé par Bruno Voir le message

« La Commission a aspiré tous les fonds marins dans l'intention de voir plus tard quelles espèces de poissons rares elle trouve dans ses vastes filets », que pensez-vous de cette déclaration de Daniel Jowell, avocat de Meta ?
Ah ben c'est sûr que si l'avocat dit "notre business se fait sur le pillage des données personnelles, pour vendre de la publicité ciblée", ça fait moins défendable. Alors le gars a recours à des métaphores pour "noyer le poisson"
9  1 
Avatar de NaSa
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 8:39
Il faut les prendre aux mots (le CA de Facebook en Europe c'est 7 milliards de dollars par trimestre)
https://blog.digimind.com/fr/agences...res-essentiels
7  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/02/2022 à 9:53
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
C'est marrant
Ça fonctionne dans les 2 sens, parce que là dans le contexte on ne peut pas savoir si je dis le contraire de ce que je veut exprimer, ou pas.

Les entreprises bluffent et ça ne fonctionne pas.
FB : Si on ne peut pas stocker les données aux USA on se casse !
UE : Barrez-vous !
FB : Nous n'avons jamais voulu partir.
7  0