Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Qwant, le moteur de recherche souverain français, termine 2019 dans le rouge, avec un résultat net de -23 millions d'€,
Une perte de 70 % par rapport à l'année antérieure

Le , par Bill Fassinou

296PARTAGES

12  0 
Qwant, le moteur de recherche souverain français, se profile-t-il vraiment comme le faux espoir de la French Tech ? Il vient encore de terminer une nouvelle année dans le rouge. Ses comptes sociaux indiquent qu’il a affiché un résultat net de -23 millions d’euros en 2019, soient des pertes de 70 % par rapport à l’année antérieure. Cela est arrivé alors que le chiffre d’affaires de Qwant en 2019 est de 5,8 millions d’euros, soit une hausse de 27,5 % par rapport à 2018, qui était de 4,6 millions d’euros. En outre, 90 % du chiffre d’affaires en 2019 provient de Microsoft.

Il est plus qu’évident que Qwant a encore beaucoup à faire pour prouver qu’il mérite le statut de concurrent de Google. Ces deux dernières années, le moteur de recherche français, qui a émis le rêve de détrôner Google, nage dans une mer de scandales et de pertes financières. Après avoir enregistré un résultat net de -13,8 millions d’euros en 2018, Qwant creuse encore plus ses pertes en 2019, année au cours de laquelle son résultat net est de -23,5 millions d’euros. Et avec un chiffre d’affaires de 5,8 millions d’euros pour le compte de 2019, il est très loin des 30 millions d'euros prévus au départ.

Il n’a pas non plus pu atteindre les 7 millions d’euros annoncé en novembre lorsque les actionnaires ont exigé une nouvelle équipe managériale pour conduire sa transformation. Avant ça, en 2017, son chiffre d’affaires n’était que de 3 millions d’euros. Jean-Claude Ghinozzi, qui a pris la place d’Eric Leandri en tant que nouveau président du groupe, n’a pas non plus réussi à tenir son pari sur l’année écoulée. Selon les comptes sociaux de l’entreprise, les pertes subies en 2019 sont majoritairement dues à 8,5 millions d'euros de dépréciations et provisions.


Outre cela, le groupe a subi encore plus de pertes d’exploitation pendant l’année écoulée. En effet, ces pertes ont évolué à 22 % pour atteindre -15,6 millions d’euros. Sur la base de ceci, les analystes craignent pour ce qui va suivre. Par rapport à l’année en cours, l’on estime que Qwant a été négativement impacté par le Covid-19 alors que les autres géants du numérique ont tous su tirer profit de la situation. En raison de la pandémie et du confinement, il a eu recours au chômage partiel dès le mois de mars. Ces observations devraient être le signe annonciateur de nouvelles pertes.

Ainsi, Qwant devrait avoir subi une baisse importante du chiffre d’affaires, environ 1,5 million d’euros, courant mi-mars pour le compte du deuxième trimestre de l’exercice en cours. Pendant le troisième trimestre, ses pertes devraient s’élever à 1,8 million d’euros. Au regard de tout ceci, le résultat net de 2020 pourrait encore plus plonger qu’en 2019. Par ailleurs, l’entreprise a demandé qu’on suspende ses échéances de prêts et prélèvements Urssaf. L’autre problème, plus délicat, de Qwant vient de son hyperdépendance de Microsoft, notamment de son moteur de recherche Bing.

Qwant s’appuie en grande partie sur Bing pour répondre aux requêtes des internautes. Environ 60 % des résultats de recherche seraient fournis par le moteur de recherche de Microsoft. De plus, en matière d’infrastructures cloud, Qwant s’appuie sur Microsoft Azure. Si Qwant espère vraiment remplacer Google, il devrait commencer par battre les autres moteurs de recherche qui sont à sa portée, comme DuckDuckGo, Bing, etc., et ayant une part de marché minoritaire. Mais pour le moment, il n’existe aucune preuve de son savoir-faire technologique et il s’appuie toujours sur Bing, un concurrent.

D'ailleurs, pour en revenir aux résultats de la société en 2019, ses comptes révèlent que 90 % du chiffre d’affaires proviennent de son partenariat avec Microsoft, notamment de la vente de bandeaux publicitaires. Cette section concerne Microsoft Advertising, la régie publicitaire du géant du logiciel, chargé de l’affichage des liens publicitaires sur Qwant. Toutefois, Qwant mise sur la publicité contextuelle, basée sur des mots clés recherchés et non sur de la publicité ciblée. Contrairement à Google, le français est axé sur la protection de la vie privée de ses utilisateurs.

Notons que les choses pourraient être bien pires pour Qwant s’il n’avait pas reçu un soutien de l’État. Qwant est plébiscité par le gouvernement et est largement utilisé dans la fonction publique. Depuis 2019, il est devenu le moteur de recherche par défaut de l’administration. En début d’année, il a reçu un financement de 20 millions d’euros de la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations), bras armé de l’État et principal actionnaire de Qwant. Ce nouvel investissement permettra de relancer la rentabilité du moteur. C’est ce à quoi doit s’atteler Jean-Claude Ghinozzi, le nouveau président venu de la direction marketing de Microsoft France.

« La nouvelle direction doit continuer à rationaliser le fonctionnement de la société et à réduire de façon importante les coûts », peut-on lire dans le document déposé par l’entreprise. Dans cette optique, Qwant a fermé ses bureaux d'Épinal et d'Ajaccio. Il est question de réduire la masse salariale de l’entreprise qui serait actuellement de 6 millions d’euros. Qwant est à présent localisé à Neuilly, en Île-de-France, et occupe des bureaux deux fois moins vastes que ses précédents bureaux à Paris. Enfin, en dépit du Covid-19, Qwant prévoit de doubler son chiffre d’affaires en 2020. La nouvelle direction révèle que ses prévisions de croissances sont solides et qu’elle réduira les pertes de façon significative.

Source : Comptes sociaux

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
Qwant serait-il le faux espoir de la French Tech ?
L'avez-vous déjà utilisé une fois ? Partagez votre impression

Voir aussi

Qwant, le faux espoir de la French Tech ? Le moteur de recherche « souverain », mais dépendant à plus de 60 % de Bing est au coeur d'un scandale d'État

Le français Qwant qui rêve de détrôner le moteur de recherche de Google est dans la tourmente, les actionnaires du groupe exigeraient une nouvelle équipe managériale pour conduire sa transformation

Qwant : enquête sur les déboires du « Google français » : hauts salaires, déficit, subventions, utilisation de Bing et Bing Ads

Le Français Qwant se prépare à licencier un quart de son effectif pour réduire ses coûts et se concentrer sur son principal service qu'est son moteur de recherche

Qwant se prépare à changer de direction sous la pression des investisseurs. Eric Léandri va quitter la présidence et Qwant va devenir le moteur de recherche par défaut de l'administration française

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ormond94470
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 13:04
Comment peut-on prétendre être souverain quand on dépend autant de la technologie de Microsoft ?
20  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 23:46
Qwant est une totale fumisterie, quand tu utilises Qwant tu soutiens Bing, Microsoft et donc toujours les USA.

Le fondateur de Qwant, Éric Léandri, qui a été viré de Qwant pour s’être rémunéré avec des sommes je cite "indécentes" à la demande de la caisse des dépôts qui est en train d'y perdre des millions, a créé une nouvelle société, avec une offre abracadabrantesque qui n’a aucun sens, donc le même genre d'arnaque que Qwant.

En fait ce qu'il fait c'est des "Carambouilles", sauf qu'au lieu d'arnaquer les fournisseurs il arnaque les investisseurs assez débiles pour marcher dans ses combines, c'est la Carambouille high tech.
Tant que l'escroquerie est pas découverte, et qu'ils continue à trouver des pigeons pour renflouer ses entreprises inutiles et déficitaires en utilisant un système de Ponzi, il se paie des salaires "indécent", roule en voiture de fonction de luxe et s'offre des tours du monde à grand frais, c'est la belle vie quoi.
12  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 13:28
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Qwant est à présent localisé à Neuilly, en Île-de-France, et occupe des bureaux deux fois moins vastes que ses précédents bureaux à Paris.
Il y a moyen de trouver des locaux beaucoup moins cher, Qwant gère son budget n'importe comment, c'est stupide de prendre des bureaux à Paris.

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Il vient encore de terminer une nouvelle année dans le rouge. Ses comptes sociaux indiquent qu’il a affiché un résultat net de -23 millions d’euros en 2019, soient des pertes de 70 % par rapport à l’année antérieure.
Il faut arrêter le massacre, est-ce que Qwant pourrait faire une liquidation judiciaire ?
L'entreprise devrait faire faillite et on en parle plus.
11  0 
Avatar de redcurve
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/09/2020 à 13:33
Qwant une farce très couteuse avec l'argent des mes impôts
12  1 
Avatar de VBurel
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/09/2020 à 18:06
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Et pourquoi pas ? En Chine l'état est bien propriétaire de China Telecom, China Unicom et China Mobile . L'état Chinois a aussi la main mise sur Baidu.
Et oui, en France (et en Europe), on sous-estime l'investissement des états dans les technologies de l'information, Google a aussi largement profité des investissements publics américains, et on ne parle pas de million mais de milliards (rien que le département de la défense US aurait investi plus de 1000 milliard dans le multimédia en 20 ans).

VIDEO: https://youtu.be/YDT5f5sQSGA?t=10m31s

Ici , on y croit pas, on peut dépenser des milliards dans un EPR qui n'a aucun sens, mais mettre 500 millions par ans dans un moteur de recherche dans un O/S Français, apparemment c'est pas possible...

Et pourtant, pour concurrencer Google, il faut déjà une infrastruture (probablement d'état) capable de scanner le web et de tout stocker (j'espère que nos services de renseignements sont capable de le faire) ensuite il faut pouvoir analyser cette base pour construire des index qui vont intéresser un moteur de recherche grand public. Enfin il faut trouver le contre pied ergonomique/fonctionnel qui permettra de rendre la solution intéressante/atrayante.

Bref! il va falloir s'y mettre, réellement! :-)
3  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 23/09/2020 à 7:24
Citation Envoyé par weed Voir le message
Malheureusement l'ensemble des concurrents se basent soit sur Bing soit sur Google. Aucun autre moteur de recherche n'a son propre algorithme.

Au début par soutien, j'utilisais Qwant puis par habitude je l'utlise tous les jours. Ce n'est pas un foudre de guerre en terme de rapidité mais cela me va. Qwant me convient pour mon besoin, et si cela permet de soutenir un moteur européens plutôt qu'un américain, je me dis banco.
Si on cherche de manière objective, on souhaite :
- arrêter d'être ponctionné de données personnelles (profilage, suivi /cookies /fingerprint...) --> pouvoir consulter anonymement
- avoir des résultats filtrés par le seul critère de recherche, et non en fonction de qui demande --> recevoir des résultats non biaisés ou orientés
- que les résultats soient "plutôt" rapides --> environ quelques secondes maximum
- que les résultats soient pertinents --> qu'ils respectent les termes de la recherche

A cela, il existe bien des moteurs de recherche :

YaCy (libre, GPLv2)
moteur de recherche décentralisé (DHT) de type P2P
https://yacy.net/fr/

SyncNet (libre, MIT) Jack Minardi
moteur de recherche (voir navigateur web) décentralisé basé sur les principes de fonctionnement de BitTorrent et du Bitcoin (BitTorrent Sync et Colored Coins).
https://github.com/jminardi/syncnet

Seeks (libre, AGPLv3)
avantage --> décentralisé
ses promesses :
Seeks n’est hélas pas assez abouti pour que vous puissiez l’utiliser comme une alternative totale aux moteurs dont vous avez l’habitude.
https://github.com/beniz/seeks

je t'invite également à regarder du coté de :
- SearX (libre, AGPLv3)
C'est un métamoteur libre, qui opère de la même manière que DuckDuckGo (sur l'infrastructure des autres)
https://github.com/asciimoo/searx
- Startpage (IxQuick)
https://www.startpage.com/
- Yippy (Clusty)
http://yippy.com/
5  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/09/2020 à 18:36
Citation Envoyé par VBurel Voir le message
pour concurrencer Google
Il n'y a pas moyen de se donner un objectif moins ambitieux ?
Ça semble impossible d'offrir une alternative à Google, il y a des gens qui l'utilisent depuis 1998. C'est ancré dans les mœurs.
Vouloir concurrencer le moteur de recherche de Google, ce serait comme vouloir concurrencer le système d'exploitation de Microsoft.
Regardez ce qui c'est passé quand Microsoft a voulu concurrencer Twitch :
Fermeture de Mixer : l'échec de Microsoft face à Amazon et Twitch

Cela dit, c'est vrai que dans l'histoire de la technologie il est déjà arrivé que David défonce Goliath, par exemple Firefox a dépassé Internet Explorer à une époque.
C'était magnifique Tout le monde connaissait Firefox.
Il y a aussi l'exemple de VLC qui est le meilleur lecteur vidéo du monde. (Pour prévisualiser les vidéos en train de se télécharger il n'y a pas mieux, et il n'y a pas d'histoire de codec)
Il y a bien Dailymotion qui concurrence YouTube, malheureusement l'interface n'est pas top.

Quand l'état essaie de développer un logiciel c'est souvent de la merde :
Le Drian enterre Louvois, reste la facture
Les dysfonctionnements de Louvois coûtent à la Défense entre 150 et 200 millions d'euros par an, c'est-à-dire l'équivalent des économies permises par les réductions d'effectifs !"
Logiciel de paye des fonctionnaires : l'incroyable naufrage
C'est l'histoire de l'arroseur arrosé, avec l'État français comme protagoniste maladroit, victime de son administration, de sa complexité et de son inertie. On en rirait à gorge déployée si la farce n'avait pas coûté 346 millions d'euros aux contribuables. Un montant avec lequel l'État peut rémunérer 135 500 fonctionnaires par an, ou encore lancer un chantier du type de la Philharmonie de Paris.
C'est à se demander si dans le cahier des charges il n'y a pas écrit "faire de la merde".
Parfois l'état devrait s'abstenir d'investir dans des entreprises, par exemple si Renault faisait faillite, PSA se porterait mieux, ça ferait un concurrent en moins.
2  0 
Avatar de patrick72
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 07/10/2020 à 9:18
Le problème de QWANT, c'est qu'il n'y a pas d'idée technologique dernière. La seul idée de que son concepteur à vendu à son actionnaire majoritaire (état) est : Fessons un moteur Français sur cela seront "souverain" !

Un tel projet, sans innovations et sans obligation économique, est mort par nature....
1  0 
Avatar de nikau6
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/09/2020 à 14:18
Qwant c'est Bing.
Il n'y a rien à dire de plus. C'est une arnaque !

ps : Avec quand même la garantie de ne pas être pisté. Il parait. Je ne me suis jamais vraiment penché sur la question donc je ne sais pas ce qu'il en est réellement.
2  2 
Avatar de VBurel
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/09/2020 à 20:40
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il n'y a pas moyen de se donner un objectif moins ambitieux ?
Comme vous voulez, mais tout reste possible, les hégémonies sont toujours cycliques et produisent des frustrations, des problèmes qui donnent naissance à de nouveaux produits, de nouveaux usages, presque naturellement.

L'exemple avec Microsoft illustre aussi la notion de disruption, ce n'est pas qu'une question de moyen, il faut réellement produire qqc de nouveau qui adresse de nouveaux besoins, et y'en a de plus en plus. Notamment dans la maitrise des outils, leur fiabilité, leur déterminisme, dans la sécurité des données personnelles, y’a aussi énormément de besoin en souveraineté des communications et des espaces de stockage, en production d’énergie… Evidemment nos dirigeants n’ont toujours pas pris la mesure…

Mais tout reste possible, maintenant ou plus tard :-)
0  0