Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trump a proposé de gracier Assange s'il fournissait la source des e-mails de la DNC,
Selon des déclarations de l'avocat d'Assange

Le , par Bill Fassinou

169PARTAGES

6  0 
Dans les mailles de la justice britannique depuis avril 2019, Julian Assange, fondateur de Wikileaks, encourt jusqu’à 175 ans de prison s’il était extradé aux États-Unis où il est accusé d’espionnage. Cela dit, il pourrait bénéficier d’une grâce présidentielle de la part de Donald Trump s’il aidait à résoudre le piratage de la DNC (Democratic National Convention) en 2016, avant les élections présidentielles. Julian Assange aurait été invité à révéler la source de la fuite préjudiciable à Hillary Clinton. Selon son avocat, on lui a demandé de fournir des informations qui “bénéficieraient politiquement au président Trump”.

Né à Townsville en Australie, Assange, 49 ans, se bat afin d’éviter d'être extradé aux États-Unis, où il est accusé de conspiration pour piratage des ordinateurs du gouvernement et de violation d'une loi sur l'espionnage concernant la diffusion de documents confidentiels par le site WikiLeaks entre 2010 et 2011. Outre les 175 ans d'emprisonnement, celui-ci encourait aussi la peine de mort. Cela résulte du fait que les États-Unis ont renforcé en juin les accusations portées contre lui. Si la décision de son extradition reste en suspens, les choses pourraient prendre une autre tournure.

Il a été révélé lors d’une audience vendredi que deux cadres politiques qui ont prétendu représenter Trump ont proposé à Julian Assange un accord “gagnant-gagnant” pour lui permettre d’éviter l'extradition et l'inculpation. Selon les termes de l’accord, expliqué par Jennifer Robinson, avocate de Julian Assange, il se verrait offrir une grâce s'il révélait qui a divulgué les mails du Parti démocrate sur son site, afin d'aider à clarifier les allégations selon lesquelles ces mails auraient été fournis par des hackers russes pour favoriser l'élection de Trump en 2016.


En effet, lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, WikiLeaks a publié une série de courriels du DNC (Comité national démocrate). Cette divulgation a quelque peu porté préjudice à la démocrate Hillary Clinton, alors candidate. Les enquêteurs américains ont finalement conclu que les courriels avaient été piratés par la Russie pour influencer les élections. Les fuites concernant les élections de 2016 ne font toutefois pas directement partie de la procédure pénale américaine contre Julian Assange, qui porte sur des documents militaires et diplomatiques classés secrets publiés par WikiLeaks plusieurs années auparavant.

Selon une déclaration de Robinson lue à la cour, l'offre a été faite par Dana Rohrabacher, alors membre républicain du Congrès, et Charles Johnson, associé de Trump, lors d'une réunion datant du 15 août 2017 à l'ambassade équatorienne à Londres où Julian Assange avait trouvé refuge. À l'époque, il faisait l'objet d'une enquête secrète par un grand jury américain. « Ils avaient déclaré que le président Trump était au courant et qu'il avait approuvé leur venue pour rencontrer Assange pour discuter d'une proposition, et qu'ils auraient une audience avec le président pour discuter de la question à leur retour à Washington DC », a déclaré Robinson.

« La proposition avancée par le membre du Congrès Rohrabacher voulait que Assange identifie la source des publications relatives aux élections de 2016 en échange d'une sorte de grâce, d'une assurance ou d'un accord qui profiterait au président Donald Trump sur le plan politique et empêchera l'inculpation et en même temps l'extradition vers les États-Unis », a-t-elle clarifié. L'équipe juridique de Julian Assange a fait cette révélation pour la première fois lors des audiences de février. Mais une équipe du président Trump a tout de suite démenti l’accord et a nié son existence.

En février, la Maison-Blanche a qualifié l'affirmation selon laquelle Trump avait tenté de conclure un accord avec Assange de “fabrication complète et de mensonge total”. « Le président connaît à peine Dana Rohrabacher, si ce n'est qu'il est un ancien membre du Congrès. Il ne lui a jamais parlé de ce sujet ou de presque aucun sujet. C'est une invention complète et un mensonge total. C’est vraisemblablement un autre canular sans fin et un mensonge total du comité national démocratique », avait dénoncé un porte-parole de la Maison-Blanche.

De son côté, Dana Rohrabacher a dit qu'il n'avait jamais parlé au président d'Assange, a nié avoir été envoyé au nom de Trump et a dit qu'il agissait de son propre chef en proposant à Trump de gracier Assange. Rohrabacher a expliqué qu'il voulait résoudre les spéculations en cours sur l'implication russe dans la divulgation des courriels du DNC par WikiLeaks. D’après ses dires, ces spéculations sont préjudiciables aux relations américano-russes, qu'elles ravivaient les vieilles politiques de la guerre froide, et qu'il serait dans l'intérêt des États-Unis que la question soit résolue.

« À aucun moment, je n'ai offert quoi que ce soit à Julian Assange de la part du président, car je n'avais pas du tout parlé avec lui de cette question », a expliqué Rohrabacher dans une déclaration datant de février. « Cependant, en parlant avec Julian Assange, je lui ai dit que s'il pouvait me fournir des informations, ainsi que des preuves sur l'identité de la personne qui lui a effectivement transmis les courriels de la DNC, je demanderais alors au président Trump de le gracier ».

Bien sûr depuis 2016, la Russie a nié toute ingérence et Trump a nié toute collusion de campagne avec Moscou. Les différentes enquêtes menées par le conseiller spécial Robert Mueller n’ont pas non plus permis d’établir que les membres de la campagne avaient conspiré avec la Russie. Au cours de l’audience vendredi, James Lewis, procureur du gouvernement américain, a déclaré : « La position du gouvernement est que nous ne contestons pas ces choses qui ont été dites. Nous n'acceptons évidemment pas la vérité de ce qui a été dit par d'autres ».

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

La justice américaine aggrave ses accusations contre Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks aurait conspiré avec des membres d'Anonymous et d'autres groupes de hackers

Le compte Twitter de WikiLeaks est étrangement verrouillé quelques jours seulement avant l'audience d'extradition d'Assange, dénonce Kristinn Hrafnsson, l'actuel rédacteur en chef de WikiLeaks

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange condamné à 11 mois de prison par les Britanniques, en attendant une éventuelle extradition vers les USA

Julian Assange ne souhaite pas se livrer à une extradition vers les États-Unis pour « avoir fait du journalisme qui a remporté de nombreux prix »

L'Équateur affirme avoir été touché par 40 millions de cyberattaques depuis qu'il a livré Julian Assange aux autorités britanniques

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 01/10/2020 à 12:31
Ils vont demander au MI6 de leur fournir du Novitchok, le poison mortel qui ne tue personne, et accuser les russes
6  1 
Avatar de abgech
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 16:26
C'est les mêmes services US qui font pression pour que l'UE ne s'équipe pas en matériel Wuawei à cause du risque d'espionnage. En matière d'espionnage, ils doivent savoir de quoi ils parlent.
3  0 
Avatar de jpiotrowski
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 21:15
Citation Envoyé par air-dex Voir le message
Au bout d'un moment il faudrait peut-être ouvrir les yeux sur WikiLeaks. C'est avant tout un site ouvertement anti-américain, très loin d'être neutre concernant ses positions politiques. Ils ne sont pas là pour le Bien ou le Mal mais avant tout pour taper sur les USA. Je me rappelle d'une réaction officielle de WikiLeaks suite à une fusillade terroriste aux USA. Quelle était cette réaction ? "Non à ceux qui tuent car ils sont contre la liberté " ? Perdu ! C'était "bien fait pour ta gueule l'Oncle Sam !" On a vu plus neutre et objectif que ça comme défenseur des libertés.

La soi-disante sainte-nitouche d'après lui-même devra désormais répondre de ses actes.
Néanmoins, cela reste leur droit d'être anti-américains, comme d'autres en Europe ont été anti-russes à une époque, et c'était justifié...
Les USA ne sont pas du côté de la Liberté mais du côté de leurs intérêts économiques et stratégiques. Comme tout le monde.
3  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/10/2020 à 11:44
Mettre quelqu'un sur écoute, quand on fait partie des services secrets, c'est la routine. Il est officiellement considéré comme ennemi, il est ciblé, voilà, c'est la vie.

Cette histoire d'empoisonnement, c'est autre chose, quand même.
0  0 
Avatar de jpiotrowski
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 21:13
Citation Envoyé par abgech Voir le message
C'est les mêmes services US qui font pression pour que l'UE ne s'équipe pas en matériel Wuawei à cause du risque d'espionnage. En matière d'espionnage, ils doivent savoir de quoi ils parlent.
HUAWEI, camarade ! HUAWEI !
0  0 
Avatar de jpiotrowski
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 21:16
Citation Envoyé par mh-cbon Voir le message
y'a des com' qui sont pilotés par l'élysée..
Complotiste
0  0