Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le PDG d'Uber déclare que son service va probablement fermer temporairement en Californie,
Lyft menace aussi de quitter l'État si l'Assembly Bill 5 (AB5) devait être maintenu

Le , par Bill Fassinou

342PARTAGES

13  0 
Le bras de fer continue entre Uber et la justice californienne. La loi Assembly Bill 5, votée l’année dernière par la Californie, force la société à considérer ses chauffeurs comme des employés, mais Uber n’est pas d’avis. La société a déclaré mercredi qu’elle ne pouvait pas se permettre une telle chose et qu’elle se verrait dans l’obligation de fermer temporairement ses portes en Californie si la décision de justice est maintenue. Dans la foulée, Lyft, un concurrent d’Uber, a également fait la même déclaration. Les deux veulent garder leurs chauffeurs en tant qu’entrepreneurs indépendants.

En 2019, le législateur californien a adopté l’AB5 visant à forcer Uber et d'autres entreprises de la "gig economy" à traiter leurs chauffeurs comme des employés plutôt que comme des entrepreneurs indépendants. Si cette loi était appliquée, elle pourrait leur donner droit à la protection du salaire minimum, au remboursement des dépenses, à une assurance chômage et à d'autres avantages. L’AB5 marque ainsi un développement significatif dans la bataille sur le statut des chauffeurs. Cependant, les sociétés concernées sont réticentes quant à son application.

À l’annonce de la décision, les actions d'Uber et Lyft ont chuté de 5,3 % et 4,2 %, respectivement, en début de négociation. L’AB5 frappe au cœur du modèle économique des plateformes technologiques comme Uber et Lyft qui reposent sur des travailleurs contractuels qu’elles paient moins cher. Uber a déclaré que la loi punit les sociétés basées sur les applications et, avec Lyft, ils considèrent l’AB5 comme erronée. Dans le mois de juin, un porte-parole de Lyft a également rapporté que la majorité des chauffeurs veulent rester indépendants, même dans le contexte actuel du Covid-19.


Mercredi, l’État a déposé auprès d’un juge une demande d’injonction, empêchant Uber et son rival Lyft de continuer à classer leurs chauffeurs comme entrepreneurs indépendants plutôt qu'employés. Le juge a accordé dix jours à Uber et Lyft pour se conformer à cette décision. Toutefois, les deux entreprises ont déclaré qu’elles feraient appel de la décision au cours cette période avant son entrée en vigueur. En outre, Uber espère qu'une cour d'appel bloquera l'exécution de l'ordonnance pendant le déroulement de l'affaire, sinon elle serait obligée de fermer ses portes dans l’État.

Il semblerait que les deux entreprises considèrent cette ordonnance comme un forcing de la part des autorités californiennes. En effet, lorsque l’AB5 a été votée l'an dernier, Uber, Lyft et DoorDash ont dépensé plus de 100 millions de dollars dans le but de recueillir des signatures en faveur d'une initiative des électeurs qui annulerait la loi AB5. L’initiative devrait apparaître sur le bulletin de vote en novembre. Dara Khosrowshahi, PDG d'Uber, a averti que si l’ordonnance n’est pas annulée l’entreprise serait contrainte à fermer son service en Californie jusqu'en novembre.

« Nous pensons nous conformer aux lois », a déclaré Khosrowshahi sur MSNBC. « Mais si le juge et le tribunal constatent que ce n'est pas le cas, et qu'ils ne nous accordent pas un sursis pour arriver en novembre, alors nous devrons essentiellement fermer Uber jusqu'en novembre, date à laquelle les électeurs décideront », a-t-il expliqué. Selon lui, si le tribunal ne reconsidère pas sa décision, alors en Californie, il est difficile de croire que Uber pourra rapidement passer à un emploi à plein temps. Lyft a fait également la même annonce.

Lors d’un appel aux investisseurs mercredi, le PDG de Lyft a déclaré que l’entreprise fermerait ses activités en Californie si elle était obligée de requalifier les chauffeurs comme des employés. « Si nos efforts ici échouent, cela va nous obliger à suspendre nos activités en Californie», a déclaré hier John Zimmer, PDG de Lyft. « Par chance, les électeurs californiens peuvent faire entendre leur voix en votant oui à la proposition 22 en novembre », a-t-il poursuivi. Lyft se joint donc à Uber pour menacer de se retirer de l'un de ses plus importants marchés américains.

La position des deux sociétés pourrait être justifiée par l’état actuel de l’économie, bouleversée par la crise du Covid-19. À titre illustratif, les revenus de Lyft seraient de 339 millions de dollars au deuxième trimestre, soit une baisse significative de 61 % par rapport à la même période l'année dernière. Le nombre d'utilisateurs actifs de Lyft a également diminué de 60 %, passant de 21,8 millions l'année dernière à 8,7 millions ce trimestre. Lyft gagne de l'argent grâce à ses voyages en vélo, en scooter et à ses nouvelles activités de location de véhicules.

Contrairement à son rival Uber, Lyft n'a pas de véritable entreprise de livraison de nourriture et d'épicerie sur laquelle s'appuyer pour faire face à la baisse de ses activités principales de covoiturage.

Source : Reuters

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Les régulateurs californiens affirment que les chauffeurs d'Uber et de Lyft sont des employés, en vertu d'une nouvelle loi californienne en faveur des travailleurs indépendants

La plus haute juridiction française reclasse les chauffeurs d'Uber en tant qu'employés, car une relation de subordination est créée lors de leur connexion à la plateforme numérique de la société

Suisse : la Suva estime qu'Uber doit payer des cotisations sociales pour ses chauffeurs, car ces derniers sont des salariés et non des « freelancers »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/08/2020 à 11:07
Le PDG d'Uber déclare que son service va probablement fermer temporairement en Californie Lyft menace aussi de quitter l’État si l’Assembly Bill 5 (AB5) devait être maintenu
Quand les autorités suisses ont décidé que les "chauffeurs" UBER n'étaient pas des indépendants mais des salariés Uber et que Uber devait payer l'ensemble des charges sociales de leur salariés comme le font le 100% des entreprises, quelle a été la réaction de Uber?

Réponse de Uber: "Si c'est comme cela, Uber quittera la Suisse!"

Résultat: Uber est toujours actif en Suisse!

Il faut peut-être que quelqu'un explique à ces connards de Uber et autres que leur services ne sont pas indispensables et que les lois sont pour tout le monde!

Alors ils s'adaptent aux lois ou ils disparaissent!!!
11  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/08/2020 à 14:14
Citation Envoyé par stardeath Voir le message
@Anselme45, Uber est toujours actif en Suisse, certes, mais ils ont payé ou ils ont trouvé pour magouiller? (véritable question si jamais le ton ne le laissait pas penser)
Uber n'a pas pu magouiller alors Uber a changé son business model: Uber exige que le chauffeur travaillant à l'aide de Uber (il n'y a plus de chauffeurs Uber) soit officiellement inscrit comme chauffeur professionnel indépendant et donc qu'il paie ses charges sociales.

Fini le plâtrier-peintre qui fait quelques courses Uber au black pour arrondir ses fins de mois...

https://www.uber.com/ch/fr/drive/req...get-a-license/

Au final, Uber continue a encaisser du fric sans avoir à payer les charges sociales des chauffeurs...

Les taxis officiels sont contents parce qu'il n'y a plus de concurrence déloyale de Uber...

L'Etat est content car il encaisse les charges sociales dues...

Tout le monde est content... Cela s’appelle le "pragmatisme suisse"!
4  0 
Avatar de stardeath
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/08/2020 à 11:27
@Anselme45, Uber est toujours actif en Suisse, certes, mais ils ont payé ou ils ont trouvé pour magouiller? (véritable question si jamais le ton ne le laissait pas penser)
1  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/08/2020 à 16:12
Après, si on suit le modèle suisse, Uber n'a plus d'avantage concurrentiel salarial déloyal. C'est juste un autre moyen de prendre le taxi. Dans ce cadre, je n'ai plus de grief contre Uber. Si c'est une bête appli pour prendre le taxi, c'est juste un service comme un autre.

Là ou Uber (et sans doute Lyft, mais je connais moins) sont nuisibles, c'est quand ils baissent les prix en ne respectant pas les lois locales. Facile d'être moins cher quand on paye moins d'impôts. Facile, déloyal, et illégal. Ce qui n'en fait pas des entreprises rentables, d'ailleurs, Uber, en 2019, c'est 8.5 milliards de pertes. Passer au modèle suisse partout ferait perdre à Uber la perspective d'être un jour le grand monopole des taxis mondiaux, mais pourrait par contre en faire une entreprise rentable. Bien plus petite, un prestataire de service parmi d'autres, mais rentable. La conséquence serait des courses bien plus chères pour les clients - au tarif taxi, ultimement. La fin des courses subventionnées par les milliardaires asiatiques ou de la silicon valley.
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 13/08/2020 à 13:58
Bonjour,

Qu'en pensez-vous ?
C'est plutot simple les sociétés de VTC vont magouiller :

1) changer de nom ... comme cela si une procédure est lancée, elle sera contre une société qui n'existe plu , Facebook a déjà ce type de pratique dans d'autres affaires ... en changeant de nom ou le logo de ces enseignes, les poursuites sont rendues caduques.

2) changer de dénomination pour continuer la même activité ...

3) licencier , histoire de changer le siège de juridiction , aux USA ils ont le choix entre plus de 52 états ...
1  1 
Avatar de john94
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/08/2020 à 12:56
condamnés enfin ! le développement important d’emplois « uberisés » implique des risques spécifiques pour ces travailleurs indépendants fictifs et présentent beaucoup d’inconvénients pour la santé et la sécurité du travail avec de la précarité, et peu de prévention des risques professionnels et de protection sociale : https://www.officiel-prevention.com/...es-de-services
0  0