Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

70 % des utilisateurs d'iOS et d'Android refuseront les demandes d'autorisations de suivi s'ils avaient le choix, selon une enquête,
Comment cela affectera-t-il les revenus des développeurs ?

Le , par Bill Fassinou

135PARTAGES

4  0 
Apple a fait de nombreuses annonces pendant la conférence WWDC 2020 le mois passé, dont le renforcement de la confidentialité des données et la sécurité des utilisateurs d’iOS 14, iPadOS 14 et tvOS 14. Désormais, les développeurs seront tenus de fournir des informations sur la façon dont leurs applications collectent les données des utilisateurs et devront aussi demander explicitement leur autorisation avant de les suivre à travers les applications et les sites Web appartenant à d'autres sociétés. Il s’agit d’une première dans l’industrie et cela pourrait avoir des impacts majeurs.

L’action d’Apple est un changement majeur pour les développeurs d’applications et dans l’industrie du marketing. Selon certaines rumeurs, si l’entreprise n’avait pas introduit ces changements, aucune autre société de la Tech n’aurait osé le faire. Sur le site Web qu’elle dédie aux développeurs, Apple indique que l'App Store est conçu pour être un endroit sûr et fiable permettant aux utilisateurs de découvrir des applications créées par des développeurs talentueux du monde entier. Selon Apple, c’est pour ça que l’entreprise fait tout pour protéger ses utilisateurs.

« Les applications sur l'App Store sont tenues à un niveau élevé de confidentialité, de sécurité et de contenu, car rien n'est plus important que de maintenir la confiance des utilisateurs. Plus tard dans l'année, vous [les développeurs] devrez fournir des informations sur certaines des pratiques de collecte de données de votre application sur votre page produit. Et avec iOS 14, iPadOS 14 et tvOS 14, vous devrez demander aux utilisateurs la permission de les suivre à travers des applications ainsi que des sites Web appartenant à d'autres sociétés », lit-on sur le site.

Selon une analyse de John Koetsier du magazine Forbes, Apple vient ainsi de paralyser l'IDFA (Identifier For Advertisers, en français identifiant pour annonceurs) et envoie également une industrie d’environ 80 milliards de dollars en bouleversement. De même, PollFish, un cabinet de recherche en marketing, estime qu’en raison du paysage des applications mobiles qui devient de plus en plus unifié sur la façon de gérer la confidentialité, ces changements pourraient aussi très vite arriver sur Android. Les impacts pourraient être dévastateurs pour les développeurs et les annonceurs.


Pour étayer ses dires, PollFish a réalisé deux études auprès de 1000 personnes interrogées chacune aux États-Unis, une sur iOS et une sur Android pour mesurer la réaction des utilisateurs d'iOS et d'Android aux changements de confidentialité et de sécurité à venir. Selon les résultats de cette enquête, 68,3 % des utilisateurs d'iOS et 67,5 % des utilisateurs d'Android vont probablement refuser d’accorder les autorisations de suivi s'ils sont invités à participer à une application.

Cela dit, certains sont prêts à donner leur autorisation contre une rémunération, d’après une conversation active au sujet des changements annoncés, afin de savoir si les propriétaires d'applications seraient autorisés à inciter les utilisateurs avec des biens virtuels, en échange de la permission de les suivre. Dans les mêmes enquêtes, il a été demandé aux utilisateurs d'iOS et d'Android ce qu'ils feraient dans ce cas de figure et il semble qu'environ 15 % des utilisateurs (14,2 % des utilisateurs d'iOS et 14,9 % des utilisateurs d'Android) changeraient d'avis. Sur les 1000 répondants, certains seraient aussi prêts à changer d’avis si l’éditeur explique bien la raison du suivi.

En effet, la fenêtre contextuelle de permission actuelle suggérée par Apple permet aux propriétaires d'applications d’ajouter une petite quantité de texte dans la description pour expliquer le raisonnement qui sous-tend la demande de permission de suivi. Dans l’étude, PollFish, a demandé aux utilisateurs s'ils changeraient d’avis après une explication appropriée sur la demande suivi de la part des propriétaires de l'application, avant ou dans la fenêtre contextuelle. Les résultats ont révélé qu’environ 22 % d’entre eux changeraient potentiellement leurs préférences.

Toujours sur le même aspect, 44,8 % des utilisateurs d'iOS et 47,2 % des utilisateurs d'Android semblaient être d’accord pour être suivis si les éditeurs d'applications devaient leur fournir un raisonnement approprié à l'avance. Parmi les participants aux sondages, 52,5 % sur iOS ne savaient pas qu'ils pouvaient limiter le suivi des annonces pour le moment, dans la zone des paramètres de leur iPhone. Parmi ceux qui sont au courant, 42,43 % ont l'option activée et environ 56,6 % d'entre eux ont déclaré avoir un suivi limité activé en raison de problèmes de confidentialité.

La même question a aussi été adressée aux utilisateurs d'Android, 42,6 % n'étaient pas au courant de l'option de retrait des publicités basées sur les centres d'intérêt et de ceux qui connaissaient ce paramètre, 51,27 % ont déjà choisi de se retirer. Environ 46,41 % ont déclaré s'être retirés en raison de problèmes de confidentialité. En conclusion à l’étude, PollFish a déclaré que les changements de confidentialité à venir sur iOS vont avoir un grand impact sur la façon dont les applications monétisent leur public et sur le fonctionnement des réseaux de publicité et d'attribution.

Selon le cabinet, l'étude a montré que la majorité des utilisateurs ne se permettraient pas d'être suivis, une méthode cruciale pour exécuter et attribuer efficacement des campagnes publicitaires dans les applications pour le moment. C’est pareil sur Android où des résultats similaires ont été révélés. Cela montre que la confidentialité semble être une préoccupation clé parmi les utilisateurs d’appareils mobiles. Leur donner plus de choix et de transparence semble changer radicalement le paysage actuel.

Sources : PollFish, John Koetsier

Et vous ?

Que pensez-vous de l'analyse de PollFish ?

Voir aussi

WWDC 2020 : Apple annonce que les prochains Mac seront équipés de ses propres processeurs, à la place de ceux d'Intel, un moment « historique », selon Tim Cook

WWDC 2020 : découvrez les principales annonces d'Apple durant l'édition 2020 de sa conférence dédiée aux développeurs sur iOS, iPadOS, et bien d'autres

WWDC 2020 : iOS 14 vous permettra de changer vos applications de messagerie et de navigation Web par défaut et vient avec plusieurs autres nouveautés telles que des widgets sur l'écran d'accueil

L'alerte de suivi des applications iOS 13 a considérablement réduit le flux de données de localisation vers l'industrie publicitaire, selon un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Tooth
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/07/2020 à 15:09
Citation Envoyé par tireb91913 Voir le message


Je vois pas en quoi donne mes données à une société privée serait plus dangereux que de les donner à l'état, vu comment il est géré je n'ose même pas savoir comment sont gardées ces données.
Les données ont une valeur marchande directe pour une société privée ? Oui. Pour l'Etat ? Non.

Je ne vois pas ce que l'Etat vient faire là dedans, l'article parle bien de collecte de données via une application et non de la sécurisation de nos données d'une manière générale
2  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/07/2020 à 15:40
Sous android ces autorisation existent déjà plus ou moins avec par exemple les demandes d'accès aux contacts. Idem quand on veux utiliser le compte google de l'utilisateur il sait quelles informations on va pouvoir récupérer.

Le problème plus général c'est que la culture du gratuit est reine mais que des dév qui travail pour la beauté du geste j'en connais pas des masses. Du coup inévitablement on va chercher de la rémunération autrement.
Cela dit, certains sont prêts à donner leur autorisation contre une rémunération
La rémunération c'est l'accès à l'application gratuitement ...

Donc si demain les utilisateurs refusent l'utilisation de leur données, mais refuse également de payer et qu'en plus il faut les rémunéré si on utilise leur donné ca va devenir compliqué .
2  0 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/07/2020 à 16:11
Pour moi le fait qu'une application soit payante sans achats in-app est un critère de sélection. Ca veut dire que de un le développeur a assez confiance en son produit pour considérer qu'il mérite un achat, de deux que je ne vais pas être innondée de pub et d'incitations à acheter des emotes toutes les trois minutes.

Pour moi si toutes les applications en viennent à deux modèles, soit un prix cohérent par rapport à ce qu'elles valent, soit gratuites avec ce que ça implique de choses insupportables ça me va très bien. N'oublions pas que beaucoup de gens restent réfractaires à payer pour des choses qu'ils utilisent, car bien entendu le travail d'un développeur ou d'un artiste ne vaut rien, ce n'est pas comme une nouvelle paire de Nikes.
1  0 
Avatar de jopopmk
Membre expert https://www.developpez.com
Le 17/07/2020 à 9:12
Assez étonnant comme intitulés de bouton "Allow tacking" et "Ask App Not to Track".
Genre tu demandes à l'appli de ne pas te traquer ... mais elle peut te répondre ce qu'elle veut
1  0 
Avatar de tireb91913
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 16/07/2020 à 14:07
Quid des données données à l'état ?

Ils nous chient une pendule, excusez moi de l'expression, pour mettre des spams quand on arrive sur une site internet pour accepter 2 3 cookies dont ils ne comprennent même pas le fonctionnement. Et maintenant ils en remettent une couche sur les applis mobiles.

Par contre toutes les données fiscales et secu ça ils ont le droit car l'état nous veut le bien et qu'il est gentil gentil.

Je vois pas en quoi donne mes données à une société privée serait plus dangereux que de les donner à l'état, vu comment il est géré je n'ose même pas savoir comment sont gardées ces données.
0  4