Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'enquête antitrust américaine contre Google se rapproche à grands pas
Pour déterminer si l'entreprise fait un usage abusif de son énorme pouvoir sur le marché de la recherche

Le , par Stéphane le calme

323PARTAGES

8  0 
Des enquêtes sur la concurrence sont en cours contre les GAFA aux États-Unis et les PDG de ces sociétés devraient être entendus par la Chambre des représentants plus tard ce mois-ci via une réunion en ligne. Certains éléments indiquent que le cas contre Google ouvrira le bal.

Le contrôle des pratiques commerciales de l’entreprise s’est accéléré depuis. Politico a rapporté la semaine dernière que la Californie, qui avait suspendu une enquête menée par 48 procureurs généraux, se préparait à lancer sa propre enquête sur les pratiques de Google en matière de concurrence. Comme le notait Leah Nylen dans ce rapport : « L'Alabama est désormais le seul État à ne pas enquêter sur l'entreprise ».

De nombreux concurrents de Google se sont plaints du fait que Google mette ses services, ainsi que ceux de ses partenaires, en premier plan dans le domaine de la recherche, érodant ainsi leur trafic organique. Après avoir noté que les consommateurs ne sont tout simplement plus satisfaits des 10 liens bleus des jours passés, Google a rétorqué que, malgré les changements, il continue d'envoyer une quantité considérable de trafic vers ces sites Web.

Ailleurs, le Wall Street Journal a rapporté mardi que la recherche de vidéos sur Google plaçait celles publiées sur sa plateforme YouTube plus haut que celles publiées sur les plateformes rivales, même lorsque ces vidéos avaient été publiées avant sur Facebook, Dailymotion et d'autres plateformes ou même si elles avaient obtenu plus de vues sur ces plateformes (Google a indiqué ne pas prendre en considération le nombre de vues qu'une vidéo reçoit lors du classement dans la recherche)

Sam Schechner, Kirsten Grind et John West du Wall Street Journal indiquent que :

« Les ingénieurs de Google ont apporté des modifications qui préfèrent effectivement YouTube à d'autres sources vidéo, selon des personnes familières avec le sujet. Au cours des dernières années, les dirigeants de Google ont décidé de donner la priorité à YouTube sur la première page des résultats de recherche, en partie pour générer du trafic vers YouTube plutôt que vers les plateformes des concurrents, et également pour donner à YouTube plus de poids dans les accords commerciaux avec les fournisseurs de contenu qui recherchent du trafic pour leurs vidéos, selon les dires d'une de ces sources. [...]

Une porte-parole de Google, Lara Levin, a déclaré qu'aucune préférence n'était accordée à YouTube ou à tout autre fournisseur de vidéos dans la recherche Google : « Nos systèmes utilisent un certain nombre de signaux provenant du Web pour comprendre quels résultats les gens trouvent les plus pertinents et utiles pour une requête donnée. Pour garantir que ces signaux sont utilisés de manière égale et équitable pour tous les sites, nous utilisons des signaux qui ne sont pas spécifiques à un site ou à une plateforme. Par conséquent, le nombre de vues, de "j'aime" ou de commentaires qu'une vidéo a reçus sur une plateforme donnée n'est pas un facteur dans nos systèmes de classement. Nos systèmes de classement vidéo utilisent les signaux de toutes les sources vidéo de la même manière - aucune préférence n'est accordée à YouTube ou à tout autre fournisseur de vidéos. »


Et pourtant, malgré l'utilisation de tous ces signaux, YouTube reste le plus souvent le gagnant. Google parle souvent des résultats de recherche comme s'il s'agissait de phénomènes naturels, comme la gravité, plutôt que du résultat d'une prise de décision insufflée dans un algorithme.

La question sous-jacente ici est de savoir dans quelle mesure Google devrait être autorisé à présenter les résultats de recherche comme bon lui semble, quel que soit le coût pour les autres entreprises. L'Union européenne a infligé une amende à la société à trois reprises au fil des ans pour avoir agi d'une manière qui, selon elle, a nui à la concurrence.

Jusqu'à présent, le gouvernement américain ne s'est pas officiellement prononcé sur son cas, mais il est difficile d'examiner la recherche Google en 2020 et de conclure qu'elle s'est avérée d'une utilité concluante pour la concurrence. Quels que soient les signaux que les algorithmes de l'entreprise pourraient prendre en compte lors du classement des résultats de recherche, c'est toujours Google qui arrive en tête.

Notons que le mois dernier, des sources ont indiqué que des procureurs généraux d'États américains, qui enquêtent sur Google à la recherche d’éventuelles violations des lois antitrust, planchaient vers une incitation à la dissolution de son activité publicitaire.

« Les tribunaux sont très préoccupés par le fait que le démantèlement d’une entreprise puisse nuire aux consommateurs et aggraver la situation pour les personnes qui n’ont pas l’expertise pour le faire », a déclaré Stephen Houck, conseiller de Google qui a été l’un des avocats du gouvernement dans l’affaire antitrust de Microsoft il y a deux décennies.

Pour la défense de Google, un porte-parole de l'entreprise a déclaré dans un communiqué : « nous continuons de participer aux enquêtes en cours menées par le ministère de la Justice et le procureur général Paxton, et nous n’avons aucune mise à jour ou commentaire sur la spéculation. Les faits sont clairs. Nos produits de publicité rivalisent dans une industrie surpeuplée avec des centaines de concurrents et de technologies, et ont contribué à réduire les coûts pour les annonceurs et les consommateurs ».

Source : Politico, Wall Street Journal

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de sirthie
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 30/07/2020 à 15:28
Citation Envoyé par brulain Voir le message
Cela s'apparente clairement à du harcèlement envers ces entreprises qui veulent simplement rendre le monde meilleur, avec une éthique et une transparence qui forcent l'admiration.
Heuuu... tu fais de l'humour, là, hein ?
5  0 
Avatar de emilie77
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 23/09/2020 à 10:32
Apple ou Android... Wow marché ouvert
Apple avec son store super ouvert...
5  0 
Avatar de xavfree
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 04/08/2020 à 9:17
Par contre l'Ami Microsoft lui pas inquiété du tout sa baigne Mdr
la planète entière lobotomisée à ses news MSN à chaque ouverture de laptop ...
2  0 
Avatar de 23JFK
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/09/2020 à 17:51
Apple dont le R&D consiste à développer des protocoles et des connecteurs particuliers qui n'existent que sur le matériel Apple est clairement sur un marché ouvert.
2  0 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 02/08/2020 à 12:32
Quand on confère à une entité un grand pouvoir, on la soumet à un "contrat" qui édicte un cadre et des règles à respecter.
Pour un gouvernement ça s'appelle une Constitution, pour une entreprise se sont les lois, décrets, code de machin-bidule... il n'y a aucune raison à ce que les "géants" ne soient pas encadrés par des textes différents si leur "pouvoir" /influence est différent des ces autres catégories.

PS: bien d'autres entités financières serait également concernés, hein !
2  1 
Avatar de Steinvikel
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 28/09/2020 à 20:33
ce qui est triste, c'est que tout ce qui semble être pensé, ce sont des lois/règles/mécanismes pour "réguler" le marcher ...c'est pensé avant tout pour l'économie, par pour la technique ou l'inventivité.

Mais bon, pour ça, je ne pense pas vivre dans la bonne ère. ^^'
1  0 
Avatar de tanaka59
Membre expert https://www.developpez.com
Le 30/07/2020 à 16:22
Bonjour,

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Le président Donald Trump est très courageux, d'habitue personne n'ose s'attaquer à des groupes aussi puissants.
Ces entreprises sont si puissante que c'est peine perdu ... A moins que le gouvernement US ne mette la main au porte feuille pour avoir son mot à dire en temps qu'actionnaire ?

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
C'est vrai que Google, Apple, Facebook, Amazon sont trop puissant et qu'il faut faire quelque chose pour les empêcher de trop abuser de leur position dominante.
J'en rigole ... Les USA essayent des les freiner ... Pendant ce temps les Russes font l'inverse avec "Vkontakte" et "yandex" , ainsi que les chinois avec "baidu", "tencent" et "alibaba" ... Pour même aller encore plus loin. Russes et chinois investissent massivement dans des opérateurs télécoms ... Histoire que des gros mammouths comme Google, Apple, Facebook, Amazon ne tiennent pas la main sur leur population .

Un jour on aura peut être des réseaux sociaux russes ou chinois si les big de la tech se cassent la figure.

Un Facebook ou Amazon chinois c'est moins sexy ... mais en gros c'est du Joom et Wish ... Encore plus de produit de "m**de".

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ces entreprises ont trop de pouvoir c'est donc un problème (et pas que pour le gouvernement US).
Les USA ont créé des monstres incontrolables ... Chinois et Russe investissent massivement pour essayer d'en créer ...

D'un côté on a une gouvernance ultra libéral par des entreprises. De L'autre des états hyper interventionnistes ...

Choisissez votre camps
0  0 
Avatar de brulain
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 30/07/2020 à 14:17
Cela s'apparente clairement à du harcèlement envers ces entreprises qui veulent simplement rendre le monde meilleur, avec une éthique et une transparence qui forcent l'admiration.
4  5 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 30/07/2020 à 14:44
C'est dommage de casser une chaîne de 5 news sans commentaire.
Citation Envoyé par Axel Lecomte Voir le message
Le président américain Donald Trump a menacé d'imposer l'« équité » aux géants du numérique via des décrets. « Si le Congrès n'instaure pas l'équité au sein de la Big Tech, ce qu'il aurait dû faire depuis des années, je le ferai moi-même par des décrets. À Washington, cela n'a été depuis des années que des paroles mais aucune action et les habitants de notre pays en ont assez ! », a averti Donald Trump sur Twitter.
Le président Donald Trump est très courageux, d'habitue personne n'ose s'attaquer à des groupes aussi puissants.
C'est vrai que Google, Apple, Facebook, Amazon sont trop puissant et qu'il faut faire quelque chose pour les empêcher de trop abuser de leur position dominante.

Face aux PDG des GAFA, les élus américains marquent des points
Que penser des cinq heures de l’audition inédite des quatre PDG de Google, Amazon, Facebook et Apple (GAFA), ce mercredi 29 juillet ? A chaud, Barry Lynn, grand pourfendeur du pouvoir des GAFA, ne cache pas sa satisfaction : « C’est un jour à marquer d’une pierre blanche. Cela a dépassé nos attentes. Les parlementaires ont réussi à amener de nouveaux documents pour soumettre les dirigeants à des questions inconfortables », se réjouit le fondateur d’Open Markets, un think tank qui milite activement pour le « démantèlement » des géants du numérique.

L’activiste n’aurait pas renié la conclusion assénée par David Cicilline, le président de la séance au sous-comité antitrust de la Chambre des représentants des Etats-Unis : « Ces entreprises ont des pouvoirs de monopole. Cela doit cesser. Certaines doivent être démantelées, toutes doivent être régulées correctement », a lancé le démocrate, après avoir comparé Sundar Pichai (Google), Jeff Bezos (Amazon), Mark Zuckerberg (Facebook) et Tim Cook (Apple) aux magnats du pétrole et de l’acier John Rockefeller et Andrew Carnegie.
Ces entreprises ont trop de pouvoir c'est donc un problème (et pas que pour le gouvernement US).
1  4