Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Environ 22 % des emplois dans l'UE (soit 59 millions) pourraient être automatisées d'ici 2030 »
Selon le McKinsey Global Institute

Le , par Stéphane le calme

350PARTAGES

5  0 
Les discussions sur les perspectives du travail en Europe sont naturellement éclipsées par l'impact de la nouvelle crise des coronavirus. Un document de travail du McKinsey Global Institute, intitulé The future of work in Europe, donne une projection à plus long terme de la situation, jusqu'en 2030.

Les auteurs notent tout d’abord que l’emploi en Europe a augmenté dans les secteurs à forte intensité de connaissances tels que les télécommunications, les services financiers, l'immobilier et l'éducation, tandis qu'il a diminué dans le secteur manufacturier et l'agriculture. La croissance de l'emploi avant la pandémie a favorisé les travailleurs ayant les niveaux de compétence les plus élevés (tels que les professionnels du droit et de la santé). De même, la croissance de l'emploi a également été positive pour les professions situées dans la partie inférieure du continuum des compétences, comme les caissiers et les travailleurs de l'assainissement.

Seulement voilà : McKinsey Global Institute estime que l'impact de COVID-19 sur l'emploi pourrait accélérer les transitions vers de nouveaux emplois avec des compétences différentes. La crise pourrait également accélérer les inégalités existantes au sein des pays européens, entre les travailleurs les mieux et les moins instruits, entre les régions, mais aussi parmi les jeunes :

« Au lendemain de la crise financière de 2008, le chômage a fortement augmenté en Europe et n'a commencé à se redresser que cinq ans plus tard, après une récession à deux chiffres. L'emploi a fortement augmenté au cours des années suivantes jusqu'à la crise sanitaire de 2020. En supposant une reprise à long terme similaire après la pandémie, un aspect clé de l'histoire de l'emploi que nous trouvons dans notre recherche concerne l'offre de main-d'œuvre plutôt que sa demande parmi les entreprises. Alors que l'adoption de l'automatisation augmentera au cours de la prochaine décennie, une diminution de la main-d'œuvre sur le continent signifie que, d'ici 2030, trouver suffisamment de travailleurs possédant les compétences requises pour pourvoir les emplois existants et en cours de création en Europe peut être difficile ».

Des recherches antérieures du McKinsey Global Institute ont estimé qu'environ la moitié de toutes les activités de travail dans le monde ont le potentiel technique d'être automatisées en adaptant les technologies actuellement présentées, avec des différences considérables selon les pays. Cependant, le rythme et l'étendue de l'automatisation dépendront de l'analyse de rentabilisation de l'adoption, des niveaux de salaire, de la réglementation et de l'acceptation des consommateurs, des capacités techniques et d'autres facteurs.

« Nous avons exécuté plusieurs scénarios concernant le rythme de l'automatisation en Europe avant la pandémie. Environ 22 % des activités de la main-d'œuvre dans l'UE (équivalant à 53 millions d'emplois) pourraient être automatisées d'ici 2030, mais cela pourrait être plus élevé si la pandémie accélérait le rythme d'adoption de l'automatisation. Nous supposons que d'ici 2030, la crise du coronavirus sera derrière nous et les nouveaux emplois créés compenseraient totalement ou partiellement cette perte d'emploi liée à l'automatisation ».


« Alors que l'économie rouvre prudemment après la fermeture, nous avons estimé que jusqu'à 59 millions d'emplois européens, soit 26 % du total, sont menacés à court terme par des réductions des heures ou des salaires, des congés temporaires ou des licenciements permanents. L'impact sera inégalement réparti, avec des différences importantes entre les secteurs et les professions et, par conséquent, entre les groupes démographiques et les marchés du travail locaux.

« Trois groupes professionnels représentent environ la moitié de tous les emplois à risque en Europe : le service à la clientèle et les ventes, les services de restauration et les professions du bâtiment. Les emplois les plus exposés aux pertes d'emplois se chevauchent dans une certaine mesure avec ceux les plus vulnérables à une évolution vers l'automatisation. Environ 24 millions d'emplois, soit près de 50 % du nombre d'emplois déplacés par l'automatisation, sont menacés à la fois par les conséquences post-COVID-19 et par l'automatisation ».

L'automatisation n'est pas la seule force qui façonne le marché du travail. L’ensemble des secteurs européens se rééquilibre, le secteur manufacturier et l’agriculture continuant de reculer tandis que le marché des services gagne relativement plus de poids. Aujourd'hui, l'automatisation amplifie la transition vers des secteurs à plus forte intensité de connaissances, tels que l'éducation, les technologies de l'information et des communications, la santé humaine et le travail social.

D'après la modélisation du McKinsey Global Institute, trois secteurs devraient représenter plus de 70 % de la croissance potentielle de l'emploi en Europe d'ici 2030. Les gains nets les plus importants concernent la santé humaine et le travail social, où 4,5 millions d'emplois pourraient être ajoutés. Viennent ensuite les services professionnels, scientifiques et techniques, qui pourraient créer 2,6 millions d'emplois, et l'éducation, qui pourrait créer 2,0 millions d'emplois.

La composition professionnelle évolue également en raison de l'automatisation. Aujourd'hui, bon nombre des catégories professionnelles les plus importantes d'Europe présentent le plus grand potentiel d’évolution. Il s'agit notamment des rôles de soutien de bureau et des emplois de production, qui emploient respectivement environ 30 millions et 25 millions de travailleurs. Les rôles de service à la clientèle et d’autres comme caissiers sont également susceptibles de diminuer, car de nombreuses tâches sont automatisées. Seulement dix des plus de 400 professions examinées par McKinsey Global Institute (y compris les vendeurs en magasin, les secrétaires administratifs, etc.) représentent près de 20 % des déplacements probables.

« Alors que l'adoption de l'automatisation se poursuit dans la décennie à venir, nos scénarios suggèrent que la quasi-totalité des 235 millions de travailleurs européens d'aujourd'hui seront confrontés au moins à un certain degré de changement à mesure que leurs professions évolueront. Jusqu'à 21 millions de personnes pourraient devoir quitter des emplois en déclin. Nous estimons que 94 millions de travailleurs (environ 40 % de la population active de 2018) n'auront peut-être pas besoin de changer de profession, mais devront néanmoins acquérir de nouvelles compétences, car plus de 20 % de ce qu'ils font aujourd'hui pourra être gérés par la technologie ».

En somme, le rapport de McKinsey suggère que les emplois les plus menacés par l'automatisation sont aussi ceux que la pandémie a rendus plus vulnérables. Il note que l’une des tâches les plus importantes sera de faire monter en compétence et former les travailleurs afin de s’assurer qu’ils acquièrent les compétences qui leur permettront de profiter des opportunités de croissance.

Source : McKinsey

Et vous ?

Cette projection vous semble-t-elle crédible ? Dans quelle mesure ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de e-ric
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/06/2020 à 10:25
Salut

Si cela pouvait concerner le staff politique et les parlementaires, les choses iraient peut-être mieux pour moins cher. Mais bon on peut rêver...

tchüss
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/06/2020 à 11:24
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Seulement voilà : McKinsey Global Institute estime que l'impact de COVID-19 sur l'emploi pourrait accélérer les transitions vers de nouveaux emplois avec des compétences différentes. La crise pourrait également accélérer les inégalités existantes au sein des pays européens, entre les travailleurs les mieux et les moins instruits, entre les régions, mais aussi parmi les jeunes :
(...)
Nous supposons que d'ici 2030, la crise du coronavirus sera derrière nous et les nouveaux emplois créés compenseraient totalement ou partiellement cette perte d'emploi liée à l'automatisation ».
Il faut arrêter avec ses sottises, il n'y aura pas de nouveaux métier pour compenser.
Parce qu'ok il va y avoir des ingénieurs, des chercheurs, des prototypistes, des électroniciens et des mécaniciens pour la maintenance, etc.
Mais ils seront beaucoup, beaucoup moins nombreux que les travailleurs qui vont se faire remplacer par des robots.
Si une entreprise créer un robot, elle va peut-être vendre le même modèle à des millions d'exemplaires.
Bon alors ok peut-être que régulièrement il faudra faire un peu de maintenance, mais une seule personne pourra s'occuper d'un grand nombre de robots, c'est comme avec les voitures il y a beaucoup moins de garagistes que de voitures.
Et en plus ce sera des robots professionnels conçu pour durer. Donc ils ne vont pas tomber en panne aussi facilement qu'une imprimante...

Les femmes et les hommes qui vont perdre leur job pourront reprendre les études et faire un BAC+5, mais à la fin ils n'auront pas de job.

Et de toute façon même sans les histoires d'automatisation, le chômage va exploser parce qu'on est dans une profonde crise économique depuis 2007.
La dette est iremboursable (on la creuse plus vite qu'on ne la rembourse), donc à la fin il y aura un défaut de paiement et tout le monde perdra son épargne, parce que si vous avez un livret A, une assurance vie, ou n'importe quoi à la banque, ces comptes contiennent de la dette, et en cas de défaut de paiement ça va à zéro.

Là on est en peu dans l'ambiance grande dépression comme après 1929.

Il y a peut être un léger espoir, peut-être qu'il va y avoir une réaction anti technologie, les gens vont devenir agriculteur sans machine, on va utiliser des chevaux et des vaches à la place de tracteurs, on va arrêter d'utiliser des insecticides, des fongicides, des herbicides, des parasiticides, des engrais, on va faire de la permaculture, la nourriture coûtera beaucoup plus cher, mais la qualité sera bien meilleur.
En occident le taux de fécondité est inférieur à 2,1 donc on ne remplace pas les générations, l’espérance de vie diminue, donc avec un peu de chance la population mondiale va diminuer.
Parce que là si on pense à l'avenir on a pas envie de faire des enfants, parce qu'ils vont avoir une vie difficile.
On n'est pas en 1945 en train de se dire "le futur va être radieux". Là c'est l'inverse des 30 glorieuses, à l'époque les gens gagnaient de la qualité de vie chaque année (les salaires augmentaient, les gens achetaient de l’électroménager), dans l'avenir le prix de la vie va augmenter et il n'y aura pas de boulot.

Les décennies à venir ne devraient pas être très drôle.
3  0 
Avatar de Cpt Anderson
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 22/06/2020 à 9:26
Je propose que tous les chômeurs, victimes de ce "progrès" incroyable, se mettent au balcon à 20h pétante pour applaudir les robots qui font le taff à leur place.
2  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 22/06/2020 à 12:00
Il y a dejà des millions de bullshit jobs. Ca va être pire. De plus en plus de gens vont faire du boulot sans queue ni tête parce qu’il faut bien garder quelques consommateurs en Europe.
2  0