Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Français Qwant se prépare à licencier un quart de son effectif
Pour réduire ses coûts et se concentrer sur son principal service qu'est son moteur de recherche

Le , par Stéphane le calme

318PARTAGES

14  0 
Qwant, le moteur de recherche français axé sur le respect de la vie privée, a été présenté par le gouvernement comme l'un des piliers pour atteindre la « souveraineté » technologique, encore inexistante avec la domination des géants américains de la Silicon Valley. Il a bénéficié d'une subvention de plus de 20 millions d'euros de la Caisse des Dépôts pour lui permettre de concurrencer Google, et est aujourd'hui le moteur de recherche par défaut dans les administrations publiques.

Même si chacun s’accorde sur la nécessité de disposer d’un outil de souveraineté numérique français ou plus largement à l’échelle européenne, il faut signaler que depuis qu’elle existe (9 ans), la startup française peine à réaliser un chiffre d’affaires au-delà des 5 millions d’euros. Les pertes se multiplient pour l’entreprise qui jamais n’a réussi à atteindre les objectifs fixés. En 2017, son activité n’aura généré que 3 millions d’euros, puis cinq millions d’euros un an après. L'année dernière, le chiffre d’affaires de l’entreprise s'est situé aux alentours des 7 millions d’euros, alors que Qwant tablait sur 15 millions d’euros. De plus, malgré un chiffre d’affaires bas, Qwant a une charge salariale importante - avec un niveau de rémunération apparemment trop élevé - et la crédibilité du groupe a pris un coup depuis qu’on sait qu’il dépend énormément de Microsoft Bing. Les coûts ayant augmenté, le moteur de recherche perdait plus d’un million d’euros par mois, sans perspective de basculer vers un modèle bénéficiaire.

La semaine dernière, Qwant a annoncé aux salariés un vaste plan de réorganisation pour se recentrer sur son cœur de métier. D'après les informations obtenues par nos confrères chez France Info, cette restructuration menacerait de fermeture le bureau d'Ajaccio (Corse-du-Sud), dont les douze salariés s'occupent du service Qwant Music, ainsi que celui d'Épinal (Vosges), racheté en 2017 à l'entreprise Xilopix qui a vu son nombre de salariés être réduit progressivement malgré les promesses de recrutements. Il faut également compter sur la suppression de postes au siège parisien. En tout, Qwant va se séparer d’une trentaine de personnes sur les 120 que compte son équipe.

France Info précise tout de même avoir consulté des documents internes qui indiquent que 16 postes seraient créés dans le même temps, principalement pour renforcer les équipes de développement à Nice (Alpes-Maritimes).

Jean-Claude Ghinozzi, qui a repris la tête de l’entreprise en lieu et place d’Éric Léandri, n’a pas souhaité répondre aux sollicitations des journalistes. S’il reconnait que Qwant a « bien conscience que nous n’avons pas toujours été ces dernières années à la hauteur des attentes suscitées ou des promesses faites », il note que : « Nous sommes aujourd’hui chez QWANT à la tâche et nous nous consacrons pleinement au projet core « Qwant search » en améliorant encore et encore nos services et notre plateforme technologique.

La mise en œuvre de cette stratégie toute tournée vers notre moteur de recherche, l’enrichissement de son écosystème et la monétisation de ses services, nécessite des changements d’organisation et une affectation de nos ressources humaines et financières différentes. C'est pourquoi des discussions sont engagées avec les représentants du personnel portant sur la réorganisation des activités du groupe Qwant. »


Une stratégie pour réduire au plus vite la dépendance à Bing ?

Une note datée du mois d'août 2019 suite à un audit d’une journée chez Qwant, en vue de son installation sur les ordinateurs de l’administration publique, a été rédigée les agents de la Direction interministérielle du numérique (DINUM), de l’ANSSI (l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), du ministère des Armées et de l’École normale supérieure. Ceux-ci ont noté entre autres que Qwant ne marche pas, ou mal ; ses résultats sont tirés principalement du moteur de recherche Bing, de Microsoft ; ils sont souvent datés, peu fiables, peu pertinents, limités en nombre.

La DINUM a évoqué plusieurs limitations dont souffre le moteur de recherche, à savoir : « une difficulté à passer à l’échelle, notamment en termes de nombre de pages web traitées ; une difficulté à gérer un rafraîchissement fréquent des pages web déjà visitées pour en capturer les modifications ; une impossibilité d’utiliser l’index en temps réel pour les recherches des utilisateurs ».

La dépendance de Qwant à Bing et de manière générale la performance de l’index de Qwant dérangent la DINUM. Elle ne peut pas « exclure un scénario dans lequel l’essentiel des réponses viendrait in fine de Bing ». Les incohérences découvertes par les auditeurs les laissent en effet penser à une probable « situation dans laquelle les résultats de recherche [de Qwant] soient composés quasi exclusivement de résultats Bing depuis plusieurs mois ». Une conclusion assez déconcertante pour un moteur de recherche qui se dit « souverain ».

Ils ont alors recommandé la signature de la note généralisant l’installation par défaut de Qwant au sein de l’administration à trois conditions :
  • une vérification dans les locaux de Qwant des affirmations de remise en place de l’indexeur et de la mesure de 60 % de dépendance à Bing, ainsi qu’une vérification de la méthode de calcul de cette dépendance ;
  • la transmission quotidienne à la DINSIC du taux de dépendance à Bing ;
  • l’acceptation d’une clause de revoyure lors de la mise en place de la version 2 du moteur aux environs de janvier 2020 accompagnée par un nouvel audit.

Ce nouvel audit a eu lieu en mai 2020 avec une seconde version du moteur qui est encore « à l’état de prototype ».

Les auditeurs ont reconnu à Qwant sa capacité à préserver la vie privée des utilisateurs, mais ont rappelé que « d'autres moteurs de recherche pourraient revendiquer la satisfaction du premier critère de respect de la vie privée ». Et eux ne bénéficient pas de fonds publics.

Source : France Info

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de
https://www.developpez.com
Le 28/06/2020 à 19:18
Citation Envoyé par loulnux Voir le message
Google oui mais Bing est juste inoffensif il ne prévaut que là où il est imposé mais les utilisateurs le contournent toujours.
Quand à investir pourquoi pas mais pas dans un moteur de recherche, il faut trouver un autre biais pour entrer sur le marché un réseau social ou un service à succès et ensuite apporter le bouquet de services concurrents.
Mais personnellement je ne tiens pas à ce que mon pognon de contribuable serve ce genre d'initiative.
Voilà du bon sens. Mes impôts, je veux bien qu'ils servent à créer une infra très haut débit sur tout le territoire comme l'impôt a financé l'installation du réseau électrique ou ferroviaire. Mais un moteur de recherche, un produit qui in fine enrichira une société qu'on peut qualifier d'agence publicitaire (c'est un peu le modèle économique) : non.

Les startups françaises sont gonflées de recourir constamment à la charité publique. Des gros sous dans le privé il y en a. Et pourquoi OVH, Scaleway, Orange n'investiraient pas dans Qwant ?
Si OVH ou Free (Scaleway) ne jugent pas intéressant de le faire, pourquoi la CDC irait mettre nos sous là-dedans, ils sont plus malins que les grosses têtes d'OVH, à la Caisse des Dépôts et Consignations ?
Je n'ai rien contre Qwant, mais c'est du privé et apparemment mal géré. Il y a d'autres priorités. Si de grosses sociétés hexagonales de l'IT ne veulent pas y mettre un copec j'ai plutôt dans l'idée que ça ne vaut rien, aucune valeur économique. Pendant qu'on liquidait les stocks de masques faute de moyens, des gugus à la CDC flambaient notre pognon plus vite que Tony Montana dans Scarface.
6  0 
Avatar de archqt
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 18:21
C'est le contribuable qui paye. A un moment donné, 1 millions d'euros de pertes par mois faut arrêter
5  1 
Avatar de imperio
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 16:20
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Qu'on ne me sorte pas que Qwant peut rivaliser avec Firefox ...
Pas compris le lien là... Qwant fournit un moteur de recherche et firefox est un navigateur. J'ai raté quelque chose ?
3  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 17:23
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
De plus, malgré un chiffre d’affaires bas, Qwant a une charge salariale importante - avec un niveau de rémunération apparemment trop élevé - et la crédibilité du groupe a pris un coup depuis qu’on sait qu’il dépend énormément de Microsoft Bing. Les coûts ayant augmenté, le moteur de recherche perdait plus d’un million d’euros par mois, sans perspective de basculer vers un modèle bénéficiaire.
Il faudrait commencer par baisser les salaires et virer des cadres. Il y a des gens qui coûtent cher et qui ne servent à rien.
2  0 
Avatar de i5evangelist
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 17:56
Subventionné par la caisse des dépôts, il y a un article sur Qwant ici : https://www.lemediatv.fr/articles/2020/revelations-qwant-boulet-detat-z-DwVYPzQymrJjlldr8t4g
2  0 
Avatar de Riuzaki
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 18:07
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
bonjour, le business model d'un moteur de recherche qu'est-ce que c'est ?
Fournir des résultats de recherchs aux utilisateurs selon certains mots clés dans une barre de recherche.
C'est très bien mais à mon sens Qwant ne fait que fournir le "minimal syndical" et la direction de cette entreprise n'a apparemment pas trouvé le moyen de gagner de l'argent sur son produit.

Contrairement à Google qui fait payer ses clients en les référençant.
Donc s'il y a des millions d'entreprise qui se font référencer sur Google, ce géant de l'internet va gagner plein d'argent.
C'est le principe tout bête de l'économie de marché.
Qwant ne fournit que le minimum syndical en commençant par respecter l'utilisateur, pendant que Google te donne un identifiant publicitaire et te suit partout avec tes mails/photos/recherches en te donnant tellement d'option que tu n'arrives même plus à savoir quand ils te suivent. J'ai récemment découvert que mon S4 sous lineageOS avait l'option sauvegarde sur Google Drive activée alors que j'essaie de les virer partout .

Si tout le monde pensait comme Google, une bonne entreprise serait : une entreprise tentaculaire, ventant le respect de la vie privée tout en s'efforçant de collecter un maximum d'informations par tous moyen légal (ou tous montage légal), qui veut avoir un monopole sur un maximum de domaines en se rendant indispensable. Faut aussi voir ce qu'apporte l'entreprise à la société Parce que "l'économie de marché" actuelle, c'est plutôt la guerre.
3  1 
Avatar de vbarr
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 18/06/2020 à 13:49
Moi je développe et je cherche souvent de la doc ou des réponses à des questions techniques, et depuis plusieurs années je n'utilise que Qwant. Et bien d'après mon expérience, ça ne marche pas mal du tout. Je ne sais pas si il faut remercier les ingénieurs de Qwant ou ceux de Microsoft, mais objectivement, pour moi la recherche texte se passe très bien, je ne vais que rarement voir Google.
Il y a de l'argent public envoyé là dedans alors ça ne doit pas être fait pour payer des managers mais des développeurs car c'est bien une solution technique qu'il faut construire.
Si c'est une question de souveraineté, et bien qu'on appelle à la rescousse les universitaires, les thésards, les élèves ingénieurs ou la communauté open source pour qu'ils contribuent à des projets qui servent de briques (open source, il faudra laisser à César ce qui appartient à César) que Qwant pourra utiliser pour bâtir sa solution technique.
2  0 
Avatar de Mat.M
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 14:24
bonjour, le business model d'un moteur de recherche qu'est-ce que c'est ?
Fournir des résultats de recherchs aux utilisateurs selon certains mots clés dans une barre de recherche.
C'est très bien mais à mon sens Qwant ne fait que fournir le "minimal syndical" et la direction de cette entreprise n'a apparemment pas trouvé le moyen de gagner de l'argent sur son produit.

Contrairement à Google qui fait payer ses clients en les référençant.
Donc s'il y a des millions d'entreprise qui se font référencer sur Google, ce géant de l'internet va gagner plein d'argent.
C'est le principe tout bête de l'économie de marché.
1  0 
Avatar de loulnux
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 27/06/2020 à 10:30
Qwant aurait pu avoir une chance si il avait été proposée en alternative à dukdukgo ou yahoo mais non il a fallu le présenter d'emblée comme un challenger de Google et que c'est-il passé?
Tout le monde déjà accro à Google est allé voir et est revenu avec un avis très mitigé mais pour faire court il s'est passé exactement la même chose pour Bing.
Voilà voilà depuis j'ai pu voir des interview de dirigeants de la boîte qui m'ont paru être de parfaits incompétents alors qu'ils licencient aujourd'hui ... ça m'en fait bouger une...
1  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 27/06/2020 à 20:03
Le web c'est international, chaque pays ne va pas faire son propre moteur de recherches, c'est ridicule.

Par contre c'est normal de pouvoir réguler correctement les sociétés qui proposent des moteurs c'est ce qui est en train de se passer avec le RGPD d'une part (en cours) et d'autre part avec les taxes (en projet).

Réguler et taxer Google et Bing : Oui
Jeter des millions dans une startup Française pour un moteur qui sera jamais compétitif et avec un modèle économique qui sera jamais rentable : Non
1  0