Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trois organisations sur quatre n'achèvent pas la modernisation de leurs anciens systèmes informatiques,
Selon une étude

Le , par Blondelle Mélina

413PARTAGES

4  0 
Une étude d'Advanced, fournisseur de services de modernisation des applications, montre que 74 % des organisations ont lancé un projet de modernisation de leurs systèmes existants, mais ne l'ont pas mené à terme. Cela serait dû à une déconnexion entre les équipes commerciales et techniques.

« La collaboration est absolument essentielle pour une modernisation réussie », déclare Brandon Edenfield, directeur général de la modernisation des applications chez Advanced. « Pour y parvenir, les équipes techniques doivent s'assurer que les dirigeants voient la valeur et l'impact commercial plus large de ces efforts dans des termes qu'ils peuvent comprendre », a ajouté Edenfield.


En effet, la transformation numérique et l'agilité sont d'énormes vecteurs du progrès pour les organisations lorsque celles-ci parviennent à achever le processus de modernisation de leurs systèmes existants. Par cet acte, elles se mettent à l’abri des risques liés à l'absence de modernisation notamment la perte de l'autonomie et du marché. Ce qui constitue un atout favorable pour leurs concurrents.

« Notre monde étant de plus en plus connecté, les entreprises doivent prendre la modernisation plus au sérieux. Si elles veulent s'adapter aux changements du marché et rester compétitives, les entreprises doivent considérer la modernisation des applications patrimoniales comme le fondement et le point de départ de leurs efforts de transformation numérique globale. Celles qui n'accordent pas la priorité à ce changement risquent de prendre du retard sur leurs concurrents et de subir des pertes de revenus importantes à l'avenir », souligne Edenfield.

Advanced nous informe que la plupart des personnes interrogées s'accordaient sur le fait que, la migration vers les services du cloud computing est un indicatif de modernisation. À ce propos, le rapport précise que 98 % des personnes interrogées font état de plans actifs visant à transférer les applications héritées vers le cloud en 2020.

Cependant, seuls 12 % des gestionnaires d'applications et d'infrastructures déclarent recevoir un engagement de financement complet de la part des équipes de direction pour leurs projets de modernisation. Par contre, 56 % affirment qu'ils ne parviennent pas à obtenir de financement et soutiennent que cet échec est dû à la peur du changement de leurs dirigeants.

Pourtant, selon le rapport, plus de la moitié (53 %) des DSI et 42 % des directeurs financiers obtiennent des engagements de financement complets de la part des hauts dirigeants. Cela pourrait-il signifier comme dit précédemment que les équipes techniques sur le terrain doivent être capables de parler la langue des affaires à fin de mieux étayer leur vision surtout en insistant sur sa rentabilité pour ainsi espérer obtenir le financement requis ?

Source : Advanced

Et vous ?

Que pensez-vous des résultats de cette étude ? Pertinents ou pas ?
Qu'en est-il dans votre entreprise ?

Voir aussi

USA : le plan de modernisation des technologies de l'information du gouvernement, pousse à l'adoption du cloud et au renforcement de la cybersécurité

Cloud : trois quarts des entreprises décident de faire machine arrière en déplaçant leurs applications du cloud public vers une infrastructure sur site, selon un rapport de Nutanix

Alibaba va investir 28 milliards de dollars dans les services de Cloud Computing, après que le coronavirus a stimulé la demande

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !