Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Sénat et l'Assemblée nationale approuvent l'application StopCovid de contact tracing
Qui sera disponible sur les vitrines de téléchargement d'iOS et Android dans les prochains jours

Le , par Stéphane le calme

721PARTAGES

7  0 
Lors d'un vote consultatif (donc non contraignant) qui a clôturé 4 heures d'un débat toujours accessible sur la plateforme numérique de l'Assemblée nationale, les députés ont donné leur feu vert à l'application StopCovid ce mercredi 27 mai. La déclaration du gouvernement relative à l'application a été approuvée par 338 voix pour (215 contre et 21 abstentions). Dans l'hémicycle, les membres du gouvernement ont insisté sur l'importance de cette application à l'approche d'une nouvelle phase de déconfinement, dont les grandes lignes doivent être présentées jeudi à 16 h par le Premier ministre, Édouard Philippe. En toute fin de soirée, c’est le Sénat, où le gouvernement ne dispose pourtant pas de la majorité, qui a donné son aval, par 186 voix contre 127.

L'exécutif veut lancer dans les jours qui viennent, pour la deuxième étape du déconfinement, cet outil de traçage. Pour rappel, l’application sera téléchargeable volontairement, les données seront « pseudonymisées » et supprimées au bout de 14 jours. L’application s’arrêtera « 6 mois » après la fin de l’état d’urgence sanitaire. Pour la transparence, une partie du code source a été publiée pour permettre entre autres aux experts d'indiquer les failles à corriger s'ils venaient à en trouver.

« Lorsque deux personnes se croisent pendant une certaine durée, et à une distance rapprochée, le téléphone portable de l'un enregistre les références de l'autre dans son historique. Si un cas positif se déclare, ceux qui auront été en contact avec cette personne sont prévenus de manière automatique », a expliqué le secrétaire d’État au Numérique Cédric O. L'application Stop Covid fonctionnerait grâce au bluetooth. Il ne s'agit donc pas de géolocaliser les personnes, mais de retracer l'historique de leurs interactions sociales les jours précédents une contagion. « Ce n'est pas une application qui trace vos déplacements », a tenu à rassurer Cédric O. Et de préciser qu'il n'y aurait « aucune consultation extérieure ni transmission de données ». « Un certain nombre de paramètres sont pris en compte sur l'ergonomie pour que l'application soit simple à utiliser et accessible aux personnes en situation de handicap » a tenu à rassurer Cédric O.

Selon Cédric O, « StopCovid n'est pas magique », mais « offre un complément utile et nécessaire » aux équipes sanitaires, qui retracent les personnes en contact avec des malades du coronavirus. « La seule technologie utilisée est celle du Bluetooth, la seule information disponible est la notification anonyme reçue, et reçue de vous seul, lorsque vous avez été en contact prolongé avec une personne depuis testée positive. Nulle utilisation de la géolocalisation, nul accès ni à vos contacts, ni à la liste des personnes que vous avez croisées, nulle possibilité de savoir de qui vient l'information pour qui que ce soit, ni pour vous, ni pour les autres, ni pour l'État » a-t-il défendu devant les députés.


Les défenseurs de l'application ont fait valoir que StopCovid a reçu le feu vert de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), qui a estimé que ses recommandations avaient été suivies et que l'application permettait « des alertes plus rapides ».

Si des entreprises privées, aux côtés du public, ont apporté leurs matières grises gratuitement pour le développement, il n’en sera pas de même pour la suite. L’application coûtera « quelques centaines de milliers d’euros par mois » affirme le secrétaire d’État au Sénat.

L’application sera disponible au plus tard mardi. Le gouvernement veut en faire un outil « de la deuxième partie du plan de déconfinement », aux côtés des brigades, dont le principe est similaire. Il est même « complémentaire et renforce le travail des brigades », car il apporte « une capacité de couvrir les cas de transmission anonymes », qui dans « plus de 50 % des cas » ne se savent pas malades. Mais ici, le secrétaire d’État vante un moyen encore plus rapide, car quasi instantané, qui permet de savoir si on a été en présence d’un malade.


Un comité de contrôle et de liaison indépendant sera là pour contrôler l’usage de l’application. On y trouvera notamment « un membre de la conférence nationale de santé », un du Conseil de l’ordre des médecins, un du Comité scientifique, ou encore deux députés et deux sénateurs. « C’est pour nous une condition qu’il faut remplir » a insisté Philippe Bas, président LR de la commission des lois. Cédric O n’exclut pas que le comité de contrôle créé, à la demande du Sénat, pour le système de traçage des brigades, puisse « servir de comité de contrôle » pour l'application.

Les sénateurs se sont posé beaucoup de questions. Par exemple, Philippe Bas a dit être attentif à « ce que les moyens ne soient pas disproportionnés » face « à l’impératif de la protection de la vie privée et des données personnelles ». Le sénateur de la Manche veut bien même « considérer que les risques sont limités, que les données personnelles sont limitées, mais c’est encore trop si ça ne devait être qu’un gadget ». Il entend « vérifier que le jeu en vaut vraiment la chandelle ».

Néanmoins, malgré toute l’énergie qui a été mise, l’application n'est pas infaillible. Cédric O reconnaît une « difficulté » qui a été de calibrer le Bluetooth à 1 mètre, alors que l’outil peut capter jusqu’à « 10 mètres » et au travers des murs, souligne Marie-Pierre de la Gontrie. StopCovid sera efficace en réalité à « 80 % » explique Cédric O. Conséquence : « Il est probable qu’il y ait des personnes faux positifs qui soient prévenues, car elles étaient à 2 mètres et pas 1 mètre par exemple ». Mais Cédric O assume et « préfère avoir quelques faux positifs et que ça marche, que de limiter les faux positifs et de ne pas attraper assez de gens ». Il insiste : « Je préfère avoir un taux de vrais positifs bas et de sécurité sanitaire haut, plutôt que l’inverse ».


Autre question de Philippe Bas : StopCovid ne va-t-il pas vider la batterie ? Laisser brancher le Bluetooth peut en effet réduire plus rapidement la durée d’utilisation de son téléphone. Sur ce point, Cédric O se veut rassurant : « Globalement, ça marche bien et ça ne vide pas votre batterie », même s’il n’exclut pas des problèmes sur de vieilles versions d’Android ou de l’iOS.

StopCovid fonctionnera « très bien » notamment sur iPhone, a assuré Cédric O, même si des problèmes techniques persistaient sur certains « vieux téléphones » et des modèles Apple. Les tests ont impliqué dix-sept marques de téléphones, soit plus de cent modèles parmi les plus utilisés en France, à des niveaux de batterie variables, et utilisant des versions d’Android et d’iOS différentes.

La véritable épreuve du feu pour StopCovid sera celle de son adoption ou non par les Français. Néanmoins, de l'association La Quadrature du net à la Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH), plusieurs organisations de défense des libertés ont pris position contre l'application.

Proposé par Cédric O, StopCovid est au centre d'un projet européen mené par 130 institutions, laboratoires de recherches et entreprises, pour développer ce qui s'appelle le PEEP PT (pan europen privacy preserving proximity tracing). À noter que l'Allemagne et la Suisse, initialement moteur du projet, se sont retirées, préférant opter pour la solution proposée par Apple et Google. Le gouvernement allemand a dénoncé le fait que l'application de traçage envisagée avait recours à un serveur qui centralise toutes les données. En France, c'est l'INRIA qui pilote, sous la supervision du gouvernement, la task force française composée de chercheurs et développeurs issus du public comme du privé. Dans le lot, l'Anssi, Capgemini, Dassault Systèmes, l'INSERM, l'Institut Pasteur, Orange et Santé Publique France. Mais aussi 16 entreprises dont Withings, Lunabee Studio et des start-ups issues de la french tech comme BoforCure, C4Diagnostic, Enalees, Lifen, NamR ou encore Semeia.

Source : Assemblée nationale (débat, annonce), Sénat

Et vous ?

Allez-vous l'installer ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cpt Anderson
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 8:41
Il y a au moins une chose qui reste certaine en ce bas monde : la France est nulle en terme d'anticipation mais reste championne du monde pour ce qui est des dépenses inutiles.
15  0 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/06/2020 à 13:28
je ne sais pas pourquoi, je revois macron en train de piailler qu'il n'y a jamais eu de pénuris de masque et que donc les policiers, le personnels hospitalier, la population et les pompier n'en portaient juste pas ou alors des périmés car ça les amusaient de choper le virus. Et apres des affirmations a la con comme ça, il y en a encore pour croire que la macronie ne va pas les entuber.
12  2 
Avatar de axel584
Membre actif https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 9:57
Tous les sites et les réseaux sociaux ont expliqués pendant plusieurs semaines que l'application était liberticide, intrusive etc. Il ne faut pas s'étonner que peu de personnes l'utilisent...

Alors que d'après moi, elle l'est beaucoup moins que d'autres applications, mais que les précautions présentées donnaient effectivement une impression d'atteintes aux libertés (à force de dire que ce n'est pas géolocalisé, c'est du bluetooth, les données sont anonymisées etc. les gens se méfient de toutes ces précautions présentées...)
A côté de ça, on a des applis comme Facebook qui nous géolocalise ("machin n'est pas très loin, faites lui coucou"... "Attention, un attentat à eu lieu à côté de chez vous, dites aux gens que vous allez bien"...) et cela semble moins poser de problème éthique...
Je rappelle juste que pour les entreprises, si c'est gratuit, c'est vous le produit...

Et pour nos gouvernements, nous sommes une majorité à les avoir choisi... (oui, on aurait pu mieux choisir, mais c'est un autre débat)
11  1 
Avatar de pierre-y
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/08/2020 à 16:03
A si il y a eu les résultats voulu. La boite du bon copain qui a eu ça en charge c'est fait un max de blé dessus et si je ne me plante a même surfacturé les serveurs.
10  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 21/07/2020 à 10:22
Et je trouve ce genre d'article sur le COVID bien plus pertinent que ces soi-disant applis de suivi :

https://theconversation.com/covid-19...afrique-139943

les Africains ont l'expérience d'Ebola. Les asiatiques ont l'expérience de la grippe aviaire (et quelques autres). et on continue à ignorer leurs retours d'expérience. Pas étonnant qu'on en prenne plein la tronche. L'article est sans doute angéliste par bien des aspects, mais il point une faille réelle de l'occident : son complexe de supériorité.
8  0 
Avatar de foxzoolm
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/06/2020 à 11:51
<troll mode="ironie">
... de la corruption en France ????
étonnant
la franchement j'aurais JAMAIS penser que cette affaire d'application faite en FIN d'epidemie ne partait pas d'un bon sentiment de la part des gov...
naaaaaan jamais ils surfent sur ce genre de truc pour grizbi leurs potos...
blanc blanc immaculé plus que blanc cette bande de voleur...
</troll>
7  0 
Avatar de Angelsafrania
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 24/06/2020 à 15:40
Citation Envoyé par axel584 Voir le message
Et pour nos gouvernements, nous sommes une majorité à les avoir choisi... (oui, on aurait pu mieux choisir, mais c'est un autre débat)
Majorité ?

20,7M de voix pour macron au second tour
=> 66,1 % des suffrages exprimés aka pas null/blanc (le chiffre qui est dans tous les journaux)
=> 43,6 % des inscrit sur les listes électorales (ça le fait moins déjà)
=> 30,9% de la population française (là y'a les jeunes aussi mais bon en quoi ceux qui avait 17 ans à l'époque et qui ont 20 ans maintenant l'on choisi ?)

On peut faire pareil pour l'ensemble des votes.

Mais c'est un autre débat.
8  1 
Avatar de Acheumeuneu
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 18/07/2020 à 9:24
Je crois que c'est aussi le pourcentage de confiance envers ce gouvernement
7  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 05/06/2020 à 22:59
Citation Envoyé par DevTroglodyte Voir le message
Certes, c'est pas parfait, certes, ça arrive un peu tard, certes, le taux de couverture de la population va être trop faible pour être réellement efficace, et certes, ça va coûter cher en argent public, mais d'un autre côté, ils allaient forcément se prendre des critiques dans la gueule. C'est mieux que rien
Si le résultat est de se faire autant critiquer que si on ne fait rien pour un résultat qui ne vaut rien, autant ne rien faire, ça coûte moins cher. {^_^}
6  0 
Avatar de AndMax
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 12/06/2020 à 8:43
Citation Envoyé par transgohan Voir le message
Et les contraintes de sécurité font qu'il est interdit d'avoir un équipement Bluetooth.
Je pense qu'il est bien plus prudent de désactiver Bluetooth sur vos smartphones. Il est irresponsable de faire croire qu'une application qui utilise Bluetooth peut vous donner le moindre indice sur le fait que vous ayez attrapé Covid-19 ou non. Masques et l'intégralité des gestes barrière pour tous, tests accessibles sans contrainte et confinement en cas de maladie, c'est comme ça que l'épidémie sera sous contrôle. Avec StopCovid, le seul truc que vous allez chopper, c'est tous les malwares qui vont utiliser les nombreuses failles qui ne sont pas encore corrigées sur 95% des smartphones, une durée de vie beaucoup plus réduite de votre batterie, et une belle facture lorsque vous remplacerez prématurément votre batterie ou votre smartphone (avec le désastre écologique qui va avec).
6  0