Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les bracelets de suivi des malades du Covid-19 inondent le marché,
Pour renforcer le respect de la distance sociale dans les environnements de travail

Le , par Nancy Rey

496PARTAGES

4  0 
Dans l’imagerie populaire, les bracelets de suivi et les moniteurs corporels sont associés à la criminalité, aux personnes en résidence surveillée et à celles en liberté conditionnelle. Contrairement aux smartphones, les bracelets de pistage sont expressément conçus pour être attachés au corps et n'existent que pour signaler à un ou plusieurs tiers les déplacements et les interactions de l'utilisateur.

Mais un climat de bio-anxiété perpétuelle a ouvert la voie à une plus large acceptation des technologies carcérales, avec une vague d'entreprises essayant de commercialiser ces accessoires de repérage aux propriétaires d'entreprises désireuses de rouvrir sous l'égide d'une distanciation sociale responsable et aux gouvernements espérant garder un œil plus sur les personnes en quarantaine.

AiRISTA Flow par exemple est une société basée dans le Maryland et qui aide les entreprises à suivre leurs actifs et avoirs. Dans un communiqué de presse du 21 avril dernier, la société a annoncé qu'elle commencera à vendre des trackers Bluetooth et Wi-Fi à porter au poignet des employés ou autour de leur cou. « Lorsque des personnes s'approchent à moins d'un mètre les unes des autres pendant un certain temps. L'appareil émet un gazouillis audible et un enregistrement du contact est effectué dans le système logiciel AiRISTA Flow », a écrit la société. Mais le suivi va bien au-delà des pépiements audibles : la plateforme d'AiRISTA permet aux employeurs de télécharger en continu un enregistrement des rencontres rapprochées sur un cloud d'entreprise, fournissant une liste à jour des contrevenants présumés à la distanciation sociale qui servirait également d'enregistrement détaillé des interactions sociales sur le lieu de travail.


Dans un communiqué de presse publié juste un jour après celui de AiRISTA Flow, Redpoint Positioning Corporation, un autre acteur dans le domaine du suivi des travailleurs et des objets inanimés, basé à Boston, a annoncé qu'il reconditionnait sa propre technologie en la reconvertissant pour le respect de la distanciation sociale. Comme AiRISTA, Redpoint offre aux entreprises la possibilité de pister leurs équipements et leurs employés à l'aide de signaux radio à bande ultra-large, une technologie de positionnement sans fil qui vient seulement d'être ajoutée aux iPhone les plus avancés. Redpoint s'est vanté d'avoir annoncé sa capacité à utiliser ces balises pour « suivre la localisation des personnes et des équipements avec une précision extrêmement élevée, même dans des environnements industriels complexes ». Et dorénavant avec une augmentation spécifique aux nouvelles mesures dues au Covid-19 : « si des paramètres de distanciation sociale, comme un rayon de 1 ou 2 mètres, sont violés entre les travailleurs, l'alarme du tag les alertera du danger ». L'entreprise recueillera également un historique des interactions entre les employés : « si une infection se produit, les données historiques du système permettront de retracer les contacts avec une grande précision, car les dossiers peuvent indiquer les personnes qui se trouvaient à proximité de celle infectée ».


La société de surveillance israélienne SuperCom, quant à elle, est littéralement en train de reconditionner une technologie de solution contre le Covid-19 précédemment utilisée sur des personnes incarcérées ou condamnées au pénal. La société de sécurité a des clients dans 20 pays, dont les États-Unis. Elle revendique des décennies d'expérience dans ce qu'elle a appelé dans un communiqué de presse des « projets de frontières sécurisées ». C'est l'expertise en matière d'assignation à résidence que la société commercialise désormais sous le nom de PureCare. PureCare est décrit sur le site web de SuperCom comme une « solution de pointe pour la surveillance des quarantaines et des isolements afin d'aider les efforts du gouvernement à contenir et à limiter la portée des maladies infectieuses et comme un système non intrusif et convivial pour les patients, qui suit constamment l'emplacement des patients à l'intérieur des bâtiments, des véhicules et à l'extérieur ».


Le président de SuperCom, Ordan Trabelsi, a nommé l'Amérique centrale comme étant le lieu d'un déploiement pilote des bracelets de cheville pour l’application de la quarantaine, et a fait référence à un second programme pilote dans une autre région non spécifiée, dans un communiqué de presse du 6 avril annonçant une technologie de suivi de la quarantaine et du confinement des citoyens COVID-19. La société a annoncé séparément, le 27 avril, qu'elle avait commencé à vendre des dispositifs de suivi pour les prisonniers libérés d'un établissement correctionnel des États-Unis d'Amérique non nommé en raison de COVID-19.

Dans le même communiqué de presse, SuperCom a déclaré voir un pic d'intérêt de la part « des agences gouvernementales cherchant à restreindre la diffusion du COVID-19 dans leur population générale et a envisagé une demande potentielle supplémentaire de l'industrie pour des services de surveillance électronique provenant de la population américaine incarcérée ».

Dans une récente interview promotionnelle sur YouTube, Trabelsi tient à souligner que c'est précisément le travail de l'entreprise avec des éléments criminels qui rend sa solution contre le Covid-19 supérieure. « Dans le passé, nous avons passé beaucoup de temps à nous concentrer sur le suivi très précis et de pointe des délinquants. De nombreux clients et clients potentiels dans le monde entier nous ont voulu savoir si nous pouvions utiliser cette même plateforme pour faire, le suivi et la conformité de la quarantaine à domicile de Covid-19. Et nous avons pensé que nous le pouvions, bien sûr, car c'est exactement ce que nous faisons dans l'espace de suivi des délinquants. Maintenant, nous allons simplement suivre les personnes qui ne sont pas essentiellement des délinquants, mais qui ont été exposées au virus ».

Interrogé sur YouTube au sujet des implications des bracelets de cheville de la SuperCom sur la vie privée, Trabelsi a répondu par la négative, tout en notant que le matériel est « très confortable et passe sous leur chaussette ». Il a poursuivi en disant que la façon dont les clients de la société utilisent la technologie est leur choix, pas le sien. « Nous leur laissons le soin de prendre leurs décisions en matière de règles et de respect de la vie privée », a-t-il déclaré.

Leonard Rubenstein, avocat des droits de l'homme et bioéthicien à l'école de santé publique Johns Hopkins, a déclaré que la position de la SuperCom a la particularité d'être à la fois dangereuse et inutile. « J'ai trouvé que le bracelet électronique et les autres méthodes de suivi décrites par la SuperCom étaient très inappropriés et nuisibles à une réponse de santé publique en étant déraisonnablement et inutilement coercitifs. Une grave atteinte à la vie privée sans aucune garantie, et en favorisant une relation d'opposition avec les autorités de santé publique alors que cette relation devrait être fondée sur la confiance », a-t-il déclaré.

Sources : Communiqués de presse 1, 2, 3, YouTube

Et vous ?

Que pensez-vous de cette utilisation des bracelets électroniques pour endiguer le covid-19 ?
Partagez-vous l’avis des internautes qui pensent que la pose de bracelet a quelque chose de dégradant pour les porteurs ?

Voir aussi :

StopCovid : quelle serait l'utilité de l'application de traçage qu'étudie le gouvernement français ? Quels obstacles techniques sont rencontrés ? Voici quelques éléments de réponses

StopCovid : la France travaille sur une application qui va tracer l'historique des contacts avec les malades, mais la piste de la géolocalisation est écartée

Les Français devront rester libres de ne pas installer l'application de tracking StopCovid, juge la CNIL qui ajoute que le fait de refuser l'application n'aurait aucune conséquence préjudiciable

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/05/2020 à 12:16
Ca mes semble être une pente dangereuse.
Après ces bracelets il faudra bien les recycler, il ne faudrait pas gâcher.
Et puis on pourra faire comme dans le film forteresse, envoyer une décharge quand le suspect ira un peu trop loin, et le faire exploser quand il ira vraiment trop loin.
2  0