Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

France : les entrepôts d'Amazon vont rouvrir avec environ 30 % des employés dès ce mardi 19 mai
Après plusieurs semaines de négociations

Le , par Stéphane le calme

494PARTAGES

9  0 
Les centres de distribution d'Amazon en France vont progressivement rouvrir pour retrouver une activité normale après être restés fermés pendant plusieurs semaines. Le processus devrait démarrer dès le mardi 19 mai.

Rappelons les faits. Le tribunal judiciaire de Nanterre a ordonné, mardi 14 avril, à Amazon France d’établir une évaluation des risques inhérents à l’épidémie de Covid-19 pour tous ses entrepôts et de restreindre en attendant son activité aux seuls produits essentiels. La juridiction a estimé que la société a « de façon évidente méconnu son obligation de sécurité et de prévention de la santé des salariés ».

Elle lui enjoint de restreindre son activité « aux seules activités de réception des marchandises, de préparation et d’expédition des commandes de produits alimentaires, d’hygiène et médicaux, sous astreinte d’un million d’euros par jour de retard et par infraction constatée ».

La réaction d’Amazon ne s’est pas fait attendre : l'entreprise a annoncé la fermeture de ses six centres de distribution de l'Hexagone, le temps de procéder à l'évaluation, d'y répondre par d'éventuelles nouvelles mesures et de comprendre ce qu'il a le droit de vendre.

Bien entendu, l’entreprise a fait appel de cette décision. Le 24 avril, la cour d’appel de Versailles a rejeté cet appel, mais a décidé d’assouplir les restrictions en élargissant la liste des marchandises qu’Amazon peut livrer. Les produits concernés appartiennent aux catégories suivantes :
  • « High-tech, Informatique, Bureau » ;
  • « Tout pour les animaux dans la rubrique Maison, Bricolage, Animalerie » ;
  • « Santé et soins du corps, Homme, Nutrition, Parapharmacie dans la rubrique Beauté, Santé et Bien-être » ;
  • « Épicerie, Boissons et Entretien ».

Toutefois, l’entreprise a estimé que les contraintes toujours en vigueur posaient des risques trop importants sur ses finances : « Nous avons pris connaissance de l’issue de notre appel et restons perplexes face à la décision ». « Nos centres de distribution en France et partout dans le monde sont sûrs. La décision rendue aujourd’hui par la cour d’appel de Versailles nous conforte dans l’idée que l’enjeu principal n’est pas tant la sécurité. (…) Nous ne pensons pas que cette décision soit dans le meilleur intérêt des Français, de nos collaborateurs et des milliers de TPE et PME françaises qui comptent sur Amazon pour développer leurs activités ».

Les centres de distribution d’Amazon France n’avaient donc toujours pas rouvert.

Cependant, par un communiqué, l’entreprise indique un processus de réouverture de ces centres de distributions après de longues discussions :

« Nous finalisons actuellement des discussions avec les représentants du personnel et les Comités Sociaux et Economiques de l’entreprise de nos sites, et nous espérons pouvoir rouvrir nos centres de distribution français dans les prochains jours.

« Cela fait suite à cinq semaines de discussions au cours desquelles nous avons fourni à plusieurs reprises des éclaircissements et des informations sur les mesures de sécurité mises en œuvre dans nos centres de distribution pour protéger nos salariés.

« Nous travaillons actuellement à la réouverture progressive de nos centres de distribution à partir du 19 mai. Il s'agit d'une avancée positive pour les clients en France, pour nos collaborateurs français et pour les nombreuses TPE et PME françaises qui s’appuient sur Amazon pour développer leur activité ».


Ce mardi 19 mai, les entrepôts d’Amazon vont rouvrir avec environ 30 % des employés, selon trois responsables syndicaux.

Les 10 600 agents permanents et temporaires employés dans les entrepôts reprendront progressivement le travail d'ici le 2 juin, selon un accord signé la semaine dernière par cinq syndicats français et vu par Reuters.

Au cours d'une première phase, commençant mardi et se terminant lundi prochain, un maximum de 50 % du personnel sera autorisé à travailler, sur une base volontaire. Lundi après-midi, environ 30 % des travailleurs s'étaient portés volontaires pour reprendre le travail mardi, ont déclaré les trois responsables syndicaux.

Une porte-parole d'Amazon a refusé de faire un commentaire sur le nombre d'employés qui devraient reprendre le travail mardi. « Ce qui nous intéresse, c'est que nous pouvons recommencer sur une base saine et durable », a-t-elle déclaré.

Selon l'accord, les bénévoles bénéficieront d'une prime de 2 euros de l'heure jusqu'au 2 juin. Pendant cette même période, les employés qui restent à la maison recevront toujours leur plein salaire.

Amazon a également accepté de réduire la journée de travail de 15 minutes. Cela créera un délai d'environ 30 minutes entre les quarts de travail du matin et du soir, ce qui réduira le nombre de personnes dans les vestiaires et aux portes d'entrée.

L'accord lève également les restrictions sur le type de produits qu'Amazon peut envoyer à ses clients à travers la France. Le tribunal avait décidé qu'Amazon devait restreindre les livraisons de produits informatiques, d'articles de santé, de nourriture et d'aliments pour animaux de compagnie pendant que la société réexaminait ses politiques de santé liées aux coronavirus.

Une entreprise externe, Progexa, a été engagée pour examiner les mesures de santé mises en œuvre par Amazon, selon l'accord.

« Nous avons enterré la hache de guerre », a déclaré le dirigeant syndical du SUD, Laurent Degousée, qui a participé à la plainte contre Amazon.

Cependant, Amazon a déclaré que l'accord n'avait apporté aucun changement fondamental aux mesures qu'il avait déjà mises en place lorsqu'il avait décidé de fermer ses entrepôts le 16 avril.

Source : Reuters, Amazon

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !