Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

COVID-19 : l'app de contact tracing en Angleterre devrait être utilisée au moins par 80 % des propriétaires de smartphones
Pour une efficacité optimale, selon des chercheurs d'Oxford

Le , par Stéphane le calme

398PARTAGES

5  0 
Une application de contact tracing pourrait aider à stopper la pandémie de coronavirus, mais 80% des propriétaires actuels de smartphones devraient l'utiliser, selon des experts conseillant le NHS (National Health Service, le système de santé financé par l'État en Angleterre).

Le Big Data Institute de l'Université d'Oxford a modélisé une ville d'un million de personnes pour simuler l'impact du logiciel. Selon les chercheurs, même si l’adoption venait à être plus faible, l'application pourrait toujours aider à ralentir la propagation de Covid-19.

Ils ont ajouté que laisser les gens diagnostiquer eux-mêmes la maladie pourrait être critique. Cela signifie que les utilisateurs n'auraient qu'à répondre à un questionnaire qui s’afficherait sur leur écran avant d'être jugés à risque élevé d'infection. Ils n'auraient pas à parler à un conseiller en santé ni à attendre un résultat de test médical.

L’application permettrait d’envoyer une cascade d'alertes aux personnes avec lesquelles ils se trouvaient récemment, leur conseillant de retourner dans l'auto-isolement. Les experts estiment que « la vitesse est essentielle » et que le fait de retarder le contact tracing ne serait ce que d'un jour à partir du début des symptômes pourrait faire la différence entre la lutte contre l'épidémie et la résurgence.

« Il y aurait plus de personnes recevant des notifications à la suite de fausses alertes », a expliqué le professeur Christophe Fraser. « Mais en réalité, cela se traduit par moins de jours de personnes en auto-isolement et en quarantaine, car l'effet de supprimer l'épidémie plus rapidement l'emporte sur les risques liés à l'attente d'un test avant la notification ».

Les plus de 70 ans n'ont pas été pris en compte, car ils resteraient « protégés » en restant à la maison, a-t-il ajouté.

Le groupe de chercheurs de l'Université d'Oxford comprend des épidémiologistes et des éthiciens qui conseillent le NHSX (l'unité d'innovation numérique du service de santé) sur quelle base l'application de contact tracing doit être créée. Ils ne sont pas impliqués dans le codage ou la conception du logiciel lui-même.

Leur modèle prend en compte les différents groupes d'âge, les structures des ménages et les schémas de mouvement afin d'essayer de maximiser le nombre de personnes qui pourraient être autorisées à se déplacer librement une fois qu'une application de contact tracing sera lancée.

« Nous envisageons de lancer l'application vers la fin du lockdown », a ajouté le professeur Fraser. « Lorsque vous l'installerez, elle aura besoin de quelques jours pour commencer à enregistrer des données avant de pouvoir être pleinement fonctionnelle ».


Une mise à jour de leur précédent travail

Fin mars, le groupe a publié un article sur son travail. Depuis lors, ils ont ajusté leur modèle pour tenir compte de l'évolution des facteurs, notamment du fait que le taux d'infection de Covid-19 a été plus rapide qu'ils ne l'avaient prévu.

Ils ont également changé leurs plans en utilisant un système qui reposait sur des relevés de position GPS et en scannant des codes QR en un système qui dépend exclusivement des signaux Bluetooth. Cela a été fait pour protéger au mieux la confidentialité des utilisateurs, ce qui pourrait à son tour encourager l'adoption.

Ils espèrent que l'utilisation de l'application, accompagnée de mesures telles que le lavage des mains et l'éloignement social des membres vulnérables de la population, empêcheront un deuxième pic d'infections ou la nécessité de fermetures nationales répétées.

L'équipe estime que 56 % de la population générale doit utiliser l'application pour arrêter l'épidémie. Le professeur Fraser a déclaré que cela équivalait à 80 % de tous les propriétaires de smartphones existants, sur la base des données d'Ofcom.

« C'est un objectif très ambitieux », a reconnu le professeur. « Ce n'est pas quelque chose qui se produirait généralement pour une nouvelle application - même incroyablement populaire - mais si nous pouvons expliquer qu'il s'agit d'une intervention de santé publique, ce sera nouveau et différent ».

« Certains de mes collègues ont commandé de grandes enquêtes dans plusieurs pays européens, dont le Royaume-Uni. Plus de 80 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles étaient susceptibles d'installer ou installeraient cette application quand on leur a expliqué en détail ce qu'elle ferait ».


Une utilisation volontaire

L'équipe d'Oxford suggère que l'utilisation de l'outil soit volontaire. Toutefois, un petit nombre de téléphones encore utilisés au Royaume-Uni ne prennent pas en charge le système Bluetooth Low Energy requis, ce qui rend la cible encore plus difficile à atteindre.

Le professeur Fraser a déclaré que les responsables discutaient de la possibilité de donner des smartphones à ceux qui ne disposaient pas - ou d'appareils Bluetooth portables moins chers - afin d'augmenter le nombre de citoyens impliqués.

NHSX tient également à conserver l'opt-in de l'application. Mais certains ont déjà commencé à explorer les implications de son obligation.

L'expert en droit de l'Internet, le professeur Lillian Edwards, a rédigé une loi pour protéger les droits des citoyens qui dit:
  • toute contrainte doit être publique, légitime, nécessaire et proportionnée à l'objectif public de vaincre le coronavirus
  • le partage de données à des fins autres que la défaite de corona doit nécessiter le consentement des utilisateurs
  • un nouveau Coronavirus Safeguarding Commissioner devrait faire office de gendarme

Sources : communiqué des chercheurs, brouillon de The Coronavirus (Safeguards) Bill 2020

Et vous ?

Que pensez-vous de l'idée d'une application de contact tracing ?
Pourriez-vous en utiliser une dans le contexte actuel ?
Si non, quelles garanties vous feraient changer d'avis ?
Que pensez-vous des estimations de 80 % des individus avec un smartphone pour une efficacité optimale ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !