Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Covid-19 : l'Internet Archive permet aux internautes d'accéder sans limites à des copies numérisées de livres
Ce qui suscite la colère des auteurs qui y voient du piratage déguisé

Le , par Stéphane le calme

411PARTAGES

6  0 
Depuis près d'une décennie, Internet Archive, une bibliothèque en ligne connue pour sa machine Internet Wayback, permet aux utilisateurs « d’emprunter » des copies numérisées de livres conservés dans son entrepôt. Jusqu'à récemment, les utilisateurs ne pouvaient extraire autant de copies que l'organisation en avait de copies physiques. Mais la semaine dernière, Internet Archive a annoncé qu'il supprimait cette restriction, permettant à un nombre illimité d'utilisateurs de consulter un livre simultanément. L’Internet Archives l’appelle Bibliothèque Nationale d’Urgence :

« Pour répondre à notre besoin mondial et immédiat sans précédent d'accès à des documents de lecture et de recherche, à partir d'aujourd'hui, le 24 mars 2020, les archives Internet suspendront les listes d'attente pour les 1,4 million (et en croissance) de livres de notre bibliothèque de prêt en créant une bibliothèque nationale d'urgence pour servir les apprenants déplacés de la nation. Cette suspension durera jusqu'au 30 juin 2020 ou jusqu'à la fin de l'urgence nationale américaine, selon la dernière de ces éventualités

« Pendant la suspension de la liste d'attente, les utilisateurs pourront emprunter des livres à la National Emergency Library sans se joindre à une liste d'attente, garantissant que les étudiants auront accès aux lectures et aux documents de bibliothèque assignés que l’Internet Archive a numérisé pour le reste du calendrier universitaire américain, et que les personnes qui ne peuvent pas accéder physiquement à leurs bibliothèques locales en raison de la fermeture ou de l'autoquarantaine peuvent continuer à lire et apprendre pendant cette période de crise, en se protégeant ainsi que les autres.


« Cette bibliothèque rassemble tous les livres de la Phillips Academy Andover et du Marygrove College, ainsi qu'une grande partie des collections de l'Université Trent, ainsi que plus d'un million d'autres livres donnés par d'autres bibliothèques à des lecteurs du monde entier qui sont exclus de leurs bibliothèques.

« Il s'agit d'une réponse aux dizaines de demandes des éducateurs concernant la capacité de notre système de prêt et l'échelle nécessaire pour répondre aux demandes en raison des fermetures des écoles. En travaillant avec des bibliothécaires de la région de Boston, dirigés par Tom Blake de la Boston Public Library, qui a rassemblé les réserves de cours et les listes de lecture des bibliothèques des universités et des écoles, nous avons déterminé lesquels de ces livres l’Internet Archives avait déjà numérisés ».

Une initiative mal perçue par les auteurs

La couverture médiatique initiale a été fortement positive. Le New Yorker a déclaré qu'il s'agissait d'un « cadeau pour les lecteurs du monde entier ». Mais au fur et à mesure que cette nouvelle s'est répandue, elle a provoqué la colère des auteurs et des éditeurs.

« Pour rappel, il n'y a pas d’assistance financière apportée aux auteurs, aux bibliothèques ou aux éditeurs », a tweeté l'auteur Alexander Chee vendredi. « Les droits d'auteur "d’urgence" d'Internet Archive mettent encore plus en danger de nombreuses personnes ».


L’auteur James Gleick a également exprimé sa colère via le même canal : « Si vous entendez parler d'une soi-disant "Bibliothèque nationale d'urgence", sachez que ce n'est pas le cas. Il s'agit d'un site de piratage camouflé. Si vous ne pouvez pas vous permettre de soutenir vos librairies et auteurs locaux, soutenez votre bibliothèque locale. Ils prêtent des e-books ».


La Guilde des auteurs (Authors Guild), une importante organisation d'auteurs, a écrit vendredi qu'elle était « consternée » par la décision d'Internet Archive. « Nous sommes choqués que l'Internet Archive utilise l'épidémie de COVID-19 comme excuse pour pousser la loi sur le droit d'auteur plus loin, et ce faisant, nuire aux auteurs, dont beaucoup sont déjà en difficulté », a regretté le groupe.

Et de poursuivre en disant : « Avec des revenus sur l'écriture moyen de seulement 20 300 $ par an avant la crise, les auteurs, comme d'autres, éprouvent désormais des difficultés encore plus importantes - des annulations de tournées de livres et la perte de travail à la pige, des emplois de complément de revenu et des allocutions. Et maintenant, ils sont censés avaler cette nouvelle pilule, qui les prive de leurs droits d'introduire leurs livres dans des formats numériques, comme le font plusieurs centaines d'auteurs midlist lorsque leurs livres sont épuisés. Tout ceci garantit quasiment que les revenus des auteurs et les revenus des éditeurs vont encore diminuer ».

Midlist est un terme dans l'industrie de l'édition qui fait référence à des livres qui ne sont pas des best-sellers, mais qui se vendent suffisamment pour justifier économiquement leur publication (et probablement, d'autres achats de futurs livres du même auteur).

L'Association of American Publishers a également fustigé le projet vendredi dernier : « Nous sommes stupéfaits par l'attaque agressive, illégale et opportuniste d'Internet Archive contre les droits des auteurs et des éditeurs au milieu de la nouvelle pandémie de coronavirus », a écrit le groupe, qui représente des dizaines d'éditeurs, dont la plupart des plus importants aux États-Unis.

La réponse de l’Internet Archive

Dans un billet de blog publié lundi, le directeur du projet de bibliothèque d'urgence, Chris Freeland, a expliqué que le concept était inspiré par la fermeture de bibliothèques aux États-Unis et dans le monde.

« En ce moment, aujourd'hui, il y a 650 millions de livres auxquels les contribuables [aux États-Unis] ont payé pour accéder qui sont assis sur des étagères dans des bibliothèques fermées, inaccessibles pour eux », a écrit Freeland. « Pour répondre à ce besoin sans précédent à une échelle jamais vue auparavant, nous avons suspendu les listes d'attente sur notre collection de prêts ».

Le message comprend une section abordant les questions courantes sur la bibliothèque d'urgence. Une question abordée dans la publication est « Quelle est la base juridique du prêt numérique d'Internet Archive en temps normal ? » Freeland vante la pratique du prêt numérique contrôlé, qui, selon lui, est légal en vertu de la doctrine d'utilisation équitable du droit d'auteur - bien qu'aucun tribunal n'ait statué sur la question jusqu'à présent.

Mais la publication ne traite pas directement de la légalité de cette fameuse bibliothèque d’urgence, qui propose des copies illimitées de livres sous copyright. Freeland note que les utilisateurs sont limités à lire un livre pendant deux semaines (bien qu'ils puissent le renouveler). Et il note que les tribunaux ont jugé qu'il est légal pour les bibliothèques de numériser des livres. Mais il n'explique pas comment l'incarnation actuelle du service est conforme à la loi sur le droit d'auteur.

Sources : annonce de l'Internet Archive, Guilde des auteurs, Association of American Publishers, réponse de l'Internet Archive

Et vous ?

Que pensez-vous de cette situation ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !