Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des archivistes ont publié un répertoire de plus de 5000 études sur le coronavirus pour contourner les paywalls,
Un exemple à suivre pour toutes les publications scientifiques ?

Le , par Bill Fassinou

4.4KPARTAGES

18  0 
Le coronavirus s’est propagé très rapidement faisant plus de vingt mille personnes atteintes en à peine un mois. Dans l’idée d’aider la communauté scientifique et non scientifique à vite venir à bout de cette épidémie, des archivistes ont divulgué plus de cinq mille études scientifiques concernant le virus en accès libre sur la toile. Un autre de leur objectif en faisant cela est d’éviter à toute personne voulant télécharger des études scientifiques de tomber sur un paywall. La pile de documents est hébergée sur The-Eye, un projet d'archivage géré par un utilisateur de Reddit nommé “-Archivist”.

La divulgation des documents sur le coronavirus intervient alors que l’OMS a déclenché l’état d’alerte la semaine passée. L’organisation a parlé d’une urgence sanitaire mondiale en raison de la propagation de l’épidémie au-delà de la Chine vers une vingtaine de pays actuellement. Les gérants de l’annuaire considèrent leur projet comme une ressource pouvant aider les scientifiques et les non scientifiques à étudier le virus. « Ces articles ont toujours été écrits pour être partagés avec le plus grand nombre de personnes possible », a déclaré “Shrine”, l’un d’eux.

« Sous tous les angles, [la recherche rémunérée] est une situation immorale, et c'est une tragédie permanente », a-t-il ajouté. Selon ces derniers, l’idée de recherche scientifique payante ne fait pas avancer le monde. Ils estiment que plus il y a une facilité d’accès à ces documents, plus il y aura beaucoup plus de chances de trouver rapidement des solutions aux gros problèmes auxquels le monde est confronté. Ils prennent pour exemple l’épidémie causée par le virus Ebola et qui a fait des milliers de victimes en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale il y a quelques années de cela.


« Même jusqu'à aujourd'hui, télécharger l'un des articles coûterait à un médecin d'ici 45 dollars, soit environ une demi-semaine de salaire », dénoncent-ils. Avant eux, en 2015, des responsables des services de santé publique libériens ont corédigé un éditorial dans le New York Times qui déplorait la forte quantité de recherches critiques sur Ebola inconnues ou inaccessibles aux scientifiques et aux travailleurs de la santé. Selon Shrine, en fouillant le Net, il a trouvé un article sur le coronavirus dont l’accès est autorisé une fois que vous aurez déboursé 39,95 dollars.

Ainsi, avec quelques amis, il a commencé à réfléchir à des solutions autour des pare-feu comme celui qu'il avait rencontré. Ils ont également recherché des articles sur le coronavirus sur Sci-Hub, un dépôt d’études scientifiques gratuit parfois appelé “The Pirate Bay of science”. Sci-Hub indique qu'il fournit un accès gratuit à un peu plus de 78 millions d'articles de recherches scientifiques en téléchargeant des pages HTML et PDF sur le Web, en contournant dans certains cas les barrières de paiement. Bien sûr, cela lui a valu des poursuites judiciaires.

« C'est illégal, mais c'est aussi un impératif moral », a déclaré Shrine. Avec ses collaborateurs, ils ont recherché sur Sci-Hub des documents datant de 1968 à 2020 dont les titres ou les résumés faisaient référence au coronavirus. Ils ont ensuite compilé les 5 200 articles qu'ils ont trouvés et le dénommé “-Archivist” s’est chargé de reverser les archives résultantes sur The-Eye. Vers la fin du mois de janvier, certains éditeurs scientifiques comme Elsevier, Wiley et Springer Nature ont supprimé leurs protections contre les récentes études relatives au nouveau coronavirus.

Selon Chris Capot, directeur de communication du groupe Elsevier, l'éditeur va faire en sorte que plus de 2 400 articles de recherche sur de multiples souches du coronavirus soient en libre accès par le biais de ScienceDirect, une vaste base de données de recherche scientifique et médicale qui nécessite généralement un abonnement. De son côté, Shrine a déclaré qu'il respectait les décisions des éditeurs de mettre fin à la rétribution de leurs recherches. « Il faut se demander ce qui aurait été possible s'ils avaient fait cela plus tôt », a-t-il déclaré.

Shrine a ajouté que les chercheurs en santé publique, les étudiants et le grand public pouvaient tous utiliser les archives pour apporter des résultats utiles et productifs à la science. Par ailleurs, -Archivist lui a déclaré que l’idée d’une institution qui verrouille les données le dégoûte personnellement.

Source : The-Eye

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Selon vous, cela est-il un exemple à suivre pour toutes les publications scientifiques ?

Voir aussi

En Chine, le coronavirus force la plus grande expérience de travail à domicile au monde, le télétravail semble être la seule solution dont disposent les entreprises

Le coronavirus ralentit la production d'écrans LCD, et les prix des TV et moniteurs devraient monter en conséquence, cinq usines de fabrication à Wuhan étant actuellement touchées, selon un rapport

L'épidémie de coronavirus va arrêter "presque toute" la production de l'iPhone si la Chine prolonge la fermeture de l'usine de Foxconn, selon un rapport

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de GLDavid
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/02/2020 à 7:17
Bonjour

La question plus générale serait: doit-on payer pour avoir accès à la connaissance scientifique? Et par avoir accès, j'entends en lecture et écriture.
Le 'business model' actuel de ces journaux scientifiques et de faire payer le scientifique pour la publication, sous condition de reconnaissance des pairs, l'article; mais aussi de faire payer le lecteur.
Que le lecteur paie ne me semble pas délirant. Après tout, vous payez aussi une presse, libre à vous de choisir votre journal. Que le journaliste paie pour voir son article publié me semble plus problématique. C'est quelque part un accès sous condition financière et qui tiendrait moins compte de la valeur de l'article. Bien sûr, des journaux scientifiques ont un 'impact factor' plus important (Science, Nature, PNAS...) mais les plus intéressants sont les journaux spécialisés dans certains domaines (Cell, Development, Journal of Neuroscience, Astrophysical Journal pour ceux que je connaisse).
Mais outre l'accès aux journaux, il y a aussi la question de l'archivage comme le décrit l'article. Je suis partisan pour que les articles soient libres de droit au bout d'un certain temps, je dirais 1 an. Pourquoi? Parce que la science progresse à pas de géant et qu'une affirmation peut être contestée par une autre. Ainsi fonctionne la science: une théorie/conclusion peut être reçue sur base d'une observation mais des observations plus affines viendront renforcer/optimiser ou changer cette conclusion.
Bonne initiative, je suis pour que des archives soient crées par catégorie/pathologie.

@++
6  1 
Avatar de tanaka59
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 05/02/2020 à 12:02
Bonjour,

Quel est votre avis sur le sujet ?
On devrait avoir 2 modèles parallèles :

> l’étude / enquête complète payante pendant X mois
> un résumé en libre accès

Au bout de quelques mois l'étude / enquête devient gratuite

Selon vous, cela est-il un exemple à suivre pour toutes les publications scientifiques ?
Pour certains petits malins l'accès à la science est un business comme le fait de s'informer ... Histoire de mettre des barrières sur la concurrence.
3  0 
Avatar de ALT
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/02/2020 à 10:44
Citation Envoyé par GLDavid
Le 'business model' actuel de ces journaux scientifiques et de faire payer le scientifique pour la publication, sous condition de reconnaissance des pairs, l'article; mais aussi de faire payer le lecteur.
Un détail : il y a les journaux qui font payer (cher) le lecteur (Nature, Cell, JAMA...) car ils garantissent un certain sérieux scientifique & ceux qui font payer le rédacteur. Ces derniers ont une réputation quelque peu sulfureuse.
Des revues qui font payer les deux ? Je ne connais pas. A priori, ce serait d'ailleurs un mauvais mélange des genres.
0  0 
Avatar de noegzit
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 08/02/2020 à 1:24
"Que le lecteur paie ne me semble pas délirant. Après tout, vous payez aussi une presse, libre à vous de choisir votre journal."
Mouais : ça peut se concevoir quand il s'agit de lire Le Monde ou Libé mais là il faut considérer que les articles dont on parle peuvent être facturés pour certains d'entre eux, à l'unité, au-delà du tarif d'un abonnement d'un an au Monde (300€). Impossible donc pour le commun des mortels d'avoir accès à ces articles dont le tarif est pour le coup réellement "délirant" (sans compter que l'auteur n'est a priori pas rétribué, seul l'éditeur se rémunérant grassement).

Quant au coût des abonnements, il est devenu prohibitif et atteint des niveaux tels que même des universités américaines prestigieuses renoncent maintenant à s'abonner. Elles évitent ainsi d'avoir à payer les millions de dollars annuels auxquels reviennent leurs centaines d'abonnements.

[https://www.sciencesetavenir.fr/fond...eclaree_135582]
0  0 
Avatar de MClerc
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 11/02/2020 à 10:21
ALT écrit :
« il y a les journaux qui font payer (cher) le lecteur (Nature, Cell, JAMA...) car ils garantissent un certain sérieux scientifique »

Sauf que les rapporteurs/relecteurs ne sont, à ma connaissance, pas payés. En tout cas je ne l'ai été qu'une fois (pour un article soumis à une revue d'Arabie Saoudite).

On arrive à des aberrations (pour ne pas dire arnaques) du style :
1) L'auteur propose un article selon le format électronique d'édition imposé par le journal, figures comprises.
2) Trois relecteurs font du boulot bénévole.
3) L'article est publié après un minime travail de mise en forme par l'éditeur.
4) Ceux qui veulent cet article doivent payer le prix fort. Même les établissements scientifiques (universités ou autres) où travaillent l'auteur et les relecteurs !

Et l'on arrive ainsi à des taux de profit de 30 à 40%.

Du coup, oui, je pense qu'ébranler de temps en temps ce modèle économique est légitime, même si illégal.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/02/2020 à 13:40
Cette vidéo devrait en intéresser certains :
Dirty Biology - La mafia scientifique dont vous n'avez jamais entendu parler - DBY #53

Comment quelques groupes se font des milliards sur la recherche scientifique publique.
0  0