Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Huawei devrait-il abandonner Android ?
La société a affirmé qu'elle continuerait d'utiliser les services de Google si les Etats-Unis levaient l'interdiction, selon un rapport

Le , par Stan Adkens

128PARTAGES

6  0 
L’interdiction de Huawei d’utiliser les technologies américaines dure depuis mai dernier et des questions commencent à se poser alors que le géant chinois des technologies de l'information et de la communication se concentre sur son propre système d’exploitation mobile. Huawei devrait-il abandonner Android ou continuer à l’utiliser une fois l’interdiction levée ? Huawei affirme qu'il est toujours possible d'utiliser les services de Google après qu'on lui ait interdit de les inclure sur les appareils l'année dernière, malgré les commentaires contraires d’un cadre de Huawei.

En effet, selon un rapport du blog Android Authority qui cite le site Web allemand WinFuture, Fred Wangfei, un représentant de Huawei pour l'Autriche a déclaré, lors d’une conférence de presse à Vienne, que la société n'utilisera pas de versions sous licence d'Android avec le support des applications Google – le Play Store, Gmail, Google Maps et autres applications créées par Google – même si les États-Unis lèvent l'interdiction qui a forcé Huawei à proposer ses propres alternatives. Au lieu de cela, les ambitions de Huawei pour Android seraient concentrées sur sa propre version, Harmony OS.


Après la signature en mai par le président américain d’un décret empêchant des entreprises de télécommunications chinoises de vendre du matériel aux États-Unis et l’inscription de Huawei sur la liste noire américaine, Google a mis une pause à sa collaboration avec l’entreprise, mettant fin à l’utilisation de PlayStore, Gmail et tout autre produit Google pour les futurs smartphones Android du constructeur chinois. La déclaration de Wangfei signifierait que le problème actuel de Huawei, à savoir que ses smartphones n'ont pas accès à toutes les applications Google, se poursuivrait indéfiniment.

Cependant, une déclaration ultérieure de la société a semblé rejeter les affirmations du représentant des relations publiques de la société. Bien que Huawei n'ait pas vraiment confirmé ou nié les choses, la société a fortement laissé entendre qu'elle serait heureuse de proposer la version officielle d'Android – avec les applications Google – sur ses prochains téléphones si le gouvernement américain venait à le lui autoriser. Selon Android Authority, un porte-parole de Huawei a déclaré ce qui suit :

« Un écosystème Android ouvert est toujours notre premier choix, y compris le GMS (Google Mobile Services), – c'est ce qui nous a permis de devenir le numéro deux mondial pour les livraisons de smartphones –, mais si nous ne sommes pas en mesure de continuer à l'utiliser, nous avons la possibilité de développer le nôtre », a-t-il dit au blog. Roland Quandt et Andreas Proschofsky ont publié des tweets concernant la déclaration de Wangfei et la marche arrière de la société :


La société est toujours en mesure d'utiliser le système d'exploitation de base d’Android, mais elle ne peut tout simplement pas ajouter aucun des services de Google. Pour son Mate 30 Pro et d'autres produits à venir, Huawei a construit sa propre version d'importantes API qui font partie des services mobiles de Google que l'on trouve sur la grande majorité des téléphones Android. Mais même si Huawei peut faire et reproduire des fonctionnalités, l'interdiction rend toujours ses appareils moins attrayants pour les clients occidentaux, qui comptent sur Gmail, Google Agenda et d'autres produits de base.

Il est peut-être temps pour une société comme Huawei d’apporter une alternative viable à Android et iOS

Selon Android Authority, malgré les difficultés sans les services mobiles de Google, Huawei devrait peut-être s'en tenir à la déclaration initiale, et mettre tout en œuvre pour apporter une alternative viable à Android et iOS. En effet, selon le blog, s'il existe aujourd'hui une entreprise qui dispose des ressources financières et du talent brut nécessaires pour proposer un troisième choix viable de systèmes d'exploitation pour smartphones, c'est bien Huawei.

Le blog justifie cela, entre autres, par le fait qu’avant l'interdiction de Huawei en mai dernier, Huawei était en passe de devenir le plus grand fabricant de smartphones de la planète. Et aujourd'hui encore, l'interdiction de Huawei entravant toujours sa croissance, la société a pu dépasser officiellement Apple en 2019 pour devenir le deuxième plus grand équipementier au monde, juste derrière Samsung. Selon les rapports de Strategy Analytics, Counterpoint Research et Canalys, au cours de l'année dernière, le fabricant chinois aurait livré environ 240 millions de téléphones, contre un peu moins de 200 millions pour Apple.

Selon le blog, Huawei Mate 30 Pro qui n'est pas livré avec des applications Google – parce que lancé après l'entrée en vigueur de l'interdiction de Huawei – a été, malgré ce handicap, expédié à hauteur de 12 millions d'unités. À l'heure actuelle, l’appareil est à peine disponible en dehors de la Chine, pays d'origine de la société, mais Huawei a pu expérimenter confortablement son propre système d'exploitation sans trop se soucier de ses résultats.


Cependant, d’après le blog, ceci représente un défi important et un investissement à long terme et il y aurait inévitablement des pertes à court terme alors que la société tente de trouver ses marques et de développer Harmony OS pour avoir sa propre identité. Toutefois, cela empêcherait ce que la société a vécu en 2019 avec l’interdiction des Etats-Unis, tout en favorisant les ambitions de la société en tant que fabricant de smartphones mais aussi en tant que créateur de technologie, a estimé Android Autority.

Créer un nouveau système d'exploitation et concurrencer Android et iOS ne sera pas chose facile

Au fil des ans, de nombreux systèmes d’exploitation mobiles concurrents ont essayé de briser le duopole, sans y parvenir. Selon un rapport publié par le blog la semaine dernière, de nombreux systèmes exploitation mobiles alternatifs, y compris BlackBerry 10 et Firefox OS, ont tenté, mais n'ont finalement pas pu détrôner Android et iOS au cours des 10 dernières années. Selon le rapport, certaines de ces offres ont ouvert la voie à Android, inspirant certaines des futures fonctionnalités et le langage de conception de la plateforme, et d'autres sont venus un peu trop tard et ont trouvé le défi d'établir une plateforme mobile compétitive trop difficile.

Au-delà de ce défi, Huawei aurait de grandes difficultés à attirer une large proportion d’utilisateurs sur Harmony OS à cause de l'interdiction américaine contre la société. En effet, le gouvernement des États-Unis accuse Huawei d’espionnage, vol de propriété intellectuelle, fraude et même violation de traités internationaux. Les pays alliés ont même été sensibilisés à bannir Huawei. Cependant, le géant chinois est en train de travailler à l'assainissement de son image. Il a consacré jusqu'à présent des milliards de dollars à l'amélioration de sa cybersécurité, selon le blog, et d'autres pays alliés des Etats-Unis sont prêts à lui accorder le bénéfice du doute, y compris le Royaume-Uni qui a autorisé la société à participer à leur déploiement de la 5G, sous certaines conditions.

Selon le blog, l'industrie des smartphones a peut-être besoin d'un remaniement, et Huawei qui va devoir faire face à une situation difficile, de toute façon, devrait profiter de l’occasion pour introduire un changement dans l’industrie. Un troisième système d'exploitation majeur serait peut-être ce dont les OEM ont besoin pour introduire à nouveau sur le marché de l’innovation. Huawei pourrait-il conduire ce changement ? Qu’en pensez-vous ?

Source : Android Authority

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Est-il temps d'avoir un troisième choix de système d'exploitation dans l'industrie des smartphones ?
Les efforts actuels de Huawei pourraient conduire à ce troisième système d’exploitation mobile majeur ?
Feriez-vous confiance à un OS mobile de Huawei ?

Lire aussi

Le gouvernement britannique autorise Huawei à participer au déploiement de la 5G du Royaume-Uni, mais à certaines conditions
Huawei a dépassé Apple en termes de vente de smartphones sur une année entière, la peur du coronavirus en Chine aura des implications potentielles sur les chaînes d'approvisionnements
Google met une pause à sa collaboration avec Huawei : plus de PlayStore, plus de Gmail pour les futurs smartphones Android du constructeur chinois
Trump signe un décret pavant le chemin vers le blocage d'Huawei aux USA, la France assure qu'elle n'a pas l'intention de faire la même chose

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de jopopmk
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/02/2020 à 9:05
Ils ont des preuves mais ne veulent pas les diffuser, je vois donc deux possibilités :
- pas de preuve réelle, simple discrimination, ou
- ils peuvent utiliser ces failles pour le propre intérêt.
7  0 
Avatar de defZero
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/02/2020 à 22:56
Qu’en pensez-vous ?

Que Huawei est surement coupable de ce dont l’accuse les USA, mais, et c'est un gros mais, il y a deux choses que je trouve cocasse :
- D'un je ne pense pas que le gouvernement US est la moindre preuve de ce dont il accuse Huawei, sinon ils les auraient volontiers fait "fuité"
- Et de deux, le gouvernement US accuse Huawei et donc la Chine de choses dont il est lui même coupable, par le biais des boites US / Israélienne et autres rachats effectué par leurs services d' "Intelligence" depuis une 30e d’année.

Donc, en suivant le raisonnement du gouvernement US retranscrit dans les plaintes déposés et si la sécurité et véritablement leurs but, alors personnes ne devraient utiliser de technologies US et associés, non ?

Il est schizophrènes le gouvernement US ou bien ?
7  0 
Avatar de Acheumeuneu
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 19:22
Les européens ont compris que Trump est un gros bidon et que les Etats-Unis apparaissent de moins en moins comme un allié fiable en tout cas tant que Moumoutte sera au pouvoir.
8  1 
Avatar de nl.smart
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 12/02/2020 à 8:00
Bonjour,

Nombreux sont ceux qui ont des preuves que les states peuvent espionner les réseaux de télécommunications, dans le cas présent l’hôpital se moque de la charité.

https://www.developpez.net/forums/d2...dward-snowden/
6  1 
Avatar de abgech
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 14/02/2020 à 9:21
"Pendant plus de cinquante ans, des gouvernements à travers le monde faisaient confiance à une seule compagnie pour tenir au secret les messages de leurs agents, militaires et diplomates. Mais aucun d'eux ne savait que la société basée en Suisse Crypto AG était en réalité une propriété secrète de la CIA en partenariat secret avec les renseignements allemands (BND). Les renseignements de ces deux pays, en ayant accès aux machines de cryptage de la société, pouvaient facilement pirater les codes utilisés par les pays pour l'envoi de messages cryptés", écrit le Washington Post.

Parmi ses clients – le Pakistan et l'Inde rivaux, des juntes militaires latino-américaines, l'Argentine, l'Arabie saoudite, l'Iran, l'Autriche, la Turquie, la Libye, la Grèce, le Qatar, le Japon, la Corée du Sud et même le Vatican. Et, de facto, ils ont tous payé de l'argent pour que leurs informations secrètes se retrouvent au final entre les mains de la CIA et du BND, qui ont acheté ensemble Crypto AG en 1971 via un fonds du Liechtenstein. Cette opération conjointe a été baptisée Rubicon.

"La CIA pouvait écouter les informations à l'étape même de préparation du putsch au Chili. Les services secrets américains possédaient à l'époque déjà des compétences incroyables en la matière, c'est pourquoi ils pouvaient soutenir et aider le putsch", explique Peter Kornbluh, historien des archives de la sécurité nationale des États-Unis.

Cependant, dans les années 1990, la société Crypto AG a attiré des soupçons : son cofondateur a été pris en flagrant délit de correspondance avec un représentant de la CIA, et son représentant commercial a été arrêté en Iran. Craignant d'être percés à jour, les Allemands se sont retirés de Rubicon en vendant leur part aux Américains, qui continuaient de se camoufler derrière Crypto AG jusqu'en 2018.

Maintenant, les USA menacent de rétorsion les pays qui voudraient acheter du matériel chinois de Huawei sous prétexte que c’est une porte d’entrée pour de l’espionnage. Peut-être, mais cela ne peut pas être pire que l’espionnage US.

En fait, il s’agit simplement pour les USA de vendre leur matériel, c’est une simple affaire de $,

Les Chinois ne sont pas des naïfs, ce scandale de l'espionnage US sort avec un timing parfait, au moment où les USA tente de saboter le marché de Hawei, je suppose que les services de renseignement chinois ne sont pas pour rien dans cette affaire, et, tout bien considéré, on ne peut pas leur donner tort.
4  0 
Avatar de pboulanger
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 8:50
et les US ne font pas pareils sur le matériel américain vendu à l'étranger? La NSA n'espionne pas les alliés des US? Boeing n'a jamais gagné de contrat grâce à de l'espionnage économique faite par la CIA?
5  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 9:31
Les subventions pour Nokia et Ericsson vont avoir l'effet inverse de celui escompté.
Au lieu de les stimuler, cette manne financière va juste valider la relative médiocrité de ces deux entreprises.
Fausse bonne idée en fait.
5  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/02/2020 à 11:33
L'espionnage est un prétexte... Si ça se trouve la Chine n'espionne personne d'autres que les chinois.
Les USA sont mécontent de se faire dépasser technologiquement par la Chine.
Les USA sont en train de perdre leur place de première puissance mondiale, ils essaient de résister comme ils peuvent, c'est un mécanisme de survie.

Cn ce moment l'économie est dans un état catastrophique, mais globalement la Chine est en croissance et les USA en récession, petit à petit l'écart de ressert et les USA ne veulent pas être deuxième.
6  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/02/2020 à 10:27
Citation Envoyé par lechapelierfou33 Voir le message
Pour en revenir au sujet Huawei et USA tous vous mettent en garde pour mieux vous surveiller
Je pense que Trump essaie d'affaiblir Huawei pour que cette société vende moins de smartphones.
Le problème c'est qu'elle ne se laisse par faire, Huawei a lancé Huawei AppGallery un concurrent à l'App Store et au Play Store. À chaque fois que les USA attaques Huawei ça motive la marque a devenir plus forte. Huawei c'est peut-être le prochain Apple :P8-)

Huawei va construire une usine en France, c'est sympa :
Huawei choisit la France pour sa première usine hors de Chine

===
Pour l'histoire de l'espionnage il faut attendre un lanceur d'alerte du type Julian Assange / Edward Snowden mais en plus chinois.
La France a refusé d’accueillir les lanceurs d'alertes US, mais je pense qu'elle accepterait de protéger les lanceurs d'alertes chinois. Parce qu'on est pas soumis à la Chine comme on est soumis aux USA. On se fait tyranniser par les USA.
5  1 
Avatar de Jean.Luc
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 29/02/2020 à 8:29
J'ai un téléphone HUAWEI et dans le "play store" il est noté "Certifié" par Google.
Je l'ai en décembre 2019 donc bien après le mois de mai, et j'accède à toutes les fonctionnalités Google.

A mon avis, il y a ce qui se dit au niveau échange société et état et la réalité du terrain, c'est que Google ne veut pas perdre des parts de marché à cause d'un président qui ne sera là que pendant un temps et en gardant le pied dans l'étrier, ils assurent leur pérennité.
3  0