Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Sondage : quelles expériences trouvez-vous les plus désagréables quand vous surfez sur Internet ?
Partagez votre expérience

Le , par Bill Fassinou

116PARTAGES

25  0 
Sondage : quelles expériences trouvez-vous les plus désagréables quand vous surfez sur Internet ?
Le Britannique Tim Berners-Lee, alors chercheur au CERN, a inventé le World Wide Web (Web ou Toile) en 1989. À l’origine, le projet a été conçu et développé pour que des scientifiques travaillant dans des universités et instituts puissent s'échanger des informations instantanément de partout dans le monde. Le Web s’est très vite popularisé et en quelques années, il est devenu comme l’épine dorsale d’Internet. Toutefois, trente ans après sa naissance, ils sont très nombreux, y compris son créateur, à estimer que le Web a perdu ses valeurs d’origine et qu’il faut le sauver.

La Toile s’est très vite tissée au cours de ses premières années et continue aujourd’hui également de l’être. Les idées qui lui ont donné la vie sont meilleures, mais il semblerait que très vite son utilisation s’est étendue à des domaines qui ne ravirent plus tout le monde aujourd’hui. Selon Abib Omar, un développeur qui partage sur un blogue personnel la façon dont il voit le Web aujourd'hui, le Web moderne s’est peu à peu éloigné de l’idée d’apporter uniquement des informations et de la connaissance aux usagers et est devenu un lieu où la maximisation du profit est la règle numéro un.

« Le Web moderne devient un terrain vague inutilisable et hostile aux utilisateurs », a-t-il déclaré. « [...] C'est la même chose qui se passe avec le Web moderne : si vous ajoutez une autre publicité à vos pages, vous générez plus de revenus. Si vous suivez mieux vos utilisateurs, vous pouvez désormais proposer des publicités sur mesure et vos taux de conversion sont plus élevés. Si vous empêchez les utilisateurs de quitter votre écosystème de jardin clos, vous obtenez maintenant tout le jus de leur attention, quelle qu'elle soit », a-t-il ajouté.

Eh bien ! à quel moment atteignons-nous le point de rupture ? Omar pense que nous avons déjà atteint ce point de rupture. Selon lui, la plupart des sites Web modernes, en particulier les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, ont transformé le Web en une ressource presque inutilisable pour les utilisateurs. Omar estime que la chose la plus visible que ces sites ont en commun est qu’ils ne vous fournissent pas l’information dont vous avez besoin, ou pas la totalité, si vous n'êtes pas inscrit sur leur plateforme pour qu’ils vous transforment en une source de revenus.

Par exemple, dès l'inscription, Facebook propose de parcourir les contacts qu'un utilisateur a enregistrés dans sa boite mail. Le réseau social offre ainsi la possibilité de retrouver plus rapidement ses amis sur le réseau. Cependant, plusieurs personnes et plusieurs fuites de données liées à l’entreprise ont signalé au fil du temps qu'en vertu des conditions générales, Facebook s'autorise à « louer » à des sociétés les réseaux d'amis appartenant aux inscrits ; chose que les jeunes internautes ni la plupart des gens d’ailleurs ne voient pas, car ils n'ont pas l'habitude de lire les « conditions générales ».

Sous d’autres cieux, l’on estime que ces plateformes ou sites Web ont donné vie ou ont contribué à l’émergence de nouvelles technologies qui empoisonnent la vie de milliards d’internautes dans le monde. Ils citent le Big Data qui a contribué à rendre les entreprises, peu importe leur rang et leur domaine d’activité, « avides de données personnelles de leurs utilisateurs ou de simples visiteurs », les développeurs et les ingénieurs informatiques en « chasseurs de primes » et la plupart des gouvernements du monde en « Big Brother » modernes.

Cette année, à l’occasion des 30 ans du Web, Tim Berners-Lee a annoncé que nous pouvons encore sauver le Web et le faire sortir de son adolescence. Ainsi, à la fin du mois dernier, Berners-Lee et la World Wide Web Foundation ont officiellement lancé un plan d’action pour réparer Internet et nous empêcher de sombrer dans une « dystopie numérique ». Ils ont présenté un plan dénommé « Contract for the Web », un ensemble de lignes directrices pour éliminer les maux dont souffre le Web, qui a déjà obtenu le soutien de plusieurs entités différentes.

Le plan est composé de 9 principes pour les trois groupes d’acteurs d’Internet. Ensemble, les principes visent à garantir que tout le monde ait accès à Internet et que la confiance dans le Web puisse être rétablie. Le plan est soutenu par plus de 150 organisations, notamment des géants de l'Internet tels que Google, Microsoft et Facebook, ainsi que des groupes d'intérêt tels que Reporters sans frontières. De même, les gouvernements allemand, ghanéen et français ont également manifesté leur soutien au plan de l’informaticien britannique.

En gros, voici comment Abib Omar décrit en quelques points son expérience sur le Web aujourd’hui :

  • les sites Web demandant de se connecter, de s'inscrire ou d'entrer un courriel ;
  • les sites Web qui demandent votre numéro de téléphone après que vous ayez abandonné votre courriel ;
  • les sites Web qui demandent d'autoriser les notifications HTML5 ;
  • les sites Web qui téléchargent 50 Mo de données et font des centaines de demandes pour servir 6 Ko de texte ;
  • les sites Web qui ne fonctionnent pas parce qu'ils ont trop de JavaScript ;
  • les sites Web qui ne fonctionnent pas parce qu'une partie du JavaScript a été capturée par uBlock Origin ;
  • les sites Web qui demandent à désactiver le bloqueur de publicité ;
  • les sites Web qui demandent à accepter les cookies de 41 484 façons différentes ;
  • les sites Web demandant à télécharger leur application mobile qui n'est pas native et qui nécessite environ 200 Mb de stockage ;
  • des popups pour acheter une affaire ou télécharger des trucs au hasard ;
  • reCaptcha avec des images de rue aléatoires, qui sont parfois impossibles à résoudre ;
  • protection DDoS de CloudFlare en pensant que je suis un bot ;
  • YouTube diffusant une publicité de 2h30 pour un clip de 3h30 ;
  • la vidéo ou le site Web n'apparaît pas parce que je ne suis pas dans le pays en question ;
  • Linkedin qui continue d'envoyer des dizaines d'emails malgré de multiples désabonnements ; et qui échappe d'une manière ou d'une autre au filtre antispam.


Pour finir, même si de nombreux scientifiques et activistes du Web se battent pour rétablir les valeurs sur lesquelles s’est reposé le Web à ses débuts, certains estiment qu’il n’est plus possible d’arrêter la machine et que cela va continuer à empirer dans les années à venir.

Source : Abib Omar

Et vous ?

Le Web est-il devenu si inutile et inutilisable tel que les gens le présentent ?
Comment en est-on arrivé là ? Y a-t-il des technologies ou des acteurs qui ont eu un impact négatif sur le Web ?
Quelle expérience faites-vous du Web en 2019 ?

Voir aussi

Tim Berners-Lee lance « Contract for the Web », un plan pour empêcher le Web de sombrer dans la dystopie numérique énuméré en neuf principes différents

Tim Berners-Lee pense que nous pouvons encore sauver le Web. À l'occasion des 30 ans du WWW, il voudrait le voir « sortir de l'adolescence »

« Nous avons besoin d'un ensemble de principes directeurs permettant de définir le type de Web que nous voulons demain », déclare l'inventeur du Web

Cambridge Analytica aurait fait du profilage de 50 millions d'utilisateurs de Facebook pour influer sur les élections US et le vote du Brexit

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tourlourou
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/12/2019 à 13:00
Le démarrage automatique de sons ou vidéos m'est particulièrement déplaisant.
34  0 
Avatar de Zorvan
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 23/12/2019 à 16:33
Les sites qui t’empêchent de faire "page précédente" en te redirigeant en boucle vers la page actuelle... Ou bien les pages qui t'ouvrent une pub à chaque clic sur la page (malgré les bloqueurs)
14  0 
Avatar de Auteur
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 24/12/2019 à 14:31
Les vidéos (surtout sur les sites d'informations) qui suivent le défilement de la page et que tu ne peux pas fermer.
13  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/12/2019 à 16:23
Le plus souvent dès qu'il y a du son je ferme la fenêtre direct, si on le fait pas ça prends du temps de trouver la vidéo fautive et pire encore parfois tu peux même pas la mettre en pause ou la fermer. La de rage je ferme tout du coup.
12  0 
Avatar de Zefling
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/12/2019 à 13:15
Les moteurs de cherche qui t’interdissent de changer de langue de recherche à la volé. Changer la langue ou passer par un VPN pour se faire passer pour quelqu'un d'un autre pays, je trouve ça super relou.
11  0 
Avatar de Doksuri
Membre expert https://www.developpez.com
Le 23/12/2019 à 16:29
j'ai quasiment tout coche... et j'ajouterai

les sites qui redirigent carrement sur une page d'acceptation des coockies...
10  0 
Avatar de bernard59139
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/12/2019 à 8:02
en résumé:
Une page de qques Mo pour une info de qques Ko, mon forfait data qui s'envole en quelques jours, ma batterie qui se décharge en qques heures.

Et parfois, des pages à l'aspect variable, je crois cliquer sur un lien, et avant que le clic soit physiquement fait, l'aspect a changé (souvent à cause d'images de pub). Et le clic s'est fait "ailleurs", au mieux dans le vide.

Joyeuses fêtes
10  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 24/12/2019 à 11:30
Citation Envoyé par pmithrandir Voir le message
Sur Firefox et chrome, il y a une icône de son dans l'onglet a coté du titre. Si tu cliques, ca devrait éteindre le son.
Ouais, mais en attendant, tu t'est fait agresser phoniquement. Pour ça que mes ordis de bureau ont toujours le son coupé(ou un casque). Hors de question de déranger mes collègues, ne serait-ce que la seconde nécéssaire pour atteindre ce petit bouton par ailleurs plein de qualités..
10  0 
Avatar de pmithrandir
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/12/2019 à 9:43
Citation Envoyé par Mingolito Voir le message
Le plus souvent dès qu'il y a du son je ferme la fenêtre direct, si on le fait pas ça prends du temps de trouver la vidéo fautive et pire encore parfois tu peux même pas la mettre en pause ou la fermer. La de rage je ferme tout du coup.
Sur Firefox et chrome, il y a une icône de son dans l'onglet a coté du titre. Si tu cliques, ca devrait éteindre le son.
5  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 26/12/2019 à 19:40
Citation Envoyé par xXxNeWgEnErAtIoN Voir le message
Le plus désagréable c'est de tomber sur un forum où les gens sont d'accords entre eux et ne se remettent jamais en question sur des sujets qu'ils ne maîtrisent pas et dont ils savent qu'ils ont tort.

Les contredire est compliqué car ils se liguent contre toi alors que tu as raison.
Citation Envoyé par Raymond Devos Voir le message
A tort ou à raison

On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort.
C'est difficile de juger.
Moi, j'ai longtemps donné raison à tout le monde. Jusqu'au jour où je me suis aperçu que la plupart des gens à qui je donnais raison avaient tort !
Donc, j'avais raison !
Par conséquent, j'avait tort !
Tort de donner raison à des gens qui avaient le tort de croire qu'ils avaient raison.
C'est-à-dire que moi qui n'avais pas tort, je n'avais aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu'ils avaient tort !
J'ai raison, non ?
Puisqu'ils avaient tort ! Et sans raison, encore !
Là, j'insiste, parce que ... moi aussi, il arrive que j'aie tort.
Mais quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas. Ce serait reconnaître mes tort !!!
J'ai raison, non ?
Remarquez ... il m'arrive aussi de donner raison à des gens qui ont raison aussi. Mais, là encore, c'est un tort. C'est comme si je donnais tort à des
gens qui ont tort. Il n'y a pas de raison !

En résumé, je crois qu'on a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort !
Références :

Raymond Devos dans le texte - 20 minutes

Raymond Devos - Wikipedia
5  0