Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un camion autonome a livré du beurre de la Californie en Pennsylvanie en trois jours,
Dans ce qui semble être une première dans l'industrie du fret commercial, selon un rapport

Le , par Stan Adkens

79PARTAGES

14  0 
La technologie de conduite autonome a enregistré un nouveau bond significatif dans la Silicon Valley. Plus.ai, une startup de la Silicon Valley a effectué ce qui semble être le premier voyage de fret commercial à travers le pays avec un camion autonome, qui a parcouru 2 800 miles (environ 4506 kilomètres) de Tulare en Californie à Quakertown à Pennsylvanie pour livrer une importante quantité de beurre à Land O'Lakes en moins de trois jours. Et selon la société, le voyage s'est déroulé sans aucun incident, a rapporté le quotidien Mercury News.

Bien que ce ne soit pas la première fois qu'un camion autonome fait un voyage à travers le pays, c'est probablement la première fois qu'un camion de transport commercial de ce genre fait une livraison réelle comme celle-ci. D’après le quotidien, c’est le mardi dernier que Plus.ai, l’entreprise à l'origine de la technologie d'autoconduite, a annoncé son voyage à travers les États-Unis. Plus.ai est une startup d'intelligence artificielle créée en 2016 et basée à Cupertino en Californie. Elle a mis au point un système de conduite autonome pour les camions de livraison de marchandises.


Le voyage a duré environ 41 heures, selon les données de Google Maps, et s'est étendu sur plus de 2 800 miles, en conduisant surtout de façon autonome, selon le rapport du magazine consacré à la science et à la technologie Popular Mechanics. Il a fallu trois jours au camion de Plus.ai pour achever le voyage, au cours duquel il a fait quelques arrêts carburant et des pauses prévues par le gouvernement fédéral, mais jamais parce qu'il ne pouvait pas supporter la conduite, selon le rapport.

Un chauffeur de sécurité se trouvait à bord du semi-autonome, prêt à prendre le volant si nécessaire, ainsi qu'un ingénieur de sécurité qui observait le déroulement des opérations. Mais ils n'ont jamais eu à prendre la relève et à intervenir dans la conduite, car la compagnie a dit qu'il n'y avait eu aucun « désengagement » ou un moment où le système d'autoconduite a dû être suspendu à cause d'un problème. Plus.ai fait du fret toutes les semaines depuis environ un an, a dit Shawn Kerrigan, cofondateur et chef de l'exploitation de l'entreprise, mais c'est le premier voyage à travers le pays et le premier partenariat dont il a parlé publiquement.

Selon Land O'Lakes, une coopérative agricole, la fin de l'année est la période de pointe pour le beurre. Yone Dewberry, chef de l'approvisionnement de la coopérative, a dit dans une déclaration : « Être en mesure de répondre à cette demande de pointe grâce à une solution de transport de fret rentable sera extrêmement précieux pour notre entreprise ».


La technologie SLAM de Plus.ai

Plus.ai est devenu, en mars 2017, l'une des premières entreprises de camionnage autonomes à obtenir un permis d'essai de véhicule autonome en Californie. Selon le California Department of Motor Vehicles, 65 entreprises détiennent actuellement un de ces permis, a rapporté Popular Mechanics.

Plus.ai a fait confiance à sa technologie SLAM, sa solution de positionnement instantané et de construction de cartes pour compléter cette première livraison commerciale. Le système de l'entreprise comprend une série de capteurs comme des caméras, un lidar et un radar, très semblables à ceux que l'on retrouve dans une Volvo Uber à conduite automatique ou une Ford Fusion Argo AI, d’après Popular Mechanics. Selon le magazine, ce qui est encore remarquable, c'est le système de fusion de données de l'entreprise, qui combine ces informations pour créer un champ de détection frontale de plus de 1 600 mètres de profondeur, permettant au camion de voir loin devant. En même temps, Plus.ai atteint un large champ de vision pour aider le camion à s'adapter aux nouvelles formes de routes et de pentes. Le système gère également différentes conditions météorologiques, comme la pluie et la faible visibilité.

L'industrie du camionnage pourrait être la première à adopter une technologie autonome à grande échelle

Selon Popular Mechanics, les camions autonomes deviendront vraisemblablement la norme avant tous autres types de véhicules autonomes à cause des longs tronçons d'autoroute ennuyeux et prévisibles comparativement aux rues des villes. Quant à Dan Ives, directeur général de la recherche sur les actions de Wedbush Securities, il prévoit qu'il y aura quelques camions autonomes de livraison de fret en 2020 et 2021, avec le début du déploiement commercial en 2022. Il croit aussi que l'industrie du camionnage sera la première à adopter une technologie autonome à grande échelle. Mais selon lui, le calendrier dépendra des règlements, qui varient d'un État à l'autre.

Malgré ce succès de Plus.ai, plusieurs autres entreprises dans tout le pays travaillent à la livraison autonome de fret, a dit M. Ives. Parmi elles, on peut citer Starsky Robotics, une entreprise qui travaille à rendre les camions de marchandises autonomes sur l'autoroute et à les conduire à distance. Starsky s'est associé en été dernier à Loadsmart, une plateforme en ligne qui permet aux utilisateurs d'obtenir des devis, de réserver des camions et de suivre leur fret de la récupération à la livraison, pour expédier automatiquement un camion de fret. Ce voyage a été le premier essai sans pilote d'un camion autonome sur une voie publique, d’après Popular Mechanics.


Il y a aussi Xos Trucks à Los Angeles qui travaille avec UPS pour tester des camions de livraison entièrement électriques. Pronto.ai, fondé par Anthony Levandowski, ancien ingénieur d’Uber, a mis au point un système de sécurité routière qui offre un régulateur de vitesse adaptatif complet, un freinage d'urgence automatique et un centrage proactif des voies. Nous avons également la startup Embark Trucks, une entreprise de camionnage autonome basée à San Francisco, qui a effectué l'an dernier un voyage de cinq jours et de 2 400 milles (environ 3862 kilomètres) à travers les États-Unis, a rapporté Mercury News.

« Quand les camions (de fret) pourront parcourir de longues distances, c'est à ce moment-là qu'il y aura un retour sur investissement significatif » sur la technologie autonome, a dit Yves.

Selon Omar Allam, un utilisateur de Twitter qui travaille dans l'industrie du camionnage, lorsque le camionnage autonome longue distance deviendra une norme de l'industrie, les chemins de fer et les autres options d'expédition en ressentiront les effets. Voici ce qu’il a dit dans ses tweets :

« Pour Propel et Gatorade, l'expédition de routine actuelle de Pennsylvanie à la région de San Francisco est d'environ 9 jours au total. 7 à 8 jours en train de Pennsylvanie à Phoenix, puis 1 à 2 jours supplémentaires en camion de Phoenix à San Francisco. Dans les cas urgents, un camion direct entre les deux points prend environ 5 jours,» a écrit Allam. « Si l'on considère les économies estimées que l'on peut attendre des véhicules autonomes, si le coût d'une cargaison dans 5 à 15 ans de Pennsylvanie à Californie par camion autonome se rapproche du coût d'une cargaison ferroviaire, ni les trains ni les camions à conduite humaine n'auront une chance de se réaliser ».


Allam a aussi parlé de l’impact de la technologie sur les camionneurs. « Nous ne remplacerons certainement pas les 3,5 millions de chauffeurs de camion en 15 ans, mais même 1/5 de ce nombre serait de 750 000 chauffeurs », a-t-il écrit. « 96 % d'entre eux sont des hommes, âgés en moyenne de 49 ans, avec un salaire moyen d'environ 45k/an, tous ayant terminé leurs études secondaires. 750 000 familles resteront sans rien ».

Des rapports ont déjà fait état que cette corporation était une cible du développent de l’IA. « Les conducteurs, les chauffeurs de poids lourd, tous ceux qui conduisent pour gagner leur vie, leurs emplois seront davantage perturbés dans les 15 à 25 ans à venir, » avait dit en janvier Kai Fu Lee, un pionnier de l’intelligence artificielle, selon qui L'IA pourrait supplanter 40 % des emplois du monde dans 15 ans.

Sources : The Mercury News

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Dan Yves prévoit qu'il y aura quelques camions autonomes de livraison de fret en 2020 et 2021, avec le début du déploiement commercial en 2022. Qu’en pensez-vous ?

Lire aussi

Voitures autonomes : UPS acquiert des actions dans TuSimple et teste des camions autonomes en Arizona, depuis le mois de mai
Le service postal des États-Unis teste des camions à conduite autonome, pour la distribution du courrier
Uber ferme sa division dédiée aux camions autonomes, afin de recentrer ses efforts de conduite autonome sur les voitures uniquement
Un camion électrique et autonome démarre les livraisons sur la voie publique suédoise, une première du genre au monde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de phil995511
Membre actif https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 13:52
Ils ne savent pas faire du beurre en Pennsylvanie, ils sont obligés de l'importer (rires) ? Heureusement que le dieu de la robotique/cybernétique est là pour venir à leur secours
16  0 
Avatar de calvaire
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 17:19
mais pourquoi ne pas transporter la marchandise par train ?
Il n'y a aucune ligne de train traversant le pays conçu pour justement transporter des marchandise rapidement et efficacement ?

On regle un faux probleme la, jamais de base un camion ne devrais avoir à traverser un continent. Dans de tels distance on passe par la mer ou le train en fonction de ce qui est le mieux adapté.
10  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 19:18
Citation Envoyé par JP CASSOU Voir le message
Très bon, tout çà.

Si on arrive à automatiser le routier, l'automatisation du ferroviaire ne sera qu'un jeu d'enfant. Et bye, bye les grévistes. On n'aura plus besoin de vous.
Réfléchit encore un peu... On aura pas plus besoin des grévistes que des futurs chômeurs comme toi qui auront perdu leur job parce que remplacés par une IA
6  0 
Avatar de disedorgue
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 13/12/2019 à 0:45
Une expérience qui compte pour du beurre
6  0 
Avatar de CosmoKnacki
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 14:52
Heureusement qu'il ne s'est pas perdu, ça aurait fait tâche d'huile.
6  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 15:16
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
Ils ne savent pas faire du beurre en Pennsylvanie
Il y a plein d'exemples de ce genre d'absurdité, parfois 1 pays A achète des tomates au pays B et le pays B achète des tomates au pays A. Ce serait plus écologique de consommer des produits locaux, mais comme on veut le maximiser le profit, parfois on va importer des articles qui sont produit localement. À cause du libre échange, il est parfois plus rentable de faire parcourir 7000km à des articles que de les produire localement.

Bon là c'était pour la démo technique. Mais en réalité ce serait peut-être mieux d'utiliser le train pour faire ce genre de livraison, ça devrait consommer moins d'énergie.
Les automates c'est mieux que les humains sur différents aspects, par exemple ça peut rouler beaucoup plus longtemps, ça ne se fatigue pas, ça ne tombe pas malade, ça ne prend pas de vacances, ça n'a pas de problème personnel, ça ne fait pas gréve, ça ne se fait pas retirer le permis.
Remplacer des conducteurs de camion par des algorithmes ça finira pas être rentable sur le long terme. Plein de conducteurs vont perdre leur job.
5  0 
Avatar de Edrixal
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/12/2019 à 9:40
Citation Envoyé par bistouille Voir le message
Les routiers polonais, roumains, espagnols ne font jamais grève.
Il me semble qu'en 2008 les routiers Espagnol avait fait grève et qu'on en avais pas mal parler dans la presse Française...

Pour les Polonais et les Roumains, ils ne font pas grève, non. Parce que s'ils font grève ils perdent leur boulot. Mais t'en fait pas on y viendra aussi progressivement en France, sous couvert de protéger la population de ses vilains gréviste violent !
Vous reprendrez bien un peut de vaseline pour le prochain passage non ?
5  0 
Avatar de calvaire
Membre averti https://www.developpez.com
Le 17/12/2019 à 16:35
Citation Envoyé par clorr Voir le message
Comme indiqué dans l'article, le transport par train est très long. Ce n'est pas parce que le train est lent, mais parce que les cargaisons par train transitent par des gares de triage ou les wagons sont rattachés à différents trains selon leur destination. Le camion, qui transporte les marchandises de bout en bout et ce qui se fait de plus efficace du point de vue temps
Plutot que d'optimiser le transport par camion, il ne serait pas plus intéressant d'optimiser le transport ferroviaire dans ce cas ?
Ce serait bete de pas utiliser un train de fret propulser à 160km/h y'a quand meme, plutot qu'un camion à 90km/h sujet aux embouteillages.

Cela dit quand on sait que la plupart des marchandises sont transporté par avion au lieu du cargo y'a quand meme des problemes au niveau du tranqsport international.
Pour info en Suisse les camions doivent monter un train et faire du ferroutage pour traverser la pays, si la Suisse (un petit pays) le fait, imaginer l'avantage sur un grand pays quand c'est bien geré.
4  0 
Avatar de calvaire
Membre averti https://www.developpez.com
Le 18/12/2019 à 9:24
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Ici la question ce n'est pas de développer une solution plus économique pour transporter des cargaison, c'est juste de montrer qu'un camion peut se conduire tout seul sur une très longue route.
Parfois on fait des trucs qui gaspille de l'énergie juste pour montrer qu'on peut, SpaceX à envoyé son roadster Tesla dans l'espace (SpaceX : la Tesla envoyée dans l'espace a dépassé Mars), l'histoire du camion autonome c'est pareil, ça ne sert à rien mais c'est impressionnant.

Justement je ne suis d'accord avec toi, j'ai peur que ce ne soit pas juste une demo technique mais une réel vision du futur...
Je suis convaincue qu'il y'a des imbéciles investisseurs pour penser que transporter du beurre par camion sur plus de 1000km c'est une bonne idée.
4  0 
Avatar de Edrixal
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 15:31
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Le "surtout" veut surtout dire que le voyage n'a pas été effectué de manière entièrement autonome mais que le "chauffeur de sécurité" a du reprendre le volant sur certains tronçons!

2 employés nécessaire au lieu d'un seul? Cela doit être cela les nouveaux métiers créés par le numérique... Des employés surnuméraires qui au départ et à l'arrivée n'aident même pas le chauffeur à charger et décharger le camion

Perso, je vais me beurrer une tartine avec un beurre qui n'a pas parcouru 2 800 miles mais 500 mètres de la laiterie qui l'a produit à ma cuisine!

Et ça... C'est l'avenir! Quand on vit sur un caillou qui l'on rend inhabitable, l'avenir c'est pas de faire venir des antipodes de manière autonome, c'est de consommer local!!!
Il est dit que le conducteur n'a pas toucher au volant. Par contre le camion à du faire des arrêts pour se ravitailler. Et là sans intervention humaine compliquer.
C'est un test, il y'a deux personnes, un pour reprendre le volant si nécessaire (La lois l'oblige de toute façon pour l'instant) et un pour analyser les problèmes et les résoudre s'il y en avais eux.
A terme l'idée c'est qu'il n'y ai plus personne dans le camion. Sinon on ne parlerais pas de 750.000 emplois détruis mais de 750.000 emplois créer...
4  1