Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Sur 11 000 magasins en ligne, 1254 utiliseraient des « dark patterns » pour amener les utilisateurs à acheter ou à souscrire à des offres ou services sans leur accord
Selon une étude

Le , par Bill Fassinou

40PARTAGES

27  2 
Une équipe de chercheurs de l’université de Princeton dans le New Jersey et de l'université de Chicago a mené une récente étude sur les sites Web d'achats et a découvert qu’une grande partie d’entre eux pratiquait ce que l’on appelle le « dark programming ». Sur plus de 11 000 sites Web analysés, ils ont découvert 1 818 cas de « dark patterns », représentant ensemble 15 types de dark patterns. Ces 1818 cas de dark patterns sont présents sur 1254 des 11 000 sites Web d’achats (∼11,1 %) de leur ensemble de données.

Lorsqu’ils écrivent leurs programmes, les développeurs ont souvent recours à des pratiques obscures qui sont condamnables du point de vue de la morale ou de la loi. Ces pratiques sont connues sous le nom de dark patterns (en français : interfaces truquées) et peuvent être intégrées dans un concept qu'on désigne par le Dark Programming ou encore la programmation côté obscur. Ils constituent des astuces utilisées lors du développement de sites Web ou d’applications pour amener les utilisateurs à acheter ou à souscrire à des offres ou services sans leurs accords.

Une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’université de Princeton du New Jersey et de l'université de Chicago a révélé que l'utilisation des dark patterns est devenue très répandue sur les sites Web d’achats en ligne. L’étude présente des techniques automatisées qui ont permis aux universitaires d'identifier des dark patterns sur un grand nombre de sites Web. Les sites Web d’achats les plus populaires selon le classement Alexa seraient les plus susceptibles de présenter des motifs sombres.


À l'aide de ces techniques, ils ont analysé environ 53 000 pages de produits provenant d'environ 11 000 sites Web commerciaux afin de caractériser et de quantifier la prévalence des dark patterns. Cela leur a permis de découvrir 1 818 cas de dark patterns, représentant ensemble 15 types et 7 catégories plus larges. Ils ont remarqué que 183 sites Web se livrent à de telles pratiques. Enfin, ils ont remarqué qu’il y a 22 entités tierces qui offrent aux sites Web d'achat la possibilité d’insérer des dark patterns sur leurs sites comme solution clé en main.


Mais comment cela fonctionne-t-il ? L’équipe des universitaires a indiqué que la plupart des cas de dark patterns qu’elle a identifiés reposent sur la tromperie du consommateur. Voici quelques exemples de ce qu’elle a pu identifier dans ses recherches :

  1. se faufiler dans le panier : consiste à ajouter des produits supplémentaires aux paniers des utilisateurs sans leur consentement. L’équipe des universitaires a indiqué avoir trouvé environ 7 instances sur 7 sites Web différents ;
  2. coûts cachés : consiste à révéler des frais auparavant non divulgués aux utilisateurs juste avant de faire un achat. Prévalence : 5 instances sur 5 sites Web ;
  3. Abonnements cachés : consiste à imposer aux utilisateurs des frais récurrents sous prétexte d'un frais unique ou d'un essai gratuit.
  4. compte à rebours : consiste à indiquer aux utilisateurs qu'une offre ou un rabais expirera à l'aide d'une minuterie de décompte. Prévalence : 393 instances sur 361 sites Web ;
  5. confirmshaming : consiste à utiliser le langage et les émotions (la honte) pour empêcher les utilisateurs de faire un certain choix. Prévalence : 169 instances sur 164 sites Web ;
  6. interférence visuelle : consiste à utiliser un style et une présentation visuelle pour orienter les utilisateurs vers certains choix ou les éloigner de ceux-ci. Prévalence : 25 instances sur 24 sites Web ;
  7. vente sous pression : consiste à présélectionner des variantes plus coûteuses d'un produit ou faire pression sur l'utilisateur pour qu'il accepte les variantes plus coûteuses d'un produit et de produits connexes. Prévalence : 67 instances sur 62 sites Web ;
  8. inscription forcée : consiste à forcer les utilisateurs à créer des comptes ou à partager leurs informations pour mener à bien leurs tâches. Prévalence : 6 instances sur 6 sites Web.


Il existe encore bien d’autres techniques que les chercheurs ont exposées dans leur étude. Ces différentes techniques sont regroupées en 7 catégories : action forcée, obstruction, rareté, preuve sociale, urgence, faufilement et erreur de direction. L'équipe de recherche s'attend à ce que les dark patterns de la catégorie preuve sociale deviennent encore plus populaires au cours des prochaines années. L'une des raisons, selon eux, est qu'il existe actuellement des sociétés tierces qui offrent des dark patterns comme solution clé en main.

Ces solutions sont soit sous la forme d'extensions et de plug-ins de magasin, soit sous la forme de services de personnalisation de magasin à la demande. Le tableau ci-dessous contient la liste des 22 tiers que l'équipe de recherche a identifiés à la suite de son étude comme fournisseurs de dark patterns comme solutions clé en main. Vous pouvez en savoir plus sur les dark patterns sur les sites Web d'achats en consultant le livre blanc intitulé « Dark Patterns at Scale : Findings from a Crawl of 11K Shopping Websites ». Les données brutes et les outils des chercheurs peuvent être téléchargés à partir du dépôt GitHub.

Sources : Université de Princeton, Livre blanc (PDF), GitHub

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ? Vous paraît-elle pertinente ou pas ?
Quel est votre avis sur le sujet ?
Avez-vous déjà fait du Dark Programming ?

Voir aussi

Trolldi : le Dark Programming ou l'art d'écrire un code pour tromper les utilisateurs et les amener à accepter des offres qu'ils ne veulent pas

Des sénateurs américains présentent un projet de loi interdisant aux plateformes de médias sociaux d'utiliser des dark patterns

USA : un sénateur donne des pistes pour la réglementation des médias sociaux et entreprises technologiques et voici ce qu'il propose

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stérilux
Membre averti https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 14:09
Même sans ça les boites ne se gênent pas. Mes parents voulant absolument être chez orange je leur prend une box à 30€/mois et à la première facture, 50€ tout un tas d'options qui n’apparaissait nul part, il m'a fallu chercher un bon moment avant de trouver cette option qui était invisible mais facturé par défaut sans accord. Pas la peine de se plaindre chez orange, comme tout bon escroc le contrat est blindé.

On peu aussi parler des démarcheur téléphonique qui valident une commande que tu refuses et qui ensuite te harcèlent pour avoir leur argent.

Ce que font les site web n'en sont que l'évolution depuis qu'on est passé au full libéralisme. Le communisme était flippant mais j'en suis à me demander ce qui est le mieux, que tout le monde mange à sa faim sans liberté ou le fait que ce système permet à autant de personnes malhonnêtes d'avoir ce genre de pratique sans avoir de grosse inquiétude... parce que ça en fait des salauds mine de rien, les méthodes sont souvent connu par les salariés mais ils ne démissionnent pas pour autant et ne dénonce pas... Bizarrement en droit c'est censé être de la complicité alors que dans la réalité, tout est normal.
8  0 
Avatar de MRSizok
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/11/2019 à 13:43
Il suffit de voir cette abondance de garantie et services pré-coché lors d'un achat internet. Et même certain pousse le vice comme Amazone. Voulez vous tester Amazone premium gratuitement pendant 1 mois pour avoir la livraison gratuite etc.. Tu dis non mais c'est coché ou répété 2 page suivante. On se croirait sur Adibou.
6  0 
Avatar de Maghin
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 13/11/2019 à 14:12
Que des gens escroquent d'autres gens c'est pas nouveau. C'est un problème et c'est à chacun d'entre nous de s'en protéger et d'aider nos proches à s'en protéger.

Ce que je trouve aberrant c'est d'être pris pour un con par des entreprises multinationales qui quelque part ont un certain "intéret public". Je pense aux opérateurs téléphoniques : aujourd'hui on ne peut pas s'en passer.

Ma dernière expérience date d'il y a moins d'un mois : J'ai des problèmes sur ma ligne internet, j'ai suivi les étapes de dépannages classique sur le site d'Orange (redémarrage et réinitialisation de la box). Puis on me dit que comme ça ne marche toujours pas ils vont me mettent en relation avec un conseiller : Ce conseiller n'était qu'un chatbot qui a refait exactement les même opérations que j'ai fait juste avant. Ca m'a rendu fous quand je m'en suis rendu compte.

Le pire c'est qu'on cherche à te faire croire qu'on parle à un vrai humain : on commence par te faire attendre 10 minutes parce qu'il y a une soit disant file d'attente, et à chaque fois que tu postes un message le bot te répond 5 minutes plus tard (sans doute pour faire croire qu'il est occupé) et il est complètement à coté de la plaque. Au final il n'y aucune interaction : orange m'a menti, il ne m'a pas mis en relation avec un conseiller, il s'est juste foutu de moi pendant une demi heure.

Comme c'est pareil partout, il savent que je ne changerai pas d'opérateur, ils sont tranquilles !
2  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 18/11/2019 à 17:09
Je suis en plein dedans avec les billets d'avions.
Je me renseigne pour l'instant.
Je dois acheter des billets pour les fêtes, et étrangement les billets auguementent au fil de ma navigation, quand je change et que je reviens.

En plus je croyais que les compagnies aériennes et les sites de voyages s'étaient fait rtaper sur les doigts.
2  0