Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des documents de Sidewalk, une filiale de Google, révèlent sa vision en matière de collecte de données,
De pouvoirs fiscaux et de justice pénale. Vers un système de crédit social ?

Le , par Stéphane le calme

66PARTAGES

20  0 
Sidewalk Labs est l'organisation d'innovation urbaine d'Alphabet Inc (Google). Son objectif est d'améliorer les infrastructures urbaines grâce à des solutions technologiques et de résoudre des problèmes tels que le coût de la vie, l'efficacité des transports et la consommation d'énergie. Un document confidentiel de Sidewalk Labs datant de 2016 expose la vision de la filiale de Google, qui consiste notamment à avoir le pouvoir de percevoir ses propres taxes foncières, de suivre et de prédire les mouvements de personnes et de contrôler certains services publics.

Le document décrit également comment les personnes vivant dans une communauté Sidewalk pourraient interagir avec et pourraient accéder à l’espace qui les entoure (une expérience basée, en partie, sur la quantité de données qu’elles sont disposées à partager, et qui pourraient finalement servir à récompenser les gens pour « bon comportement »).

Connu en interne comme le « livre jaune », ce document a été conçu comme un livre de présentation pour la société. Il date de plus d’un an avant la relation et les accords officiels conclus par Sidewalk avec Toronto. Parsemé de références aux parcs thématiques Disney et au futurologue réputé Buckminster Fuller, il indique que Sidewalk avait pour objectif « de vaincre le cynisme face à l'avenir ». Mais le livre de 437 pages montre à quel point Google était avide de contrôle des données relatives aux services municipaux et à la vie urbaine lors de la création de la société.


Depuis 2017, Sidewalk négocie avec l’agence gouvernementale Waterfront Toronto afin de réaménager un secteur lucratif du secteur riverain désertique de la ville. Les deux parties travaillent à un accord de développement avant le vote du 31 octobre, qui devrait être favorable à Waterfront Toronto d'après des médias locaux. Cela comprend une réduction de la quantité de terrain sur laquelle Sidewalk aurait le contrôle, de meilleures garanties en matière de vie privée dans le quartier et de meilleures possibilités pour les entités canadiennes de tirer profit des innovations qui y sont réalisées.

Sidewalk Labs a été annoncé comme société sœur de Google en juin 2015, avec l'enthousiasme du co-fondateur de Google, Larry Page, et est dirigé par l'ancien maire adjoint de la ville de New York, Dan Doctoroff.

« Les idées contenues dans ce document interne de 2016 représentent le résultat d’un vaste processus de réflexion très tôt dans l’histoire de la société », a déclaré le porte-parole de Sidewalk, Keerthana Rang. « Beaucoup, sinon la plupart, des idées qu’il contient n’ont jamais été envisagées à Toronto ni discutées avec Waterfront Toronto et les gouvernements. Les idées que nous proposons en réalité et qui, selon nous, constitueront un nouveau modèle de croissance urbaine inclusive rendant le logement plus abordable pour les familles, créant de nouveaux emplois pour les résidents et établissant une nouvelle norme pour une planète plus saine, peuvent être trouvées sur le site Sidewalk Toronto ».

Le livre proposait une communauté pouvant héberger 100 000 personnes sur un site de 1 000 hectares et contenait des études de cas pour trois sites potentiels aux États-Unis: Detroit, Denver et Alameda, en Californie. Il comprend également une carte avec des points détaillant de nombreux autres sites potentiels pour le premier projet de Sidewalk, notamment un point situé sur les rives du lac Athabasca, dans le nord de la Saskatchewan.

Dès le début, générer une valeur immobilière était une considération clé pour Sidewalk.

Selon le document, la société présente « un énorme potentiel de création de valeur de plusieurs manières » : « en tant que vitrine mondiale, en tant que banc d'essai adaptable pour l'innovation, en tant que générateur de nouveaux produits et peut-être le projet de développement immobilier le plus ambitieux dans le monde ». Il inclut des estimations de rentabilité pour les trois sites. À Detroit, Sidewalk prévoyait un « [taux de rendement interne] de 10,5% sur une période de 30 ans, calculé uniquement sur le produit de l'immobilier et n'incluant aucun revenu provenant d'autres produits ou services », sur la base de 2,3 milliards de dollars américains d’investissements en actions. À Denver et à Alameda, la société a estimé les taux de rendement internes à 11,9% et à 28,4%, respectivement.


Pour concrétiser sa vision et ses services planifiés, le livre indique que Sidewalk souhaitait contrôler sa région de la même manière que Disney World en Floride où, dans les années 1960, il « persuada la législature de la nécessité d'exceptions extraordinaires ». Cela pourrait inclure l'octroi de pouvoirs de taxation à Sidewalk. « Sidewalk va demander aux autorités fiscales et financières de financer et fournir des services, y compris la capacité d'imposer, de capturer et de réinvestir les impôts fonciers », indique le livre. La société créerait et contrôlerait également ses propres services publics, notamment des écoles à charte, des systèmes de transport en commun spéciaux et une infrastructure routière privée.

La collecte des données, un point central

La vision initiale de Sidewalk, axée sur les données, s’est également étendue à la sécurité publique et à la justice pénale.

Le livre mentionne à la fois les possibilités de collecte de données pour les forces de police (Sidewalk indique qu'elle demanderait des pouvoirs de police locaux similaires à ceux accordés aux universités) et la possibilité d'une « approche alternative à la prison », qui utilise des données de ce qui se rapproche des « outils d’évaluation ». Cela guiderait les fonctionnaires dans la détermination d’une réaction lorsqu’une personne est arrêtée, par exemple en envoyant quelqu'un dans un centre pour toxicomanes. Le système de justice pénale dans son ensemble et la répression des crimes et des situations d’urgence graves resteraient « probablement du ressort du département de police du gouvernement du pays hôte ».

La collecte de données joue un rôle central tout au long du livre. Très tôt, la société a noté qu'un quartier de Sidewalk collecterait des données de position en temps réel « pour toutes les entités », y compris les personnes. La société collecterait également un « enregistrement historique de la situation actuelle » et de « sa destination ». En outre, des identificateurs de données uniques seraient générés pour « chaque personne, entreprise ou objet enregistré dans le district », ce qui permet aux périphériques de communiquer les uns avec les autres.


Dan Doctoroff, PDG de Sidewalk Labs

Les personnes souhaitant partager des données peuvent accéder à des avantages et privilèges

Il serait toutefois avantageux de partager davantage de données avec Sidewalk. Le document décrit un niveau de services à plusieurs niveaux, dans lequel les personnes souhaitant partager des données peuvent accéder à certains avantages et privilèges non disponibles pour d'autres. Les visiteurs et les résidents de Sidewalk seraient « encouragés à ajouter des données les concernant et à connecter leurs comptes, soit pour tirer parti de services premium, tels que la connectivité sans fil illimitée, soit pour faciliter les interactions dans le district », indique le document.

Shoshana Zuboff, professeur émérite à l'Université de Harvard, dont le livre The Age of Surveillance Capitalism examine l'ère de la transformation du monde par Alphabet et d'autres entreprises technologiques, a qualifié les révélations du document « d'accablantes » : pour elle, cela ressemble à une « Chine à but lucratif » qui « utiliserait l'infrastructure numérique pour modifier et diriger les comportements sociaux et politiques ».

Bien que Sidewalk se soit depuis lors éloigné de nombreux détails de son livre, le professeur Zuboff affirme qu'Alphabet a tendance à « dire ce qui doit être dit pour atteindre des objectifs commerciaux, tout en camouflant spécifiquement leur stratégie d'entreprise réelle ».

Selon le document, la personnalisation augmenterait à mesure que les utilisateurs fourniraient plus de données, conduisant à des services plus complets ou personnalisés de Project Sidewalk en retour. Un exemple indique que les personnes choisissant de partager des données de « capteurs de sécurité incendie à domicile » pourraient recevoir des conseils sur la santé et la sécurité liées à la qualité de l'air, ou fournir des informations supplémentaires aux premiers intervenants en cas d'urgence.

Ceux qui choisiraient de rester anonymes ne pourraient pas accéder à tous les services de la région : les utilisateurs anonymes ne pourraient pas bénéficier de services de taxi automatisés, et certains commerçants pourraient ne pas être en mesure d’accepter de l’argent liquide, avertit le document. Le document décrit également des outils de réputation qui conduiraient à une « nouvelle monnaie pour la coopération communautaire », établissant efficacement un système de crédit social. Sidewalk pourrait utiliser ces outils pour « responsabiliser les personnes ou les entreprises » tout en récompensant un bon comportement, par exemple en récompensant le bon service client d’une entreprise avec un processus de renouvellement plus simple ou moins coûteux de sa licence.

Ce « système de responsabilité basé sur l'identité personnelle » pourrait également être utilisé pour prendre des décisions financières. « Les antécédents exceptionnels d'un consommateur en matière de comportement de consommateur passé pourraient rendre un prêteur, par exemple, plus susceptible de soutenir une transaction risquée, peut-être avec des taux d'intérêt influencés par les notations de réputation numérique », indique le rapport.

La société a écrit qu'elle posséderait bon nombre des capteurs déployés dans la communauté, laissant présager une bataille sur le contrôle des données qui pèse sur le projet de Toronto.

Sidewalk Toronto

Source : CNBC

Et vous ?

Que pensez-vous de l'objectif de Sidewalk (améliorer les infrastructures urbaines grâce à des solutions technologiques et de résoudre des problèmes tels que le coût de la vie, l'efficacité des transports et la consommation d'énergie) ?
Que pensez-vous des éléments discutés en interne concernant ce projet notamment sur l'utilisation des données (partage volontaire donnant droit à des privilèges, possibilité de prélever des taxes, possibilité d'intervenir dans des affaires de justice, etc.) ?
Google aurait-il planifié un système de crédit social au moins autant invasif que celui de la Chine ?
Seriez-vous prêt à vous rendre dans un espace développé par Sidewalk ? En tant que visiteur ou résident ?
Seriez-vous prêt à partager vos données pour bénéficier des avantages proposés ?
Que pensez-vous des propos du professeur Shoshana Zuboff qui affirme qu'Alphabet a tendance à « dire ce qui doit être dit pour atteindre des objectifs commerciaux, tout en camouflant spécifiquement leur stratégie d'entreprise réelle » ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 01/11/2019 à 18:42
Ma réponse à toutes ces questions tient dans la pensée qu'il faudrait sérieusement songer à arrêter toutes ces conneries sur les données privées. Mais j'ai appris par ailleurs que Google avait obtenu l'accord pour sa ville connectée du 'futur' à Toronto.
6  0 
Avatar de SoyouzH2
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/11/2019 à 21:46
"Deviens la p**e de google et obtiens ton smoothie gratuit 1 fois par semaine !"
6  0 
Avatar de Christian_B
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 14/11/2019 à 10:45
Délire mégalomane caractérisé.
On est entre 1984 d'Orwell, Planéte à gogos de Pohl et Kornbluth et le système de contrôle social de la Chine, qui hélas n'est pas de la science-fiction.
Il faudrait bien un jour une sérieuse prise de conscience et une attitude de chacun un peu moins complaisante envers les Google et autres Facebook (avec son projet de monnaie mondiale privée).
Ceux qui s'inscrivent quand même aux services de ces grosses sociétés (toutes américaines en plus) devraient quand même se poser quelques questions ...

Nota : à ma connaissance, le moteur de recherches Google ne pose pas le même problème. Il ne peut pas (en principe) vous identifier, surtout si vous effacez de temps en temps les cookies et autres données de site.
On peut utiliser d'autres moteurs de recherche mais il peut être irremplaçable, par exemple pour la recherche par images.
3  0 
Avatar de cdubet
Membre actif https://www.developpez.com
Le 16/11/2019 à 15:12
La Stasi hier, le PCC (PC chinois) aujourd hui sont en fait des modele pour google
Il leur reste plus qu a demander le droit de construire des goulags pour envoyer les deviants

Finalement le communisme, ca marche, il suffit de le privatiser ;-)
1  0 
Avatar de Christian_B
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 16/11/2019 à 19:08
Citation Envoyé par cdubet Voir le message
La Stasi hier, le PCC (PC chinois) aujourd hui sont en fait des modele pour google
Il leur reste plus qu a demander le droit de construire des goulags pour envoyer les deviants.
Finalement le communisme, ca marche, il suffit de le privatiser ;-)
Correctif : la Chine actuelle n'a plus de "communiste" (ou plutôt maoïste) qu'une partie du vocabulaire. Elle est bel et bien devenue capitaliste, comme à peu près tous les états du monde. En Chine comme dans d'autres dictatures actuelles, on voit la collusion entre état et capitalisme, version extrême de la collusion à différents degrés de beaucoup d'états même dits démocratiques, sans compter de grandes organisations internationales à la légitimité très douteuse comme l'OMC, le FMI ou même l'ONU avec ses membres permanents du Conseil de Sécurité qui ont tous les droits.
0  0