Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La rémunération des travailleurs stagne et les économistes blâment les robots
L'automatisation aurait affaibli le pouvoir de négociation des travailleurs dans les négociations salariales

Le , par Bill Fassinou

198PARTAGES

12  0 
C’est une préoccupation qui revient continuellement depuis le début de cette décennie : « À quel point l’automatisation grandissante va-t-elle impacter sur les emplois ? » La question a été traitée par de nombreux spécialistes et les rapports donnant une estimation du nombre d’emplois qui pourraient disparaître dans les prochaines années en raison de cette automatisation sont plusieurs. À nouveau, des économistes reviennent sur la question, mais cette fois, dans un angle spécifique : le salaire. Selon eux, l’automatisation a entraîné une stagnation du salaire des travailleurs.

Concernant le rapport automatisation/emplois, le point de vue des économistes Sylvain Leduc et Zheng Liu de la Réserve fédérale américaine de San Francisco, est clair. D’après eux, « la menace de l'automatisation a affaibli le pouvoir de négociation des travailleurs dans les négociations salariales et conduit à une stagnation de la croissance des salaires ». Ceci est arrivé malgré le fait que la productivité de la main-d'oeuvre ait augmenté le long de ces vingt dernières années. Leur analyse suggère que l'automatisation a largement contribué à la diminution de la part de la main-d'œuvre.

L’étude de Sylvain Leduc et Zheng Liu a mis en avant le fait que les salaires des travailleurs américains ne sont pas à la hauteur des gains de productivité. En cause, les robots et l'automatisation, qui affaiblissent le pouvoir de négociation des travailleurs humains lorsqu'il s'agit de demander des salaires plus élevés. Mais contrairement à la stagnation des salaires des Américains, ces derniers seraient plus productifs que jamais selon les chercheurs Sylvain Leduc et Zheng et ceux du cabinet d’étude Economic Policy Institute (EPI) basé à Washington D.C.


Une étude réalisée par les chercheurs de l’EPI a démontré qu’avant les années 1970, la rémunération (les salaires et les avantages sociaux) des travailleurs types a augmenté parallèlement à la productivité (la quantité de travail qui est produite par les travailleurs/heure). En d'autres termes, à mesure que l'économie devenait plus efficace et prenait de l'expansion, les Américains ordinaires bénéficient en conséquence d’un meilleur salaire. Mais dans les années 1970, cela a commencé à changer. La productivité a augmenté de 6,0 fois plus que le salaire depuis 1979.

Plus précisément, ils estiment que de 1979 à 2018, la productivité nette a augmenté de 69,6 %, tandis que le salaire horaire des travailleurs typiques a essentiellement stagné, augmentant de 11,6 % en 39 ans (après ajustement pour tenir compte de l’inflation). Cela signifie que, bien que les Américains travaillent de manière plus productive que jamais, les fruits de leur travail ont principalement profité aux plus hauts dirigeants et aux bénéfices des entreprises, en particulier ces dernières années. D’après les deux économistes, cela est en grande partie dû à l’automatisation.


Sylvain Leduc et Zheng Liu théorisent que l'automatisation sape le pouvoir de négociation des employés, ce qui les empêche d'exiger des salaires plus élevés. Les entreprises de divers secteurs d'activité ont de plus en plus la possibilité d'utiliser la technologie pour gérer le travail autrefois effectué par des personnes, ce qui confère aux employeurs l'avantage dans la fixation des salaires. Il en résulte un fossé grandissant entre les salaires et la productivité. Cela pourrait encore s’accélérer dans les prochaines années si aucune solution n’est envisagée.

« L'une des causes possibles de la baisse de la part du travail est que les travailleurs ont perdu leur pouvoir de négociation au fil des ans. Les entreprises ont plus d'options que par le passé pour automatiser les postes difficiles à pourvoir. Grâce aux progrès rapides de la robotique et de l'intelligence artificielle, les robots peuvent effectuer davantage de tâches et d'emplois qui nécessitaient des compétences humaines il y a encore quelques années », ont écrit les économistes Sylvain Leduc et Zheng Liu.


L’étude a aussi indiqué que la baisse constante des prix relatifs des robots et des équipements d'automatisation au cours des dernières décennies a rendu l'automatisation de plus en plus rentable. Dans un tel environnement, les travailleurs peuvent se montrer réticents à demander des augmentations de salaire importantes par crainte qu'un employeur remplace leur emploi par des robots. En gros, l'automatisation possède un impact considérable sur la part de la main-d’œuvre, ainsi que des effets défavorables sur le pouvoir de négociation des travailleurs.

Récemment, Andrew Yang, un candidat aux élections présidentielles américaines de 2020, a envisagé d'obliger les entreprises qui suppriment les emplois suite à une automatisation à offrir aux travailleurs de nouveaux emplois avec un salaire égal. Il a aussi parlé d’un programme consistant à donner à chaque adulte américain 1 000 dollars par mois en revenu de base. « L'automatisation rend les choses difficiles aux travailleurs pour en demander davantage. Nous devrions simplement augmenter le salaire des Américains », a-t-il écrit dans un tweet cette année.

Cela suffira-t-il à résoudre le problème ? Lorsque l’automatisation prendra encore plus de l’ampleur pendant la prochaine décennie, faudra-t-il encore augmenter les salaires ? Cette proposition a été longuement discutée et beaucoup ne voient pas cela comme une solution évidente. Cela dit, l'automatisation entraîne des changements massifs dans le travail qui frappent durement certaines industries et certains travailleurs, tels que les travailleurs peu et moyennement qualifiés. Des cabinets comme le Bureau of Labor Statistics ont publié dernièrement des chiffres sur cet aspect.

Selon le Bureau of Labor Statistics, le principal établissement du gouvernement américain dans le domaine de l'économie du travail et des statistiques et lié au Département du Travail des États-Unis, le nombre d'assistants de bureau et d'employés de bureau devrait diminuer de 5 % d'ici 2026, car les bureaux transfèrent désormais ces tâches à l'intelligence artificielle et à d'autres logiciels. D’après le Bureau of Labor Statistics, cela pourrait entraîner une perte de 200 000 emplois. Ceci est dans le même ordre que les pertes d’emplois annoncées dans les banques US.

Selon un autre rapport sur la paire automatisation/emplois, environ 200 000 emplois devraient disparaître dans les banques américaines dans la prochaine décennie en raison de la technologie. Selon le rapport, les sociétés financières du pays consacrent 150 milliards de dollars chaque année à la technologie, plus que toute autre industrie, ce qui permettra de réduire les coûts. La rémunération des employés représentant la moitié des dépenses des banques, le rapport annonce la disparition de 10 % du total des emplois dans les banques dans la prochaine décennie.

Les deux économistes Sylvain Leduc et Zheng Liu n’ont pas manqué de dire que l’automatisation est la cause de la diminution considérable et sans cesse de la main-d’œuvre, mais également qu’elle est l’origine de pourquoi les salaires des travailleurs stagnent depuis de deux décennies maintenant. Selon eux, même si les travailleurs américains sont de plus en plus productifs aujourd’hui que jamais, ces derniers ont tout simplement peur de demander une augmentation de salaire au risque de voir leur emploi remplacé par une machine autonome.

« Nous soutenons que l’automatisation est peut-être en partie responsable. La possibilité d'automatiser les emplois renforce le pouvoir de négociation des entreprises contre les travailleurs. Cela maintient les augmentations de salaire stagnantes malgré les gains de productivité. Nous constatons que l’automatisation a considérablement contribué au déclin de la part de la main-d’œuvre depuis le début des années 2000 », ont-ils conclu dans leur lettre économique.

Sources : Lettre économique FRBSF, Economic Policy Institute

Et vous ?

Que pensez-vous des conclusions de ces économistes ?
Êtes-vous de leur avis ou pas ? Pourquoi ?

Voir aussi

La technologie devrait détruire plus de 200 000 emplois dans les banques américaines dans la prochaine décennie, l'industrie dépensant 150 milliards $ par an dans l'automatisation, selon un rapport

Un candidat à la présidentielle US envisage d'obliger les entreprises qui suppriment les emplois suite à une automatisation à offrir aux travailleurs de nouveaux emplois avec un salaire égal

La robotisation devrait faire disparaître 14 % des emplois d'ici 20 ans selon l'OCDE. La France est un peu plus exposée avec 16,4 % d'emplois menacés

Une étude révèle que l'automatisation pourrait détruire plus de 2 millions d'emplois en France, mais va-t-elle en créer beaucoup plus ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pboulanger
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 8:59
Moi je blâmerais le capitalisme. "La masse salariale est un coût" (dixit les actionnaires) et tout est fait pour la réduire: offshoring, contrats précaires, etc... C'est le capitalisme qui en est la cause: la volonté des actionnaires d'obtenir plus: la croissance à 2 chiffres voulus par les fonds de pension américains...
11  0 
Avatar de Marco46
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 12:04
Citation Envoyé par Bardotj Voir le message

Il va valloir arreter de lier les revenus(ce qui permet a tous de vivre) avec le travail, car il faut être un imbécile pour ne pas vouloir remplacer les humains par des machines dans les tâches necessaires.
Le problème c'est qu'il faut être complètement ignorant des réalités énergétiques et climatiques pour penser que cette tendance va se poursuivre.

Si on veut vraiment limiter le changement climatique il faudra s'assoir littéralement sur les stocks de charbon et donc réduire massivement le parc de machines en activité, donc baisser la productivité et contracter l'économie. Oui lutter contre le changement climatique c'est récessif, la croissance verte est une fable qui n'a aucun fondement physique.

D'autre part certaines énergies fossiles critiques pour l'économie sont au bord de leur maximum de production (je parle de flux pas de stock) ou y sont déjà. Le gaz est bientôt à son maximum de production et le pétrole (tous liquides) y est déjà. La baisse de production de ces deux énergies fossiles aura un impact significatif sur le parc de machine en activité, en particulier les machines permettant d'effectuer des déplacements (avions, bateaux, véhicules terrestres).

Du coup il ne faut surtout pas changer de paradigme parce que du boulot il va y en avoir puisqu'il y aura moins de machines en activité. Est-ce que se sera à pouvoir d'achat constant ? Certainement pas.

Et j'en viens à la stupidité de cette étude :

1/ C'est pas parce qu'on augmente son salaire qu'on augmente son pouvoir d'achat, tout dépend de l'inflation. Et comme l'inflation est le seul remède à la dette (sinon c'est le défaut ce qui équivaut à atomiser l'économie d'un pays), vous inquiétez pas on va y avoir droit.
2/ Le différentiel entre les hausses de productivité et de salaires sont simples à expliquer, la valeur ajoutée produite rémunère le capital puisque c'est le détenteur du capital qui décide de comment l'utiliser en bout de ligne.
3/ C'est parce qu'on a automatisé le plus possible grâce aux énergies fossiles que nos niveaux de vie ont augmenté, c'est le déterminant principal. Donc on ne peut pas dire en parallèle qu'ils limitent les salaires des travailleurs, c'est juste un alibi pour esquiver la question de la gouvernance des entreprises (capital vs travail).

Bref, il n'y avait que des économistes pour sortir de telles âneries, cela ne pouvait pas venir d'une autre spécialité.
9  0 
Avatar de Bardotj
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 10:55
A un moment il va quand même falloir se dire que notre modele de société DOIT évoluer.

Il va valloir arreter de lier les revenus(ce qui permet a tous de vivre) avec le travail, car il faut être un imbécile pour ne pas vouloir remplacer les humains par des machines dans les tâches necessaires.
Non content de libérer du temps cela permettra que les gens qui font un boulot juste pour vivre de ne plus être dans les pattes de ceux qui font ça par passions (avec tout les bienfaits que la science a déjà prouvé moult fois)
8  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 11:20
Je vais me faire moinsser, mais moi je blâme la décolonisation. Parce-que soudain le travailleur occidental a du partager le fruit du travail de l'humanité avec le travailleur décolonisé.
5  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 18:26
Il y a une question que je me pose
comment justifie une société capitaliste quand le besoin humain de travailler se fait de moins en moins indispensable ?
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:07
Citation Envoyé par L33tige Voir le message
depuis la décolonisation on à plus d'esclave sur lesquels profiter du fruit de leur travail.
La colonisation a coûte énormément à l'état et ne lui a rien rapporté, ce sont des entreprises qui se sont enrichi en exploitants les ressources du pays.
Le peuple français n'a jamais bénéficié de la colonisation, il aurait préféré que l'argent soit utilisé en France qu'en Algérie par exemple.
Algérie : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux »
Tout ce que la France légua à l’Algérie avait été construit à partir du néant, dans un pays qui n’avait jamais existé et dont même son nom lui fut donné par la France. Tout avait été payé par les impôts des Français. Daniel Lefeuvre a montré qu’en 1959, toutes dépenses confondues, l’Algérie engloutissait 20% du budget de l’Etat français, soit davantage que les budgets additionnés de l’Education nationale, des Travaux publics, des Transports, de la Reconstruction et du Logement, de l’Industrie et du Commerce !
Le bilan de la colonisation est extrêmement négatif pour les français.

Ce sont les USA qui sont devenu la première puissance économique en volant les terres des amérindiens puis en utilisant des esclaves.
Mais après il y a eu l'industrialisation et ils compris qu'utiliser des ouvriers c'était encore plus rentable que d'utiliser des esclaves : tu ne les nourris pas, tu ne les loges pas, tu n'as pas à les acheter c'est eux qui viennent chercher du boulot, ils consomment.

Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
C'est une bonne chose et il y a moins de pyramides aussi (structure idiote qui ne sert à rien, si ce n'est de gonfler l'égo).
En tout cas les civilisations qui ont construit des pyramides étaient balèze, parce que certaines pyramides sont encore debout alors qu'elles ont été construite il y a plusieurs milliers d'années.
Contrairement à elles, nous ne laisseront aucune trace, dans 1000 ans il ne restera rien de notre ère (à part le complexe d'Onkalo, en Finlande qui doit tenir 100 000 ans).

Citation Envoyé par chrotrophe Voir le message
comment justifie une société capitaliste quand le besoin humain de travailler se fait de moins en moins indispensable ?
Ceux qui ont le pouvoir ne veulent pas que le système change, ils veulent rester des privilégiés.
La classe moyenne va disparaître, il y a aura de plus en plus de pauvres.
Arrêtez d'être optimiste et de penser que le futur sera lumineux, que tout le monde vivra correctement sans travailler. Prenez en compte les ressources, pensez à la surpopulation, soyez réaliste un peu...
On va continuer de perdre du pouvoir d'achat, la qualité des services publics va continuer de se dégrader, le chômage va exploser. Il va y avoir des crises sanitaires comme en Grèce.

Il est probable que le futur soit exactement l'inverse des paroles de Jimmy Cliff - I Can See Clearly Now :
I can see clearly now the rain is gone
I can see all obstacles in my way
Gone are the dark clouds that had me blind
It's gonna be a bright (bright)
Bright (bright) sunshiny day
It's gonna be a bright (bright)
Bright (bright) sunshiny day
2  0 
Avatar de matthius
Inactif https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 10:34
Une monnaie publique permet de réguler le capitalisme puisqu'il devient plus difficile alors d'auto-accumuler.

Les agriculteurs préfèrent les robots au big data.
1  0 
Avatar de virginieh
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 8:35
Citation Envoyé par hotcryx Voir le message
Ils ne sont pas plus riches mais ils ont moins de coups sur la gueule.
C'est une bonne chose et il y a moins de pyramides aussi (structure idiote qui ne sert à rien, si ce n'est de gonfler l'égo).
Ca sert a attirer les touristes surtout
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/10/2019 à 9:56
Citation Envoyé par chrotrophe Voir le message
La solution est à quitter la Terre et explorer l'espace. Un peu comme un enfant qui a un moment doit quitter le berceau si il veut arriver à grandir.
Non mais soyez réaliste un minimum...
  1. L'espace est beaucoup trop grand, la planète habitable la plus proche sera toujours beaucoup trop loin
  2. Nous sommes beaucoup trop nombreux, on ne pourra jamais déplacer 8 milliards de personnes...


"On ne migrera pas" vers d'autres planètes, prévient le prix Nobel Michel Mayor
Q: L'humanité pourra-t-elle migrer vers une autre planète ?

R: "Si on parle des planètes extra-solaires, que les choses soient claires: on ne migrera pas là-bas. Ces planètes sont beaucoup, beaucoup trop loin. Même dans un cas très optimiste d'une planète habitable pas trop loin, disons à quelques dizaines d'années lumière, ce qui est tout petit, le voisinage, le temps pour aller là-bas est considérable. Ca se chiffre en centaines de millions de jours avec les moyens actuels. Prenons soin de notre planète ici, elle est très belle et encore tout à fait habitable. (...) Il faut tuer toutes les déclarations du type +Nous irons un jour sur une planète habitable si la vie n'est plus possible sur Terre+. C'est complètement fou."
C'est expliqué dans le spectacle d'Alexandre Astier, ça doit même peut-être revenir là dedans (je ne sais plus) :


Ou là :


====
De toute façon qu'est-ce que c'est que cette logique de merde ?! "Nous avons détruit notre planète d'origine alors on va en trouver une autre !" C'est n'importe quoi !
Un scénario beaucoup plus probable c'est :
- la crise économique explose enfin
- la troisième guerre mondiale commence
- elle créer des famines et des épidémies
- il y a des milliards de morts

Après les survivants prendront note de ce qu'il s'est passé et empêcheront la finance de pouvoir créer une autre crise, ils feront attention à ne pas reproduire une surpopulation ainsi qu'à la gestion des ressources.

Je n'avais pas entendu parler de cette histoire d' "Extinction Rébellion" mais ils ont un peu raison sur une chose :
https://extinctionrebellion.fr/revendications/
3. L’extermination en cours de la vie sur Terre est d’une ampleur comparable aux grandes extinctions géologiques. La destruction des écosystèmes et des espèces animales et végétales par la surexploitation et la pollution sont une conséquence directe du développement de nos sociétés modernes. Les mesures compensatoires n’enrayent aucunement l’extermination massive en cours. La biodiversité doit être reconnue et respectée pour sa valeur intrinsèque et pas uniquement pour les “services” qu’elle nous rend. Nous nous battons pour que nos sociétés reconnaissent avec humilité leur place au sein de la biosphère et engagent une démarche de restauration écologique à la mesure des dégâts causés.
Bon par contre ils ont oublié le facteur principal : la surpopulation.
Il y a trop d'humains, ils consommeront forcement trop de ressources.
Là il y a des pays du tiers-monde qui se développent et il y a les pays riches qui sont en déclin, mais ça ne va pas s'équilibrer, globalement on sera trop nombreux à consommer trop de ressources.
Dans les pays riches on devient stérile et l’espérance de vie commence à diminuer, mais ce n'est pas le cas partout...
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 10/10/2019 à 11:41
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
D’après eux, « la menace de l'automatisation a affaibli le pouvoir de négociation des travailleurs dans les négociations salariales et conduit à une stagnation de la croissance des salaires ». Ceci est arrivé malgré le fait que la productivité de la main-d'oeuvre ait augmenté le long de ces vingt dernières années. Leur analyse suggère que l'automatisation a largement contribué à la diminution de la part de la main-d'œuvre.
Non mais ok les travailleurs n'ont plus de pouvoir négociations salariales, mais le premier facteur ce n'est pas l'automatisation.
L'économie est au ralenti (euphémisme), le chômage est très élevé (ça devient tellement compliqué de s'inscrire au chômage, qu'il y a plein qui ne sont plus sur les listes, donc officiellement le chômage est faible).
Si t'as le choix entre pas de travail et un travail mal payé, tu prends le travail mal payé, il faut survivre et faire partie de la société, les gens qui ne travaillent pas sont exclus et bien souvent dépriment.
Les patrons peuvent dire « Si t'es pas content de ton salaire, casse toi, il y en 1000 qui veulent prendre ta place ».

Citation Envoyé par matthius Voir le message
Les agriculteurs préfèrent les robots au big data.
Qu'est-ce que vous entendez par la ?
Les agriculteurs aimeraient surtout vivre de leur récolte, mais les prix sont ultra bas, ils doivent donc augmenter leur production encore et toujours...
Il y a un paquet de suicide chez les agriculteurs...

Citation Envoyé par Bardotj Voir le message
il faut être un imbécile pour ne pas vouloir remplacer les humains par des machines dans les tâches necessaires.
Je trouve ça utopiste...
Si on donnait 1000$ à chaque humain, on se retrouverait très vite à 10 milliards d'êtres humains et on est déjà trop nombreux...
Faire des enfants nuit gravement à la planète. Homo sapiens est la pire espèce invasive. Notre monde est passé de 250 millions à quasiment 6,7 milliards d'habitants depuis l'an 1 de l'ère chrétienne. En augmentant de 4 milliards, la population planétaire a triplé depuis 1950. Stop, ou encore ? Nous avons toutes les preuves que la planète ne pourra pas nourrir 9 milliards de Terriens en 2050 ou 17 milliards en 2100. Faire des enfants nuit gravement à la survie de l'humanité. Si on aime les enfants, il ne faut pas en faire. Vivre moins nombreux pour que tout le monde puisse tout simplement vivre. Tout pacte écologique devrait sous-tendre l'idée d'un pacte antinataliste.
Faire des enfants tue : Eloge de la dénatalité, Michel Tarrier, éd. Éditions du Temps, 2008, p. Quatrième de couverture
En réalité les gens qui n'auront plus de boulot vont crever de faim.
Les gens seront de plus en plus pauvre.
Le futur ça va pas être "c'est cool avec mon revenu universel je paie le prêt de la construction de ma maison".

Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
le travailleur occidental a du partager le fruit du travail de l'humanité avec le travailleur décolonisé.
Ah ouais parce que les pays décolonisés sont devenu des super puissances économique, c'est le plein emploi, la croissance, les gens sont tous riches ?
1  1