IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les travailleurs IT de plus de 55 ans connaissent le plus gros taux de chômage
Pourquoi les entreprises rechignent-elles à les embaucher ?

Le , par Katleen Erna

23PARTAGES

2  1 
Les travailleurs IT de plus de 55 ans connaissent le plus gros taux de chômage, pourquoi les entreprises rechignent à embaucher les anciens ?

Le recrutement pour les personnes de plus de 55 ans dans le domaine de l'IT semble être un problème, d'après une étude américaine.

Le taux de chômages pour ces tranches d'âge ne cesse d'augmenter depuis deux ans (il est aujourd'hui, aux USA, de 8% pour les hommes, et 9.4% pour les femmes - et de 4.5% tous secteurs confondus-).

Pourtant, dans le même temps, plus de postes sont offerts aux 25-54 ans.

Nanci Schimizzi, présidente de Women in Technology, dit à ce sujet que les femmes de plus de 50 ans "reste sans emploi pendant de longues périodes, parfois pendant des années". Cette situation pousserait certaines d'entre elles à abandonner leurs recherches, où à se tourner vers d'autres secteurs professionnels.

La crise économique est désignée comme la cause de ces problèmes. Il y a quatre ans, avant qu'elle ne survienne, le taux de chômage pour les travailleurs IT de plus de 55 ans était de 3.5% pour les hommes, et 4.2 % pour les femmes (et seulement 1.7% pour les 25-54 ans).

Pourquoi alors se "débarrasser des vieux" ? Parce que, déjà, leur expérience font que ce sont eux qui coûtent le plus cher. Et si une entreprise change ses systèmes, il sont chers, et de plus "pas à la page".

Autre raison évoquée : le refus du changement, les plus anciens ne suivraient pas les stratégies demandées par le marché.

Autrement dit : ils sont sur un siège éjectable.

Et même lorsque les taux d'embauches augmentent, c'est rarement en faveur des seniors, ou alors seulement pour des contrats à durée déterminée.

Malgré tout, si les postes liés au monde mobile favorisent les jeunes recrues, les métiers liés au cloud pourraient profiter aux plus âgés ainsi qu'aux saisonniers.

Enfin, le vieillissement de la population pourrait aussi jouer : le gouvernement américain explique ainsi qu'en 2008, les personnes entre 45 et 63 ans représentaient 60% des ses employés IT.

Source : Le "50+ and Unemployed (Underemployed) Support Group"

Pensez-vous que la situation soit la même en France ?

Pourquoi les entreprises sont-elles aussi réticentes à embaucher des travailleurs IT de plus de 55 ans ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de super_bus
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 31/01/2011 à 5:38
En lisant l'article, je m'aperçois, en connaissance de cause, puisque je suis un sénior que tout cela ne sont que des prétextes fallacieux. Et de plus ne reflète pas la réalité.

Je vois trois raisons en France, pourquoi on n'embauche plus les séniors :

1) Il existe une loi française qui protège les gens de plus de cinquante ans. En effet, une entreprise qui embauche un sénior ne peut plus le licencié. Et en conséquence de quoi, les entreprises voulant éviter cet inconvénient ne recrute plus les séniors. Cette loi a un effet pervers !

2) Un fait que l'on rencontre souvent chez les clients (en SSII) est que les recruteurs (chefs de projet, responsables, ...) sont souvent des jeunes et ne veulent pas travailler avec des gens plus âgés qu'eux. Ils ont l'impression de ne pas être à la hauteur vis-à-vis des séniors, ou si vous préférez, avec un sénior un jeune se sent mal à l'aise. J'ai souvent été confronté à cela.

3) Il ne s'agit pas d'un coût trop élevé (le salaire), ni d'une forme de résistance aux nouvelles technologies (les compétences), mais plutôt une question d'adaptabilité aux rythmes du travail. On demande à des personnes, ayant parfois trente ans d'expériences, d'avoir des contraintes que l'on demande aux débutants mais qui sont souvent refusé par les séniors. Par exemple, le travail de nuit, la mobilité géographique, les horaires décalés et surtout le rythme au travail. On considère que le temps c'est de l'argent, et qu'un sénior ne peut plus tenir ce rythme imposé. Ils sont, selon les nouvelles normes de managment à l'américaine, un frein au développement.

On considère aujourd'hui que les premières qualités, en entreprise, ne sont plus les compétences mais l'adaptabilité et le coût.

Je travail dans le gros système sous IBM MVS TSO ISPF avec cobol, pacbase, jcl, db2, cics ... depuis environ trente ans. La compétence je l'ai. Je n'ai fait que du service en SSII. De plus je suis jeune d'esprit, horaires souples et salaire pas trop élevé. Mais le fond du problème est une question de culture d'entreprise.
Les jeunes ne connaissent pas ces technologies car pour eux, c'est de la préhistoire. Il existe un sérieux problème de compétences en ce domaine. Mais on continue de virer les anciens (même à partir de 45 ans) pour recruter des jeunes incompétents (et je pèse mes mots). Et pour cause, les écoles ne les forment pas à cela. Ils sont obligés de tout apprendre sur le tas, et nous n'avons pas le temps de les former.

Le véritable problème est une question de managment à l'américaine.

Qu'en pensez-vous ?
8  0 
Avatar de thebloodyman
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/02/2011 à 11:26
Citation Envoyé par super_bus Voir le message
J'ai un peu exagéré. Je le reconnais. Mais pas trop.
Rien avoir avec des ateliers de génie logiciel. Il s'agit de la façon de découper les programmes, et de la façon de gérer tout ce qui est problématique comme les accès à un fichier. Par exemple en COBOL, nous regroupons dans un module sous-programme tous les accès à une table DB2, quelque soit les programmes qui ont accès à cette table. Si pour une raison inconnue la structure de la table change, on modifie que ce sous-programme et non la totalité des programmes qui accède à cette table via ce sous-programme. C'est un plus pour la maintenance, mais ca nécessite des contraintes.
Et tu crois qu'on fait comment en Java ou en .Net ? Regarde le pattern DAO.

Quand je te lis, je comprends que tu n'es jamais sorti de ton monde COBOL.
Ce que tu décris sont des principes même du développement objet, paradigme omniprésent dans les langages de développement aujourd'hui.
En COBOL, comme dans n'importe quel autre langage :Java, .Net, Ruby, Javascript, on peut développer comme un sagouin, qu'on soit jeune ou vieux.
5  0 
Avatar de Aspartame
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 28/01/2011 à 21:56
le mieux , ce serait que les travailleurs IT se tuent à la tache AVANT 55
ou en succombant d'un arret cardiaque provoqué par le stress .

par ailleurs , ça soulagerait une partie des retraites , et par effet de bord , moins il y a d'informaticiens , moins il y a de bugs

donc bénéfique sur toute la ligne

vive le stress du travailleur IT

remarque , concernant les administrateurs système ou réseau , il parait qu'on en a vu certains mourir d'ennui
5  1 
Avatar de phili_b
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 30/01/2011 à 22:19
Et les plus expérimentés devraient former les plus jeunes. he ben non on préfère envoyer les jeunes au casse-pipe et leur laisser faire des erreurs sans même qu'ils en aient conscience.
4  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/01/2011 à 13:32
Bonjour,

Il ne faut pas oublier aussi que des séniors dans l'informatique, il n'y en avait pas beaucoup jusqu'ici : en 2010, des personnes ayant 40 ans d'expérience dans l'informatique, ca veut dire qu'elles ont été formées en 70... c'est à dire au tout début des formations !

Donc il y aura de plus en plus de séniors dans l'informatique, ce qui explique aussi que cela commence a poser un problème.

Sinon, j'aime beaucoup les discours sur les jeunes qui sont a la page, et les vieux qui refusent le changement... Sérieusement, vous y croyez à ce que vous écrivez ? Ne faisons pas d'un cas une généralité, ca ne donne que rarement des solutions correctes.

Par contre, je pense que les principales raisons ont effectivement été données ici :
  • peur des séniors par les jeunes manager
  • coûts salariaux des séniors
  • Les séniors sont moins malléables, et acceptent donc moins de conneries que les jeunes
4  0 
Avatar de super_bus
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 31/01/2011 à 23:28
Je crois que vous ne comprenez pas le problème des séniors.

Il ne s'agit pas d'une question d'âge, ni d'une question de salaire, ni d'une question de disponibilité et encore moins d'une question de compétence. On peut toujours trouver une solution à cela. En fait, on vous fait croire à cela alors que le fond du problème est la malléabilité des employés.

Nos dirigeants veulent de bons petits soldats, qui obéissent aveuglements à toute sorte d'ordre même les plus absurdes et surtout que ce bon petit soldat soit une quantité négligeable et jetable à souhait. Nos séniors, eux se rebelles alors que vous, vous acquiescez !

Ce que j'entendais par un managment à l'américaine, ne se comprend pas uniquement par la gestion des pertes et profits mais bien par un avilissement de l'individu au seul profit du dirigeant. Vous ne travaillez pas pour une entreprise mais pour l'argent. Vous ne travaillez pas pour améliorer quelque chose mais uniquement pour le profit immédiat. Je crois que l'on nomme cela un managment à flux tendu.

C'est cette gestion que nous subissons sans nous rebeller.

Il ne faut pas croire qu'il s'agit d'une guerre entre les jeunes et les vieux mais bien une guerre pour le pouvoir, qui passe bien entendu, par la désorganisation des troupes ennemies que nous sommes vis-à-vis de nos chers dirigeants. Moins on aura de pouvoir de décisions, et plus nos dirigeants profiterons de la situation. Il arrivera un jour que nous n'aurons plus rien à dire sur quoi que ce soit, car nous serons lobotomisés. Et la faute à qui ? A nous mêmes !

Il n'y a rien de pire que la compétition entre employés, et ce, au seul profit de nos dirigeants, qui nous récompense de notre bonne fortune. Et eux (les dirigeants) pendant ce temps là, compte les points en se congratulant mutuellement de leur chance d'avoir pour employés des demeurés que nous sommes. On recherche leur satisfaction pour notre profit alors qu'ils nous donne les miettes de notre travail. Et après, ils nous disent que cela est pour notre bien. On pourrait trop se goinfrer avec les largesses qu'ils nous octroies. Et pendant ce temps là (je voulais dire pendant que nous nous chamaillons sur le devenir des séniors) nos dirigeants passent des jours heureux dans le meilleurs des mondes.

A quand la révolution !
6  2 
Avatar de Cabos
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 02/02/2011 à 12:02
Juste un mot sur ce message de SurferIX.

J'ai 43 ans, dans l'informatique, et je partage totalement ton analyse sur les problèmes de mise à jour de nos connaissances techniques. Et les inquiétudes que cela peut générer dans notre pays où nous devons travailler plus pour travailler plus. Non, y a pas d'erreur dans la phrase.

Je n'ai malheureusement pas de solution universelle, et encore moins de leçons à donner à qui que ce soit. Mon parcours est un mélange d'opportunités, de déceptions, de coups de bols, comme beaucoup de gens (tout le monde ?), et de ce fait, ne peut que très difficilement être reproduit comme une recette universelle.

Tout ça pour dire que de mon côté, je résouts cette équation en cherchant à mettre de moins en moins les mains dans le cambouis, et de plus en plus dans le secteur décisionnel, la gestion d'équipes, la planification de politiques informatiques.

Les grands groupes t'ignorent si tu n'es pas bardé de diplômes (dont la plupart n'existaient même pas à l'époque où nous étions étudiants !!!). encore plus si tu n'es pas un adepte de l'Eglise du Kostar-Kravat ou de celle du Trader-Novlang-Brushing-of-the-death....

Alors je vise les PME. Celles qui sont en train de passer de P à M en particulier.

Là, il y a encore de l'espace pour de la technique certes, mais aussi beaucoup de savoir-faire et même de savoir-vivre. Dans ces domaines, l'expérience, ça ne joue plus contre toi, au contraire...

Voilà, encore une fois, ceci n'a que valeur de témoignage, mais ça peut être une idée.

Ps : jeune ou vieux, si tu débarques dans une boite en disant "Les technologies des vieux, ça sent le vieux pipi tout moisi", ou "Les technologies des jeunes, c'est que de la merde même pas bien chiée", à mon avis, tu perds une occasion de fermer ta gueule et un job éventuel en même temps...
4  0 
Avatar de Logical59
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 03/02/2011 à 22:25
@ super bus

Message à Logical59 Message #59 :

C'était de l'humour, même un peu noir. Il ne faut pas toujours tout voir en noir.
Mais je te ferai remarquer que ce problème existe bien dans les sociétés. Imagine, tu es patron et que tu as besoin, disons d'une nouvelle secrétaire, pour effectuer une tâche qui consiste à délester dans son travail ta secrétaire préférée. Tout ce passe bien durant l'entretien, mais tu as oublié de poser la question de savoir si elle avait l'intention, dans l'année, d'avoir des gosses. En toute confiance, tu l'embauches. Et après sa période d'essai, disons quatre mois après, elle pose un congé de maternité. Ne penses-tu pas, qu'il y a tromperie ? Peut-être que tu trouves cela normal et naturel, mais le patron ne peut pas se permettre de mettre en péril sa société sous prétexte qu'une jeune écervelée à voulue l'arnaquer. Car payer une personne à ne rien foutre pendant que toi, tu te casses la tête à faire ton travail, tu trouves cela juste, peut-être ?

Le problème est que la société d'aujourd'hui ne laisse plus de place pour les femmes enceintes, ni les séniors, ni les jeunes sans compétences ... Mais que nous reste-t-il ?
De l'humour déplacé, qui peut blesser même au troisième degré.

Je viens sur ce forum, de professionnels, dans une période où j'essaie justement de sortir la tête de l'eau parce qu'on n'arrête pas de me dire (indirectement que mes connaissances sont has been, parce que j'ai fais une pause pour ma famille) et je tombe sur ce post, c'est plus que de l'humour noir, il y a de quoi casser le moral pour une personne qui a déjà du mal à sortir la tête de l'eau.

J'ai du mettre ma carrière entre parenthèses pour raisons familiales et ces mêmes patrons aujourd'hui ne se gênent pas à me demander "ce que j'ai fais pendant ces périodes".

Bah j'ai fais des enfants! vous savez ce que c'est des enfants?

C'est si bizarre que ca et je n'ai même pas fais d'arrêt surprise, j'ai fais le choix de me consacrer à ma famille parce que j'aime faire les choses comme il faut, je ne me voyais pas justement déposer des jours de congé à l'improviste au beau milieu d'un projet parce que le petit a une otite, ou fait une varicelle, ou alors le balancer à la première personne qui veut bien me dépanner parce que la crèche n'en veut pas ( avec 39 de fièvre)et partir à mon travail angoissée stressée donc peu productive.

J'ai vu mes collègues femmes qui avaient gardé une activité avec un bébé en Informatique c'est infernal, j'ai une forte pensée d'ailleurs à cette maman qui avait oublié son bébé dans la voiture en juin dernier, jusqu'à ce qu'il décède de déshydratation. Eh oui!c 'était une informaticienne, comme par hasard...

Si j'étais patron?

Et cela pourrait m'arriver, cela fait partie de mes projets, eh bien j'aurais conscience que celui ou celle que j'ai recruté est un être humain, on ne recrute pas une personne avec une télécommande livrée avec, il y a des aléas dans la vie d'un humain, la maternité et la maladie en font partie.

Je connais un jeune homme qui est décédé d'une tumeur du cerveau à seulement 27 ans, là aussi le patron a du se sentir trahi?

Certainement! il aurait pu attendre la fin du contrat pour mourir cet idiot!

Personne n'est irremplaçable, vous ne le savez que trop.

Je veux dire par là, le patron est un être humain, cela pourrait être moi, vous ou quelqu'un d'autre. Il faut arrêter de voir les femmes comme des poules pondeuses, nous ne passons quand même pas notre vie à faire des gamins comme nos grand mères, nous ne faisons plus que un à deux gamins, cela ne dure pas une éternité que je sache et cela fait partie de la vie, un bon manager doit prendre cela en compte, à inclure dans les aléas, ou dans les risques ou je ne sait quoi.

Je ne sais pas de quel droit un employeur peut-il demander à une femme si elle compte faire des enfants, et puis quoi encore?

Parfois nous le savons pas nous même, les bébés surprise ca existe encore et oui! l'humain ne maitrise pas toujours tout, les médecins en savent quelque chose.

Enfin voilà, juste pour m'expliquer, je n'ai pas le temps de me chamailler sur un forum, ce n'était pas mon intention, mais c'est vraiment désolant de voir ce monde dans lequel nous vivons, désolant.
5  1 
Avatar de HerQuLe
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 04/02/2011 à 14:44
super bus...

Avant d'avancer certaines choses comme des faits fondés, n'oublies pas d'argumenter.
Tu dis que le Java est inadapté pour ce genre de travail.
De quel travail parles-tu? La banque n'est pas un travail pour moi.
Pour quelles raisons est-il inadapté?

Encore une fois, on a jamais dit que les nouveaux langages avaient apporté des tonnes de nouveautés...

Tu as lu des stats sur la durée de vie des programmes, c'est très bien, mais c'est sans tenir compte que:
- Pour avoir un gros système, il faut généralement des moyens, et donc c'est pas n'importe qui, ni n'importe quel projet, qui utilise une application mainframe
- Un micro est à la portée de tous. Si on considère toutes les applications faites par des particuliers, des petites PME, des startup, il me semble tout a fait normal que les statistiques de durée de vie baissent. Et oui, si la startup se plante, bah l'application est morte... Une banque c'est quand même plus stable.
Dans les sociétés sérieuses et stables, tu peux me croire, les applications Java ont une durée de vie plus importante

Tu n'as jamais vu de système unix vieux de 20 ans. Cool, moi non plus. Et qu'est ce que ça à a voir par rapport à la durée de vie d'une application? Avec Java et la JVM, tu peux faire tourner ton application sur presque n'importe quel micro. On change l'infrastructure de temps en temps, mais l'application reste.
Tu ne t'es pas posé la question pourquoi on trouve des gros systèmes de plus de 20 ans? Tu ne penses pas que si l'infrastructure évolue peu, c'est plutôt parce qu'elle est plus difficile à faire évoluer sur du gros système???
Changer de matériel en Java ne nécessite bien souvent pas de migration.

Pourquoi y-a-t-il beaucoup de bidouilleurs dans le web? Tout simplement parce que le web est aujourd'hui à la portée de tous, tandis que les gens qui font du cobol ont été formés, on leur a dit à l'entrée de la banque: "pas de bac+x en informatique, pas de boulot en cobol". Regarde combien d'autodidactes font du web avec du PHP, dont une grande majorité qui codent en effet n'importe comment...
Tu peux me croire, ça n'est pas pour autant qu'il n'y a pas des gens très compétents en développement web.

Au cas ou tu n'aurais pas encore compris, je ne prends absolument pas parti contre les seniors. Au contraire, je serais le premier à embaucher un mec avec de l'expérience comme toi, pour peu que tu sois opérationnel dans les technologies nécessaires à mon projet!

Et si il y a encore de la passion aujourd'hui. En Java, ça s'appelle les Java User Group, les présentations, les coding Dojo, les journées d'échange... Ou des passionnés de réunissent, investissent sur leur temps personnel pour se former...

Pour ta reflection sur la qualité (cf MACIF), cela existe encore aujourd'hui. Pour ce qui est des normes de développement, nous avons aujourd'hui la chance d'avoir:
- Des plugins paramétrables dans notre environnement de développement, qui permettent d'appliquer automatiquement les règles basiques.
- Des plugins dans l'env de dev qui permettent d'analyser le style du code produit.
- Des plugins dans les outils de versionning des sources, qui permettent de refuser les changements de code qui ne suivent pas ces règles.
- Des plugins en environnement d'intégration continue, qui permettent de passer des tests unitaire, et visualiser le % de code couvert par les tests.
- Des outils qui permettent de simuler l'activité d'un browser et contrôler le bon fonctionnement d'un site.

Tu parles de te faire contrôler pour la qualité. Saches que cela se fait encore aujourd'hui sur les projets sérieux qui ont un minimum de moyens.

Alors oui, on a la possibilité d'avoir de la liberté sur le dev micro, mais justement, le rôle des architectes sur les projets sérieux est de restreindre un peu cette liberté pour que justement les normes et préconisations soient respectées.

Rien avoir avec des ateliers de génie logiciel. Il s'agit de la façon de découper les programmes, et de la façon de gérer tout ce qui est problématique comme les accès à un fichier. Par exemple en COBOL, nous regroupons dans un module sous-programme tous les accès à une table DB2, quelque soit les programmes qui ont accès à cette table. Si pour une raison inconnue la structure de la table change, on modifie que ce sous-programme et non la totalité des programmes qui accède à cette table via ce sous-programme. C'est un plus pour la maintenance, mais ca nécessite des contraintes.

Aujourd'hui, on appelle ça un design pattern. C'est le principe même du DAO (Data Access Object). C'est très fréquemment utilisé: pour te dire, depuis ma sortie d'étude, je n'ai jamais travaillé sur un seul projet qui n'utilisait pas une couche DAO... Ce concept est très très largement connu, on nous l'apprend même à l'école...

Et puis pour revenir un peu sur le sujet, on parle beaucoup des seniors mais ça ne commence pas qu'a 50 ans...

Déjà, pourquoi appelle-t-on un développeur de 28 ans, avec 5 ans d'expérience, un développeur senior???

Pourquoi les SSII nous font comprendre que si on est encore développeur à 30 ans, on a raté notre carrière? On nous pousse à faire de la gestion de projet, ce qui n'a rien a voir, alors qu'on veut rester dans la technique!

Voir les nombreux posts qu'on retrouve sur les blogs français:
http://www.touilleur-express.fr/2009/07/27/senior/

Il faut peut-être prendre le problème à la base! Pourquoi dans informatique, en France, on est vieux a 30 ans, et papy a 50?
5  1 
Avatar de sevyc64
Modérateur https://www.developpez.com
Le 28/01/2011 à 20:42
Pensez-vous que la situation soit la même en France ?
Celà dépend peut-être des régions, pour le vivre depuis 6 mois, je pense que c'est pas loin d'être le cas aussi en France
(je n'ai pas 55 balais mais j'approche les 40, dans une petite ville de province et pas vraiment près à me rapprocher des grandes métropoles)


Pourquoi les entreprises sont-elles aussi réticentes à embaucher des travailleurs IT de plus de 55 ans ?
Un jeune coute moins cher, et est plus malléable. Il est certainement perçu aussi plus apte à monter plus rapidement en compétences sur des nouvelles technologies.

Un fait contasté depuis aussi 3-4 ans, les jeunes de la génération actuelle ont, à priori, assimiler le fait que lorsqu'ils rentrent dans une boite ce n'est pas pour la vie surtout dans le monde de l'IT. En discutant avec eux, on peut s'apercevoir que pour eux, un CDI ça signifie souvent 4-5 ans avant d'aller voir ailleurs, de gré ou de force.

Un sénior, à coté, n'apporte pas beaucoup de plus valus en terme de compétences qu'un jeune avec 2-3 ans d'expériences, surtout sur les nouvelles technos. Au contraire, ils ont tendance à être perçu par les recruteurs comme étant plus réfractaires aux dernières évolutions, moins apte à apprendre et évoluer, etc ... Et surtout ils coutent plus cher, bien plus cher surtout pour des employeurs qui n'ont aucun scrupule à prendre des jeunes hautement diplômes payés au smic (et parfois sans perspectives d'évolutions).

Et même quand un sénior est encore capable d'évoluer relativement rapidement, n'est pas réfractaire aux nouvelles techno, bien au contraire, etc ... (ce qui est mon cas), c'est extrêmement difficile de convaincre les recruteurs de laisser tomber leurs préjugés.
3  0